Bénard, Henri (1858-1916)

1. Le témoin

Né le 23 février 1958, Henri Bénard était officier d’active, commandant, et retraité en juin 1912. Passé par l’Ecole de Saint-Maixent en 1881-1882, il était capitaine vers 1902-1903. Le 3 août 1914, il reprend volontairement du service, à 56 ans. C’est alors un homme marié, père d’une fille. Sa femme, Ernestine, est issue d’un milieu alsacien aisé : son père dirigeait à Strasbourg une entreprise de transports internationaux ; vers 1910, il a monté une succursale à Paris et laisse la direction de l’usine de Strasbourg à ses deux fils. Henri part de Caen avec le 236e Régiment d’Infanterie, vers le 7 ou le 8 septembre. Il est blessé à la cuisse le 30 mai 1915. Après un long séjour à l’hôpital puis au dépôt, il rejoint le 366e R.I. en décembre 1915, sur le front, en Lorraine. Il meurt à Verdun le 28 février 1916.

2. Le témoignage

Les lettres d’Henri Bénard s’étalent d’août 1914 à février 1916 ; elles ont été écrites pour différents destinataires, le plus souvent sa femme. Henri Bénard écrivait beaucoup, parfois plusieurs fois par jour. Le 4 août 1914, il prévient sa femme : « conserve mes lettres. Plus tard, si j’ai l’occasion de faire quelque chose d’intéressant, je serai heureux de relire ces pages. » Tué en 1916, il n’en aura pas l’occasion mais, conservées par sa femme puis sa fille dans un coffret avec ses initiales, accompagné de divers objets et de photos, ses lettres ont été publiées par sa petite-fille, Françoise Lautier sous le titre De la mort, de la boue, du sang. Lettres de guerre d’un fantassin de 14-18 (Paris, Jacques Grancher, 1999, 250p.). Les lettres sont publiées avec, à la fin de chaque chapitre (correspondant à un mois de guerre), une série de précisions éclairantes sur le parcours du témoin, les personnages dont il est question dans les lettres, les lieux, etc. On trouve également quelques photographies dans un livret central.

3. Analyse

Les lettres écrites par Henri Bénard entre 1914 et 1916 sont d’une grande richesse qu’il serait illusoire de résumer ici. Nous nous bornerons donc à souligner trois aspects qui marquent autant la richesse de ce témoignage que la nécessité de le lier au parcours personnel et professionnel du témoin avant-guerre.

Commençons par son expérience d’officier d’active : Henri Bénard aborde le combat pétri du discours dominant sur la guerre à venir : « le moral de tous les soldats est tel que leur élan sera irrésistible » (p. 15). D’où l’amère désillusion lorsque le front s’enlise à l’ouest : « Cette guerre est horriblement triste et monotone. C’est bien allemand. Pas de vie, pas d’enthousiasme. Des duels d’artillerie continuels dans lesquels nous restons spectateurs terrés sous les rafales, voilà tout ce que nous voyons. Des pertes sans combat, quand un obus tombe sur nous, de la puanteur de cadavres de chevaux, des cris de blessés qui, toute la nuit, appellent au secours, de la mort, de la boue, du sang. Voilà nos visions de chaque heure. Ce n’est pas ce que j’avais rêvé. » (p. 30) La guerre est une « guerre d’usure » où « le succès appartiendra au plus tenace » (pp. 36-37) et le commandant Bénard ne se fait pas d’illusion sur la durée de la guerre : elle sera longue affirme-t-il le 28 octobre, puis le 25 novembre 1914. Les responsables désignés de cette situation de blocage sont les Allemands, pour lesquels Henri Bénard n’a pas de mots assez durs : « le Kaiser est malade et l’Allemagne aussi. Il faudra les tuer tous, si on le peut, pour que cette vermine ne puisse se renouveler. Nous en avons tué un certain nombre ces jours derniers. C’était de la garde bavaroise. On ne s’amuse plus à faire de prisonniers. » (p. 118) Soulignons le contexte particulièrement angoissant de la guerre de mines qui sévit alors dans son secteur et menace les hommes d’être ensevelis vivants.

Second point : l’attachement aux provinces perdues, intense dans le témoignage de Bénard, s’explique par les origines alsaciennes de sa femme. Apprenant l’avancée des troupes françaises à l’Est, en août 1914, Henri Bénard exulte : « le rêve de ma vie s’est réalisé. Mais je voudrais être plus jeune et ne pas avoir tant attendu la délivrance. » (p. 17)

Au fil des lettres, il apparaît également que la guerre n’épargne pas les officiers (p. 72) bien qu’ils jouissent de conditions matérielles meilleures (p. 46). Le commandant Bénard livre ainsi de belles pages sur la dureté des conditions de vie au front : la boue, la peur, le froid (voir par exemple p. 58). Sa qualité d’officier confère d’ailleurs à son témoignage un intérêt majeur. Il met un peu plus en lumière la responsabilité et le rôle du chef, chargé de maintenir la discipline jusque dans l’attaque (p. 42). Il n’hésite pas, ainsi, à les menacer de mort avant l’assaut, en cas de défaillance. Son rôle, explique-t-il plus loin, est celui d’une courroie de transmission entre l’infanterie, dans les premières lignes, et l’artillerie, un peu en retrait.

08/03/2009

Marty Cédric.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.