Parution: Alexandre Lafon, La camaraderie au front

Lafon, Alexandre, La camaderie au front 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2014.

Si l’autorité militaire et le discours dominant du temps de guerre évoquent la « camaraderie » des hommes et leur solidarité patriotique face à un ennemi barbare durant la Grande Guerre, qu’en a-t-il vraiment été sur le front ? Sur le terrain, c’est en effet tout un univers relationnel complexe qui se met en place à travers une triple identité : sociale, militaire et combattante. Qui est alors réellement le camarade ? Les anciens combattants ont développé après guerre l’idée d’une « fraternité des tranchées » pour donner un sens à leur expérience collective de la guerre.

Les témoignages privés de combattants, écrits ou photographiques (parmi lesquels ceux des écrivains Dorgelès, Barbusse ou Genevoix) donnent à lire, au-delà de la violence de la situation, ce que les soldats ont pu vivre, ressentir et penser de l’égalité tant promise par la République et que la guerre a mise à l’épreuve.

Parution: Oublier l’Apocalypse (T. Hardier et J.-F. Jagielski)

Distraire les soldats en guerre n’a jamais été une priorité des états-majors. Pourtant, durant la Grande Guerre, à l’arrière comme au front, nombreux furent les moments où les combattants — confrontés à la peur et à la mort, mais aussi à l’angoissante attente —, s’efforcèrent de s’occuper, de renouer avec la vie au travers de gestes simples et de partages fraternels avec leurs camarades. S’appuyant sur de multiples témoignages et sur une riche iconographie, Thierry Hardier et Jean-François Jagielski dévoilent l’envers d’un quotidien jusqu’alors ignoré et répondent à diverses interrogations. Dans les tranchées, les Poilus ont-ils vraiment des temps de répit ? À quelles activités manuelles et intellectuelles se livrent-ils spontanément ? Comment le commandement, surpris par un interminable conflit, considère-t-il les besoins croissants de distractions au sein de leurs troupes ? Quand et sous quelles formes les divertissements encadrés par l’armée surviendront-ils ? Et dans quelle mesure les instants dérobés à la folie meurtrière aideront-ils les acteurs du drame à « tenir » ? Apport majeur à l’historiographie de la guerre 14-18, cet ouvrage nous permet d’approcher au plus près ces hommes perdus dans la tourmente et tentant malgré tout d’y échapper, ne serait-ce qu’un bref moment. « Il faut bien se distraire ! Eh oui ! Il le faut, pauvre âme », écrivait Georges Duhamel en 1918…

Thierry Hardier est docteur en histoire, enseignant et membre du CRID 14-18. Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur la Première Guerre mondiale et l’après-guerre.

Jean-François Jagielski est enseignant et membre du CRID 14-18. Il a également publié, aux Éditions Imago, Le Soldat inconnu, Invention et postérité d’un symbole (2005). Thierry Hardier et Jean-François Jagielski ont publié, aux Éditions Imago, Combattre et Mourir pendant la Grande Guerre (1914-1925), (2001).

 

ISBN : 9782849526804 ; EUR 23,00 ; 2014-01-22 ; 400 p. ; Broché.

Parutions: témoignages d’Albert Jurquet et Charles Patard

 

« La collection « Destins de la Grande Guerre » dirigée par Rémy Cazals propose, à côté des photographies de l’officier du génie Désiré Sic, deux autres publications :

– Albert Jurquet, chef de division à la préfecture de Mende a tenu un journal personnel de juillet 1914 à décembre 1918. Ce témoignage de l’arrière, redécouvert dans les années 2000, permet d’appréhender le conflit vécu par les civils, rythmé par les nouvelles des soldats du « pays » mobilisés au front et par les adaptations nécessaires d’une société en guerre.

 

GUILOINEAU Jean, Guerre à Mende. Journal de l’arrière-front 1914-1918, Toulouse, Privat, 329 p.

– Charles Patard, classe 1904, est mobilisé au 304e RI dès août 1914 alors qu’il est établi comme épicier dans un village de l’Orne. Pacifiste, proche des idées de Jaurès, « opposé dès les premiers jours à la guerre, il témoigne dans ses notes et dans la correspondance échangée avec sa femme d’une grande humanité.

 

JEGER Isabelle, « Si on avait écouté Jaurès ». Lettres d’un pacifiste depuis les tranchées. Charles Patard. Notes et correspondance 1914-1917, Toulouse, Privat, 2014, 131 p. »

 

Parutions : témoignage d’Elie Vandrand, photos de Désiré Sic

Marie-Joëlle Vandrand vient de rééditer la correspondance de guerre d’Elie Vandrand, paysan auvergnat (août 1914 – octobre 1916), déjà parue en 2000 sous le même titre : Il fait trop beau pour faire la guerre (Editions La Galipote, 63910 Vertaizon, 2014, 343 p., prix 20 euros). La couverture présente toujours ce gamin, d’une dizaine d’années, guidant la paire de vaches vers le labour, le jeune Elie tué dix ans plus tard à Verdun. Une notice sur cet intéressant témoin appartenant au monde paysan figure dans le dictionnaire en ligne sur le site du CRID 14-18, ainsi que dans le livre 500 Témoins de la Grande Guerre, sorti en 2013. En 2000, les lettres d’Elie Vandrand à ses parents opposaient déjà les sentiments réels du paysan auvergnat aux théories alors à la mode du consentement patriotique, de la Croisade, de la culture de guerre et de la brutalisation contre lesquelles s’élevaient les futurs membres du CRID 14-18 (créé en 2005). Le texte des lettres reste le même ; les pages de commentaire de Marie-Joëlle Vandrand sont encore plus nettement “cridiennes”. Une préface a été demandée à Rémy Cazals, membre du CRID 14-18, qui l’a rédigée avec grand plaisir.

Pour commander le livre : Marie-Joëlle Vandrand (mjvandrand@wanadoo.fr)

 

 

Autre parution, cent ans après la Grande Guerre, le témoignage de Désiré Sic, officier du génie, n’a rien perdu de sa force. Photographe amateur, il s’applique à fixer ce qu’il voit et vit tout au long de ses pérégrinations. Plus d’un millier de clichés et d’autres documents divers ont été conservés par la famille. Une partie en est publiée ici; elle nous dit aujourd’hui ce qu’a pu être l’expérience singulière d’un combattant du génie. La qualité esthétique des photographies participe d’une transmission poignante de l’expérience de cet « homme en guerre.

 

Parution: Reims dans la Grande Guerre

BOULANGER, J.-F., BUTON, P., CHANOIR, Y., GUGELOT, F., HARLAUT, Y. (sous la dir. de), Reims 14-18. De la guerre à la paix, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2013. 39 €.

Ecrit avec le concours d’un grand nombre de membres du Crid 14-18 (A. Bach, R. Bendick, R. Cazals, Y. Chanoir, Y. Prouillet…), le livre Reims 14-18, avec une iconographie somptueuse, largement inédite, étudie la place de Reims dans la guerre selon trois axes. D’abord, la guerre, avec une ville proche du front et soumise au feu de l’ennemi, érigée rapidement en ville martyre. Ensuite, la mémoire du conflit, tant celle des esprits que celle dans la pierre (cimetières, stigmates…). Enfin, la reconstruction de la ville et la construction de la paix, aussi bien celle menée d’en-bas (associations, jumelages…), que celle effectuée par le haut (visite de Konrad Adenauer), malgré des vicissitudes, démontrent que l’histoire de la Grande Guerre est désormais partagée.

Parution: 500 témoins

Edités ou inédits, les témoignages des acteurs de la Grande Guerre constituent, selon Jean Norton Cru, « une manifestation unique de la pensée française ». 84 ans après son œuvre fondatrice, 33 contributeurs produisent un  nouvel  événement éditorial : un dictionnaire présentant les analyses de  500 nouveaux témoins, soldats de toutes armes et de tous grades, du 2ème classe au général, civils et civiles – notamment celles qui ont tenu un journal en pays envahis – ; autant de parcours individuels en temps de guerre. Chaque notice étudie la spécificité et les apports de l’expérience du témoin, contextualisé par des auteurs, tous spécialistes de la discipline, démontrant ainsi que les témoignages restent plus que jamais un puissant vecteur dans la production historiographique de la Grande Guerre.

 

Ouvrage collectif dirigé par

 

Rémy CAZALS,

 

Avec les contributions de :       Rémy Cazals, Jean-François Jagielski, Alexandre Lafon, Cédric Marty, Yann Prouillet et 28 autres auteurs

 

Coédité par  EDHISTO et les éditions Midi-pyrénéennes

Cet ouvrage bénéficie du Label de la Mission du Centenaire de la Guerre de 1914-1918

 

500 témoins en chiffres : 33 auteurs – 405 notices de témoignages publiés entre 1914 et 2013 – 510 témoins – 3 annexes, 4 index (dont unités, noms et toponymes) – ouvrage de 496 pages, 127 illustrations, format 17×24 cm.

 

Prix unitaire : 29 € (port offert) – ISBN 978-2-9537602-7-9

 

L’ouvrage peut être commandé à partir du 15 octobre 2013 auprès des éditions EDHISTO

 

Réservez-le dès maintenant

 

 

EDHISTO Editions

146 rue de la Creuse

Hameau de Saint-Blaise

88 420 MOYENMOUTIER (Vosges)

Tel : 03.29.41.97.42 – Fax : 09.79.94.51.88

Courriel : yann.prouillet@edhisto.eu – Site Internet : www.edhisto.eu

 

et auprès des éditions Midi-pyrénéennes, 29 rue principale, 31120 PORTET-SUR-GARONNE

http://www.edimip.com/ – Tel : 06.83.13.52.10

Diffuseur : Le Comptoir du Livre – 10 Bd de l’Europe – BP 9 – 31 122 PORTET-SUR-GARONNE

Courriel : contact@comptoirdulivre.fr  – www.comptoirdulivre.fr – Tél. 33.05.62.11.73.33 – Fax 33.05.61.72.47.73

Parution: la Grande Guerre, carnet du centenaire

André Loez & Nicolas Offenstadt: La Grande Guerre. Carnet du centenaire

Albin Michel / Mission du Centenaire / France Inter – octobre 2013 – 256 p., 19,90€

En rupture avec le récit militaire et la synthèse chronologique, ce livre offre une perspective neuve sur la Grande Guerre. D’abord en lui restituant toute son ampleur d’histoire mondiale depuis la Nouvelle-Zélande jusqu’à la Finlande en passant par l’Afrique noire; ensuite en proposant des cheminements originaux qui racontent la guerre à travers ceux qui l’ont faite et traversée, non pas seulement les dirigeants mais aussi des personnages ordinaires ou peu connus, en parcourant les lieux qui en portent les traces, les objets qu’elle a façonnés ou encore les mots qui l’ont accompagnée. Alternant les connaissances nécessaires avec la découverte d’histoires et d’enjeux peu connus et décalés, le livre se compose de neuf brefs chapitres faisant alterner les styles et les manières de comprendre.

Cent ans après, ce « carnet » offre ainsi à un large public l’essentiel de la Grande Guerre dans une lecture renouvelée. Conçu comme un guide ou un vade-mecum, il propose les acquis les plus récents de la recherche historique sous une forme vivante et dynamique, permettant tout autant une lecture d’ensemble qu’un parcours mosaïque à travers les lieux, les hommes et les objets. Une iconographie largement inédite l’accompagne.

Ci-dessous, la table des matières et des images tirées des chapitres « acteurs », « objets », « mots » et « œuvres ».

« Les poilus, héros ou victimes ? ». Quelques rectifications nécessaires à l’article de Jean-Dominique Merchet paru dans Marianne, 813, 17-23 novembre (p. 74-75).

« Les poilus, héros ou victimes ? ».

Quelques rectifications nécessaires à l’article de Jean-Dominique Merchet paru dans Marianne, 813, 17-23 novembre (p. 74-75).

 

L’article de Jean-Dominique Merchet,« Les poilus, héros ou victimes ? » comporte plusieurs erreurs d’analyse, qui me semblent devoir être redressées :

Sur la question de la ténacité des soldats de la Grande Guerre :

–  Avec Rémy Cazals, selon vous, j’estimerais que les soldats « agirent sous la contrainte de la discipline militaire, voire sous l’emprise de l’alcool ». C’est proprement faux, en particulier pour le second membre de l’explication. Je n’ai jamais écrit rien de semblable : parce qu’ainsi présenté c’est inexact. Les motivations des soldats sont complexes, multiples et changeantes. Voilà ce que je défends, avec d’autres. Elles ne peuvent cependant, en rien, se réduire à des croyances patriotiques.

 

Ensuite sur les soldats exécutés en 14-18 :

– La question ne peut se réduire à une lutte de la gauche qui aurait fait de la mémoire des « fusillés » un « marqueur identitaire » (les mutins de 1917 sont loin d’épuiser, comme vous le rappelez, la mémoire des exécutions en 14-18). Dès l’immédiat après-guerre, les critiques de la justice militaire s’expriment aussi dans les mouvements de droite ancien-combattant, comme l’Union Nationale des Combattants (UNC), qui se bat pour la réhabilitation de plusieurs fusillés, et même chez le très patriote ministre André Maginot qui dénonce une justice sommaire ; pour ne citer que cela.

– Enfin absolument rien ne permet de déduire de mes travaux ou d’historiens proches, l’ouverture vers une « repentance collective », c’est-à-dire une action concrète de l’Etat en faveur des fusillés de 14-18. Je me suis toujours exprimé, au contraire en sens inverse, en expliquant qu’on ne peut rejuger l’histoire et que les enjeux de mémoire de cet ordre doivent rester, autant que possible, en dehors de la sphère du droit, et surtout que l’historien n’avait pas à donner son avis en surplomb.

Nicolas Offenstadt, 8 décembre 2012

 

Parution: Figures paysannes

CHANOIR Yohann, PIOT Céline (sous la dir. de), Figures paysannes en France. Mythes, regards et sociétés, Editions d’Albret, Collection Terres de Mémoires n°4, 2012. 20 € ISBN : 2-913055-41-9
Dans une société qui perd peu à peu ses paysans, n’est-il pas temps de s’interroger sur nos figures paysannes, si plurielles, si vivaces encore dans les esprits et si décisives dans notre histoire, des tranchées de Verdun à l’enracinement de la République ?
C’est donc à leur étude qu’est consacré cet ouvrage. Après un rappel de leur place dans l’historiographie, est évoquée la relation des paysans à la politique. Tentés sur le temps long par la contestation, de la révolte viticole de 1907 aux sirènes du fascisme vert (analysé par Jean Vigreux), sans oublier les manifestations contemporaines, les paysans sont pourtant rentrés en République (Céline Piot, Rémy Pech). C’est ensuite le regard porté sur ces figures paysannes qui est abordé. D’abord, celle essentielle du mutin, dont les rues crient le souvenir, puis celle du paysan-poilu, étudié dans cette littérature de guerre (Yann Prouillet) et dans ces monuments édifiés pour lui rendre hommage (Céline Piot). Le cinéma (Yohann Chanoir) et la peinture, ces miroirs si déformants, ne sont pas oubliés dans l’évocation de ces regards. Enfin, dans un dernier chapitre, les auteurs s’intéressent aux luttes paysannes, d’hier (le Larzac raconté par celui qui l’a filmé, Christian Rouaud), d’aujourd’hui et de demain (Bernard Péré). C’est donc à un essai d’histoires sociales que ce livre nous invite et nous incite pour retrouver ces figures paysannes…

La lettre du Crid 14-18

 

La lettre du Crid 14-18 vous informe régulièrement des parutions, interventions et activités de l’association. Elle est au format « pdf »

Lettre du Crid 14-18 n°9

Anciens numéros :

Lettre du Crid 14-18 n°8

Lettre du Crid 14-18 n°7

Lettre_du Crid 14-18 n°6

N°5

N°4

N°3

N° 2

N°1

Pour vous abonner à la Lettre du Crid 14-18 veuillez remplir le formulaire ci-dessous :

S'abonner
  1. (requis)
  2. (adresse requise)
 

cforms contact form by delicious:days