Baqué, Zacharie (1880-1950)

1. Le témoin

Né à Vic-Fezensac (Gers). Instituteur, érudit local.

Mobilisé à Mirande au dépôt du 88e RI ; parti au front le 2 septembre 1914. Sergent, chef de section à la 23e compagnie du 288e, dans la Meuse (Ambly). Evacué pour maladie en janvier 1915 (« J’ai perdu vingt kilos et ma lassitude morale est extrême »). Retour sur le front en Artois en juillet 1915 comme chef de section à la 12e compagnie du 88e. En octobre 1915 il est adjudant de bataillon. Il connaît ensuite divers secteurs, Verdun, Champagne, énumérés dans le livre indiqué ci-dessous, p. 218, mais non couverts par le témoignage. Démobilisé le 15 février 1919.

2. Le témoignage

A une date inconnue, Zacharie Baqué a repris les lettres quotidiennes adressées à sa femme pendant la guerre. Il en a choisi des extraits, mais n’a « presque rien retouché » comme il le dit lui-même et comme le lecteur connaissant assez bien les témoignages de la Grande Guerre en éprouve l’impression. On ne sait pas si les lettres originales ont été conservées. Le travail de transcription s’est arrêté au 4 décembre 1915. L’objectif semble bien avoir été l’édition, mais celle-ci n’a été réalisée que bien après sa mort :

- Zacharie Baqué, Journal d’un poilu, août 1914-décembre 1915, Paris, Imago, 2003, 221 p., présentation d’Henri Castex.

3. Analyse

Au moment de la mobilisation, on ignore tout de la guerre : on croit qu’elle sera rapidement victorieuse (p. 15) ; on ne sait pas combattre (p. 28). Le capitaine d’active menace ses hommes : « Vous n’êtes pas des soldats, vous n’êtes que des réservistes habillés en soldats ; vous allez f…iche le camp aux premiers obus ; mais prenez garde ; voyez ce revolver, il est chargé, ceux qui se trouveront à côté de moi peuvent se considérer comme morts. » Mais le même capitaine fait creuser des tranchées à contre sens. Le sous-lieutenant Imbert, dans le civil professeur au lycée d’Auch, a une vision réaliste : « Comme je trouve la guerre longue [on n'est que le 20 septembre 1914], il me dit qu’il la croit devoir être très dure, que nos sacrifices seront énormes et que, quinze ans après la paix, nous nous ressentirons encore des malheurs de la guerre ! » Les bleus commencent à acquérir de l’expérience, mais ne croient pas qu’on puisse faire la guerre en hiver. Il faudra bien, pourtant. La deuxième montée au front en juillet 1915 réserve encore sa part de surprise : l’intensité de la canonnade dépasse de loin tout ce qu’il avait pu voir en 1914.

Le texte de Baqué contient un témoignage sur la mort du lieutenant Fournier (l’écrivain Alain-Fournier) à Saint-Rémy-la-Calonne, dans la Meuse, le 22 septembre 1914 (p. 42-47).

Il fourmille de détails habituels : la boue ; la vermine ; les corvées ; la récupération dans les villages détruits de débris utilisables dans les tranchées ; la critique des embusqués et la recherche d’un piston ; la lecture des journaux avec avidité, et la déception quand on s’aperçoit qu’ils ne sont pas fiables ; le mal du pays ; les semi-embusqués que sont les artilleurs… Le régiment participe à l’offensive de septembre 1915 en Artois et c’est le massacre (belle page sur ce qu’est, concrètement, une attaque brisée, p. 183).

Des remarques intéressantes : sur les suicides (p. 150) ; sur les idées belliqueuses plus fréquentes dans l’arrière-front qu’en première ligne (p. 109). Et (13 octobre 1915) : « Les émotions m’ont laissé par contre une sensibilité ou une sensiblerie maladive. Je n’ose plus tuer une limace et je laisse les rats courir sur mon nez sans leur donner un coup de balai. C’est comme cela. »

4. Autres informations

- Frédéric Adam, Alain-Fournier et ses compagnons d’arme. Une archéologie de la Grande Guerre, Metz, Editions Serpenoise, 2006, 219 p.

Rémy Cazals, mars 2008

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.