Exposition: amours, guerre et sexualités 1914-1945

Signalons l’exposition qui s’ouvre à Paris, au Musée de l’Armée avec la collaboration de la BDIC, du 22 septembre au 31 décembre 2007:

« Cet événement a l’ambition de présenter un sujet nouveau : à la croisée de l’histoire des
guerres et de l’histoire du genre, il s’agit de comprendre comment et en quoi les deux
guerres mondiales ont affecté les relations entre les hommes et les femmes, civils et
militaires, au niveau le plus intime, celui du rapport amoureux et de la sexualité. Ce
thème est développé à la fois sur le plan des pratiques, des imaginaires et des représentations. »

Voir la page du musée ou télécharger le dossier de presse.

22 septembre: inauguration du monument aux Sénégalais

croquis du monument (Christian Lapie)

Dans le cadre des manifestations du 90e anniversaire du Chemin des Dames, un monument aux tirailleurs sénégalais, réalisé par le sculpteur Christian Lapie, sera inauguré dans l’Aisne le 22 septembre 2007.

On peut consulter la page qui y est consacrée sur le portail du Chemin des Dames ou télécharger le dossier de presse de l’événement.

Colloque: de Gaulle et les « Jeunes Turcs », 20-21 septembre 2007

« 1930-1945 : De Gaulle et les « Jeunes Turcs » dans les armées occidentales : Une génération de la réflexion à l’action. »

Organisé par le CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire), sous la direction du Pr François Cochet (Université Paul Verlaine-Metz / Crid 14-18).

Lieux : Université Paul Verlaine-Metz (Ile du Saulcy) et Etat-Major de la Région Terre-Nord-Est.

Dates : 20 et 21 septembre 2007.

Partenaires : Commandement de la Région Terre Nord-Est, Fondation Charles de Gaulle, Service Historique de la Défense (SHD), Académie militaire de West Point, Militärgeschitliches Forschungsamt (MGFA), London King’s College, Université de la Sarre, Université de Turin.

Argumentaire :

En 1937, le Lcl De Gaulle prend le commandement du 507e Régiment de chars de combat de Metz. Ce temps de commandement lui permet de mettre en application, à la tête d’un régiment les conceptions développées sur le papier quelques années auparavant.

La principale piste de réflexion consiste à centrer les communications sur une génération de colonels ou lieutenants-colonels qui, au niveau de leurs armées respectives essaient d’imposer leurs conceptions de la guerre face aux générations antérieures. C’est donc résolument une approche comparative et générationnelle que nous souhaitons mettre en œuvre.

Cela passe par l’étude de parcours individuels étalés sur plusieurs étapes chronologiques : La première est la fin des années 1920 durant lesquelles, les « jeunes turcs » de différentes armées occidentales posent leur réflexion , passent à l’acte d’écriture ou d’expression de leurs idées. La fin des années trente les voit en situation de commandement et cela permet de vérifier leur aptitude à faire vivre leurs idées novatrices. La fin de la deuxième guerre mondiale constitue le moment qui permet de valider un certain nombre d’options théoriques antérieures. Les idées nouvelles des « Jeunes turcs » des années trente ont-elles été retenues par les pratiques guerrières de la Seconde Guerre mondiale ?

Le colloque se donne également pour tâche de vérifier les procédures de prise de parole de ces jeunes officiers supérieurs dans leurs pays respectifs. Il est évident que la capacité d’expression est considérablement variable selon les structures -démocratiques ou non- des différents Etats occidentaux. Cela doit permettre de préciser les procédures d’émergence des élites militaires d’un pays à l’autre, ainsi que d’éclairer les fonctionnements en réseaux.

Le projet ressort donc clairement d’une histoire des représentations croisées et d’approches interculturelles au sein de différentes armées de la sphère occidentale immédiatement avant et après de la grande faille de la Seconde Guerre mondiale. Une telle approche n’a pas encore été tentée et l’approche en termes de problématiques générationnelles devrait permettre de vraies innovations scientifiques.

Programme

Jeudi 20 septembre 2007.

Amphithéâtre de Lattre. Etat-Major de la Région Terre-Nord-Est.

MATIN :

10H : Accueil par le le Général de corps d’armée Jean-Marie Faugère, commandant de la Région Terre Nord-Est, des forces françaises et de l’élément civil stationné en Allemagne, et le Professeur Richard Lioger, Président de l’Université de Metz.

10H30 : Introduction : 1)-Pr François Cochet : « Eléments pour une approche générationnelle et comparative dans les milieux militaires ».

Les idées de De Gaulle :

Président de séance : Pr Alain Larcan, président du conseil scientifique de la Fondation de Gaulle.

11H : 2) -Joël Cambre (Maître en histoire) : «1937 : de Gaulle à Metz ».

11H 30 : 3)- Lieutenant-Colonel Rémi Porte (Ecole Supérieure des ORSEM) : « L’apport des camarades de promotion de l’ESG du colonel de Gaulle à la pensée militaire française ».

Débats et déjeuner.

APRES-MIDI :

Réflexions croisées, emprunts, échanges.

Président de séance : Pr Françis Balace (Université de Liège)

14H : 4)-Sous-lieutenant Krugler (SHD) : « Des de Gaulle inconnus en France ? »

14H30 5)-Capitaine Roudier (SHD) : « Quelle part des travaux antérieurs (1925-1930) retrouve-t-on dans les écrits du général de Gaulle, dans la perspective d’une liaison Air-Terre ? ».

15H : 6) Xavier Boniface (Maître de Conférences, Université du littoral/CNRS) : « De Lattre, chef de corps à Metz (1935-1937) : une tentative de renouvellement de l’instruction militaire ».

Débats et pause

La réception des idées.

Président de séance : Pr Rainer Hudemann (Université de la Sarre)

16H : 7)- Peter Jackson (Senior-lecturer, Université du Pays de Galles, Aberystwyth) « La réception des idées de de Gaulle en Angleterre ».

16H30 : 8)- Pr Françis Balace (Université de Liège) : «Autour de Raoul van Overstraeten : Vues larges et budget étroit : l’impossible gageure de l’armée belge, 1920-1940 ».

Débats et pause

17 H30 : 9) Philippe Oulmont (Fondation Charles de Gaulle) : « La réception des idées de Charles de Gaulle par le monde politique français ».

VENDREDI 21 SEPTEMBRE :

Université de Metz. Amphithéâtre Demange.

MATIN :

Des de Gaulle étrangers ? : référents théoriques et modalités d’émergence des « Jeunes Turcs » dans différentes armées.

Président de séance : Pr Olivier Dard (Université Paul Verlaine-Metz)

9H30 : 10)- Pr Giorgio Rochat (université de Turin) : « L’impossible émergence des « Jeunes Turcs » dans l’Italie fasciste ».

10H : 11)-Patrick Facon (SHD, Directeur de recherche, département Air) : « Les officiers de la « génération de Gaulle » face à Giulio Douhet. »

Débats et pause

11H : 12) -Général Robert Doughty (ER) : « Georges C. Marshall : Facing the « Harsh, Stern » Reality of War ».

11H30 : 13)-Pr Brian Holden Reid (King’s College London) : « Basil Lidell Hart et le Maj -Gen JFC Fuller ».

12H 14)- Dr. Matthias Strohn (Académie militaire de Sandhurst) : « Von Seeckt, Stuelpnagel, Blomberg, Fritsch, Beck : de la constitution de la Reichswehr à la guerre ».

Débats et déjeuner

APRES-MIDI :

La seconde guerre mondiale : Les idées à l’épreuve des faits :

Président de séance : Lieutenant-Colonel Rémi Porte

14H : Débats sur les trois dernières communications de la matinée.

14H30 : 15)-Oberst-Dr Winfried Heinemann (MGFA) : « Les officiers de la résistance allemande : entre loyauté et résistance radicale ».

Débats et pause

16H 16)-Colonel Ty Seidule (Académie Militaire de West Point) : « Dwight Eisenhower et Omar Bradley dans la Seconde Guerre mondiale ».

Conclusions : Pr Maurice Vaïsse (IEP Paris).

Comité scientifique :

François Cochet (Université de Metz), Olivier Dard (Université de Metz), Maurice Vaïsse, (IEP de Paris), lieutenant-Colonel Remi Porte (SHD), Rainer Hudemann (Université de la Sarre), Jacques Frémeaux( Université de Paris IV), Giorgio Rochat (Université de Turin).

9-10 novembre 2007: programme du colloque


Colloque « Obéir/Désobéir. les mutineries de 1917 en perspective », à Craonne et Laon (Aisne) les 9 et 10 novembre 2007, organisé par le Crid 14-18.
Le programme du colloque est disponible au format .pdf.
Les résumés des communications et toutes les informations pratiques sont sur la page du colloque.

6 octobre: la fabrique scolaire de l’histoire

Journée d’étude du CVUH (Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire), samedi 6 octobre 2007, 9h30-17h, EHESS, 105 boulevard Raspail, Paris, Amphithéâtre, entrée libre

Avec notamment une intervention d’André Loez (Montpellier 3, Crid 14-18) : « 1914-1918 : les simplismes scolaires de la « culture de guerre ».

Voir le programme détaillé sur le site du CVUH.

1er septembre 2007: Laffaux, Village mémoire de la Grande Guerre

Journée: LAFFAUX village mémoire de la Grande Guerre

Samedi 1er Septembre 2007
Laffaux, Aisne

Salle de la mairie, entrée libre
Informations : 06 82 92 44 67

10h-18h Exposition de photos : Laffaux et les environs en 1917 (à partir de
fonds inédits)

15h Conférence de Nicolas OFFENSTADT, historien, Université de Paris I :
Laffaux au cœur de la Grande Guerre.

15h 30 Présentation et dédicace de son dernier livre : La Grande Guerre en
30 questions ( Geste Editions)

16h Exposés de J.F JAGIELSKI et de T. HARDIER, historiens, enseignants :
Mémoires de pierres sur le Chemin des Dames (monuments familiaux et
monuments allemands)

17h Inauguration d’une plaque sur le monument Real Del Sarte.
(route de Neuville-sur-Margival)

17h 45 Concert de TICHOT
14-18 avec des mots, une vie d’bonhomme

Exposition à Montauban

Exposition « Hurtebise 1914 – La 1ère bataille du Chemin des Dames sous le crayon du capitaine Nougarède » du 15 septembre au 15 décembre 2007, musée de la Résistance et de la Déportation de Montauban.
Coordonnées : 33, grand’rue Villenouvelle 82000 MONTAUBAN,
tel : 05-63-66-03-11- email : musee-resistance@ville-montauban.fr
Lien site web ville de Montauban présentant l’exposition :

http://www.montauban.com/detente/detente_actualites/actu1.php

Présentation: Originaire du Tarn-et-Garonne, le capitaine Pierre-Alfred Nougarède a consigné ses croquis et notes pris sur le front en 1914 dans des carnets qui nous font entrevoir des paysages encore épargnés en ce début de guerre, mais déjà, des habitations dévastées et la mort qui rôde en permanence sur le champ de bataille. C’est ce travail de mémoire réalisé par le capitaine Nougarède que nous propose de découvrir le musée de la Résistance et de la Déportation, faisant ainsi écho en 2007, au dessein poursuivi par le soldat en entreprenant la rédaction de ses carnets : trouver un moyen pour que la France se souvienne, “pour que nos enfants, nos descendants connaissent bien les actes de dévouement, les actions d’éclat ou le sacrifice complet de chacun de ces héros”. En nous livrant ainsi,“ l’histoire véridique de faits, dits de “détail” (…) et qui sont tout à l’honneur des “petits”, des acteurs directs du drame, des simples et héroïques “poilus” ”, il nous restitue son souvenir dans toute sa force rendant imprescriptible ce témoignage rare et précieux sur ce que fut le quotidien des soldats sur le front de 1914. Attaché à développer ses échanges culturels en nouant de nouveaux partenariats, le musée de la Résistance et de la Déportation de la Ville de Montauban a collaboré à une première exposition en 2006 à Craonne, village proche du Chemin des Dames, organisée en partenariat avec la municipalité de Craonne et le Collectif de recherche international et de débat sur la Grande Guerre. Après ce “retour aux sources”, il était naturel que le musée de la Résistance et de la Déportation, propriétaire du fonds Nougarède depuis 1998, présente ce témoignage à Montauban, ville que le capitaine Nougarède a bien connue.

27-28 septembre 2007: colloque sur l’archéologie de la Grande Guerre

« Quelle Archéologie pour les traces de la Grande Guerre »
Colloque de Suippes et d’Arras, du 27 au 29 septembre 2007
Présentation: « Depuis près de 15 ans, quelques archéologues du Nord et de l’Est de la France ont engagé une réflexion sur la nécessité de prendre en compte les vestiges de la Grande Guerre, qui sont souvent omniprésents sur bien des chantiers d’archéologie préventive. Au terme d’expériences très diverses, il semble que certaines problématiques de recherche commencent à émerger dans cette discipline encore peu reconnue par la communauté scientifique. Mais cette dernière, ainsi que le grand public, montrent de plus en plus une curiosité et un intérêt certains pour ces recherches aux résultats souvent étonnants. Après avoir passé de nombreuses années à démontrer le bien fondé de cette démarche et au moment où elle commence à trouver un réel écho auprès de nombreuses personnes, il nous est apparu nécessaire de faire un premier point d’étape sur les problématiques archéologiques directement liées aux vestiges de la Première Guerre mondiale, mais aussi d’enrichir notre réflexion par des échanges avec des personnes étrangères à notre discipline et notamment avec des historiens de cette période, pour l’instant malheureusement absents de nos débats. »

Avec la participation de Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt (Crid 14-18)
Voir le programme détaillé.