Table ronde sur les apports de l’archéologie à la connaissance de l’alimentation du combattant pendant la Première Guerre Mondiale, 26-27 mars 2010, Sarreguemines

Depuis quelques années, les recherches sur l’alimentation du combattant pendant la
Première Guerre Mondiale se sont développées (opérations archéologiques, publications et
travaux universitaires). L’objectif de la table ronde de Sarreguemines est de permettre aux
chercheurs travaillant ou intéressés par ces problématiques de se rencontrer pour la
première fois afin d’engager une réflexion commune. Après une présentation des recherches
développées sur l’alimentation des troupes allemandes, un rapide état de la documentation
et de la recherche sera présenté pour chaque région et pour chaque belligérant.

Voir le programme détaillé (format .pdf)

Télécharger le bulletin de participation (format .doc)

Parution: intégrale des articles de Jaurès dans La Dépêche

Les éditions Privat viennent de publier (septembre 2009) la totalité des 1312 articles écrits par Jean Jaurès dans le journal toulousain d’importance nationale La Dépêche, entre le 21 janvier 1887 et le 30 juillet 1914, la veille de l’assassinat du député de Carmaux au café du Croissant à Paris. C’est un livre de près de mille pages, avec textes de présentation des diverses périodes par Jean Faury, Alain Boscus, Georges Mailhos, Jean Sagnes, Rémy Pech et Rémy Cazals, avec index des thèmes, des noms de personnes et des noms de lieux. On peut trouver le livre dans toutes les bonnes librairies ou le commander aux éditions Privat (05 61 33 77 04).

Conférences: Témoigner de la Grande Guerre (6 novembre 2009)

Cycle de conférences organisé par le service éducatif « Patrimoine et musées » de la ville de Noyon.

6 novembre 2009, Noyon, auditorium du Châtelet. Entrée libre.

Matin : 9h30 – 12h00 : « Publier les témoignages »
– Frédéric Rousseau, professeur à l’université Paul-Valéry Montpellier III
(modérateur)
– Yann Prouillet, bibliographe
– Bernard Devez, bibliographe
– André Sinet (éditeur du journal de son grand-père)
Interventions entrecoupées de lectures de témoignages par Françoise Massoutier, professeur
de français
Après-midi : 14h – 16h30 : « Témoins de la Grande Guerre »
– Thierry Hardier, enseignant d’histoire-géographie, service éducatif « Patrimoine et Musées », ville de Noyon (modérateur)
-Frédéric Rousseau, professeur à l’université Paul-Valéry Montpellier III, Le cas Jean Norton Cru.
-Rémy Cazals, professeur émérite de l’université Toulouse-le-Mirail, Une comparaison des témoignages de Louis Barthas et Dominique Richert.

Clôture : 18h : « Jaurès et Barthas », par Rémy Cazals professeur émérite de l’université Toulouse-le-Mirail

Parution : Carnets de guerre d’un hussard de la République (Marc Delfaud)

Septembre 1914. « À celui qui trouvera le présent carnet, prière de le faire parvenir à Mme Delfaud,
institutrice à La Barde par Saint-Aigulin, Charente-Inférieure. »
Cette sobre phrase inscrite en tête du premier des 18 carnets de guerre de Marc Delfaud
nous avertit : ce jeune marié, instituteur dans le civil, parti à la guerre sans même avoir pu
embrasser sa femme, tient à lui laisser une trace de son passage dans cette machine à broyer
les hommes. C’est pour elle, avant tout, qu’il tient son journal. Tel le miroir que Stendhal
promenait au bord du chemin, son témoignage est toujours minutieux, spontané mais
documenté. Et Marc Delfaud est un observateur digne de confiance : pacifiste, il est aussi un
patriote que l’on ne peut soupçonner d’aucun secret défaitisme. S’il a tenu à partager les
misères de la piétaille des tranchées alors que son niveau d’études lui aurait permis de prendre
du galon, ses opinions progressistes ne l’aveuglent en rien. Il n’y a nul sectarisme chez cet
observateur lucide, qui sait que le peuple n’est pas exempt de tares et de vices, au front comme
ailleurs. Delfaud, affecté au peloton des téléphonistes, est en permanence au contact du
commandement, dont il observe la conduite sans complaisance. Il rend hommage à la valeur
et l’humanité de nombreux officiers, mais il est révolté par l’arrogance de certains gradés et les
brimades stupides infligées à des hommes qui ont les plus grandes chances de finir déchiquetés
par les obus. On n’oubliera pas de sitôt ces portraits au vitriol : le colonel qui force les hommes
à passer dans les mares de boue sous prétexte qu’ils sont déjà sales, cet autre qui lève sa
cravache sur le soldat qui ne se dérange pas assez vite. Cet autre encore qui expédie chez lui,
par malles entières, le butin pillé dans les villages évacués…
Marc Delfaud vérifie ses informations et les recoupe. Et quand elles ne sont pas de
première main, il cite ses sources. Témoin intelligent, il sait lire entre les lignes les ordres et les
bulletins, et en tire souvent des conclusions exactes. Le front, il le montre bien, est aussi le
reflet d’un monde en pleine évolution. Face aux sous-officiers et officiers de carrière, encore
empreints de routine bureaucratique et de préjugés de classe, les mobilisés sont désormais des
citoyens, formés par l’école publique de la IIIeRépublique ; ils veulent bien accepter de sacrifier
leurs vies, mais non d’être insultés, combattre, mais non crever comme des cloportes dans des
trous fangeux et puants.
Il ne faudrait cependant pas croire que Marc Delfaud n’est qu’un observateur froid à force
d’être lucide. S’il absorbe toutes les informations, son oeil demeure sensible à ce qui reste de
beauté dans cet univers de feu et de folie : le ciel et ses nouveaux oiseaux de métal, dont on peut
oublier, quand on les voit de loin, qu’ils sont aussi des moyens de destruction ; les bribes de
paysage, les objets miraculés, l’indestructible aptitude de l’homme à créer la beauté jusqu’en
enfer. En témoigne sa rencontre avec ce curieux musicien, en mars 1915, qui « sort de son sac
un archet fait avec un morceau de bois et des crins de cheval, et un violon dont une boîte à
cigares et un manche à balai ont fait tous les frais », et qui en tire des sonorités insoupçonnées
qui font oublier aux Poilus, l’espace d’un instant, la guerre et la mort qui rôde.
Frappé par la finesse et la qualité littéraire du récit de Marc Delfaud, le général André Bach,
ancien chef du Service historique de l’Armée de terre qui, depuis plus de dix ans, réfléchit sur le
premier conflit mondial à partir des archives militaires et de son expérience d’officier, voit en ce livre
l’un des très rares documents mis au jour récemment qui soit capable de changer notre vision de
la Grande Guerre, Les notes et l’apparat critique très complets qu’il a rédigés pour cette première
édition en font bien davantage qu’un témoignage : une source historique à part entière.

(Présentation de l’éditeur)

Marc Delfaud, Carnets de guerre d’un hussard noir de la République, éditions italiques, 2009.
Ouvrage édité par André Bach et préfacé par Antoine Prost.

Parution: Actes du Colloque d’Agen/Nérac – 14, 15 novembre 2008 La Grande Guerre aujourd’hui : Histoire(s), Mémoire(s).

En quelques décennies, grâce à l’apport de recherches nouvelles et à l’étude de témoignages de combattants, le regard porté sur la Grande Guerre a considérablement changé : un temps présentés comme « les résidus d’un monde qui avait failli » (Maurice Genevoix), les poilus jouissent aujourd’hui d’une image positive. Le conflit de 1914-1918 est massivement commémoré et devenu un objet historique fascinant. La vigueur des débats actuels entre historiens nous montre d’ailleurs qu’il n’a pas encore fini de nous interpeller.

Quels enjeux se cachent derrière cette évolution ? Quelles questions posent l’écriture et la transmission de l’histoire de la Première Guerre mondiale ? À partir de quelle(s) mémoire(s) ? Et pourquoi, quatre-vingt-dix ans après les faits, ce conflit suscite-t-il un tel engouement ?

C’est à toutes ces questions que le colloque « La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s) », organisé à Agen et à Nérac en novembre 2008 par l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen et la société historique des Amis du Vieux Nérac, a tenté de répondre en mettant au cœur de la thématique les diverses représentations de 1914-1918 : mémoires dominantes ou oubliées, individuelles ou familiales ; mémoires artistiques investies par le cinéma, la gravure, la littérature jeunesse ; perception du conflit par les historiens, les programmes et les manuels scolaires… Et comme l’histoire et la mémoire ne peuvent plus être cantonnées dans une seule réflexion franco-française, certaines contributions donnent au colloque un caractère ouvert et international.

Les auteurs proposent par conséquent des sujets originaux présentant « les destins des combattants », « les mémoires oubliées et/ou conflictuelles », « la Grande Guerre dans les productions artistiques » et « la Grande Guerre comme enjeu pédagogique ».

Plusieurs membres du Crid 14-18 ont contribué à l’organisation et aux riches interventions publiées ici, mettant l’accent sur une approche sociale et « pédagogique » de l’histoire de l’événement Grande Guerre et des mémoires qui lui sont liées.

– Autour de la publication :

–         Présentation officielle des actes au Conseil général de Lot-et-Garonne le mercredi 21 octobre 2009 à 18h à l’hôtel du département, en présence de plusieurs intervenants du colloque.

–         Questions et discussions autour des actes lors des 2e Journées du livre d’histoire de Nérac, samedi 24 octobre 2009, Nérac, Caves du Château, 17h, entrée libre.

Prix : 18 euros (chèque à l’ordre des « Amis du Vieux Nérac ») sans frais d’envoi.

Contact : Céline PIOT, Chemin des Aiguillons 47230 Lavardac,  celine.piot@netcourrier.com

Lisbon conference on the Great War/Compte-rendu du colloque de Lisbonne, par/by Marco Pluviano (en anglais)

Marco Pluviano fait pour le Crid 14-18 le compte-rendu du colloque organisé en juin dernier à Lisbonne.

International Conference « From the trenches to Versailles. War and memory ».

From 22 to 26 of June the Universidade Nova de Lisboa (U.N.L.) has organized a Conference about: « From the trenches to Versailles. War and memory ». The Conference was held in the U.N.L.’s campus in Campolide.

The Conference’s program was very rich, with contributions from all around Europe. The papers were devoted both to the main fighting Countries and to the Portuguese war experience. This last had been intertwined with the birth of the Republic and with its very difficult life.

Some papers had pointed out that for many Portugueses the war was a « Republican war », because Lisbon new leadership’s war-aims were both international (defence and growth of the African colonies) and internal (Republic’s strengthening against monarchic nostalgia). Republican leadership also hoped to stop Country’s decadence, and to gain more autonomy by the traditional « protector »: Great Britain. Republican propaganda stressed the subjects of freedom, democratic solidarity and fighting against reactionary monarchies. Portuguese intervention had a double character: the European, in the Flanders’ fields, and the African, in Angola and Mozambique. While the first didn’t receive a general support (conservative and clerical milieu didn’t like the war against the Central Empires), the second had received the support from all the political sides. Portugueses felt that their colonial empire could be threatened by Germany, but also by some British and South African circles’ aims.

The Conference’s program was focused on two main fields: the memory of the war; the Paris Peace Conference.

About the first subject the contributors have explored both the intellectuals’ and the common people’s attitudes, with a special attention for the birth of the « civic and political religions and cults », both in the democratic Countries and in the reactionary regime. For these last, they analysed the transition from the post-war Liberal leaded governments’ « civic religions » to the building of the « political religions » by the reactionary governments (especially Italian Fascism and Portuguese Estado Novo). There also were papers about the war memory’s repression in some countries (for instance, Ireland and Turkey), because it was linked with oppressive and colonial regimes. Also military justice in the main fighting Countries had been considered.

About Paris Peace Conference and immediately post-war years, some papers had been presented about the different Countries’ strategies at the Conference, and about their attitude towards the worldwide public opinion. Also, there were papers about the « long demobilization » and the post war turmoils and conflicts.

In a nutshell, the Conference was able to draw an interesting picture about the building of war’s memory, and about the difficult to make this in some Countries experiencing heavy political divisions. It also showed as the Liberal governments tried to establish a less intrusive and more inclusive memory, with a less rhetorical and nationalistic attitude.

The papers were also able to explain some national leaderships’ efforts to use the war experience to establish new national and ethnical identities and to build a new model of society and social relationships. Also the extension of memory’s subsidence had been highlighted.

The main limits of the Conference were the inadequate space devoted to the Central Empires heirs States’ efforts to build a national memory; and to the worldwide building of a pacifist « alternative memory ».

Notwithstanding, the Conference was very interesting and stimulating, and it has had the great merits to have began to deal with the Versailles subject at European level, using both diplomatic and cultural and memorialistical sources.

Marco Pluviano

Parution: La fabrique de l’événement

Au sein du volume La fabrique de l’événement (F. Rousseau et J.-F. Thomas, dir., Michel Houdiard éditeur, 2009), auquel contribuent des chercheurs du Crid 14-18, deux articles évoquent la Grande Guerre :

  • « Événement extrême, événement invisible: la « marche sur Paris » des mutins de 1917″, par André Loez
  •  » ‘1914-1918, matrice du XXe siècle’ : une nouvelle figure historique ou un prêt à penser? », par Frédéric Rousseau

Voir la présentation de l’ouvrage.

1914-1918, L’oeil en guerre Peinture publique, photographie privée (Journée d’étude et de débats à Laffaux, 27 juin 2009)

Conférence :  1914-1918, L’oeil en guerre
Peinture publique, photographie privée

Lieu : Mairie de Laffaux

Samedi 27 juin – 10 à 19 heures : Rencontres autour de la donation d’un tableau de guerre de Léon Printemps (1871-1945) à la commune de Laffaux.

>10 heures : présentation du tableau de guerre de Léon Printemps, donné à la commune de Laffaux et inauguration par Jean-Pierre Leguiel, Maire et Jacques Noireau, petit-fils du peintre et auteur du catalogue Léon Printemps

>10 h 30 – 11 h 30 : inauguration et présentation de l’exposition « Raoul Berthelé, un photographe amateur, entre le front et l’arrière » par Rémy Cazals, Professeur à l’Université de Toulouse II.

>11 h 30 – 12 heures : dédicace par l’auteur, de 1914-1918 Images de l’arrière-front. Raoul Berthelé, lieutenant et photographe (2008).

>14 heures – 18 heures : Peinture publique, photographie privée, 1914-1918 conférences et discussion

-Introduction par Nicolas Offenstadt, Maître de Conférences à l’Université de Paris I ;

-Marie-Claude Genet-Delacroix, Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims, « Le peintre et la guerre » ;

– Benjamin Findinier, Directeur des musées de Noyon, « La peinture de guerre au musée » ;

– Discussion ;

– Alexandre Lafon, Université de Toulouse II, « Regards sur la guerre : questions autour des photographies privées de soldats » ;

– Anna Fouquere, Université de Paris I, « Léon Lecerf, un médecin photographe dans la Grande Guerre ».
>18 h 30, projection de L’Aisne dévastée 1918, documentaire de 37 minutes réalisé à partir de séquences de 1918 et 1919.

>Toute la journée, stand librairie (Librairie Bruneteaux, Laon) et dédicaces.

>Tout le week-end l’exposition Raoul Berthelé accessible au public à la Mairie de Laffaux.

Organisé par la commune de Laffaux et le CRID 14-18 avec le soutien du Conseil général de l’Aisne.

Exposition : « Après la guerre. Aisne 1919…» (Caverne du Dragon)

L’exposition intitulée « Après la guerre. Aisne 1919…» sera présentée à la Caverne du Dragon, musée du Chemin des Dames, du 16 avril au 15 décembre 2009.

Le 11 novembre 1918, à Rethondes est signé l’Armistice. Pour des millions de combattants et leurs familles, c’est un immense soulagement.

Cet événement annonce la signature de la Paix, dont les réflexions commencent par la réunion de Commissions interalliées venues constater l’ampleur des dégâts dans les zones de combat.

Après la signature du Traité de Versailles avec l’Allemagne vaincue le 28 juin 1919, a lieu le 14 juillet 1919 un gigantesque défilé de la Victoire, hommage à l’ensemble des troupes alliées. Symboliquement, le cortège est ouvert par une délégation de mille mutilés de guerres et blessés, qui rappelle le coût humain de la Grande Guerre.

La paix, c’est aussi le retour tant attendu pour les soldats démobilisés, et la possibilité de rentrer au pays pour des centaines de milliers de civils chassés ou évacués par la guerre de la zone des combats. En France seule, deux millions de personnes sont concernées.

Les premiers réfugiés commencent ainsi à revenir sur l’ancienne ligne de front du département de l’Aisne. Ils y découvrent des villages en ruines, l’aspect lunaire du champ de bataille, les cimetières provisoires.

Quelle fut leur expérience ? Comment s’organise la vie sur ces territoires ?

C’est à ces questions que tentera de répondre l’exposition organisée à la Caverne du Dragon.

Celle-ci ne traite pas du thème de la Reconstruction à proprement parler mais suit des parcours humains dans l’après-guerre.

Elle ne vise pas à présenter exhaustivement la situation d’après guerre, mais à faire des focus sur certains aspects de la vie quotidienne des populations à l’issue des hostilités.

Il s’agit de porter un autre regard sur la guerre, vue depuis la période postérieure : l’Aisne est encore un champ de bataille, un département à reconstituer. Toutes les questions posées aux autorités et aux populations sont celles qui ont trait à la guerre : que faire des morts ? Que faire des traces des combats? Que reconstruire, où, comment ?

Comment vit-on dans un pays tout juste sorti de la guerre, pas encore en paix au début de 1919, un pays ravagé, « aplati » selon l’expression de Roland Dorgelès, frappé par l’ampleur des destructions de la zone du front ?

C’est ce à quoi l’exposition présentée à la Caverne du Dragon, musée du Chemin des Dames, du 16 avril au 15 décembre 2009, tente de répondre.

Au choc des ruines qui frappe les réfugiés de retour dans leur petite patrie, succède l’accommodement à une vie au provisoire, fragile et précaire.

Avant la Reconstruction, il y a donc ce temps suspendu où la population revient, de manière inégale selon les villages, où l’on s’organise, où certains aussi, découragés, quittent pour toujours leur ancien pays.

Les défis sont multiples : il faut consolider ce qui tient encore debout, récupérer les matériaux là où ils se trouvent, soit sur le champ de bataille même ; lieu de tous les dangers pourtant, faire preuve d’imagination, obtenir réparation via les dossiers de dommages de guerre.

Au milieu de ce chaos, des éléments forts émergent : le maire s’emploie à trouver les solutions au relogement de sa population, les villageois s’organisent au sein des coopératives de reconstruction, le préfet et les députés s’attachent à faire parler l’Etat d’une voix forte.

C’est ce miracle de la reconstitution sociale, où émergent anciens et nouveaux notables (les entrepreneurs de la Reconstruction), qu’évoque l’exposition.

Y sont reconstitués des lieux emblématiques de cette vie au provisoire, mairie, café, bureau d’entrepreneur, église, baraques, pour mieux faire sentir ce que fut cette période de « Far West », front pionnier où tout devient possible.

Informations pratiques:

Ouverture
avril et octobre à décembre :
du mardi au dimanche
mai à septembre : tous les jours
Horaires
Toute l’année de 10h à 18h
Juillet-août : 10h à 19h
Visites guidées uniquement
Tarifs
Individuels : 6 € / réduit : 3 €
Groupes (> 30 personnes) : 5 €
Tarifs spéciaux : nous consulter

Accès

Chemin des Dames – R.D. 18
02 160 Oulches la Vallée Foulon
Tél : 00 33 (0)3 23 25 14 18
Fax : 00 33 (0)3 23 25 14 11
caverne@cg02.fr

Depuis Paris : direction Soissons, puis Laon
(RN2), RD18 Chemin des Dames
Depuis Lille : A26 direction Reims, prendre sortie
n°14 puis direction Chemin des Dames.
Services
Accès handicapés – cafétéria – boutique