Parution: Jünger dans la Pléïade

Les Journaux de guerre d’Ernst Jünger paraissent dans la Pléïade, accompagnés d’un important appareil critique. Saluée par les littéraires, cette parution permet de (re)découvrir des textes importants et parfois difficiles d’accès comme Orages d’acier, Le Boqueteau 125, et de nombreux autres courts textes méconnus. Personnage ambigu, Jünger illustre une des solutions adoptées par les anciens combattants pour faire sens de leur expérience: l’esthétisation de la violence et l’exaltation de l’honneur ou de l’héroïsme.

Expositions: guerre et poste ; soldats africains

Signalons plusieurs expositions intéressant l’histoire de la Grande Guerre:

Au musée de la Poste, dans le XVe arrondissement de Paris, se tient jusqu’au 15 mars l’exposition « Guerre et Poste. L’extraordinaire quotidien des Français en temps de guerre de 1870 à 1945 ».

Par ailleurs, la Caverne du Dragon, qui affiche un site internet tout neuf, présente jusqu’au 20 avril 2008 l’exposition « dans la guerre des Toubabs » consacrée aux soldats africains.

MODIFICATIONS: séances du séminaire « la guerre des sciences sociales »

Attention: une modification de l’ordre des séances au séminaire « la guerre des sciences sociales » intervient en mars et en avril.

  • Le 17 mars, Nicolas Mariot présentera une séance sur le thème: « que sait-on du génocide des Rwandais tutsi? », à partir d’articles de Claudine Vidal.
  • Le 14 avril 2008, séance autour des travaux de Denis Crouzet. Discussion à partir d’un extrait des Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Champ Vallon, 1990, Préface de Pierre Chaunu, Avant-propos de Denis Richet (responsable de séance : Philippe Olivera).

Le nouveau programme est disponible en ligne.

Les séances ont lieu le lundi, de 16h30 à 18h30, à l’ENS boulevard Jourdan (Paris).

Débat: la « culture de guerre » (24 janvier 2008)

Table ronde dans le cadre des « Lundis de la BDIC »
Jeudi 24 janvier 2008

Existe-t-il une culture de guerre ? A propos d’un conflit d’interprétation autour de la Première Guerre mondiale

Peut-on expliquer la « brutalisation » et la durée du conflit par l’intensité du sentiment national et la haine de l’ennemi ? Peut-on opposer à la notion de « culture de guerre » une « culture de paix » ?

Table ronde avec le général André Bach, auteur de Fusillés pour l’exemple, 1914-1915 ; Jean-Jacques Becker, historien, Université Paris-X ; Gerd Krumeich, historien, Université de Düsseldorf ; Nicolas Offenstadt, historien, Université de Paris I.

Modérateur : Aldo Battaglia

Attention : cette séance a lieu au Musée d’Histoire Contemporaine (MHC-BDIC), Hôtel national des Invalides

17h – 19h

Lundi 17 décembre: café sciences humaines en Ardèche

Lundi 17 décembre, au Grand Café à Privas (07), à 19h30, en partenariat avec la librairie La Fontaine :

André Loez, professeur d’histoire-géographie au Lycée Georges-Braque d’Argenteuil. Il prépare actuellement à l’Université Montpellier III une thèse sur les Mutins de 17. Thème de la soirée : « La Première Guerre Mondiale aujourd’hui ».

Le principe de « café sciences humaines »:

« Nous sommes une association qui a pour but de donner accès à l’actualité de la recherche en sciences humaines en organisant des conférences-débats avec des auteurs. Ils viennent présenter un ouvrage récent et en discuter avec le public. Ces initiatives ont généralement lieu au Grand Café de Privas (en face de la place du Champ de Mars), et sont coorganisées par l’association Café Sciences Humaines et la Librairie La Fontaine.

Il y a à notre projet une dimension « aménagement du territoire intellectuel », consistant à essayer de faire en sorte que nous autres populations rurales ayons accès nous aussi à des rencontres de ce type, trop souvent réservées aux grandes zones urbaines et aux villes étudiantes. »

Voir le site et le programme des autres rencontres

Journée d’étude: « Relire les témoins », 12 décembre 2007

Relire les témoins :
la mémoire de la Grande Guerre

Dans la France de ces dernières années, une place importante a semble-t-il été accordée aux témoins directs de la Grande Guerre (publication de carnets de combattants, de lettres…). Cette tendance éditoriale est peut-être un effet de mode ; elle est en tout cas concomitante de la disparition des témoins directs (le « dernier poilu ») et elle pourrait être une façon de conjurer la fatale relégation dans l’oubli d’une évènement déjà ancien, et, de bien des manières, déjà dépassé. Cette tendance semble par ailleurs témoigner d’une volonté de renouer avec une mémoire « humaine », vécue, immédiate, par delà les récits nationaux, les re-présentations des historiens — voeu pieux, quand on sait ce que cette guerre doit au mythe, à la fiction, dès ses débuts? Il ne s’agit pas ici de ranimer les querelles sur les témoins, mais bien plutôt d’interroger la mémoire de cette guerre dans le présent. Cette journée d’études voudrait réunir des spécialistes d’histoire, de littérature, de cinéma, d’histoire de l’art afin de voir si le témoignage a le même sens (la même valeur?) dans ces champs divers : il voudrait aussi s’ouvrir à une perspective comparatiste.

Journée d’études organisée par le département Littérature et langages de l’École normale supérieure

Mercredi 12 décembre 2007

École normale supérieure – 45, rue d’Ulm- 75005 PARIS
Salle d’Histoire (escalier D, premier étage)

Matinée
9 h Accueil par Michel Murat, directeur du département.
Introduction par Déborah Lévy-Bertherat (ENS) et Corinne François-Denève (University of Liverpool)

9 h 30 Rémy Cazals (Université de Toulouse II-Le Mirail / Crid 14-18)
« Chercher, publier, exploiter les témoignages de 1914-1918 »

10 h Luc Rasson (Université d’Anvers)
« Quand l’animal témoigne »

10 h 30 Discussion

11h 20 Carole Matheron (Université de Paris III-Sorbonne nouvelle)
« Témoins juifs de la Grande Guerre en Europe orientale »

11h 50 Christophe Mileschi (Université de Grenoble III-Stendhal)
« Le témoignage des « grands » écrivains italiens de la Première Guerre mondiale: silence, enthousiasme et remords. »

12h 20 Discussion

Après-midi

14 h 30 Philippe Dagen (Université de Paris IV-Sorbonne)
« Photographie de guerres : de la preuve au pieux mensonge. »

15h 00 Clément Puget (Université Bordeaux III (ARTES))
« D’Abel Gance à Bertrand Tavernier. (Re)lire les témoignages filmiques/filmés ».

15 h 30 Corinne François-Denève (University of Liverpool)
« Blackadder goes forth, Ben Elton, Anne Perry : témoignages de la Grande Guerre et culture populaire anglaise »

16 h 00 Discussion

16 h30 Conclusion de la journée (Corinne François-Denève et
Déborah Lévy-Bertherat)

Contacts :
Corinne François-Denève : c.francois-deneve@tiscali.fr
Déborah Lévy-Bertherat : levybert@ens.fr