Parution: « Aimer et travailler ». Léonie Bonnet, une infirmière militaire dans la Grande Guerre

Publication :

Alexandre Lafon, membre du CRID 14-18

Céline Piot, doctorante à l’Université de Bordeaux III – Michel de Montaigne

« Aimer et travailler ». Léonie Bonnet, une infirmière militaire

dans la Grande Guerre

Les infirmières, ou les « anges blancs » comme elles furent rapidement surnommées, au nombre de 200 000, jouèrent un rôle très important pendant le conflit de 14-18. Et si aujourd’hui, les témoignages des acteurs majeurs du conflit que furent les combattants retrouvent une place prépondérante, participant ainsi à la construction d’histoire de la Grande Guerre, ès peu de témoignages émanent d’infirmières ou de médecins au front ont été jusqu’à présent publiés.

C’est le parcours de la Néracaise Léonie Bonnet – née Bellot – (1892-1972), infirmière à l’arrière et dans la zone des armées, que nous vous proposons de suivre à travers son journal, sa correspondance et de nombreuses photographies inédites.

Incroyable trajet qui l’amena de Nérac à Montbéliard et à Belfort, en passant par l’hôpital Grand Lebrun à Bordeaux, et qui lui permit de travailler avec plusieurs célébrités : Marie Curie, le professeur Bergonié, le professeur Monod… Incroyable détermination aussi à vivre sa vie pleinement, même dans la guerre. Après la fin du conflit, Léonie revint à Nérac  et comme assistante sociale dévouée, elle consacra sa vie au service des autres et créa un dispensaire antituberculeux.

A travers la publication de ce témoignage multiforme de Léonie Bonnet, nous pouvons approcher de plus près une expérience de guerre, et par ricochet, comprendre mieux ce qu’elle a pu entraîner comme bouleversement dans les existences qui y furent confrontées. Tout en rendant hommage à ces anonymes « semeuses de courage ».

Date de sortie : 10 novembre 2008.

Prix : 15 euros (chèque à l’ordre des « Amis du Vieux Nérac ») sans frais d’envoi.

Contact : Céline PIOT, chemin des Aiguillons 47230 Lavardac, celine.piot@netcourrier.com

Share This:

Parution: Regards du Midi sur la Grande Guerre

Le dernier numéro des Annales du Midi (tome 120, n°262, avril-juin 2008) est consacré à des « regards du Midi sur la Grande Guerre ».

En couverture, le « Monument des Basques » du Chemin des Dames.

Sommaire:

INTRODUCTION

CAZALS (Rémy), D’autres pierres apportées au chantier 1914-1918.

ARTICLES

COULIOU (Benoist), Osciller au bord de l’abîme: la crise de l’été 1974 vue par La Dépêche ( 1er mai-3 août 1914).

LLOSA (Marie), Le travail des femmes dans les usines de guerre de la France méridionale (1914-1918).

LAFON (Alexandre), La camaraderie dévoilée dans les carnets de Louis Barthas, tonnelier (1914-1918).

MARTY (Cédric), Une prise de parole : soldats du Midi, 1914-1918.

PAPFOLA (Fabrice), 1914-1918: la presse toulousaine face au discours dominant.

Diffusion: éditions Privat. 17€.

Share This:

Parution: témoignage de Jérôme Castan

Un « col blanc » dans la guerre.

« Carnets de guerre 14-18 », Revue de l’Agenais, n°1, 2008, pp. 57-94.

Lafon Alexandre, « Témoignage de guerre d’un « col blanc », Jérôme Castan (1914 – 1918), Revue de l’Agenais, n°1, 2008, pp. 95-112.

Jean Norton Cru notait dans Témoins en 1929 le peu de témoignages qu’il avait pu étudier de combattants non bacheliers. A regarder les nombreux récits de combattants publiés depuis, peu de témoin appartiennent à la catégorie des « cols blancs » : employés de bureau, de banques, liés à l’essor du travail salarié et des services dans la société française. La Revue de l’Agenais publie ce mois-ci un tel témoignage, le carnet de Jérôme Castan, âgé de 21 ans au début de la guerre, employé à la Société générale à Agen, mobilisé en octobre 1915, ayant combattu sur le front de l’ouest mais aussi en Italie à partir de novembre 1917. Un carnet riche d’informations et de notations rédigés au cœur de l’expérience militaire (incorporation) et combattante.

Une pièce de plus à verser dans le dossier d’une histoire sociale de la Grande Guerre.

Share This:

La Grande Guerre aujourd’hui, Mémoire(s), Histoire(s) (Agen, novembre 2008)

Le programme complet du colloque d’Agen – Nérac des 14-15 novembre, dont l’appel à communication se trouve ci-dessous, est désormais disponible au format .pdf:

programme-du-colloque-agen-14-novembre-2008

Appel à communication –

Journée d’étudessamedi 14 novembre 2008, Agen (Lot et Garonne).

La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s)

Dans le cadre des commémorations du 90e anniversaire de la signature de l’armistice du 11 novembre 1918, l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen et l’association les Amis du Vieux Nérac organisent une journée d’études autour de la Grande Guerre, et en particulier sur les thématiques des mémoires et de ou des histoire(s) de ce conflit majeur qui reste très marqué dans l’espace public aujourd’hui.

Quelles sont ces mémoires liées à 14-18 : mémoires de familles dont les membres ont été décimés par la guerre, mémoires des combattants, mémoires des civils, mémoires des « indigènes » mobilisés dans l’armée nationale ? Autant de destins, autant de mémoires qui ont circulé jusqu’à nous par le biais des témoignages, des objets pieusement conservés, des monuments érigés lisibles dans le paysage actuel des départements, dont celui du Lot et Garonne. Quels aspects particuliers rapprochent ou opposent ces mémoires du conflit, et comment l’historien s’appuie sur elles pour en élaborer l’histoire? Ces questions essentielles pour qui veut mieux comprendre la Grande Guerre et son écho seront au cœur de cette journée d’études.

Axes de travail :

A partir de cette problématique générale, cette journée d’études se propose d’explorer les mémoires de la Grande Guerre, son ou ses histoire(s) selon deux axes différents mais complémentaires :

Traces de 14-18 : quelles sont aujourd’hui les traces de l’événement, lisibles dans les familles ou l’espace public qui servent de support aux mémoires et à l’écriture de l’histoire du conflit. Témoignages publiés ou conservés encore dans les armoires familiales, photographies, archives officielles des autorités civiles ou militaires, monuments aux morts, cimetières, objets fabriqués au front… Autant de supports vecteurs d’une perception du conflit, de mémoires plurielles et de sources pour l’historien.

Les départements du Sud Ouest et celui du Lot et Garonne en particulier pourront être particulièrement étudiés dans le cadre de ce premier axe.

– La place de la Grande Guerre dans l’espace public local et national 90 ans après l’armistice : comment le conflit est-il présenté aux Français aujourd’hui, à la fois dans les médias et à l’école, quelles mémoires sont privilégiées et à l’inverse, quels événements ont du mal à trouver leur place ? Par ailleurs, tant il est vrai que « l’histoire, c’est ce que font les historiens » comme le rappelle Antoine Prost, l’historien étant fils de son temps, quelles grandes questions dominent la recherche aujourd’hui, comment ont-elles évolué depuis la guerre elle-même ? Autant de questions qui mettent en relief la perception contemporaine de la Grande Guerre.

Procédure de communication

Afin de porter sa candidature à l’attention des organisateurs, il s’agit de faire parvenir au comité scientifique dont l’adresse est précisée ci-dessous le titre et la présentation de leur projet de la communication (1500 signes maximum) avant le 1er mai 2008. Les candidats retenus se verront alors contacter et préciser les modalités de présentation du texte final et de leur intervention. A l’issue de la journée, l’ensemble des communications sera publié dans les meilleurs délais conjointement par les Amis du Vieux Nérac et l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen.

Comité scientifique

Pour cette journée d’études, le comité scientifique est composé d’Alexandre Lafon, Professeur d’Histoire et Géographie et doctorant à l’Université de Toulouse II – Le Mirail ; de Céline Piot, Professeur d’Histoire et Géographie, doctorante à l’Université de Bordeaux III et présidente des Amis du Vieux Nérac; de David Mastin, professeur d’Histoire et Géographie, doctorant à l’Université Paris X- Nanterre, de Bertrand Solès, vice-président de l’Académie des Sciences, Art et Lettres d’Agen.

Contacts et renseignements

Journée d’études : « La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s) »

– Lafon Alexandre – 0553877824 – carpediem16@wanadoo.fr.

Share This: