Parution: Reims dans la Grande Guerre

BOULANGER, J.-F., BUTON, P., CHANOIR, Y., GUGELOT, F., HARLAUT, Y. (sous la dir. de), Reims 14-18. De la guerre à la paix, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2013. 39 €.

Ecrit avec le concours d’un grand nombre de membres du Crid 14-18 (A. Bach, R. Bendick, R. Cazals, Y. Chanoir, Y. Prouillet…), le livre Reims 14-18, avec une iconographie somptueuse, largement inédite, étudie la place de Reims dans la guerre selon trois axes. D’abord, la guerre, avec une ville proche du front et soumise au feu de l’ennemi, érigée rapidement en ville martyre. Ensuite, la mémoire du conflit, tant celle des esprits que celle dans la pierre (cimetières, stigmates…). Enfin, la reconstruction de la ville et la construction de la paix, aussi bien celle menée d’en-bas (associations, jumelages…), que celle effectuée par le haut (visite de Konrad Adenauer), malgré des vicissitudes, démontrent que l’histoire de la Grande Guerre est désormais partagée.

Share This:

Parution: 500 témoins

Edités ou inédits, les témoignages des acteurs de la Grande Guerre constituent, selon Jean Norton Cru, « une manifestation unique de la pensée française ». 84 ans après son œuvre fondatrice, 33 contributeurs produisent un  nouvel  événement éditorial : un dictionnaire présentant les analyses de  500 nouveaux témoins, soldats de toutes armes et de tous grades, du 2ème classe au général, civils et civiles – notamment celles qui ont tenu un journal en pays envahis – ; autant de parcours individuels en temps de guerre. Chaque notice étudie la spécificité et les apports de l’expérience du témoin, contextualisé par des auteurs, tous spécialistes de la discipline, démontrant ainsi que les témoignages restent plus que jamais un puissant vecteur dans la production historiographique de la Grande Guerre.

 

Ouvrage collectif dirigé par

 

Rémy CAZALS,

 

Avec les contributions de :       Rémy Cazals, Jean-François Jagielski, Alexandre Lafon, Cédric Marty, Yann Prouillet et 28 autres auteurs

 

Coédité par  EDHISTO et les éditions Midi-pyrénéennes

Cet ouvrage bénéficie du Label de la Mission du Centenaire de la Guerre de 1914-1918

 

500 témoins en chiffres : 33 auteurs – 405 notices de témoignages publiés entre 1914 et 2013 – 510 témoins – 3 annexes, 4 index (dont unités, noms et toponymes) – ouvrage de 496 pages, 127 illustrations, format 17×24 cm.

 

Prix unitaire : 29 € (port offert) – ISBN 978-2-9537602-7-9

 

L’ouvrage peut être commandé à partir du 15 octobre 2013 auprès des éditions EDHISTO

 

Réservez-le dès maintenant

 

 

EDHISTO Editions

146 rue de la Creuse

Hameau de Saint-Blaise

88 420 MOYENMOUTIER (Vosges)

Tel : 03.29.41.97.42 – Fax : 09.79.94.51.88

Courriel : yann.prouillet@edhisto.eu – Site Internet : www.edhisto.eu

 

et auprès des éditions Midi-pyrénéennes, 29 rue principale, 31120 PORTET-SUR-GARONNE

http://www.edimip.com/ – Tel : 06.83.13.52.10

Diffuseur : Le Comptoir du Livre – 10 Bd de l’Europe – BP 9 – 31 122 PORTET-SUR-GARONNE

Courriel : contact@comptoirdulivre.fr  – www.comptoirdulivre.fr – Tél. 33.05.62.11.73.33 – Fax 33.05.61.72.47.73

Share This:

Parution: la Grande Guerre, carnet du centenaire

André Loez & Nicolas Offenstadt: La Grande Guerre. Carnet du centenaire

Albin Michel / Mission du Centenaire / France Inter – octobre 2013 – 256 p., 19,90€

En rupture avec le récit militaire et la synthèse chronologique, ce livre offre une perspective neuve sur la Grande Guerre. D’abord en lui restituant toute son ampleur d’histoire mondiale depuis la Nouvelle-Zélande jusqu’à la Finlande en passant par l’Afrique noire; ensuite en proposant des cheminements originaux qui racontent la guerre à travers ceux qui l’ont faite et traversée, non pas seulement les dirigeants mais aussi des personnages ordinaires ou peu connus, en parcourant les lieux qui en portent les traces, les objets qu’elle a façonnés ou encore les mots qui l’ont accompagnée. Alternant les connaissances nécessaires avec la découverte d’histoires et d’enjeux peu connus et décalés, le livre se compose de neuf brefs chapitres faisant alterner les styles et les manières de comprendre.

Cent ans après, ce « carnet » offre ainsi à un large public l’essentiel de la Grande Guerre dans une lecture renouvelée. Conçu comme un guide ou un vade-mecum, il propose les acquis les plus récents de la recherche historique sous une forme vivante et dynamique, permettant tout autant une lecture d’ensemble qu’un parcours mosaïque à travers les lieux, les hommes et les objets. Une iconographie largement inédite l’accompagne.

Ci-dessous, la table des matières et des images tirées des chapitres « acteurs », « objets », « mots » et « œuvres ».

Share This:

« Les poilus, héros ou victimes ? ». Quelques rectifications nécessaires à l’article de Jean-Dominique Merchet paru dans Marianne, 813, 17-23 novembre (p. 74-75).

« Les poilus, héros ou victimes ? ».

Quelques rectifications nécessaires à l’article de Jean-Dominique Merchet paru dans Marianne, 813, 17-23 novembre (p. 74-75).

 

L’article de Jean-Dominique Merchet,« Les poilus, héros ou victimes ? » comporte plusieurs erreurs d’analyse, qui me semblent devoir être redressées :

Sur la question de la ténacité des soldats de la Grande Guerre :

–  Avec Rémy Cazals, selon vous, j’estimerais que les soldats « agirent sous la contrainte de la discipline militaire, voire sous l’emprise de l’alcool ». C’est proprement faux, en particulier pour le second membre de l’explication. Je n’ai jamais écrit rien de semblable : parce qu’ainsi présenté c’est inexact. Les motivations des soldats sont complexes, multiples et changeantes. Voilà ce que je défends, avec d’autres. Elles ne peuvent cependant, en rien, se réduire à des croyances patriotiques.

 

Ensuite sur les soldats exécutés en 14-18 :

– La question ne peut se réduire à une lutte de la gauche qui aurait fait de la mémoire des « fusillés » un « marqueur identitaire » (les mutins de 1917 sont loin d’épuiser, comme vous le rappelez, la mémoire des exécutions en 14-18). Dès l’immédiat après-guerre, les critiques de la justice militaire s’expriment aussi dans les mouvements de droite ancien-combattant, comme l’Union Nationale des Combattants (UNC), qui se bat pour la réhabilitation de plusieurs fusillés, et même chez le très patriote ministre André Maginot qui dénonce une justice sommaire ; pour ne citer que cela.

– Enfin absolument rien ne permet de déduire de mes travaux ou d’historiens proches, l’ouverture vers une « repentance collective », c’est-à-dire une action concrète de l’Etat en faveur des fusillés de 14-18. Je me suis toujours exprimé, au contraire en sens inverse, en expliquant qu’on ne peut rejuger l’histoire et que les enjeux de mémoire de cet ordre doivent rester, autant que possible, en dehors de la sphère du droit, et surtout que l’historien n’avait pas à donner son avis en surplomb.

Nicolas Offenstadt, 8 décembre 2012

 

Share This:

Parution: Figures paysannes

CHANOIR Yohann, PIOT Céline (sous la dir. de), Figures paysannes en France. Mythes, regards et sociétés, Editions d’Albret, Collection Terres de Mémoires n°4, 2012. 20 € ISBN : 2-913055-41-9
Dans une société qui perd peu à peu ses paysans, n’est-il pas temps de s’interroger sur nos figures paysannes, si plurielles, si vivaces encore dans les esprits et si décisives dans notre histoire, des tranchées de Verdun à l’enracinement de la République ?
C’est donc à leur étude qu’est consacré cet ouvrage. Après un rappel de leur place dans l’historiographie, est évoquée la relation des paysans à la politique. Tentés sur le temps long par la contestation, de la révolte viticole de 1907 aux sirènes du fascisme vert (analysé par Jean Vigreux), sans oublier les manifestations contemporaines, les paysans sont pourtant rentrés en République (Céline Piot, Rémy Pech). C’est ensuite le regard porté sur ces figures paysannes qui est abordé. D’abord, celle essentielle du mutin, dont les rues crient le souvenir, puis celle du paysan-poilu, étudié dans cette littérature de guerre (Yann Prouillet) et dans ces monuments édifiés pour lui rendre hommage (Céline Piot). Le cinéma (Yohann Chanoir) et la peinture, ces miroirs si déformants, ne sont pas oubliés dans l’évocation de ces regards. Enfin, dans un dernier chapitre, les auteurs s’intéressent aux luttes paysannes, d’hier (le Larzac raconté par celui qui l’a filmé, Christian Rouaud), d’aujourd’hui et de demain (Bernard Péré). C’est donc à un essai d’histoires sociales que ce livre nous invite et nous incite pour retrouver ces figures paysannes…

Share This:

La lettre du Crid 14-18

 

La lettre du Crid 14-18 vous informe régulièrement des parutions, interventions et activités de l’association. Elle est au format « pdf »

Lettre du Crid 14-18 n°9

Anciens numéros :

Lettre du Crid 14-18 n°8

Lettre du Crid 14-18 n°7

Lettre_du Crid 14-18 n°6

N°5

N°4

N°3

N° 2

N°1

Pour vous abonner à la Lettre du Crid 14-18 veuillez remplir le formulaire ci-dessous :

S'abonner
  1. (requis)
  2. (adresse requise)
 

cforms contact form by delicious:days

Share This:

Parution : Le Midi, les Midis dans la IIIe République (1870-1940)

Parution : « Le Midi, les Midis dans la IIIe République 1870-1940) », actes du colloque organisés par les Amis du Vieux-Nérac et publiés  aux éditions d’Albret, sous la direction de Christian Amalvi, Céline Piot et Alexandre Lafon (Membre du CRID 1418).

Une partie de l’ouvrage intitulée « Le/les Midi(s) à l’épreuve des conflits » propose des articles sur la question des combattants méridionaux en 1914-1918 :

Lafon Alexandre : « Le Midi au front : représentations et sentiments d’appartenance des combattants méridionaux 1914-1918 ».

Ségalant Laurent : « 1914 : Une campagne orchestrée contre les soldats méridionaux ? »

Rolland Denis, « Soldats du Sud, soldats du Nord. L’indiscipline aux armées en 1914-1918 »

Plusieurs membres du CRID1418 ont apporté leur contribution au colloque et au contenu des actes : Alexandre Lafon, Rémy Cazals, Yohann Chanoir et Denis Rolland.

Possibilité de commander l’ouvrage, par en adressant un courrier à Céline Piot, chemin des Aiguillons, 47230 Lavardac (Chèque à l’ordre des Amis du Vieux-Nérac)

En souscription : 16 € (au lieu de 20 € prix public) + frais de port offerts, offre valable jusqu’au 10 octobre.

AMALVI Christian, LAFON Alexandre, PIOT Céline (dir.), Le Midi, les Midis dans la IIIe République (1870-1940), Nérac, Edtions d’Albret, 2012, 332 p.

Share This:

Parution : 1914-1918, Identités troublées (Actes du colloque de novembre 2010)

En 1914-1918, des millions de soldats sont « morts pour la patrie », dans une guerre qui semble avoir poussé à son paroxysme l’affrontement des nations. Mais ces combattants, comme les hommes et les femmes en arrière du front, ont de multiples identités antérieures : Français ou Allemands, mais aussi Alsaciens, Bavarois ou Parisiens ; nobles, intellectuels, paysans ou artisans ; ils vivent en république, sont sujets d’une monarchie ou d’empires autoritaires ; ils ont des convictions et des engagements politiques et syndicaux, quelquefois pacifistes. Comment la guerre transforme-t-elle ces appartenances ? La loyauté à la nation efface-t-elle les identités sociales, sexuelles, régionales qui ont été construites avant 1914 ? Quelles ruptures la guerre introduit-elle dans la façon de se percevoir et de percevoir les autres ? Quelles tensions opposent, sous le vernis des unions sacrées, les membres des sociétés en guerre ? Sous l’uniforme, quel est le sens de la guerre pour tous ceux, Alsaciens-Lorrains, Corses ou Amérindiens, dont l’appartenance nationale est plus qu’ambiguë ?

Ce volume présente les Actes du colloque de novembre 2010 tenu à Laon et Craonne et organisé par le Crid 14-18.

François BOULOC, Rémy CAZALS et André LOEZ (dir.), 1914-1918, Identités troublées. Les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre, Toulouse, Privat, 2011, 387 p., 25€.

L’article de Jean-Paul Pellegrinetti « Identité et Grande Guerre. Les Corses dans la Première Guerre mondiale » étant paru sans ses notes, nous en proposons ici la version complète en téléchargement (format .pdf)

SOMMAIRE

 

INTRODUCTION p. 7

 

PREMIÈRE PARTIE : LES CLASSES SOCIALES SOUS L’UNIFORME

 

André LOEZ et Nicolas MARIOT

Brassage des corps et distances sociales : la découverte du peuple par la bourgeoisie intellectuelle dans les tranchées de 1914-1918 p. 17

Alexandre LAFON

Être camarade. Identité(s) et liens de sociabilité dans l’armée française (1914-1918) p. 33

Bertrand GOUJON

Insertion et distinction nobiliaires parmi les combattants français de la Grande Guerre p. 47

 

Benoist COULIOU

Ulysse et Damoclès. L’identité sociale des combattants français et leur perception de la durée (août 1914-décembre 1915) p. 61

Cédric MARTY

Le corps à corps au prisme des identités sociales p. 73

 

François BOULOC

La part des aspirations démocratiques dans la parole et l’expérience combattantes p. 85

DEUXIÈME PARTIE : COMBATTANTS ENTRE DEUX APPARTENANCES

 

Yohann CHANOIR

Deutschland u?ber alles ? La Vaterland à l’épreuve des identités régionales durant la Grande Guerre p. 101

Raphaël GEORGES

L’identité tourmentée des soldats alsaciens-lorrains au sortir de la guerre p. 115

 

Jean-Paul PELLEGRINETTI

Les combattants corses dans la Première Guerre mondiale p. 129

 

John Paul NEWMAN

Les héritages de la Première Guerre mondiale en Croatie p. 141

Thomas GRILLOT

Mémoire de la Grande Guerre et négociation identitaire chez les Indiens des États-Unis p. 153

TROISIÈME PARTIE : MÉTIERS ET MILITANTISMES À L’ÉPREUVE DE LA GUERRE

 

Christian CHEVANDIER

Gardiens de la paix dans la Grande Guerre p. 169

David AUBIN, Hélène GISPERT et Catherine GOLDSTEIN

Les mathématiciens français dans la Grande Guerre p. 183

Sylvain BERTSCHY

Grande Guerre et infirmité : la fin des inutiles au monde ? p. 199

 

Vincent VIET

Médecins et médecine de guerre : les origines confisquées de la politique de santé publique en France p. 213

Alain BOSCUS

La perturbation des identités syndicales et militantes p. 227

 

Sean BRADY

Les manifestations populaires et l’expérience italienne de la Grande Guerre : la province sicilienne de Catane (mai-juin 1917) p. 243

 

Anne-Marie SAINT-GILLE

Mutations des identités pacifistes allemandes entre 1914 et 1918-1919 p. 255

 

Béatrice PISA

L’évolution de l’identité féminine en Italie au cours de la Grande Guerre p. 269

 

Stéfanie PREZIOSO

Identités militantes et identités nationales dans le débat italien d’après guerre p. 283

 

QUATRIÈME PARTIE : LES AMBIGUÏTÉS DES IDENTITÉS « NATIONALES »

 

Maurice CARREZ

Première Guerre mondiale et identité nationale en Finlande p. 299

 

Caoimhe GALAGHER

Neutralité éclatée : la réaction de la presse suisse à l’invasion de la Belgique p. 313

 

Rémi DALISSON

Journées de guerre et fêtes nationales : une politique culturelle au service d’une légitimation identitaire (1914-1918) p. 327

 

Marie LLOSA

Le poilu, outil de marketing patriotique p. 341

 

Philippe SALSON

Des identités sociales en crise. Les effets de l’occupation militaire dans le champ social à travers les journaux de civils de l’Aisne p. 355

 

Stéphane BEDHOME

Formation et dynamiques sociales d’une identité : les « sinistrés » du chemin

des Dames (1919-1939) p. 369

 

CONCLUSION p. 383

 

 

 

Identité et Grande Guerre.

Les combattants corses durant la Première Guerre mondiale.

Share This:

Parution: témoignage d’Albert Marquand, postface d’André Bach

Et le temps, à nous, nous est compté. Lettres de guerre d’Albert Marquand, 1914-1919, C’est-à-dire éditions, 2010, en souscription jusqu’au 15 janvier 2011 à 22€ + 4€ de port.

Voir le  bulletin de souscription (pdf).

Présentation par André Bach:

Parmi les nombreux facteurs socio-culturels ayant une influence sur le comportement des combattants, un des plus clivants est celui constitué par l’âge. L’armée française  a mobilisé les hommes valides de 20 à 45 ans : recrues en cours de service, réservistes, territoriaux et réserve de l’armée territoriale. On ne voit pas  la vie et la guerre qui se déroule de la même manière à 20 ans, 30 ou 40. Albert Marquand est un de ces jeunes hommes de la classe 1915 qui, à l’effectif  de 279 000, a été incorporée en décembre 1914 et a laissé sur le champ de bataille 77 000 de ses membres, soit le deuxième taux le plus fort après celui de la classe 1914.

Cette génération est entré dans la guerre, mineure légalement, sous forte dépendance affective parentale et en est sorti, adulte, émancipée. Elle a profondément évolué à partir des expériences accumulées et sous l’influence de toutes sortes de facteurs qui  se sont trouvés plus ou moins prépondérants au gré des circonstances , si imprévisibles dans le chaos de la guerre.

Albert Marquand, bien doué physiquement et intellectuellement, nous donne un exemple de parcours évolutif au sein du conflit. Curieux de voir la guerre et de s’y bien comporter, prêt, pour faire plaisir à ses parents à gagner du galon  pour leur faire honneur, il marche au feu avec détermination, comme il l’indique à son père à la veille de rejoindre les tranchées : « « Tu peux être sûr qu’en toutes circonstances ton fils fera son devoir ».Nommé sous-officier et décoré de la croix de guerre sur le terrain, il ne s’est néanmoins jamais remis de son premier combat dans l’Argonne, où son unité a été submergée par l’ennemi en juillet 1915. Dès lors, il accomplira son devoir tout en cherchant toutes les occasions légales où à la limite de la légalité pour esquiver les aléa de la confrontation armée. C’est ainsi que ce sous-officier, bien noté et apprécié de ses chefs, ses pairs et ses subordonnés, va en 1918 décider l’abandon de son grade et retourner 2° classe pour devenir opérateur TSF en prévenant ses parents qu’il tient là sa chance de survie à la guerre. Choqué par les cris de victoire entendus à l’arrière le 11 novembre 1918, il écrit à ses parents le 12, sur un ton un tantinet agressif : « En ce qui me concerne, je considère une chose : c’est que je suis arrivé à traverser la tourmente, les membres à peu près intacts. C’est une affaire pour moi, savez-vous ! »

Ce témoignage constitué de la retranscription des lettres d’Albert Marquand à ses parents et à ses jeunes frères, de son carnet de route tenu sur une courte période et d’un impressionnant compte-rendu de qu’il a vu, fait et ressenti pendant la bataille de la Malmaison d’octobre 1917, est une invite à cesser de surinterpréter avec nos yeux d’aujourd’hui le comportement d’alors et de sortir du faux dilemme mono-descriptif : des soldats soit consentants soit contraints. La réalité comme le montre la lecture de ce passionnant témoignage ne se laisse pas aussi facilement être érigée en théorie. L’historien doit se montrer bien plus humble dans son approche de la mentalité des combattants.

Antoine Prost dans un récent commentaire sur le livre d’André Loez, 14-18. Les refus de guerre. Une histoire des mutins, pose bien ce problème : « il est assez vain “de chercher dans les consciences des ‘raisons’ de tenir et de combattre, dans la mesure où aucun autre choix n’est disponible” (37). Il y a la guerre, un événement qui s’impose à tous, une évidence collective à laquelle les individus s’adaptent. Ils n’ont pas le choix. Ce “fait national” est “de part en part un fait social, irréductible à la psychologie et à la culture ou au patriotisme des seuls individus” (43)[1]. »

Il est dommage que ce livre ne soit pas prêt pour la mi-novembre car il aurait pu servir d’introduction démonstrative au colloque international que le CRID organise dans l’Aisne les 12 et 13 novembre  2010 : les identités nationales au prisme des identités sociales »

En bref, vous l’aurez compris, l’auteur de ces lignes, qui a postfacé à cet ouvrage , eu égard à son intérêt, conseille fortement l’acquisition et la lecture sans modération de ce livre encore en souscription, qui fait progresser dans la réflexion de la question lancinante : «  Mais comment ont-ils tenus ? »


[1]. « Compte rendu de André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, 2010 », Le Mouvement Social, et en ligne : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1642. Les citations en italique sont tirées du livre d’André Loez, le reste constitue le commentaire du professeur Antoine Prost.

Share This:

Parution : Combats. Hommage à Jules Maurin

Lire l’Introduction (pdf)

Lire la Table des matières (pdf)

Œuvre collective, cet ouvrage témoigne en premier lieu de la vitalité de l’Histoire militaire renouvelée et de ce que d’aucuns appelèrent l’École de Montpellier. Il y a en effet plus de quarante ans naissait à l’Université Paul Valéry de Montpellier le premier centre de recherche universitaire français spécialisé dans l’histoire militaire et les études de défense. Véritable pépinière de chercheurs, cette école a essaimé au-delà de ses murs et généré nombre de travaux importants. Parmi ceux-ci figurent assurément les recherches menées par Jules Maurin sur les soldats de la Grande Guerre ; aujourd’hui encore, pour tous ceux notamment qui questionnent ce conflit et les sociétés en guerre, son ouvrage Armée-Guerre-Société soldats languedociens 1889-1919 (1982) demeure comme un jalon incontournable dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale. C’est donc en pensant particulièrement à cet historien et aussi pour jeter un nouvel éclairage sur ses travaux qu’un certain nombre de ses collègues et de ses anciens étudiants se sont réunis pour composer ce livre. À partir d’articles inédits s’inscrivant dans les débats actuels, Combats décline en définitive les trois dimensions de la guerre — la théorie, le combat, la sortie de guerre — des Croisades à… la guerre d’Afghanistan, sans omettre d’accorder une large place à l’histoire des poilus de 14-18.

Jean-François Muracciole et Frédéric Rousseau (dir.), Combats. Hommage à Jules Maurin, Michel Houdiard Editeur, 2010.

Parmi les contributions, des articles concernant la Grande Guerre par Jean-Jacques Becker, André Loez, Rémy Cazals, Oddon Abbal, Gérard Cholvy, Jean-Claude Hélas, Elie Pélaquier, François Cochet, Yves Pourcher, Rémy Pech et Frédéric Rousseau.

L’ouvrage sur Amazon

L’ouvrage à la Fnac

L’ouvrage sur Chapitre

Share This: