Felser, Marcel (1893-1944)

1. Le témoin
Auguste, Marcel, Étienne Felser est né le 26 décembre 1893 à Paris où son père était employé aux magasins du Louvre. La famille est catholique. Marcel devient ingénieur en électricité à Viroflay, canton de Versailles. Il est mobilisé au 36e RI dès août 1914, mais n’est envoyé sur le front que le 8 décembre 1915, au 1er Génie, pour s’occuper de l’électrification des défenses et observer les lignes ennemies. Caporal en août 1917, sergent en novembre, il passe au 21e Génie en avril 1918. Démobilisé en septembre 1919, il épouse une jeune fille rencontrée pendant la guerre à Gérardmer, dont il aura trois enfants. Il devient chef de réseau à la Société urbaine électrique à Sens, puis à Auxerre. Dans les années 1930, il effectue une visite familiale des champs de bataille. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, résistant, il est déporté à Buchenwald où il meurt d’épuisement le 10 décembre 1944. Son fils Jean fondera un des premiers jumelages franco-allemands.

2. Le témoignage
consiste en 400 plaques de verre ou négatifs sur support souple, conservés dans des boîtes en fer dans un grenier familial, et qui forment aujourd’hui la collection de Laurent Felser. 118 de ces clichés ont été sélectionnés dans le livre : Un regard sur la Grande Guerre, Photographies inédites du soldat Marcel Felser, préface et commentaires de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Larousse, 2002. Les clichés ont été pris dans les Vosges de 1916 à 1918, mais ils ne sont ni classés, ni légendés, ce qui, nous dit le préfacier, peut donner lieu à sur-interprétation. On en trouvera en effet des exemples ci-dessous.

3. Analyse
Les photos choisies ont été réparties en dix rubriques : 1. Autoportraits ; 2. Voir, observer [les hommes, leur matériel, les observatoires, le no man’s land, les positions ennemies] ; 3. Les croix de bois ; 4. Les camarades ; 5. Les femmes, une femme [sa fiancée] ; 6. Archaïsme et modernité [des ânes aux monstres de l’artillerie lourde] ; 7. Vers le front [aspects des boyaux] ; 8. Echappées [repas, loisirs] ; 9. Provinces perdues, provinces reconquises [avec sur-interprétation : « À elle seule, la flèche de la collégiale Saint-Thiébaut, présente sur tant de photographies de Marcel Felser, promettait le retour à la France de la flèche d’une cathédrale : celle de Strasbourg. » ) ; 10. Paysages détruits [sur-interprétation : « Avec leurs "pieds", leurs "troncs", leurs "têtes", comment les arbres n’évoqueraient-ils pas des être humains ? »]

Rémy Cazals, juin 2011

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.