Parution: « Aimer et travailler ». Léonie Bonnet, une infirmière militaire dans la Grande Guerre

Publication :

Alexandre Lafon, membre du CRID 14-18

Céline Piot, doctorante à l’Université de Bordeaux III – Michel de Montaigne

« Aimer et travailler ». Léonie Bonnet, une infirmière militaire

dans la Grande Guerre

Les infirmières, ou les « anges blancs » comme elles furent rapidement surnommées, au nombre de 200 000, jouèrent un rôle très important pendant le conflit de 14-18. Et si aujourd’hui, les témoignages des acteurs majeurs du conflit que furent les combattants retrouvent une place prépondérante, participant ainsi à la construction d’histoire de la Grande Guerre, ès peu de témoignages émanent d’infirmières ou de médecins au front ont été jusqu’à présent publiés.

C’est le parcours de la Néracaise Léonie Bonnet – née Bellot – (1892-1972), infirmière à l’arrière et dans la zone des armées, que nous vous proposons de suivre à travers son journal, sa correspondance et de nombreuses photographies inédites.

Incroyable trajet qui l’amena de Nérac à Montbéliard et à Belfort, en passant par l’hôpital Grand Lebrun à Bordeaux, et qui lui permit de travailler avec plusieurs célébrités : Marie Curie, le professeur Bergonié, le professeur Monod… Incroyable détermination aussi à vivre sa vie pleinement, même dans la guerre. Après la fin du conflit, Léonie revint à Nérac  et comme assistante sociale dévouée, elle consacra sa vie au service des autres et créa un dispensaire antituberculeux.

A travers la publication de ce témoignage multiforme de Léonie Bonnet, nous pouvons approcher de plus près une expérience de guerre, et par ricochet, comprendre mieux ce qu’elle a pu entraîner comme bouleversement dans les existences qui y furent confrontées. Tout en rendant hommage à ces anonymes « semeuses de courage ».

Date de sortie : 10 novembre 2008.

Prix : 15 euros (chèque à l’ordre des « Amis du Vieux Nérac ») sans frais d’envoi.

Contact : Céline PIOT, chemin des Aiguillons 47230 Lavardac, celine.piot@netcourrier.com

Rendez-vous de l’Histoire de Blois du 9 au 12 octobre 2008

Plusieurs membres du Crid 14-18 participent aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, où sera également présent un stand de librairie Crid / Edhisto diffusant nos ouvrages. N’hésitez pas à venir pour des discussions et dédicaces.

Débats organisés :

Vendredi 10 octobre

Café historique: Obéir et désobéir en temps de guerre.
De 20h30 à 22h30 – Café le Penalty ( 3, place de la Résistance)
Avec : ALYA AGLAN, maître de conférences à Paris X-Nanterre et NICOLAS MARIOT, chercheur au CNRS-CURAPP à Amiens.
Que représente la désobéissance en temps de guerre ? Réfléchir à la désobéissance, c’est aussi réfléchir, en creux, à ce qu’elle rompt : l’obéissance. Pour terrains d’études : les mutineries de 1917 et la Résistance durant le second conflit mondial.

Samedi 11 octobre

Pourquoi tant de guerres ?
De 10h à 11h30 – Amphi 1, antenne universitaire
De l’Antiquité au 20e siècle, l’histoire des Européens a été ponctuée de guerres de plus en plus dévastatrices. L’idéal de paix partagée, qui est à la source de la construction européenne, apparaît dans cette mesure comme une radicale nouveauté. Ce débat est consacré à la place longtemps majeure de la guerre dans l’histoire des Européens.
Intervenants : PATRICE BRUN, professeur d’histoire ancienne, Université de Bordeaux 3, GERD KRUMEICH, professeur d’histoire moderne et contemporaine à Düsseldorf, JOËL CORNETTE, professeur à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, NICOLAS OFFENSTADT,  maître de conférence en histoire médiévale à l’Université Paris I,  LAURENT WIRTH, inspecteur général de l’Education nationale.

La Grande guerre et ses représentations
De 10h à 11h30 – Amphi 3 de l’antenne universitaire
Débat proposé par les éditions Complexe à l’occasion de la publication des ouvrages Les profiteurs de guerre (1914-1918) (François Bouloc), Le Théâtre monte au front (dir. Chantal Meyer-Plantureux), Une guerre qui n’en finit pas : 1914-2008 (co-dir. Christophe Gauthier, David Lescot et Laurent Veray)
Intervenants : FRANCOIS BOULOC, docteur en histoire, ANTOINE DE BAECQUE, éditeur, DAVID LESCOT, auteur et metteur en scène, CHANTAL MEYER-PLANTUREUX, professeur en Arts du spectacle à l’université de Caen, et LAURENT VERAY, maître de conférences à l’université de Paris-X Nanterre.
Le cinéma, le théâtre, les images en général, furent des acteurs importants de la Première guerre mondiale, qui fut ainsi un conflit des représentations, usant et abusant de la propagande par l’image, et à l’origine d’une descendance foisonnante dont le pouvoir d’évocation est encore bien présent de nos jours. Ces représentations sont les enjeux de vives querelles ou de troublants consensus, relevant indéniablement d’une forme d’identité blessée de la nation française.

Les enjeux de la Grande guerre sur Internet
De 18h à 19h30 – Amphi vert – campus de la CCI
« La Grande Guerre n’appartient à personne, pas même aux historiens ». On vérifie cette affirmation sur Internet, où les sites et ressources consacrés à 1914 – 1918 ont connu un essor spectaculaire, en France comme dans d’autres pays.
Intervenants : DANIEL LETOUZEY, de l’APHG, ANDRE LOEZ, CRID 14-18, NICOLAS OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris 1, PHILIPPE RYGIEL, maître de conférences à l’université de Paris 1.

Dimanche 12 octobre

La Grande Guerre, Entre pacifisme et patriotisme
De 14h à 15h30 – Amphi 3 de l’antenne universitaire
Débat proposé par les éditions Larousse à l’occasion de la sortie du Dictionnaire de la Grande Guerre (dir. Jean-Yves le Naour)
Intervenants : NICOLAS BEAUPRE, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Clermont-Ferrand, JEAN-MAURICE DE MONTREMY, journaliste, PHILIPPE FORO, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II-Le Mirail, JEAN-YVES LE NAOUR docteur en histoire, ANDRE LOEZ, Crid 14-18, maître de conférences en histoire contemporaine à Sciences-Po.
De la fleur au fusil à la der des ders, la Première Guerre mondiale est toute entière parcourue par la fluctuation des opinions publiques et des combattants. Quel est le poids réel des deux camps ? Comment les clivages ont-ils évolué ? Quelles leçons en ont été tirées par les politiques ? Et quel a été, au quotidien de l’expérience de guerre, l’impact réel de ces mots d’ordre ou de ces convictions ?

Télécharger l’ensemble du programme en version .pdf

Parution: François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918

François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918, Bruxelles, Complexe, 2008.

Les profiteurs de guerre, 1914-1918

Format : 160 * 240

Nombre de pages : 380

ISBN : 978-2-8048-0152-6

EAN : 9782804801526
Prix public : 23 € TTC

Cet essai d’histoire propose la première étude sur les profiteurs de guerre, et s’empare ainsi d’un objet fortement polémique, avec le souci de n’en minorer ni les excès ni la part de réalité.

La Grande Guerre fut un temps de sacrifice légitimé en France par l’égalitarisme républicain. La réalisation de profits fut ainsi vécue comme inacceptable. La presse, la littérature et aussi les lettres de dénonciations déversent alors un flot épidermique d’invectives contre des actes d’enrichissement, réels ou fantasmés, de ceux qu’on nomme très vite les « profiteurs de guerre ». Ces attaques sont si violentes qu’elles vont jusqu’à remettre en cause le sens de l’implication de la société française dans la guerre. Mais qu’est-ce qu’un profiteur de guerre ? À la réponse immédiate – une personne physique ou morale qui réalise des bénéfices au-delà de l’admissible -, viennent s’ajouter des questions troublantes en ce temps de guerre. Où tracer la ligne entre profit acceptable et inacceptable ? Le patronat et les entreprises peuvent-ils tout à la fois s’impliquer dans la mobilisation générale et vivre de cet effort de guerre ? Grâce aux archives de la Contribution sur les bénéfices de guerre, mise en place en 1916, François Bouloc recoupe les chiffres et arguments avancés par les entreprises ou les commerçants avec ceux établis par le fisc, pour mieux mesurer la part exacte de ces profits, au-delà des fantasmes, des invectives et des justifications. On entre alors de plain-pied dans la vie économique et sociale, intime parfois, de la France et des Français dans la guerre, la nécessité de se justifier entraînant les contribuables à raconter de façon détaillée leur vie et leur activité. Cet essai d’histoire propose la première étude sur les profiteurs de guerre, et s’empare ainsi d’un objet fortement polémique, avec le souci de n’en minorer ni les excès ni la part de réalité.

Lire la présentation de la thèse de François Bouloc.

Parution: La vie au quotidien dans les tranchées de 1914-1918

Rémy Cazals, André Loez, La vie au quotidien dans les tranchées de 1914-1918, Pau, Cairn éditions, 2008, 296 p., 20 €.

4 de couverture :

Alors que tous les combattants français de 1914-1918 ont disparu, ce livre s’attache à faire revivre et comprendre leur expérience. Pendant la Grande Guerre, tous les mobilisés n’ont pas combattu, tous les soldats n’ont pas vécu dans les tranchées face aux tranchées allemandes. Ce livre s’intéresse aux hommes des tranchées, les fantassins ; il explore tous les aspects de leur terrible quotidien. Une telle plongée dans l’univers du conflit est rendue possible par les nombreux témoignages que ces hommes ont laissés, carnets, souvenirs et lettres, et qui sortent depuis quelques années des tiroirs où ils dormaient. Ce livre veut donner la parole à ces hommes, directement ; ils ne seront pas vus ici par leurs chefs, par des observateurs prudemment restés à l’arrière, ou par ceux qui étaient sur le front avec l’intention de produire une œuvre littéraire. Ces hommes ordinaires disent avec précision, parce qu’ils l’ont vécue, l’horrible réalité de la vie matérielle, dans la boue, sous les obus ou face aux balles des mitrailleuses, leurs réactions à la violence commandée et subie, l’expression de leurs sentiments, de leurs espoirs, de leur désespoir. Ce qu’ils pensent de la guerre et de la paix, de leurs chefs et des gens de l’arrière. Comment ils se comportent vis-à-vis de leurs ennemis. Les valeurs qui apparaissent dans leurs récits sont celles de la vie civile en temps de paix, confrontée aux exigences d’une guerre inhumaine.

Pour répondre à ces intentions, seront développés les points suivants :

– La « découverte » de la guerre des tranchées, une guerre inattendue, qui a surpris les survivants de la guerre de mouvement de l’été 14, puis les renforts et les jeunes classes mobilisées par anticipation.

– Les formes du combat, la mort à affronter. Les moments les plus critiques : subir les bombardements, sortir de l’abri précaire des tranchées pour passer à l’attaque, « nettoyer » les positions prises à l’ennemi. On évoquera le sort des cadavres, les blessés et le service de santé qui les prend en charge, le moment de la capture, les disparus.

– La vie des tranchées est aussi faite de travail de terrassement pour les construire et les entretenir, de corvées de transport de matériaux, munitions, ravitaillement ; la boue est alors l’ennemi n° 1.

– Vivre dans les tranchées demande une forte capacité d’adaptation à des formes de vie inhumaines (les comparaisons animalières sont fréquentes) ; dormir, manger, boire, se laver… ; vivre au sein d’une nouvelle famille, l’escouade, en conservant un lien ténu mais extrêmement important avec la vraie famille restée « au pays ».

– Ces combattants vivent et meurent sous le regard des autres. Eux-mêmes, les hommes des tranchées, portent un regard parfois confiant, souvent critique sur les chefs, sur l’arrière où l’embusqué est à la fois détesté, méprisé et envié, sur les femmes désirées et absentes. Quant aux relations avec l’ennemi, elles vont des flambées de haine, ponctuelles, aux fréquentes trêves tacites et même, parfois, jusqu’à la fraternisation.

– Dans les tranchées, on cherche à donner du sens à cette vie qui semble n’en avoir point. Lorsque cela devient impossible, on s’effondre, on cherche à échapper de toutes les manières, jusqu’aux refus d’obéissance qui ont pris un caractère collectif en 1917.

– Les hommes des tranchées ont eu le souci de garder trace écrite de leur expérience traumatisante et de la transmettre aux autres et à la postérité, afin de condamner tous les bourrages de crâne qui insultaient leur misère.

– La force et l’originalité de ce livre tiennent à la connaissance solide que les auteurs ont de leur sujet, et à l’utilisation de dizaines de témoignages d’authentiques hommes des tranchées, souvent inédits.

Rémy Cazals et André Loez, historiens, ont écrit de nombreux ouvrages sur la Grande Guerre. Tous deux membres fondateurs du CRID 14-18, ils ont organisé et publié d’importants colloques internationaux d’histoire. Ils nous livrent ici le résultat de leurs recherches, à destination du plus large public.

Parution: Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre dans le nord-est de l’Oise

Sous la direction de Thierry Hardier et de Jean-François Jagielski,

Les monuments commémoratifs de la Grande Guerre dans le nord-est de l’Oise

(cantons d’Attichy, Guiscard, Lassigny, Noyon, Ressons-sur-Matz et Ribécourt)

ouvrage réalisé avec des élèves de troisième du collège Paul Eluard de Noyon. Publication avec le Souvenir français et le Crid 14-18.

L’inventaire proposé dans ce livre concerne deux catégories de monuments. D’une part, les monuments aux morts qui furent érigés pendant la guerre même par les unités combattantes : nous en avons ainsi recensé 27, dont plus des deux tiers furent érigés par les Allemands. D’autre part, les monuments commémoratifs créés après la guerre à l’initiative de familles (monuments familiaux), d’amicales d’anciens combattants (monuments régimentaires), ou encore, depuis ces dernières années, par des associations comme le Souvenir Français. Ils sont au nombre de 40 et se localisent en bordure de champ, en lisière de bois ou en agglomération, sur les lieux mêmes des combats.

Ces deux types de monuments restent relativement méconnus contrairement aux monuments aux morts communaux qui ont fait, ces dernières années, l’objet de nombreuses études et qui ne seront pas abordés dans le livre.

Cet ouvrage dresse un état des lieux de ces monuments commémoratifs. Il a également été conçu comme un guide permettant au lecteur, à partir des notices et des cartes proposées, d’organiser son propre circuit de mémoire.

Contenu du livre : Préface. Introduction. 1ère partie : les monuments commémoratifs érigés pendant la Grande Guerre, avec une note de synthèse et la description des 27 monuments inventoriés (8 monuments français et 19 monuments allemands). 2ème partie : les monuments commémoratifs érigés après 1918, avec une note de synthèse et la description des 40 monuments inventoriés (monuments familiaux, régimentaires et divers). Le livre comprend aussi 5 annexes :     1) Les plaques commémoratives de la Grande Guerre. 2) Récapitulatif des cimetières militaires dans le nord-est de l’Oise. 3) En parcourant les cimetières militaires de la Grande Guerre. 4) Tombes individuelles des cimetières de la Grande Guerre : mode d’identification. 5) Les aménagements des cimetières militaires actuels. Dans le livre, 2 cartes localisent les monuments encore existants.

Fiche technique du livre : format 16 x 23 cm, à la française. 204 pages. Livre illustré par 100 photos et cartes postales ainsi que par 2 cartes. Ouvrage avec couverture couleur.

Commander le livre

bulletin au format .pdf

Parution: le Graffiti des tranchées

L’association Soissonnais 14-18 publie un ouvrage consacré à l’ensemble des traces dessinées, peintes, gravées ou sculptées, effectuées par les combattants de la Première Guerre Mondiale, Le Graffiti des tranchées.

Il est disponible auprès de l’association au prix initial de 30€.

Télécharger le bulletin de souscription (format pdf):

bulletin-souscription-graffiti

Parution: Jünger dans la Pléïade

Les Journaux de guerre d’Ernst Jünger paraissent dans la Pléïade, accompagnés d’un important appareil critique. Saluée par les littéraires, cette parution permet de (re)découvrir des textes importants et parfois difficiles d’accès comme Orages d’acier, Le Boqueteau 125, et de nombreux autres courts textes méconnus. Personnage ambigu, Jünger illustre une des solutions adoptées par les anciens combattants pour faire sens de leur expérience: l’esthétisation de la violence et l’exaltation de l’honneur ou de l’héroïsme.