Mactaggart, Alexander Arthur (1893-1954)

1. Le témoin

Alexander Arthur appartenait à une famille d’origine écossaise. Son grand-père, John A. Mactaggart, était arrivé en Australie, dans la colonie de Victoria, en 1846, à l’âge de 12 ans. Son père, C. Mactaggart, naquit en 1863 à Rokewood (Victoria) et Alexander A. vit le jour à Cape Clear, au sud de Ballarat (Victoria) le 22 novembre 1893. Par la suite, trois sœurs, Pearl, Avalon et Elsie, vinrent agrandir la famille. John A., le grand-père, avait acquis l’hôtel de la petite ville de Cape Clear qui s’était développée grâce à l’exploitation des mines d’or. Une baisse de productivité des mines entraîna le déclin de Cape Clear au début du XXe siècle. Avant de s’enrôler dans l’Australian Imperial Force, Alexander travaillait avec son père dans leur ferme de Colac, au sud-ouest de l’Etat de Victoria.

Répondant à l’appel du gouvernement australien, Alexander A. s’engagea comme volontaire le 6 août 1915. Il embarqua à Melbourne, le 7 mars 1916, à destination de l’Egypte. Au mois de mai, il quitta Alexandrie pour rejoindre la France où il arriva le 15 mai à Marseille avec son unité. Il prit alors le train en direction du front, un voyage de six jours pour parvenir au grand camp d’entraînement de l’armée britannique à Etaples. Affecté à la 2e batterie de mortiers légers de tranchée, il fut envoyé au front le 28 juillet. Il participa aux grandes batailles de la Somme et du Saillant d’Ypres. En 1917, pour un acte de bravoure lors de la seconde bataille de Bullecourt, Alexander reçut une décoration militaire du gouvernement belge réfugié à Sainte-Adresse, près du Havre.

De retour au pays, le 28 juin 1919, il put, grâce à un plan d’aide du gouvernement australien en faveur des combattants, acquérir de nouvelles terres à Colac. Il fut un des pionniers, dans la région, en matière de mécanisation dans la production du lait. En 1926, il épousa Vera Wallington. De cette union sont nés quatre enfants, John Charles en 1927, Alexander Keith en 1928, Arthur Neil en 1936 et Janet en 1944.

Comme de nombreux compatriotes, Alexander restait marqué par son expérience des tranchées. Il évoqua rarement cette période douloureuse de son existence avec ses enfants, refusant même un jour toute discussion avec son fils Neil au sujet de son action à Bullecourt. Ne désirant pas vivre dans le passé, il ne participait pas aux marches organisées pour l’ANZAC Day (25 avril, commémoration du débarquement à Gallipoli). De même, il évitait les réunions d’anciens combattants. En vieillissant, il perdit petit à petit son intérêt pour la ferme et, le 11 juillet 1954, il décédait des suites d’un cancer.

2. Le témoignage

Les carnets rédigés par Alexander Mactaggart consistent en cinq agendas de taille réduite qui présentaient l’avantage de tenir dans la poche de l’uniforme. Ses premières notes débutent le 7 mars 1916 alors qu’il embarquait à Melbourne. Il cessa d’écrire le 28 juin 1919 dès que les côtes de lEtat de Victoria furent en vue. Ce soldat des antipodes raconta quotidiennement son expédition d’outre-mer, couvrant ses années de guerre ainsi que la période de paix entre l’Armistice et son retour au pays. Arrivé au mois de mai 1916 au camp d’Etaples, sa vie rythmée par les entraînements militaires et les baignades au Touquet semblait plutôt l’amuser, mais l’expérience des tranchées, la violence des combats et les souffrances physiques endurées changèrent le ton de ses écrits. Dans son dernier carnet, éprouvé par ses années de guerre, il note à la page du 1er janvier 1919 : « Commencement of another year a more peaceful one than the previous… » « Début d’une autre année plus pacifique que la précédente ».

Ses phrases sont laconiques et ses remarques parfois acerbes à l’égard des soldats alliés. Par exemple, il traite les Britanniques de « stupid heads » et les Français de « silly rotters ». Les agendas de 1918 et 1919 contiennent des adresses de personnes rencontrées en France ou en Belgique. Parallèlement à son journal de guerre, il tint un calepin dans lequel il narrait et commentait, de façon beaucoup plus détaillée, certains engagements auxquels il avait participé et les événements qui l’avaient marqué.

Après son décès, ses carnets ainsi que deux livres de l’historien officiel de l’armée australienne, C.W. Bean, ont été trouvés dans un vieux bureau par son épouse. Neil, un de ses fils, les récupéra en 1977 et entreprit en 1983 de les retranscrire, estimant qu’il s’agissait sûrement du plus précieux bien que son père avait légué. La tâche n’était guère aisée en raison de l’écriture et de nombreux noms de petits villages français difficiles à orthographier pour un Australien. A l’instar de nombreux descendants de soldats australiens, Neil éprouva le besoin de retracer l’itinéraire de son père. A l’automne 2004, il se rendit en Europe pour parcourir les champs de bataille de la Somme et du saillant d’Ypres.

3. Analyse

L’intérêt de ces carnets réside surtout dans le fait qu’ils relatent l’expérience d’un soldat volontaire de guerre non-européen. Comme la Grande-Bretagne, l’Australie déclara la guerre à l’Allemagne le 4 août 1914. Or, une loi interdisait à l’armée australienne d’opérer en dehors du territoire. Afin de contourner ce problème, le gouvernement australien prit la décision de faire appel à des volontaires. A deux reprises, lors de référendums organisés en 1916 et 1917, les citoyens australiens s’opposèrent à la conscription.

Ces carnets constituent une aide précieuse pour retracer l’itinéraire d’un soldat d’un dominion britannique depuis son enrôlement jusqu’à son retour dans son pays natal. Ils s’articulent autour de trois thèmes : la préparation à la guerre et le voyage vers le front occidental, l’expérience de la guerre, l’après-guerre et le retour au pays.

Préparation à la guerre et voyage vers le front occidental

Enrôlé en août 1915, Alexander reçoit un entraînement de plusieurs mois au camp militaire de Castlemaine dans l’Etat de Victoria. Le 7 mars 1916, à Melbourne, il embarque sur le SS Wiltshire. Il note soigneusement ses escales, les îles rencontrées ainsi que la météorologie et les diverses activités pratiquées à bord du navire telles que les exercices et les séances de vaccination qui débutent le 18 mars. Le 9 avril, le navire accoste dans le port de Suez. Après le débarquement, Alexander et ses compagnons de route rejoignent Tell el Kebir où doit se poursuivre leur entraînement. Le 10 mai, ils embarquent pour la France au départ d’Alexandrie. Après 5 jours de navigation en Méditerranée, ils arrivent enfin à Marseille où un train les attend afin de les amener à Etaples, grand camp d’entraînement de l’armée britannique, surnommé « Bull ring ». La période d’entraînement d’Alexander pendant les mois de juin et de juillet, lui permet de profiter de baignades fort appréciées au Touquet Paris-plage « (…) long march to Paris Plage for swim in sea ».

L’expérience de la guerre

Le 28 juillet 1916, Alexander quitte Etaples pour le front dans le secteur de Vignacourt. Ce n’est qu’en août qu’il connaît sa première expérience des tranchées. Le 18, il note : « (…) been in the front trench since 6 pm last night till 8 am this morning am going to have a sleep not closed my eyes since 4.30 am yesterday into line 10 pm », et le 19 : «  what a night today has been a bit showery makes living a trench miserable feel very tired heavy bombardment ». A la fin du mois de septembre, il débute son apprentissage de Light Trench Mortar et il est affecté à l’Australian Light Trench Mortar Battery un mois plus tard.

Durant l’année 1917, Alexander participe notamment à la seconde bataille de Bullecourt et, en date du 3 mai, il écrit : « Terrific bombardment started at 4 am 2nd Div hoped out it have been heavy strafing by the noice… ».Le 8 mai, (il) « got off 60 shots did very well. Put a few in our own M.G. (Machine Gun) position ». Il reçoit d’ailleurs pour cette action une décoration militaire belge de 2e classe avec palmes. Pendant le mois de septembre, il profite d’une permission pour se rendre à Edimbourg, en Ecosse, terre natale de ses ancêtres et pour visiter Londres au retour. Au début d’octobre, il est engagé dans la terrible bataille de Broodseinde qui entraîne de nombreuses pertes parmi les soldats australiens (« our losses heavy »). Il se plaint de ce « dirty dugout cold and hungry and muddie and wet » et du fait qu’il faut partager « 1 blanket for 2 ». L’humidité des tranchées lui cause de douloureux furoncles aux pieds. Il passe la nuit de Noël « in the line slippery cold and plenty of mud and Hun straffed a bit too. So did our chaps ».

Le 2 mars 1918, deux ans après son départ de Melbourne, Alexander se retrouve à nouveau dans le secteur d’Ypres où « Our chaps are up to Hill 60 picking positions they are afraid the Hun is coming heavy bombardment ». Le 17 mars, il découvre les gaz pour la première fois. Par la suite, en mai et juin, il se retrouve dans la région d’Hazebrouck et Strazeele. Après un repos au camp d’Etaples, il retourne dans la Somme. En date du 23 août, il note qu’à « 4.45 am barrage a beauty and the tanks and the troops and us all moved off in the fog and smoke… ». En septembre, Alexander qui est au repos dans un camp aux environs de Péronne, se plaint de n’avoir « nothing to do but sleep and eat … » ou encore « Just hanging on sleeping and eating it will soon end I think ». L’Armistice survient alors qu’il fait mouvement en direction de la frontière franco-belge du côté de Landrecies.

L’après-guerre et le retour au pays

A la fin des hostilités, plus exactement au mois de décembre, Alexander passe deux semaines de permission à Paris où il visite « …the principal Boulevards and Avenues and places special interest also the Bois de Boulogne and Wall and Cemetery…and Avenue des Champs Elysées, Place de la Concorde. Go to Gaumont Palace at night of». Contrairement à ses camarades, il préfère se rendre dans les lieux chargés d’histoire comme le Musée de Cluny, le quartier latin, le Panthéon ou encore la Malmaison, « home of Napoleon beautiful furniture etc…damage Hun occupation (…) ».

Le 17 décembre, il rejoint, en Belgique, son unité cantonnée à Loverval près de Charleroi. Il est logé dans un estaminet en compagnie d’un officier, Mr Landon. Très rapidement, il noue des liens d’amitié avec la famille qui l’accueille et principalement avec le jeune garçon du couple. Les soldats australiens bénéficiant d’un libre parcours sur les transports publics, il en profite pour descendre régulièrement à Charleroi pour y assister à des représentations cinématographiques (« Visit Charleroi afternoon go to Cinema good pictures »). Sa curiosité le pousse à Ham-sur-Heure, où les Forces Impériales australiennes ont établi leur Grand Quartier général dans le château du Comte d’Outremont. Il prend également le train pour rendre à Bruxelles où il rend notamment visite au comte de Mérode, propriétaire du château de Loverval. A la fin du mois de mars, le cœur serré, il fait ses adieux à la famille de Loverval. A la gare de Charleroi, il monte dans un train réservé aux soldats à destination du Havre. Après un bref passage dans le camp militaire de Salisbury Plain en Grande-Bretagne, il embarque enfin, le 12 mai, sur le HMAT Santan qui le conduira en Australie via la Méditerranée et le canal de Suez. Le 28 juin 1919, pour la dernière fois, il note dans son journal : « …we are passing along Victorian coast in sight paid today our final in the army ».

4. Autres informations

BEAN (C.E.W.), The official history of Australia in the war of 1914-1918, University of Queensland press, St Lucia, Queensland, 1983 (first published 1942)

BEAN (C.E.W.), Anzac to Amiens, Penguin Books, Australia, 1993 (first published by the Australian War Memorial, 1946)

www.awm.gov.au (Australian War Memorial) photo officielle E457 d’Alexander Mactaggart avec son mortier de tranchée léger lors de la seconde bataille de Bullecourt en 1917.

Claire Dujardin, avril 2010

La conversation {11 commentaires}

  1. Neil Mactaggart {Mercredi 21 avril 2010 @ 7:40 }

    Claire,

    thank you for publishing this fine record of my father’s war service.

    Neil Mactaggart
    Perth
    Western Australia

  2. Hermant Marina {Mercredi 21 avril 2010 @ 1:34 }

    Dear Mr Mactaggart,

    I’m very interesting in the story of your father, specially when he was in the camp of Etaples, located in the north of France.

    Actually, I’m working for an European project called « Projet Interreg IV » about the memories of the WW1. My project concerns the presence of the British soldiers included the troops of the Commonwealth, in the north of France during the WW1. First, we do some researchs about the subject. Then, we hope to realize a liflet or an exhibition and finally an internet site.

    Your testimony is essential for us. I hope that you can help us in our future project.

    All the documents are welcome. We need some pictures, photos, stories, documents concerning this period.

    You can join me whenever you want.
    This is my mail: marinahermant919@hotmail.com

    Marina Hermant,
    Cultural Direction of the General Council of the Pas-de-Calais (France)

  3. Dujardin {Mercredi 21 avril 2010 @ 8:18 }

    Madame Hermant,

    Je travaille depuis quelques années, en Belgique sur le cantonnement des troupes australiennes dans l’Entre-Sambre-et-Meuse de décembre 1918 à la fin de 1919.
    Neil Mactaggart m’a envoyé l’intégralité des carnets de son père.Je pourrais vous photocopier les pages où il parle du camp d’Etaples, mais seulement après l’accord de Neil .
    Je vais lui envoyer un courriel à ce sujet.
    Avec un collègue, j’ai rédigé un article paru dans Wartime, le magazine de l’Australian War Memorial et réalisé une exposition à Ham-sur-Heure, Grand Quartier général des Forces australiennes.
    J’en prépare un autre article sur les soldats australiens.Je me suis spécialisée dans l’armée australienne de la Première guerre mondiale.
    Peut-être pourrions-nous collaborer?Je n’aime guère mettre mon adresse mail personnelle sur le net.S’il existe une adresse officielle pour votre projet, pourriez-vous la laisser?
    Je vous en remercie.

    Très cordialement.

    Claire Dujardin

  4. Dujardin {Mercredi 21 avril 2010 @ 8:19 }

    Je rectifie  » je prépare un autre article… »

  5. CAZALS {Jeudi 22 avril 2010 @ 9:39 }

    Connaissez-vous les photos du tank allemand capturé par les Australiens àl’été 1918 ? Elles sont dans Raoul Berthelé, 1914-1918, Images de l’arrière-front, Toulouse, Privat, 2008, p. 124-125.
    R. Cazals

  6. Dujardin {Vendredi 23 avril 2010 @ 3:50 }

    Monsieur Cazals,

    Je vous remercie pour votre intervention.Je ne connais pas les photos dans l’ouvrage que vous signalez.Cependant, j’ai en ma possession une photo d’un canon allemand pris par les Australiens à Chuignes en 1918.Je vous prie de croire, Monsieur Cazals, à l’expression de ma sincère considération.

  7. DUHAMEL {Samedi 1 mai 2010 @ 1:17 }

    J’ai l’intention d’écrire un roman historique sur la Bataille de Bullecourt avril – mai 1917. Qui pourrait me documenter sur cette bataille ?

  8. Dujardin {Lundi 3 mai 2010 @ 12:19 }

    Monsieur Duhamel,

    Je suis très intéressée par votre intention de publier ce roman.
    John Laffin a publié un excellent livre sur les batailles et lieux chers aux Australiens.
    Vous avez aussi un petit musée à Bullecourt et le propriétaire vous aidera très certainement.Ce musée va être repris par les australiens.
    Par ailleurs,si vous lisez l’anglais, je peux aussi vous envoyer les pages concernant cette bataille tirées du livre de l’historien officiel, CW Bean.
    Laissez-moi une adresse Email par ex.

    Très cordialement,

    Claire

  9. Dujardin {Lundi 3 mai 2010 @ 12:20 }

    lire « repris par les Australiens »

  10. Laffon {Lundi 8 novembre 2010 @ 2:01 }

    Madame Dujardin,

    Le musée départemental de Flandre, qui a réouvert ses portes dans l’Hôtel de la Noble-Cour de Cassel le 22 octobre, prépare actuellement une exposition temporaire consacrée à l’arrière front en Flandre pendant la Première Guerre mondiale.
    Cette exposition s’inscrit dans un projet européen INTERREG IV, réunissant le Musée In Flanders Fields d’Ypres, la Caverne du Dragon dans l’Aisne, l’Historial de la Grande Guerre de Péronne et le musée départemental de Flandre. A tour de rôle, entre 2010 et 2012, chacune de ces structures présentera une exposition consacrée aux flux migratoires. A Cassel, elle se déroulera dans les espaces d’expositions temporaires du musée, du 06 mai au 28 août 2011.

    Je souhaiterai aborder dans cette exposition les mouvements de troupes de l’arrière du front vers le front, et inversement, avec la mise en place d’infrastructures comme les camps de cantonnements, d’entrainement, les hôpitaux, les prisons, etc. , les moyens de communications seront également abordés.

    Je m’intéresse également aux troupes australiennes qui ont cantonnées dans la région et notamment à Steenvoorde, où il y avait un camps réservé à l’armée australienne. Pourriez-vous m’envoyer des photocopies des passahes des carnets de guerre de Alexander Mactaggart qui concernent son passage dans le Nord ?

    Je vous remercie de votre collaboration

    Bien cordialement

    Cécile Laffon
    Adjointe à la conservation
    Musée départemental de Flandre
    26 Grand Place
    59670 Cassel
    03-59-73-45-54
    cecile.laffon@cg59.fr

  11. Dujardin {Lundi 29 novembre 2010 @ 9:36 }

    Bonsoir Madame Laffon,

    Je viens seulement de prendre connaissance de votre demande.
    Cela ne me pose aucun problème sauf que je dois demander à son fils, Monsieur Neil Mactaggart l’autorisation de vous faire les copies.
    Il en est le propriétaire et il souhaite , à ce titre, contrôler l’usage qui est fait des extraits des carnets de son père.

    Bien cordialement,

    Claire Dujardin

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.