Sarrazin, Alfred (1887-1941)

1. Le témoin

Issu d’une famille de propriétaires terriens et protestants convaincus, Alfred Sarrazin est né le 13 novembre 1887 à Saint-Avit du Moiron, dans la banlieue de Sainte-Foy la Grande en Gironde. Fils d’un viticulteur considéré comme un homme de progrès et qui sut transmettre à son fils son sens des initiatives, Alfred entreprit à 20 ans de hautes études de commerce à Bordeaux à une époque où les enfants d’agriculteurs étaient principalement destinés à reprendre l’affaire familiale. Désireux à son retour de gérer le domaine de ses parents, il ne rencontra que l’hostilité de son père et, ne pouvant profiter concrètement de ses initiatives, il s’engagea volontairement le 7 mars 1907 en tant que soldat de 2e classe dans le 26e Bataillon de Chasseurs à pied pour y effectuer une formation d’officier. Devenu sergent le 5 novembre 1908, il abandonna sa première expérience militaire en janvier 1910 avec un sentiment mitigé vis-à-vis de la discipline et du sens de la hiérarchie militaire. Alors qu’il démarrait une carrière de négociant en vin, et tout juste marié, il fut mobilisé à Libourne le 4 août 1914 en tant qu’officier subalterne du 257e RI. Il participa à la grande offensive de Lorraine de l’été 1914 avant de se stabiliser avec ses hommes dans le secteur du Grand Couronné de Nancy le 24 août 1914. Alternant travaux d’aménagement et occupation du front sur les premières lignes, le 257e occupa la zone jusqu’au départ pour Verdun en février 1916. Passé au 212e RI en tant que lieutenant après la dissolution du 257e en juin 1916, il retourna en Lorraine dans les secteurs de Parroy, Arracourt et Nomény avant de participer à la campagne du Chemin des Dames jusqu’au 28 novembre 1917. Afin de compléter les manques en officiers dans les effectifs, Alfred est envoyé au 133e RI stationné dans l’Aisne où il prend la pleine mesure de son goût pour le commandement. Cependant, blessé à la main durant une offensive à Hautevesnes en juillet 1918, il est écarté du front pendant trois mois avant de revenir participer à la dernière grande offensive française qui l’amènera jusqu’en Belgique. Marqué par de gros problèmes de santé et des drames familiaux, certainement lassé de son expérience dans l’armée et souffrant d’un manque de reconnaissance dans son implication qu’il voulait toujours impeccable, il rompt assez nettement avec les affaires militaires quelques années après la fin de la guerre. Très fatigué, il meurt en novembre 1941 d’une infection rénale.

2. Le témoignage

Les traces écrites de l’expérience guerrière d’Alfred Sarrazin sont rares. Quelques lettres récupérées dans les affaires de son frère cadet tué au combat en 1918, un lot de cartes d’Etat-major datant de la seconde moitié du conflit sont les derniers vestiges de son séjour au front. Car l’ensemble de son témoignage repose sur un important fonds de 300 photographies couvrant l’ensemble de la période de stationnement du 257e RI dans le secteur du Grand Couronné de Nancy d’octobre 1914 à février 1916 (avec quelques exceptions de mai et juin 1916). Classées de manière relativement aléatoire dans trois vieux cahiers scolaires, elles furent soigneusement annotées par Alfred Sarrazin, s’efforçant d’indiquer sur chacune la date et le lieu de la prise de vue dans les limites que pouvaient lui accorder la censure (ou l’autocensure). Propriétaire d’un Kodak Vest Pocket, particulièrement répandu dans les effets personnels des poilus à une époque où les appareils photo portables étaient en plein essor, avec un groupe d’officiers de la 18e Compagnie qui partageaient son quotidien, Alfred s’est attaché à garder sur pellicule un ensemble de détails de sa vie quotidienne. Entre photographies de groupes, de « compagnons d’armes », travaux d’aménagement du front et bâtiments mis en ruine par l’activité de l’artillerie, la diversité des thèmes et des situations caractérise un fonds particulièrement riche. Il a fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre d’un master de recherche disponible à la BUFR d’Histoire de l’université de Toulouse Le Mirail.

3. Analyse

Plusieurs thèmes se retrouvent dans le fonds photographique d’Alfred Sarrazin. Les photos de groupe dominent l’ensemble de la collection, comme une manière de garder une trace d’une solidarité et d’un esprit de corps qui fut le ciment de la vie quotidienne d’Alfred durant ces deux années en Lorraine. Dans le même genre, les portraits devant les ruines laissées par l’activité destructrice de l’artillerie lourde reviennent aussi souvent que les clichés de paysages détruits par la guerre. Etant un homme de foi et de la terre, l’indignation et la stupéfaction d’Alfred face à un conflit qui saccageait la nature et les édifices se remarquent dans certains de ces clichés, parfois accompagnés d’une légende explicite et condamnatrice. Mais au-delà de l’expression d’un sentiment particulier, la photographie pour Alfred Sarrazin était aussi un œil captant les détails de sa vie quotidienne. Les armes et les fournitures, les lieux de passages et ses habitants, les équipements de défense dont les aménagements occupèrent le quotidien du 257e RI durant de longues semaines, les installations en tout genre qui composaient le réseau complexe de la tranchée mais aussi, et surtout, les moments de répit de toute nature qui permettaient au soldat de s’extraire temporairement de la réalité guerrière. Ces clichés relatifs au thème du repos sont parmi les pièces les plus intéressantes du fonds, par leur originalité d’une part mais également par le regard qu’ils offrent sur une autre réalité du front, loin des combats, où la peur semble moins présente et où les sentiments d’humanité semblent reprendre quelques droits. Il peut s’agir aussi bien de moments de répit anodins comme les repas, improvisés dans des endroits plus ou moins confortables, que des moments de relative intimité. Mais plus originales sont les photographies d’exhibitions de soldats exerçant leur art devant un public attentif. Qu’il s’agisse d’un acrobate, d’un orchestre de cuivres, de soldats travestis en mariés pour l’occasion d’une photo ou de sportifs en pleine course, ces clichés ont tendance à nous rappeler que derrière chaque combattant se cachait un civil avec ses talents caractéristiques qu’il pouvait mettre à l’œuvre au front malgré l’uniformité dans laquelle baignaient les soldats quotidiennement. De plus, chaque moment loin des préoccupations militaires et de l’atmosphère des combats pouvait être l’occasion de retrouver un semblant de moral par ces instants qui rapprochaient les soldats de leur vie laissée à l’arrière au moment de la mobilisation.

Cependant, si le fonds lui appartient, Alfred Sarrazin ne semble pas l’auteur de l’ensemble des photographies de la collection. René Bergé, sous-lieutenant à la 18e Compagnie du 257e RI en même temps qu’Alfred, et Edmond Potet, lieutenant et supérieur direct des deux hommes, furent aussi photographes sur le même appareil. Il semblerait ainsi que beaucoup de clichés furent reproduits en plusieurs exemplaires lors de leur mise sur papier. Malgré leurs origines diverses (Alfred était un homme d’affaire girondin ambitieux et très croyant, René un ancien déserteur issu d’une famille de militaires tarbais, et Edmond un instituteur parisien ayant un sens des valeurs et du travail irréprochable) l’homogénéité des thèmes dans le fonds témoigne de la construction d’un regard commun sur le conflit et ses effets des trois officiers de la 18e Compagnie du 257e RI.

Benoit Sarrazin, février 2010.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.