Parutions: dernier poilu, violence de masse

Signalons deux parutions récentes:
-Dans le Monde diplomatique d’avril 2008, Nicolas Offenstadt revient sur l’hommage au « dernier poilu ».

-Plus qu’une parution, c’est la mise en ligne d’un projet important: l’encyclopédie des violences de masses, dirigée par Jacques Sémelin (en anglais). Pour 1914-1918 on y trouve notamment des éléments sur l’empire ottoman et le génocide des arméniens.

Une réunion au Service Historique de la Défense (SHD) de Vincennes

La salle de lecture actuelle des archives de l’armée de terre
Lundi 31 mars se tenait une réunion organisée par le Département des publics et de la valorisation au Service Historique de la Défense à Vincennes. Des lecteurs du SHD y étaient conviés dans le cadre de la réorganisation et de la mise en œuvre de la « Charte Marianne », destinée à améliorer le fonctionnement du service et l’accueil des publics. Nous avons donc pu y assister et participer à une discussion fructueuse. En voici un compte-rendu partiel avec les quelques informations glanées depuis la salle.
L’exposé initial de la situation du SHD et des archives est d’un très grand intérêt : on savait le site inadapté, cela a été confirmé. Le pavillon des armes, salle de lecture actuelle des archives de l’armée de terre, est dans un état de vétusté et de sécurité qui limite le nombre quotidien de lecteurs. Surtout, la dispersion et l’éclatement tant des dépôts que des salles de consultation et de communication (bibliothèques, salles de lecture) et des services techniques (reliure, reproduction, etc.) génère de la confusion et des flux incessants – que tous les utilisateurs connaissent, qui ont vu des militaires traverser en tous sens les cours du château et les camionnettes transporter les cartons d’archives d’un point à un autre. De plus, le site est partagé entre le ministère de la Défense et celui de la culture qui gère et fait visiter le Donjon et la Sainte-Chapelle (monuments historiques) ce qui peut être source de difficultés supplémentaires pour les publics et les agents.
Ces publics sont justement d’une grande diversité. On a ainsi appris qu’il y avait 5.011 lecteurs inscrits, pour plus de 20.000 visites annuelles au SHD. Parmi eux, 1312 inscrits depuis plus d’un an. La composition de ce public est intéressante : 53% de généalogistes (!) contre 12% d’universitaires et étudiants, et 11% de chercheurs étrangers.
Un débat vif et vivant s’est instauré pour présenter les besoins voire les doléances de ces différentes catégories de lecteurs. Les responsables des archives ont indiqué qu’ils souhaitaient, conformément à la loi, assurer l’équité dans la communication des documents, en restant souples afin de permettre aux chercheurs et étudiants de consulter en cas de besoin (séjours parisiens limités, travaux universitaires à rendre…) des documents plus nombreux que les 3 règlementaires.
En tant que membre du Crid 14-18 et pensant à tous les collègues, provinciaux notamment, frustrés lors de séjours brefs, on a tenté d’attirer l’attention sur les difficultés qui peuvent alors se présenter : problèmes de réservations, de limites à la consultation de documents, d’accès aux cotes, etc.
Des suggestions et propositions ont ainsi été avancées depuis la salle. L’idée d’une ouverture « nocturne » (17-20h au moins) un jour par semaine a été avancée : cela permettrait à tous ceux qui travaillent de ne pas avoir à systématiquement prendre un jour de congé pour venir aux archives ! Comme pour l’ouverture hypothétique le samedi, toutefois, on se heurte là à des problèmes de personnel, dans un contexte peu propice aux recrutements
Plusieurs lecteurs, en particulier généalogistes, ont fait valoir la nécessité d’un système d’échanges ou de consultation à distance de documents (par chercheurs interposés – et éventuellement rémunérés) comme cela se fait, semble-t-il, à l’étranger. La difficulté est que le SHD n’a pas le droit d’orienter d’éventuelles demandes vers tel ou tel. On propose alors d’intégrer au site Internet du SHD un forum de discussion. La difficulté est, là encore, que le SHD n’aura pas forcément les ressources pour l’animer et le modérer. D’ici là, on peut en parler sur le Forum du Crid 14-18 par exemple !
On suggère aussi, concernant les nouvelles technologies, l’accès au WiFi dans les salles (envisageable, mais des problèmes de sécurité se posent) et un meilleur contrôle de la photo numérique, source souvent de nuisances sonores pour les autres lecteurs.
La grande question est celle de la numérisation des inventaires et des instruments de recherche. Pour certains d’entre eux (Ancien Régime) elle est sensible et coûteuse. On a pu (re)découvrir à cette occasion que de nombreux inventaires sont déjà en ligne, dont, ce qui est crucial pour la Grande Guerre, ceux de la série N.
Changements à l’horizon L’amélioration des services avec l’application de la « charte Marianne » est déjà sensible : ouverture le lundi des archives du SHD-terre depuis fin 2007. D’autres changements sont prévus : un déplacement de cette salle de lecture vers le Pavillon du roi (2e cour, à droite) à l’horizon 2009, où toutes les places seront équipées d’une prise électrique (!), ainsi que l’acquisition de 75 km linéaires supplémentaires de magasins au Fort Neuf de Vincennes (toujours un problème de flux à prévoir…).
La question des réservations qui focalise les critiques va être prise en compte : un standard et des postes Internet sont en cours d’installation au secrétariat, permettant de répondre plus facilement aux demandes. Dans l’ensemble, on doit souligner la grande disponibilité et le pragmatisme souriant et efficace des responsables du SHD, dans le fil du travail remarquable de ses agents. N’ayant pu assister à l’ensemble de la réunion, on indiquera simplement pour finir que le SHD souhaite continuer à s’améliorer en lien avec ses lecteurs, dont les associations qui peuvent constituer un relais et un interlocuteur. Au Crid 14-18, nous serons très heureux d’y travailler, d’autant que nous réalisons un Guide des sources de la Grande Guerre.
André Loez
Crid 14-18

Quel hommage pour quel poilu ? Réponses à Ivan Levaï.

De « grandiloquentes funérailles ». Dans Le Monde du 16/17 mars, Francis Gouge et Benoît Hopquin soulignent la pompe prévue pour l’hommage au dernier poilu demain lundi 17 mars et rappellent en miroir le rejet par Lazare Ponticelli de ce genre de cérémonie (« le vieux Monsieur aurait-il aimé voir ça ? »). Interrogé par Benoît Hopquin, j’ai donné mon point de vue, qu’il a – c’est le jeu – rendu en résumé : « C’est une cérémonie d’adhésion, de glorification, plutôt qu’un moment de réflexion, assure l’enseignant de Paris-I. Il y a le même déploiement que dans la lettre de Guy Môquet. »

Ivan Levaï s’en indigne sur France Inter ce 16 mars :

« Serait-ce trop ? Oui, selon LE MONDE qui juge ce cérémonial grandiloquent. Et trop, selon l’historien Nicolas Offenstadt, spécialiste de la Grande Guerre, qui enseigne à Paris I. Selon lui, il faudrait redouter, au lendemain des élections municipales, une nouvelle polémique, sur la récupération de la mémoire.

« Je regrette, dit-il en page 10 du MONDE aujourd’hui, cet usage de l’Histoire. On propose une cérémonie d’adhésion et de glorification, au lieu d’un moment de réflexion. Il y a le même déploiement que pour la lettre de Guy Môquet.» Et badaboum, c’est reparti pour un tour. Le second est déjà annoncé pour mardi prochain, au plateau des Glières où Nicolas Sarkozy doit honorer les héros de la Résistance.

Résumons : Guy Môquet, shoah, dernier poilu, résistance en Haute-Savoie, interdiction au chef de l’État de dire quoi que ce soit. (…)

L’Histoire aux historiens… et silence et justification imposés aux témoins? »

Cet ensemble de confusions par un chroniqueur pressé amène à quelques précisions. Il ne s’agit pas d’en faire « trop » mais de faire ringard, traditionnel et très conservateur. Par ailleurs l’article du Monde juge en regard de ce que voulait le dernier poilu. En ce sens, il rappelle légitimement que l’État rebâtit ici à sa manière le rituel qui a failli lui échapper parce que les deux derniers poilus ont d’abord refusé les obsèques nationales, sans compter le profil atypique du der des ders (un italien engagé dans la légion qui combat à partir de 1915 dans l’armée italienne)…

Ce qui me frappe, en tant qu’historien, n’est évidemment pas ce dont parle Ivan Levaï. La parole des témoins est notre matériau et un matériau essentiel. En revanche, la mort du dernier poilu étant envisagée de longue date, elle aurait pu être l’occasion, en effet, d’un « moment de réflexion ». Cela impliquait d’ouvrir un espace de discussion (sous forme d’une site ressource par exemple), de mettre les artistes à contribution, qui ont tant fait pour les mémoires de la Grande Guerre : Pourquoi ne pas prévoir des diffusions sur écrans de plein air de films marquants ou une semaine du cinéma de 14/18 ? Pourquoi ne pas organiser dans les écoles une représentation théâtrale autour de la Grande avec tant de pièces qui permettent de parler de la guerre avec modernité (on pense par exemple aux formidables Mémoires d’un rat mises en scène par Christine Bussière), plutôt qu’un cours solennel dans les classes sur tout le territoire de la République comme c’est envisagé (et cela rappelle bien l’affaire Guy Môquet, voir le site du CVUH), ou bien des lectures, pour tous, par des comédiens, de témoignages des combattants ? Lorsque sur le Chemin des Dames, par une belle journée d’été de juin 2007, lors d’un hommage aux tirailleurs sénégalais qui fut marqué par l’inauguration d’une oeuvre évocatrice de Christian Lapie, Manu Dibango joua quelques notes de saxophone et que fut lu avec talent le poème de Senghor aux tirailleurs sénégalais, l’hommage y était, l’émotion et la réflexion aussi. Et ce n’était qu’une cérémonie modeste à l’échelle du Chemin des Dames…

Pourquoi ne pas innover, inventer des formes commémoratives contemporaines, pour parler aux contemporains, plutôt que l’éternelle cérémonie aux monuments aux morts, les honneurs militaires et la pose d’une plaque dans un lieu qui en compte déjà des dizaines en mémoire des combattants de 14/18 (voir les galeries à l’étage dans la cour centrale) ? En 1998, Jean-Pierre Masseret, secrétaire d’État aux anciens combattants, qui n’était pas un révolutionnaire de la mémoire, avait déjà prôné de nouvelles formes commémoratives pour la Grande Guerre… Autrement dit, lundi, on risque bien, de nouveau, de voir se déployer l’éternel grand récit national, l’appel à une citoyenneté d’adhésion et non pas à une citoyenneté de réflexion qu’auraient encouragé des lieux de débats ou de déploiement artistique. Voici précisées ces quelques lignes du Monde.

Nicolas Offenstadt

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne/Crid 14-18

La Grande Guerre aujourd’hui, Mémoire(s), Histoire(s) (Agen, novembre 2008)

Le programme complet du colloque d’Agen – Nérac des 14-15 novembre, dont l’appel à communication se trouve ci-dessous, est désormais disponible au format .pdf:

programme-du-colloque-agen-14-novembre-2008

Appel à communication –

Journée d’étudessamedi 14 novembre 2008, Agen (Lot et Garonne).

La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s)

Dans le cadre des commémorations du 90e anniversaire de la signature de l’armistice du 11 novembre 1918, l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen et l’association les Amis du Vieux Nérac organisent une journée d’études autour de la Grande Guerre, et en particulier sur les thématiques des mémoires et de ou des histoire(s) de ce conflit majeur qui reste très marqué dans l’espace public aujourd’hui.

Quelles sont ces mémoires liées à 14-18 : mémoires de familles dont les membres ont été décimés par la guerre, mémoires des combattants, mémoires des civils, mémoires des « indigènes » mobilisés dans l’armée nationale ? Autant de destins, autant de mémoires qui ont circulé jusqu’à nous par le biais des témoignages, des objets pieusement conservés, des monuments érigés lisibles dans le paysage actuel des départements, dont celui du Lot et Garonne. Quels aspects particuliers rapprochent ou opposent ces mémoires du conflit, et comment l’historien s’appuie sur elles pour en élaborer l’histoire? Ces questions essentielles pour qui veut mieux comprendre la Grande Guerre et son écho seront au cœur de cette journée d’études.

Axes de travail :

A partir de cette problématique générale, cette journée d’études se propose d’explorer les mémoires de la Grande Guerre, son ou ses histoire(s) selon deux axes différents mais complémentaires :

Traces de 14-18 : quelles sont aujourd’hui les traces de l’événement, lisibles dans les familles ou l’espace public qui servent de support aux mémoires et à l’écriture de l’histoire du conflit. Témoignages publiés ou conservés encore dans les armoires familiales, photographies, archives officielles des autorités civiles ou militaires, monuments aux morts, cimetières, objets fabriqués au front… Autant de supports vecteurs d’une perception du conflit, de mémoires plurielles et de sources pour l’historien.

Les départements du Sud Ouest et celui du Lot et Garonne en particulier pourront être particulièrement étudiés dans le cadre de ce premier axe.

– La place de la Grande Guerre dans l’espace public local et national 90 ans après l’armistice : comment le conflit est-il présenté aux Français aujourd’hui, à la fois dans les médias et à l’école, quelles mémoires sont privilégiées et à l’inverse, quels événements ont du mal à trouver leur place ? Par ailleurs, tant il est vrai que « l’histoire, c’est ce que font les historiens » comme le rappelle Antoine Prost, l’historien étant fils de son temps, quelles grandes questions dominent la recherche aujourd’hui, comment ont-elles évolué depuis la guerre elle-même ? Autant de questions qui mettent en relief la perception contemporaine de la Grande Guerre.

Procédure de communication

Afin de porter sa candidature à l’attention des organisateurs, il s’agit de faire parvenir au comité scientifique dont l’adresse est précisée ci-dessous le titre et la présentation de leur projet de la communication (1500 signes maximum) avant le 1er mai 2008. Les candidats retenus se verront alors contacter et préciser les modalités de présentation du texte final et de leur intervention. A l’issue de la journée, l’ensemble des communications sera publié dans les meilleurs délais conjointement par les Amis du Vieux Nérac et l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen.

Comité scientifique

Pour cette journée d’études, le comité scientifique est composé d’Alexandre Lafon, Professeur d’Histoire et Géographie et doctorant à l’Université de Toulouse II – Le Mirail ; de Céline Piot, Professeur d’Histoire et Géographie, doctorante à l’Université de Bordeaux III et présidente des Amis du Vieux Nérac; de David Mastin, professeur d’Histoire et Géographie, doctorant à l’Université Paris X- Nanterre, de Bertrand Solès, vice-président de l’Académie des Sciences, Art et Lettres d’Agen.

Contacts et renseignements

Journée d’études : « La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s) »

– Lafon Alexandre – 0553877824 – carpediem16@wanadoo.fr.

La mort du « dernier poilu », Lazare Ponticelli


On apprend le décès à 110 ans de Lazare Ponticelli, dernier survivant connu de la Première Guerre mondiale en France, et pour cela désigné partout comme le « dernier poilu » depuis la mort de Louis de Cazenave en janvier dernier.
Ce peut être le moment de réécouter les récits confiés à une journaliste de Libération en 2005 et dont le Forum du Crid 14-18 s’était fait l’écho.
C’est aussi l’occasion de réfléchir aux usages publics qui seront fait de cet « événement » : on se souvient que ces anciens soldats avaient refusé l’idée d’un hommage ou de funérailles nationales, et, partant, les récupérations ou instrumentalisations politiques qui pouvaient s’y opérer. L. Ponticelli avait fini par accepter le principe d’une cérémonie à condition qu’elle soit simple et n’oublie pas tous les autres combattants. Il ne fait guère de doute qu’une telle opération aura lieu: la nouvelle du décès a ainsi été annoncée par l’Elysée.
On renvoie pour comprendre ces enjeux à l’article de Nicolas Offenstadt, « Le pays a un héros: le dernier poilu », dans l’Histoire de mai 2007, à son entretien dans l’Express, et à son analyse sur notre site.

Mise à jour du 16 mars: nouveau texte de Nicolas Offenstadt sur « une anticipation du dernier poilu en 1938 »

Mise à jour : Réponse à Ivan Levaï, « quel hommage pour quel poilu? »

André Loez

Parution: Jünger dans la Pléïade

Les Journaux de guerre d’Ernst Jünger paraissent dans la Pléïade, accompagnés d’un important appareil critique. Saluée par les littéraires, cette parution permet de (re)découvrir des textes importants et parfois difficiles d’accès comme Orages d’acier, Le Boqueteau 125, et de nombreux autres courts textes méconnus. Personnage ambigu, Jünger illustre une des solutions adoptées par les anciens combattants pour faire sens de leur expérience: l’esthétisation de la violence et l’exaltation de l’honneur ou de l’héroïsme.

Expositions: guerre et poste ; soldats africains

Signalons plusieurs expositions intéressant l’histoire de la Grande Guerre:

Au musée de la Poste, dans le XVe arrondissement de Paris, se tient jusqu’au 15 mars l’exposition « Guerre et Poste. L’extraordinaire quotidien des Français en temps de guerre de 1870 à 1945 ».

Par ailleurs, la Caverne du Dragon, qui affiche un site internet tout neuf, présente jusqu’au 20 avril 2008 l’exposition « dans la guerre des Toubabs » consacrée aux soldats africains.

MODIFICATIONS: séances du séminaire « la guerre des sciences sociales »

Attention: une modification de l’ordre des séances au séminaire « la guerre des sciences sociales » intervient en mars et en avril.

  • Le 17 mars, Nicolas Mariot présentera une séance sur le thème: « que sait-on du génocide des Rwandais tutsi? », à partir d’articles de Claudine Vidal.
  • Le 14 avril 2008, séance autour des travaux de Denis Crouzet. Discussion à partir d’un extrait des Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Champ Vallon, 1990, Préface de Pierre Chaunu, Avant-propos de Denis Richet (responsable de séance : Philippe Olivera).

Le nouveau programme est disponible en ligne.

Les séances ont lieu le lundi, de 16h30 à 18h30, à l’ENS boulevard Jourdan (Paris).