- Témoignages de 1914-1918 - http://www.crid1418.org/temoins -

Viard, Albert (1887-1964)

Posted By AL On lundi 24 octobre 2011 à 09:12 In 2001-2010,213e RAL,62e RAC,Carnet, journal,Combattant (artillerie),Correspondance | No Comments

1. Le témoin

Né en 1887 à Gruey dans les Vosges, Albert Viard est issu d’une famille de commerçants. On ne connaît pas exactement son niveau d’études, mais la teneur de ses lettres et son parcours militaires témoignent d’une solide formation secondaire. Il est en juillet 1914, maréchal des logis de carrière au 62e RAC. Après avoir fait la campagne en Alsace-Lorraine, participé à l’offensive de la Marne, avoir été en Artois en 1915 et être passé par le front de Verdun en 1916, il termine cette même année à l’Ecole d’Application de l’Artillerie et du Génie d’où il sort officier. Incorporé au 213e RAL et réengagé à partir du mois d’avril 1917 sur le front, il participe à l’offensive de juillet 1918 dans l’Aisne où il reçoit la blessure qui l’éloignera définitivement du champ de bataille. Il reste mobilisé jusqu’en juin 1919 et la signature des traités de paix.

2. Le témoignage

Publié en 2010 sous le titre Lettres à Léa aux éditions l’Aube, le témoignage d’Albert Viard se compose de la correspondance échangée avec sa femme s’étalant du 31 juillet 1914 au 26 juin 1919, sans qu’elle ne couvre l’ensemble de ses « jours de guerre ». Il manque en particulier toutes les lettres de 1916. quant aux lettres de sa femme, aucune n’a été conservée. Un « journal de marche », adressé lui aussi à Léa témoigne des trois premiers mois de la guerre pour s’arrêter le 14 octobre 1914 avec la mention : « Il est inutile que je détaille la suite car mes lettres ont dû te renseigner suffisamment. »

VIARD Albert, Lettres à Léa 1914-1919, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2010, 222 pages.

3. Analyse

Albert Viard, artilleur militaire de carrière, engagé à l’arrière de la première ligne des fantassins, écrit dès qu’il le peut à sa femme, Léa, restée dans les Vosges. Très croyant, il pense la guerre comme une épreuve de rédemption et tente en invoquant Dieu de soulager l’angoisse de son épouse. L’autocensure est omniprésente notamment dans les premières lettres où la guerre paraît (presque) une partie de plaisir. Le vocabulaire utilisé comme les scènes retranscrites veulent témoigner de l’univers particulier de la guerre de siège. Mais s’il essaye de minimiser le danger tout en mettant en avant son activité combattante, cette autocensure se fissure dès 1915, et l’émotion jusque là retenue prend davantage d’importance, d’autant qu’il perd deux de ses « meilleurs camarades ». L’homme se transforme : « Sans doute qu’à force d’être ici, on devient un peu sauvage et on a des idées à part » (26 novembre 1915). Peu à peu, les extraits de lettres proposés se concentrent sur le lien avec l’épouse, autour de leur première fille, de la naissance d’une seconde en 1917 et de la perspective d’agrandir encore le foyer. Devenu officier dans la lourde, les informations sur la guerre deviennent rares : « (…) La guerre, quand c’est intéressant, on n’a pas le temps d’écrire, et quand on a le temps d’écrire, on a rien à dire » (23 avril 1918). Les réflexions se multiplient sur ce conflit qui dure et qui laisse mourir les bleus de la classe 1918 (26 mai 1918). Il faut attendre le printemps de la même année pour retrouver une certaine assurance : « Je crois qu’ils n’iront pas plus loin » (2 juin 1918). Les lettres témoignent alors de la reprise de ce que Viard appelle la « vraie guerre ». Sa colère contre les « boches », ces « sauvages », elle, ne semble pas faiblir. Les liens de camaraderie et l’amitié transparaissent aussi lorsqu’il raconte le quotidien du front. C’est pendant cette période, le 31 juillet 1918 qu’il est blessé de plusieurs éclats d’obus et rapatrié dans un hôpital militaire, inquiet de ne pas avoir de nouvelles de son épouse. Le retour à la paix sans réelle démobilisation, est source d’ennuis et d’attente de retrouver le foyer tant aimé, quitté depuis 5 ans : « Pendant la guerre, les jours passaient plus vite que maintenant » (28 avril 1919). En creux se dessinent les grèves à Paris, et déjà, la demande de reconnaissance des droits des « poilus » sur ceux de l’arrière.

Dans son court « journal de marche », la guerre est racontée comme elle a été vécue : marches en avant, vie sur le pays, la retraite, la peur, le combat avec son lot de morts et de blessés hurlants, l’aide apportée lorsque cela est possible, même aux Allemands, le temps du retranchement en septembre 1914. Son journal fourmille ainsi de détails qui donnent à lire la guerre « au ras du sol » et qui viennent contrebalancer les propos souvent très atténués des lettres.

Alexandre Lafon – octobre 2011


Article printed from Témoignages de 1914-1918: http://www.crid1418.org/temoins

URL to article: http://www.crid1418.org/temoins/2011/10/24/albert-viard-1887-1964/

URLs in this post:

[1] Partager/Marquer: http://www.addtoany.com/share_save

(c) Crid 14-18