Parution : Enseigner la Grande Guerre

Caroline Barrera et Rémy Cazals viennent de publier un livre richement illustré portant sur l’enseignement de la Grande Guerre. Cet ouvrage reprend les contributions d’un colloque organisé à Sorèze en octobre 2017. On notera la présence de nombreux chercheurs et enseignants, membres du CRID 14-18.

Continue reading « Parution : Enseigner la Grande Guerre »

Parution: François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918

François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914-1918, Bruxelles, Complexe, 2008.

Les profiteurs de guerre, 1914-1918

Format : 160 * 240

Nombre de pages : 380

ISBN : 978-2-8048-0152-6

EAN : 9782804801526
Prix public : 23 € TTC

Cet essai d’histoire propose la première étude sur les profiteurs de guerre, et s’empare ainsi d’un objet fortement polémique, avec le souci de n’en minorer ni les excès ni la part de réalité.

La Grande Guerre fut un temps de sacrifice légitimé en France par l’égalitarisme républicain. La réalisation de profits fut ainsi vécue comme inacceptable. La presse, la littérature et aussi les lettres de dénonciations déversent alors un flot épidermique d’invectives contre des actes d’enrichissement, réels ou fantasmés, de ceux qu’on nomme très vite les « profiteurs de guerre ». Ces attaques sont si violentes qu’elles vont jusqu’à remettre en cause le sens de l’implication de la société française dans la guerre. Mais qu’est-ce qu’un profiteur de guerre ? À la réponse immédiate – une personne physique ou morale qui réalise des bénéfices au-delà de l’admissible -, viennent s’ajouter des questions troublantes en ce temps de guerre. Où tracer la ligne entre profit acceptable et inacceptable ? Le patronat et les entreprises peuvent-ils tout à la fois s’impliquer dans la mobilisation générale et vivre de cet effort de guerre ? Grâce aux archives de la Contribution sur les bénéfices de guerre, mise en place en 1916, François Bouloc recoupe les chiffres et arguments avancés par les entreprises ou les commerçants avec ceux établis par le fisc, pour mieux mesurer la part exacte de ces profits, au-delà des fantasmes, des invectives et des justifications. On entre alors de plain-pied dans la vie économique et sociale, intime parfois, de la France et des Français dans la guerre, la nécessité de se justifier entraînant les contribuables à raconter de façon détaillée leur vie et leur activité. Cet essai d’histoire propose la première étude sur les profiteurs de guerre, et s’empare ainsi d’un objet fortement polémique, avec le souci de n’en minorer ni les excès ni la part de réalité.

Lire la présentation de la thèse de François Bouloc.