Viriot, Paul (1883-1953)

De famille paysanne, fils du maire de Laître-sous-Amance (Meurthe-et-Moselle), Paul Viriot est resté célibataire, un choix d’avant 1914, peut-être renforcé par ce qu’il a vécu alors et qu’il voulait éviter de faire vivre à un fils éventuel. Il a tenu des carnets, disparus, mais recopiés (« J’ai respecté scrupuleusement mes notes prises au jour le jour ») sur le « livre » de l’adjudant Numa Vincent, blessé, qui contenait déjà un hommage au sergent Chammerond du 224e RI. Les notes de Viriot sont brèves, sauf lors des journées les plus terribles.
Mobilisé à Nancy au 37e RI, Paul Viriot fait d’abord la campagne de Lorraine, d’abord l’avance où l’on se charge d’équipements pris aux Allemands, puis la retraite, « le moral en berne », tandis qu’on ne comprend rien à ce qui se passe. En novembre, c’est la Belgique, et arrive la classe 14 : « Ils ne savent pas ce qui les attend. » Peut-être cette « grande fosse commune » vue au cimetière de Woesten. Relativement à l’arrière jusque là, Paul est versé dans une compagnie de combat le 26 décembre et il découvre le séjour en tranchée parmi les morts et leur odeur. Le 4 janvier 1915, il participe au sauvetage de quelques survivants dans une maison effondrée sous les obus, mais il note qu’il faut abandonner d’autres camarades. Le 26 mars, il décrit une fraternisation que les officiers font cesser. En Artois, en mai, le régiment s’apprête à aller « manger des betteraves », synonyme d’attaquer. Et, en effet, ceux qui sortent sont fauchés. Le capitaine donne l’ordre de tirer sur les fuyards français ; Paul Viriot fait semblant ; un caporal en tue un. Jours et nuits se passent sous les obus, les hommes mourant de soif et obligés de prendre leur nourriture dans les musettes des morts. « Nous sommes vraiment peu de choses sur terre », note-t-il. Et encore, le 20 mai : « Nous attendons à chaque instant l’obus bienfaisant qui nous délivrera des affreuses visions et cauchemars qui sont notre quotidien depuis onze jours. Hâves, fiévreux, pouilleux, affligés de rictus effrayants, nous n’avons plus rien d’humain. Qui pourrait reconnaître en nous des êtres humains ? Nous sommes méconnaissables et proches de la folie. » Le 13 juin, seul volontaire pour la corvée de soupe, il échappe à un obus qui pulvérise ses camarades, et il note, le lendemain : « Pauvres petits riens, perdus au milieu de si grandes choses qui déferlent sur nous de tous côtés. Qui nous broient, nous cisaillent, vous laissent pantelants et sanguinolents au milieu de la mitraille. » Une nouvelle attaque anéantit la compagnie, alors qu’il a eu la chance d’être envoyé en arrière comme vaguemestre, éprouvant des « sentiments mélangés de chance et de culpabilité d’avoir abandonné les copains ».
Le 11 juillet 1915, il est évacué pour maladie, et va en profiter pour recopier ses notes. Réformé temporaire, il ne revient sur le front qu’en août 1916 dans la Somme, mais : « J’aurais aimé donner une description de cette bataille, mais dans l’action j’ai perdu mon carnet de route. » Il échappe une fois de plus à la mort par une chance extraordinaire, et combat encore en Lorraine en janvier 1917.
Rémy Cazals
*Transcription sur http://mirabelle.nuxit.net/viriot

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.