Valette, Marc (1892-1945)

1. Le témoin.

Né le 20 mai 1892 sur la commune de Saint Cirq Lapopie dans le Lot (à Tour de Faure), Marc Valette passe son certificat d’études et entre au collège à Figeac en vue de l’obtention d’un brevet supérieur. Fils d’agriculteur, il abandonne le travail de la terre pour s’engager dans l’armée en 1912 à Toulouse, avant de servir au 18e Régiment d’Artillerie de Campagne à Agen avec lequel il part dès août 1914. Il se marie en 1917, traverse l’ensemble du conflit avant d’être démobilisé à l’âge de 26 ans pour devenir après guerre contrôleur et contrôleur chef au « PO Midi ». Résistant durant le second conflit mondial, il est arrêté et déporté au camp de concentration de Manthausen où il meurt le 19 avril 1945.

Devenu fils unique après la mort d’une sœur qu’il n’a pas connue, il reçut de sa mère une éducation religieuse et s’est forgé des convictions royalistes, entre conservatisme et modernité.

2. Le témoignage.

Le corpus se compose des lettres échangées essentiellement entre Marc Valette et sa mère, sur des supports variés, et des photographies réalisées par le combattant Valette sur le front. Nathalie Salvy a retranscrit l’intégralité de la correspondance dans son mémoire de maîtrise intitulé « Petite mère… ». La correspondance de la famille Valette pendant la Grande Guerre (Université Toulouse le Mirail, sous la direction de R. Cazals, 2004, cote 11MM667, 1 et 2), ainsi qu’une partie des photographies. L’écriture des lettres est fluide et Marc décrit avec minutie son quotidien et son parcours qui l’a conduit de la Belgique au début de la guerre, à la Marne et à la Champagne, en Artois en 1915, dans l’Aisne en avril 1917. Marc s’autocensure pour ne pas effrayer sa « petite mère » (il cache sa participation à la bataille de Verdun, en ne le dévoilant qu’après être sorti de la fournaise), tout en expliquant ce qu’il voit et ce qu’il ressent. Texte et photographies contextualisées permettent de cerner avec exactitude l’environnement dans lequel évolue le soldat Valette.

3. Analyse.

Voilà le témoignage épistolaire d’un artilleur de campagne servant de canon devenu téléphoniste à la fin du conflit, conscient de la chance qu’il a d’avoir en quelque sorte tiré « un bon numéro » et de ne pas avoir à endurer les mêmes souffrances que les « malheureux fantassins ». Un temps cycliste auprès du colonel en 1915, son témoignage met en lumière les différences qui pouvaient exister au front suivant l’emploi auquel on était affecté. Marc évoque régulièrement le « pays » et note quelques phrases en occitan qu’il utilise avec ses camarades du Sud Ouest. De la guerre, ce sont essentiellement les conditions de vie qui attirent son attention, les abris qui protègent ou non, la puissance des armes utilisées qui peuvent aussi fasciner. Mais aussi les camarades avec qui ont partage son quotidien. Comme de nombreux soldats devenus combattants, Marc Valette part patriote et chauvin, mais l’épreuve de la guerre longue pèse rapidement sur le moral, même pour lui qui se trouve souvent « plus protégé » que d’autres : « je n’aurais pas cru au début que la guerre aurait été si longue » écrit-il un an après le début du conflit. Ainsi, hostilité envers l’ennemi, patriotisme et moral fluctuent avec les expériences plurielles que provoque la guerre, la mort insidieuse et la « monotonie » d’une vie souvent sans relief. Le fatalisme l’emporte peu à peu, et avec lui le cafard et le monde des rumeurs.

Alexandre Lafon, février 2008.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.