Parution : La langue sous le feu

La langue sous le feu

2017
Odile Roynette, Gilles Siouffi et Agnès Steuckardt (dir.)

Cet ouvrage explore le laboratoire de mots, de textes et de discours qu’a constitué la première guerre mondiale. Grâce à une collaboration fructueuse entre historiens, linguistes et littéraires, et en exploitant systématiquement de nouvelles ressources numérisées comme des correspondances de « poilus ordinaires », il scrute les transformations à l’œuvre et montre comment la guerre fut aussi une expérience de langage. Il ouvre l’analyse à la comparaison avec d’autres pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou l’Espagne. Avec le concours du laboratoire Praxiling (UMR 5267, université Paul-Valéry Montpellier CNRS), le soutien de l’université Paris Sorbonne et celui du laboratoire ELLIADD (EA 4461) de l’université Bourgogne-Franche-Comté.

Colloque : Andreas Latzko (1876-1943). Un classique de la littérature de guerre oublié ?

Colloque international du laboratoire du CREG (Université Toulouse Jean Jaurès)                       Du 27 avril 2017 au 28 avril 2017.

« Devrais-je me guérir de ma mémoire ? Sans le souvenir dont je suis fait, que serais-je ? ».
Ecrivain austro-hongrois né dans une famille juive assimilée, Andreas Latzko demeure selon Romain Rolland « au premier rang des témoins qui ont laissé le récit véridique de la Passion de l’Homme en l’an de disgrâce 1914 ».
Le colloque qui lui est consacré s’inscrit pleinement dans la thématique du CREG « Hériter et transmettre : mécanismes et processus dans les pays de langue allemande« . Il vise entre autres :
– à explorer la transmission de l’expérience du front dans l’oeuvre littéraire et journalistique,
– à étudier les mécanismes éditoriaux de la réception ou de la transmission d’une mémoire de son oeuvre,
– à mieux comprendre les phénomènes de décanonisation posthume d’un auteur internationalement connu de son vivant en s’interrogeant sur la place et l’image qu’il a occupé et occupe en Hongrie et en Autriche,
– à cerner sa place dans le contexte de l’émigration allemande en Suisse et aux Pays-Bas et sa contribution aux mouvements pacifistes,
– à explorer des parties jusque là peu ou pas étudiées de son oeuvre, comme son autobriographie ou ses correspondances (avec Stefan Zweig, Romain Rolland, entre autres…).

Programme et informations pratiqueshttp://www.univ-tlse2.fr/accueil/recherche/actualites/andreas-latzko-1876-1943-un-classique-de-la-litterature-de-guerre-oublie–445477.kjsp?RH=04Recherche

 

 

Bienvenue sur le site du Crid 14-18

Né en 2005, le Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 est une association de chercheurs qui vise au progrès et à la diffusion des connaissances sur la Première Guerre mondiale. Pour cela, il met à la disposition de tous des textes et des outils scientifiques et pédagogiques, ainsi qu’un dictionnaire en ligne des témoignages. On peut accéder à ces différentes rubriques par le menu latéral.

Parution: « L’ordinaire de la guerre » (Revue Agone, n°53)

Le n° 53 de la revue Agone, intitulé  « L’ordinaire de la guerre », est coordonné par François Buton, André Loez, Nicolas Mariot et Philippe Olivera.

Télécharger la table des matières détaillée, les résumés des articles et l’éditorial expliquant le titre du numéro.

Parution : 14/03/2014
ISBN : 9782748902037
Format papier – 208 pages (15 x 21 cm) 20.00 €

Philippe Olivera, « Histoire des violences et violence (sociale) de l’histoire. À propos de la “nouvelle histoire” de la Grande Guerre »

Blaise Wilfert, « Aux sources d’une histoire controversée : une lecture de 14–18 Retrouver la guerre de Stéphane Audoin-Rouzeau et d’Annette Becker »

François Buton, « Norbert Elias ou la Grande Guerre du sociologue »

André Loez, « Vers une histoire au plus proche des situations sociales ? Entretien avec Claire Zalc sur l’histoire récente de la Shoah »

Claudine Vidal, « Enquêtes au Rwanda. Questions de recherche sur le génocide tutsi »

Dimitri Chavaroche & André Loez, « “L’opération a été bien menée et vigoureusement exécutée”. Un compte-rendu de coup de main à l’été 1916 »

Nicolas Mariot, « Comment faire une histoire populaire des tranchées ? »

Pour commander le numéro

Soutenance de la thèse de Cédric Marty: « à la baïonnette! » approche des imaginaires à l’épreuve de la guerre 1914-1918 (8 février, Toulouse)

Le samedi 8 février 2014 à 14h, Cédric Marty soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés :

 

« A la baïonnette ! »

Approche des imaginaires à l’épreuve de la guerre 1914-1918

 

devant un jury composé de

 

M. Rémy CAZALS – Université Toulouse II – Le Mirail

M. Jean-François CHANET – Institut d’études politiques de Paris

M. Antoine PROST – Université Paris I – Panthéon Sorbonne

M. John HORNE – Trinity College Dublin

M. Jean-Marc OLIVIER – Université Toulouse II – Le Mirail

 

Université de Toulouse – Le Mirail Maison de la Recherche

5, allées Antonio-Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 salle D28

 

 

« De la guerre comme affrontement historiographique… » RV de Blois en vidéo & audio

Vidéo du débat du jeudi 10 octobre, « De la guerre comme affrontement historiographique » avec Damien BALDIN, Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, André LOEZ, professeur en classes préparatoires à Paris, membre du CRID 14-18, Nicolas MARIOT, chargé de recherches, CNRS, Hervé MAZUREL, maître de conférences à l’université de Bourgogne, Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences, EHESS.

Nicolas Mariot à la « Fabrique de l’Histoire » : à (ré)écouter ici

Vivre en temps de guerre. L’Aude de 1914 à 1918. Exposition présentée aux Archives départementales de l’Aude à Carcassonne, du 9 avril au 14 juin 2013

Vivre en temps de guerre. L’Aude de 1914 à 1918

 

Exposition présentée aux Archives départementales de l’Aude à Carcassonne, du 9 avril au 14 juin 2013

 

expo Vivre en temps de guerre (pdf)

Au cours des vingt dernières années, les Archives départementales de l’Aude ont à diverses reprises organisé des manifestations autour de l’histoire de la Première Guerre mondiale (expositions, lectures d’archives, conférences et colloques). L’importance de ce premier conflit mondial, guerre totale qui vit périr des millions d’hommes et dont on mesure seulement aujourd’hui l’impact diplomatique, politique et économique, explique pour une large part l’intérêt porté par les générations actuelles à ce passé pourtant déjà lointain. Les productions littéraires (romans, bandes dessinées, travaux scientifiques, etc.) et cinématographiques, les sites internet consacrés à ce thème mêlant généalogie et histoire locale, les publications de lettres et de journaux de guerre sont autant de témoignages de la vitalité de la mémoire de 14-18 en ce début du XXIe siècle.

 

Au moment où nous apprêtons à commémorer le centenaire du premier conflit mondial, il a semblé nécessaire d’aborder un aspect moins connu de la Première Guerre mondiale : la vie à l’arrière du front. Comment vivait-on la guerre dans l’Aude ? Tel est le thème abordé dans l’exposition présentée aux Archives départementales du 9 avril au 14 juin 2013. Au travers de documents d’archives (et notamment des très belles affiches de propagande commandées par l’Etat à de grands artistes comme Poulbot, Adler ou Jean Droit ; livres d’or tenus par les instituteurs à la demande d’Albert Sarraut en 1914, etc.), d’objets, de cartes postales et de photographies, l’exposition évoque l’Union sacrée qui abolit un temps les clivages politiques ; les mesures d’exception (mise en place d’un régime de censure et de propagande, surveillance des étrangers) ; l’ombre que fait peser la guerre sur la vie de tous (arrivée des réfugiés, relations des familles avec les soldats sur le front, installation d’hôpitaux pour accueillir les blessés) et la mobilisation de tous ceux de l’arrière pour assurer la victoire (emprunts, front économique, ravitaillement, œuvres de guerre).

 

L’exposition est complétée par la publication d’un catalogue richement illustré (20 €).

 

Entrée libre du lundi au jeudi de 8 h 30 à 17 h 30 et le vendredi de 8 h 30 à 16 h 30
Pour plus d’informations se renseigner auprès des Archives départementales

Le portail de la Mission du Centenaire est ouvert : www.centenaire.org

Une Mission pour le centenaire

2014 verra démarrer le cycle commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Dans ce cadre, un Groupement d’intérêt public (GIP) intitulé Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale est chargé par le gouvernement de mettre en œuvre les commémorations à l’échelle nationale et des territoires, en lien avec les pays inscrits dans cette dynamique mémorielle.

Plusieurs membres du CRID1418 sont impliqués à la fois dans l’organisation de cette Mission du centenaire de ma Première Guerre mondiale et dans la multitude des projets et manifestations prévues pour 2014.

Un portail dédié

Le portail officiel du Centenaire de la Grande Guerre est désormais accessible dans une première version. Edité par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, il propose des informations culturelles, scientifiques, pédagogiques et touristiques.

L’objectif du portail centenaire.org est d’offrir aux internautes des ressources à la fois pratiques et historiques dans le cadre d’un événement mémoriel majeur. Il s’adresse à tous les publics, du passionné des enjeux de mémoires, au spécialiste de 14-18, en passant par l’enseignant et l’amateur d’histoire.

La structure de centenaire.org sera régulièrement mise à jour tout au long de l’année 2013 et proposera de nouveaux outils. Il s’enrichira notamment des projets portés par l’ensemble des personnes, établissements et structures engagés dans le Centenaire. Dès 2014, le portail sera en ordre de marche pour devenir le principal support numérique du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Alexandre Lafon