Weber, Jean Julien (1888-1981)

1. Le témoin

weberportrait.JPG

Jean Julien Weber est né le 13 février 1888 à Lutterbach (Alsace) dans une famille d’origine alsacienne mais ayant opté pour la nationalité française. Albert Weber, son père, ancien combattant, gueule cassée de 1870, est militaire de carrière. La profession de sa mère, Marie Hürler est inconnue. Jean Julien reçoit « une éducation secondaire française et catholique » (page 15) non dénuée d’un patriotisme à la Déroulède. Destiné à l’ecclesia, il entre au séminaire en octobre 1905 mais doit effectuer son service militaire au 35e R.I. le 7 octobre 1909. Entré au peloton des officiers de réserve le 1er octobre 1910 comme caporal, il quitte le 21e R.I. le 1er octobre 1911 avec le grade de sous-lieutenant pour achever ses études. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1912. Rappelé le 2 août 1914, Jean-Julien Weber entre en guerre comme lieutenant de réserve de la 4e compagnie du 21e RI de Langres (il sera nommé lieutenant à titre temporaire le 3 novembre 1914), il débute la guerre dans les Vosges puis en Alsace – il légèrement blessé à la jambe au combat de Muckenbach – pour la bataille des frontières. Il participe ensuite à la défense sur la Marne avant l’enlisement d’Artois, à Notre Dame de Lorette où il subit sa deuxième blessure, au visage. Absent presque une année du front (de mai 1915 à avril 1916), il est de retour en Champagne et nommé capitaine. Puis viennent la Somme et la seconde bataille de la Marne, prélude à l’effondrement allemand et l’armistice, vécu dans les Ardennes. Survivant, l’officier-prêtre retourne enfin dans son Alsace libérée. Entre-deux-guerres, il est nommé directeur du séminaire Saint-Sulpice d’Issy puis réendosse l’uniforme en septembre 1939 et démobilisé sans combat le 23 juillet 1940. Il reprend ses fonctions religieuses pour être nommé évêque de Strasbourg le 29 août 1945. Il jouera un rôle fondamental dans l’Eglise alsacienne d’après-guerre, parallèlement à une carrière active dans la réserve dans laquelle il restera excellemment bien noté par ses supérieurs. Après avoir beaucoup écrit sur l’armée et la religion, il décède le 13 février 1981 à Strasbourg et est inhumé à Ribeauvillé (Haut-Rhin).

2. Le témoignage

weber.JPG

Weber, Jean-Julien, Sur les pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées. Strasbourg, la Nuée Bleue, 2001 319 pages.

Jean-Noël Grandhomme nous affranchit sur la démarche d’écriture : « Mgr Weber est resté toute sa vie marqué par son expérience de la Grande Guerre » (page 23). Ses cinq cahiers ont été écrits entre 1916 et 1919 sur la base de carnets tenus au jour le jour (disparus à la rédaction du présent ouvrage) complétant son récit sur la base de documents contemporains tels l’Illustration. Ils composent selon le présentateur non des « mémoires de guerre à proprement parler, mais bien plutôt d’un carnet de route à peine rédigé, (…) pas un miroir de l’âme de l’abbé Weber, mais le journal quotidien d’un officier consciencieux, en même temps que prêtre toujours » (page 24). Si l’officier-prêtre n’avait destiné ses carnets « qu’à un public familial », il avait fait part peu avant sa mort « de son désir de les faire publier un jour, « mais remaniés » (page 24). Jean-Noël Grandhomme se charge de cette édition et en précise sa méthode, ayant conservé l’architecture de l’ouvrage par chapitres chronologiques, décidés par l’auteur lui-même (la bataille des frontières, la bataille de la Marne, la Course à la mer et les combats de 1915, la Champagne après la grande offensive, la bataille de la Somme, l’année terrible, reprise de la guerre de mouvement, la seconde bataille de la Marne, et la poursuite finale et les dernières convulsions). Jean-Noël Grandhomme les a resitués dans leur contexte et a ajouté des annexes analytique (« chrétien dans la guerre ») et documentaire, un glossaire des lieux sacrés cités, d’opportunes notices biographiques, les sources, le bibliographie et les notes, le tout formant un modèle de présentation de biographie militaire.

3. Analyse

Jean-Noël Grandhomme et les éditions de la Nuée Bleue ont livré une nouvelle fois (depuis les carnets de guerre de Dominique Richert) un témoignage exceptionnel de cet officier alsacien engagé dans l’armée française. Précis, complets et formidablement enrichis, ces souvenirs fourmillent d’anecdotes et brossent un tableau d’un intérêt unique. Ainsi en est-il de sa vision des mutineries, rehaussée par sa participation au conseil de guerre. La présentation effectuée est un – voire le – modèle du genre. Précis, enrichis, non contingentés à l’homme lui-même mais à ses origines et à son environnement historique, ces carnets de guerre représentent l’archétype de ce que devrait être la présentation d’un carnet de guerre. Outre l’intérêt du témoignage de Weber, on s’imprègne des lieux, des hommes et des évènements dans cette richesse multiforme. L’écriture est irréprochable, de lecture claire et synthétique et de présentation idéale, le livre est agrémenté d’un cahier photographique central de 8 pages représentant le témoin au fil des âges.

Ainsi, l’ouvrage fourmille d’éléments utiles, d’impression et de tableaux (tel ces réservistes rappelés, « enthousiastes et ivres » (page 36), (autres vues d’alcool pages 29, 114 et 119) qui concerne également l’Allemand (page 95, 125), de pillage (pages 29, 46 et 65, 121, 178, également allemand pages 178 et 180), d’automutilation (page 54) ou le 1er alcool donné aux troupes le 15 août 1914 au col du Hantz (Vosges) (page 45), sur l’exemple (…par le sang, de l’attaque suicide voulue par un général (page 86), le tout alimentant de manière référentielle l’ethnographie du poilu. Weber nous montre la boue (page 112), les fraternisations (pages 113, 114 et 137, voir également la note 35 page 302 sur les fraternisations de Noël citées par Eugène Pic dans Norton-Cru), l’horreur des morts piétinés dans la boue des tranchées, du pillage et de la mutilation de cadavre allemand (page 121), les espions (page 122), la folie (française tel ce caporal rendu fou par les bombardements page 128 ou allemande tels ceux, rendus fous par un bombardement et assassinés par les Français qui les avaient fait prisonniers (ont-ils été tués du fait de leur folie ?) page 183), les mutineries, notamment du 370e R.I. (de la page 168 à 172) et son rôle dans un conseil de guerre (voir aussi le jugement et la condamnation pages 173 à 176). Il décrit le comportement charitable du soldat français envers les prisonniers et blessés allemands (page 195). Le témoin nous donne également une explication du silence du permissionnaire (« Une permission n’a pas d’histoire », non-dit récurrent chez le soldat, page 184), son sentiment sur la décoration : « Les récompenses gagnent à être immédiates » dit-il page 194. Sans oublier la foultitude de renseignements de technique militaire, d‘armement et de liaisons interarmes. Ainsi par exemple il évoque la compagnie franche La Vosgienne (voir par ailleurs la notice consacrée à cet ouvrage par Jean-François Jagielski) (pages 200 et 203) ou les sections spéciales de discipline (page 220). Enfin pour lui l’Armistice est « subit, étonnant, incroyable » (page 237). Dès lors, entrant au Luxembourg – ce qui est peu rencontré par ailleurs dans les témoignages – il nous renseigne sur le traitement des pays envahis (page 238).

Sur la base des réflexions de Weber, Jean-Noël Grandhomme nous renseigne également très opportunément sur l’aumônerie et le statut militaire des prêtres de 1870 à 1914 (sur la théorie voir note 7 page 315 et sur la pratique, page 241) et la loi de 1889 portant sur le service armé des prêtres (page 253), le choix du prêtre sous l’uniforme : aumônier, auxiliaire de santé ou combattant (page 254), le concept théologique de la « guerre juste » (page 248), le néopaganisme du culte de l’armée après 1870 (page 253), la « rumeur infâme » qui voulait que les prêtres avaient déclenché le conflit après entente avec les Allemands, puis, embusqués, pratiquaient des conversions forcées et laissaient mourir les incroyants (page 255). Grandhomme rappelle (page 256) que 4 500 à 5 000 prêtres sont morts pendant la Grande Guerre (voir note 31 page 318) soit 14 % des prêtres mobilisés. Enfin Weber fait le bilan de cette guerre, résumant les peurs du soldat (page 265) et pourquoi les soldats ont tenu (page 266).

4. Autres informations

Sur sa biographie et sa bibliographie sommaires, outre la page 291, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Julien_Weber

Yann Prouillet, août 2008

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.