Expositions à Castres et à Carcassonne

* Théophile Alexandre STEINLEN (1859-1923), témoin de son temps
au Centre national et musée Jean Jaurès, 2 place Pélisson, 81100 Castres
du 28 juin au 30 septembre 2007
réalisée avec le concours des musées du Petit Palais de Genève, de Montmartre, de l’Histoire vivante de Montreuil, Toulouse-Lautrec d’Albi
contact : 05 63 62 41 83 ou jaures@ville-castres.fr
entrée libre pour l’exposition [il faut également voir le musée lui-même]

* Vignerons en révolte, 1907 dans l’Aude
à la Maison des Mémoires, 53 rue de Verdun, 11000 Carcassonne
du 29 juin au 22 septembre 2007
présentée par les Archives départementales de l’Aude
contact : 04 68 72 45 55
entrée libre

La Grande Guerre, figure de la présidentielle?

Alors que Nicolas Sarkozy, candidat de l’UMP, entend laisser comme dernière image de la campagne électorale d’avant le premier tour, celle du cavalier arpentant la Camargue, à l’image du Texas de George Bush, le candidat de l’UDF, François Bayrou se rend à Verdun le 20 avril pour rendre hommage aux combattants de 14-18. On peut trouver plus élégant, moins vulgaire ou démagogique, de saluer les morts de la Grande Guerre et les gestes de paix de Kohl et Mitterrand que de jouer les cow-boys suivi par des journalistes tirés par un tracteur… La visite de François Bayrou n’en mérite moins d’être située dans une perspective plus générale.
Il y a dans cette visite un trait commun avec les autres « grands » candidats, c’est l’usage incessant de références historiques dans les discours qui a marqué tous les observateurs de cette campagne électorale, jusqu’à voir dans la grande presse des articles consacrés au rapport des candidats à l’histoire. Le centriste avait, peu auparavant, à Bercy, mobilisé Aragon et la résistance.
Bayrou s’inscrit aussi dans une tradition qui remonte à la guerre même : la visite à Verdun comme un haut lieu de l’histoire et de la résistance française. Dès le conflit, en pleine bataille, de nombreuses personnalités se rendent sur les lieux. Depuis lors, plus que sur d’autres champs de bataille (Verdun est présenté comme une « victoire défensive », valorisable à la différence d’autres hécatombes), des cérémonies très politiques s’y déroulent. Il n’est qu’à rappeler récemment l’inauguration d’un mémorial pour les soldats musulmans, accompagnée d’un ample discours du président Chirac pour le 90e anniversaire de la bataille (juin 2006). En ce sens le geste de Bayrou est un rituel bien rodé qui permet de célébrer à la fois l’héroïsme français, et, depuis la Seconde Guerre mondiale, la paix. Car la symbolique de Verdun a largement évolué de la mémoire des combattants et de la célébration fondée sur le fameux « ils ne passeront pas », à la construction de la paix et de l’Europe : Verdun devient dans les années 60 « capitale de la Paix ». En témoignent aujourd’hui encore les activités du Centre mondial de la paix qui s’y trouve et qui participe à la mise en mémoire contemporaine de la bataille.
Le parcours emprunté par le candidat, comme dans tout rituel, est chargé de signification. Il visite ainsi
– Des lieux de mémoire juifs et musulmans (carrés militaires notamment)
– Le cimetière devant l’ossuaire (avec dépôt de gerbe)
– L’ Ossuaire
et il s’arrête devant la plaque commémorant la rencontre à Verdun de François Mitterrand et Helmut Kohl en septembre 1984.
Les propos tenus à cette occasion insistent sur l’hommage aux soldats tués en 14-18 et sur la dimension européenne du geste de Kohl et Mitterrand, la « réconciliation franco-allemande ». Le candidat établit un lien explicite entre l’élection et la mémoire de la guerre : « Au moment où le pays va faire un grand choix pour son avenir, j’ai voulu saluer tous ces jeunes hommes qui ont donné leur vie pour que la France puisse vivre… ». Il évoque encore l’ « horreur absolue » de leur expérience, leur sacrifice (« je suis très ému par leur sacrifice »), le « sillon de chagrin » causé à la France, faisant le lien entre les jeunes votants de 2007 et ces morts de 14/18 (« j’ai voulu penser à d’autres jeunes », dit le candidat).
L’ensemble appelle plusieurs remarques. D’abord que Bayrou a choisi ici Verdun pour sa dimension universelle, marquée depuis longtemps, on l’a dit : il a seulement visité l’ossuaire de Douaumont et les monuments qui l’entourent. Verdun ici ne parle ni vraiment de la bataille, ni du lieu Verdun, ni des traces ou des enjeux politiques de la guerre, mais sert seulement à souligner le deuil de la jeunesse en général. Ensuite, le choix d’intégrer à une courte visite, très ciblée, les tombes musulmanes et la mémoire juive est une claire inscription dans ce que l’on nomme la « communautarisation » des enjeux. Enfin, dans une campagne extrêmement stratégique chez le candidat, le choix ne relève pas, on l’imagine bien, seulement de bons sentiments. Bayrou et ses conseillers ont sans doute bien vu que la Grande Guerre aujourd’hui loin d’être un passé figé pour les manuels est, en France, une véritable pratique sociale et culturelle faites de patrimonialisation des traces mémorielles, de la multiplication d’oeuvres culturelles (romans, films, sculptures…) qui la prennent pour thème, de recherches généalogiques et familiales nombreuses. Aussi lorsque le candidat évoque le deuil des familles, il sait s’adresser quasiment à chaque famille française, dans une campagne qui se caractérise notamment par une extrême plasticité des références employées par les candidats bien conscients de ne pouvoir l’emporter sans rallier bien au-delà de leur propre camp. Verdun en ce sens reste un symbole à usage très oecuménique.

Nicolas Offenstadt

Références :

A. Prost, “ Verdun ”, in P. Nora éd , Les Lieux de mémoire. II. La Nation, 3, Paris, Gallimard, 1986.

S. Barcellini, « Mémoire et mémoires de Verdun 1916-1996 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 182, avril 1996.

F. Cochet éd., 1916-2006. Verdun sous le regard du monde, s.l., 14/18 éditions, 2006.

Compte rendus de presse et communiqués accessibles sur le site de François Bayrou, et entretien filmé mis en ligne.