Le CRID 14-18 sur le terrain, dans les Vosges

Cet été, le CRID 14-18 a inauguré ses premiers ateliers d’étude du 15 au 19 juillet, dans les Vosges, à Senones.

C’est l’abbaye de la commune qui a accueilli de longues séances de discussion, réflexion et recherche autour d’un nouveau projet : la constitution d’une base de données à partir des registres matricules.

Fidèle à nos habitudes, nous avons alterné séances de travail autour d’une table, découverte des champs de batailles et moments de convivialité. Les traces de la guerre dans le massif sont particulièrement nombreuses et variées : tranchées, blockhaus, grottes artificielles, observatoires, nécropoles. Un remarquable travail de mise en valeur de ces sites de guerre a été mené par les acteurs locaux, dans le cadre du centenaire, pour faire redécouvrir et donner sens à ces vestiges : balisage de sentiers de découvertes avec panneaux explicatifs, accès aux blockhaus et aux grottes, dégagement des tranchées.

Voici un petit aperçu en photos :

Séance de travail et de discussion

Fortifications allemandes sur la Roche de la Mère Henry

Dans les tranchées vosgiennes

Constructions allemandes à la Chapelotte

Nécropole de Fontenelle

Un terrain d'affrontement terrible : celui de pétanque

Des chercheurs tout terrain à la Chapelotte
Yann Prouillet, membre du CRID 14-18 et notre talentueux guide dans les Vosges

 

Projection-débat sur la Grande Guerre le 30 mars à la mairie du 11e (Paris)

Dans le cadre du cycle de conférences dédié à la Grande Guerre,la Mairie du XIe arrondissement organise une projection-débat autour du film  JOURNAL D’UN MEDECIN DANS LES TRANCHÉES de Joëlle NOVIC  (durée : 52 min).

A partir du journal de Lucien Laby, médecin et soldat, le film fait le récit de la vie sur le front entre Marne et Somme d’août 1914 à novembre 1918. A l’issue de la projection, un débat, en présence de la réalisatrice, sera animé
par André LOEZ, docteur en histoire contemporaine, spécialiste de la Guerre de 14-18, qui dédicacera ses ouvrages.

Vendredi 30 mars à 19h
Salle des mariages – Mairie du 11e

– 12, place Léon Blum – 75536 Paris Cedex 11
Tél. : 01 53 27 11 11 – www.mairie11.paris.fr

 

1914-1918, L’oeil en guerre Peinture publique, photographie privée (Journée d’étude et de débats à Laffaux, 27 juin 2009)

Conférence :  1914-1918, L’oeil en guerre
Peinture publique, photographie privée

Lieu : Mairie de Laffaux

Samedi 27 juin – 10 à 19 heures : Rencontres autour de la donation d’un tableau de guerre de Léon Printemps (1871-1945) à la commune de Laffaux.

>10 heures : présentation du tableau de guerre de Léon Printemps, donné à la commune de Laffaux et inauguration par Jean-Pierre Leguiel, Maire et Jacques Noireau, petit-fils du peintre et auteur du catalogue Léon Printemps

>10 h 30 – 11 h 30 : inauguration et présentation de l’exposition « Raoul Berthelé, un photographe amateur, entre le front et l’arrière » par Rémy Cazals, Professeur à l’Université de Toulouse II.

>11 h 30 – 12 heures : dédicace par l’auteur, de 1914-1918 Images de l’arrière-front. Raoul Berthelé, lieutenant et photographe (2008).

>14 heures – 18 heures : Peinture publique, photographie privée, 1914-1918 conférences et discussion

-Introduction par Nicolas Offenstadt, Maître de Conférences à l’Université de Paris I ;

-Marie-Claude Genet-Delacroix, Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims, « Le peintre et la guerre » ;

– Benjamin Findinier, Directeur des musées de Noyon, « La peinture de guerre au musée » ;

– Discussion ;

– Alexandre Lafon, Université de Toulouse II, « Regards sur la guerre : questions autour des photographies privées de soldats » ;

– Anna Fouquere, Université de Paris I, « Léon Lecerf, un médecin photographe dans la Grande Guerre ».
>18 h 30, projection de L’Aisne dévastée 1918, documentaire de 37 minutes réalisé à partir de séquences de 1918 et 1919.

>Toute la journée, stand librairie (Librairie Bruneteaux, Laon) et dédicaces.

>Tout le week-end l’exposition Raoul Berthelé accessible au public à la Mairie de Laffaux.

Organisé par la commune de Laffaux et le CRID 14-18 avec le soutien du Conseil général de l’Aisne.

« 14-18, le bruit et la fureur » : regard critique

Julien Mary, membre du Crid 14-18, propose sur le site du CVUH un compte-rendu critique du documentaire TV de Jean-François Delassus diffusé sur France 2 à l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice de 1918:

14-18, le bruit et la fureur : chronique d’une offensive télévisuelle

Voir également, sur Mediapart, Histoire et propagande: généalogie d’un documentaire

Rendez-vous de l’Histoire de Blois du 9 au 12 octobre 2008

Plusieurs membres du Crid 14-18 participent aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, où sera également présent un stand de librairie Crid / Edhisto diffusant nos ouvrages. N’hésitez pas à venir pour des discussions et dédicaces.

Débats organisés :

Vendredi 10 octobre

Café historique: Obéir et désobéir en temps de guerre.
De 20h30 à 22h30 – Café le Penalty ( 3, place de la Résistance)
Avec : ALYA AGLAN, maître de conférences à Paris X-Nanterre et NICOLAS MARIOT, chercheur au CNRS-CURAPP à Amiens.
Que représente la désobéissance en temps de guerre ? Réfléchir à la désobéissance, c’est aussi réfléchir, en creux, à ce qu’elle rompt : l’obéissance. Pour terrains d’études : les mutineries de 1917 et la Résistance durant le second conflit mondial.

Samedi 11 octobre

Pourquoi tant de guerres ?
De 10h à 11h30 – Amphi 1, antenne universitaire
De l’Antiquité au 20e siècle, l’histoire des Européens a été ponctuée de guerres de plus en plus dévastatrices. L’idéal de paix partagée, qui est à la source de la construction européenne, apparaît dans cette mesure comme une radicale nouveauté. Ce débat est consacré à la place longtemps majeure de la guerre dans l’histoire des Européens.
Intervenants : PATRICE BRUN, professeur d’histoire ancienne, Université de Bordeaux 3, GERD KRUMEICH, professeur d’histoire moderne et contemporaine à Düsseldorf, JOËL CORNETTE, professeur à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, NICOLAS OFFENSTADT,  maître de conférence en histoire médiévale à l’Université Paris I,  LAURENT WIRTH, inspecteur général de l’Education nationale.

La Grande guerre et ses représentations
De 10h à 11h30 – Amphi 3 de l’antenne universitaire
Débat proposé par les éditions Complexe à l’occasion de la publication des ouvrages Les profiteurs de guerre (1914-1918) (François Bouloc), Le Théâtre monte au front (dir. Chantal Meyer-Plantureux), Une guerre qui n’en finit pas : 1914-2008 (co-dir. Christophe Gauthier, David Lescot et Laurent Veray)
Intervenants : FRANCOIS BOULOC, docteur en histoire, ANTOINE DE BAECQUE, éditeur, DAVID LESCOT, auteur et metteur en scène, CHANTAL MEYER-PLANTUREUX, professeur en Arts du spectacle à l’université de Caen, et LAURENT VERAY, maître de conférences à l’université de Paris-X Nanterre.
Le cinéma, le théâtre, les images en général, furent des acteurs importants de la Première guerre mondiale, qui fut ainsi un conflit des représentations, usant et abusant de la propagande par l’image, et à l’origine d’une descendance foisonnante dont le pouvoir d’évocation est encore bien présent de nos jours. Ces représentations sont les enjeux de vives querelles ou de troublants consensus, relevant indéniablement d’une forme d’identité blessée de la nation française.

Les enjeux de la Grande guerre sur Internet
De 18h à 19h30 – Amphi vert – campus de la CCI
« La Grande Guerre n’appartient à personne, pas même aux historiens ». On vérifie cette affirmation sur Internet, où les sites et ressources consacrés à 1914 – 1918 ont connu un essor spectaculaire, en France comme dans d’autres pays.
Intervenants : DANIEL LETOUZEY, de l’APHG, ANDRE LOEZ, CRID 14-18, NICOLAS OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris 1, PHILIPPE RYGIEL, maître de conférences à l’université de Paris 1.

Dimanche 12 octobre

La Grande Guerre, Entre pacifisme et patriotisme
De 14h à 15h30 – Amphi 3 de l’antenne universitaire
Débat proposé par les éditions Larousse à l’occasion de la sortie du Dictionnaire de la Grande Guerre (dir. Jean-Yves le Naour)
Intervenants : NICOLAS BEAUPRE, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Clermont-Ferrand, JEAN-MAURICE DE MONTREMY, journaliste, PHILIPPE FORO, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II-Le Mirail, JEAN-YVES LE NAOUR docteur en histoire, ANDRE LOEZ, Crid 14-18, maître de conférences en histoire contemporaine à Sciences-Po.
De la fleur au fusil à la der des ders, la Première Guerre mondiale est toute entière parcourue par la fluctuation des opinions publiques et des combattants. Quel est le poids réel des deux camps ? Comment les clivages ont-ils évolué ? Quelles leçons en ont été tirées par les politiques ? Et quel a été, au quotidien de l’expérience de guerre, l’impact réel de ces mots d’ordre ou de ces convictions ?

Télécharger l’ensemble du programme en version .pdf

Samedi 8 novembre: La Grande Guerre aujourd’hui. 14-18 dans le monde social

La Grande Guerre aujourd’hui.14-18 dans le monde social

Rencontres, Samedi 8 novembre 2008

Amphithéâtre Turgot, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

17 rue de la Sorbonne, Paris, 9 h 30 – 18 h 30

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Télécharger le programme au format .pdf

La Grande Guerre ne cesse de nourrir notre présent. Artistes, romanciers, cinéastes la mettent en scène, amateurs et passionnés entretiennent les sites du conflit ou recherchent les traces de leur ancêtre dans les tranchées et les expéditions. Les gouvernements ne manquent pas une occasion de célébrer la bataille de Verdun voire les soldats fusillés.

Comment comprendre cette force des mémoires de 14-18 dans la société française ? Comment la Première Guerre mondiale parle-t-elle au présent ?

Pour saisir ces enjeux historiens, artistes, journalistes et « praticiens » de la Grande Guerre exposent, dans cette journée, ouverte à la discussion, leurs approches contemporaines de la « der des ders ».

I) ENJEUX ET DÉBATS

Présidence de séance : François Cochet, Université de Metz

9 h 30 -13 h 00

Ouverture par Frédéric Rousseau, Président du Crid 14-18
Faut-il encore des témoignages combattants ? Chercher, publier, comprendre les récits des témoins de 14/18, Rémy Cazals, Université de Toulouse-Le Mirail
La Grande Guerre vue des sciences sociales, Nicolas Mariot, CNRS
La Grande Guerre sur internet, André Loez, Crid 14-18-Université de Montpellier III
– Cérémonies d’aujourd’hui ? Les obsèques du dernier poilu, Nicolas Offenstadt, Université de Paris-I ; Réhabiliter les fusillés? par André Bach, général E.R., Crid 14-18
La place de la Grande Guerre dans l’école en France, Benoît Falaize, Chercheur à l’Institut National de la Recherche pédagogique
« Couvrir » la Grande Guerre au quotidien, Benoît Hopquin, journaliste au Monde,
12 -13 h Discussion

II) LES LIEUX DE LA GRANDE GUERRE, 14 H -18 h 30
Présidence : Christian Chevandier, Université de Paris I
Grande Guerre et muséographie ou Comment faire un musée sur la Grande Guerre aujourd’hui. Le cas du centre Marne 14/18, Philippe Olivera, Crid 14-18
Filmer la Grande Guerre, Gabriel Le Bomin, cinéaste, auteur des Fragments d’Antonin
La Grande Guerre comme fiction, Didier Daeninckx, écrivain, auteur notamment de Le der des Ders et Varlot soldat
La Grande Guerre dans le Rock et la Pop française aujourd’hui, Nicolas Offenstadt
– 15 h 20 pause
Ce que l’art peut dire de la Grande Guerre, Christian Lapie, sculpteur, auteur de Constellation de la Douleur en hommage aux Tirailleurs sénégalais
Créer des lieux. Le Patrimoine 14/18 dans les Vosges, usages d’aujourd’hui, Yann Prouillet, Crid 14-18
Que faire de Verdun au XXIe siècle ? Serge Barcellini, contrôleur général des armées, chargé de Mission pour Verdun par le Conseil général de la Meuse
– 17 h Discussion générale
17 h 45 : Conclusions de la journée :
– Elise Julien, Institut d’Etudes Politiques de Lille : La Grande Guerre aujourd’hui dans le monde social : qu’en est-il en Allemagne ?
– Jean Birnbaum, Le Monde : La Grande Guerre dans le contemporain

Contact : nicolas.offenstadt@univ-paris1.fr

Les commémorations de 1918

Les commémorations du 90e anniversaire de la fin de la Grande Guerre sont, à l’échelle nationale, prévues par une commission présidée par Jean-Jacques Becker. Son rapport est consultable en ligne.

Le site officiel « mémoire de 1918 » recense les principaux événements qu’elle a suscités ou validés, consultables dans un calendrier. Une conférence de presse du secrétariat d’état aux anciens combattants est prévue le 16 mai pour les présenter.

Ce rapport et ce programme ont suscité des critiques (lire le blog « Autour du Chemin des Dames » et le site de la LDH-Toulon), à mettre en perspective avec les formes mémorielles très figées qu’a pris l’hommage au « dernier poilu »: lire l’analyse de N. Offenstadt sur notre site.

Au-delà des principales manifestations, le dynamisme de la réflexion et de la mémoire du conflit, à l’échelle locale, conduit à de très nombreuses initiatives. On les trouve ainsi sur le calendrier du département de l’Aisne, théâtre des principaux combats ; sur celui de la Meuse, centré sur le rôle des Américains; sur celui de la Somme, avec de nombreux événements à l’Historial de Péronne… Quelques éléments dans l’Oise (en pdf) ; une recherche sur les sites des autres départements du front n’a pas produit de résultat…

Le programme commémoratif, mémoriel et historique de l’année 2008 est donc très chargé. Le Crid 14-18 prend part à de nombreuses manifestations qui sont indiquées dans l’Agenda.
N’hésitez pas à compléter par des commentaires cette recension sans doute très incomplète !

Actualité des « fusillés »

Les fusillés et les mutins de la Grande Guerre restent présents dans l’actualité et la mémoire.
Le 16 avril 2008, le Conseil Général de l’Aisne adoptait une résolution sollicitant la reconnaissance par la République, et l’inscription sur les monuments aux morts, des « fusillés pour l’exemple ».
Lire la résolution du Conseil Général.
Lire l’article et voir les reportages de France 3 Picardie.
Lire l’analyse par Nicolas Offenstadt. qui souligne l’aspect incertain, sur le plan mémoriel et juridique, de cette démarche qui prolonge des combats déjà menés dans l’entre-deux-guerres.
Enfin, il se dit que l’Elysée songe à une telle opération juridique (voir l’appel de l’article sur Mediapart).