Boussac, Jean (1885-1916)

Né le 19 mars 1885 à Paris, Louis Jean Boussac est docteur en sciences en 1913, professeur de géologie à l’Institut catholique de Paris. Marié à la fille du géologue Pierre Termier (ami de Léon Bloy et Jacques Maritain), un enfant. Le père Teilhard de Chardin (voir notice) est un de ses premiers auditeurs et un compagnon d’excursions géologiques dans les Alpes. Jean Boussac est blessé deux fois, en septembre 1914 et en juillet 1915. Sergent au 289e RI, il meurt le 23 août 1916 près de Verdun, dix jours après avoir été touché par une dizaine d’éclats d’obus. Ses lettres parlent d’elles-mêmes.
Le 27 mars 1916, il écrit à sa femme : « J’ai reçu hier une très belle et très intéressante lettre du P. Teilhard, qui est vraiment une intelligence hors ligne. Il a le bonheur de voir la guerre en beauté, et vraiment sur toute une partie de sa lettre, je ne peux guère le suivre, moi qui ne vois que la laideur de ces choses. Mais il parle ensuite de sa conception de la science, et alors je le lis avec enthousiasme. »
Confirmation de ces propos dans la lettre du même jour à Teilhard : « Mon cher père, vous voyez la guerre en beau, et je ne réussis à en voir que les horreurs et les tristesses. La guerre me paraît un des résultats les plus évidents et les plus tragiques, hélas ! du manque de christianisme de l’humanité et de l’esprit de folie que le démon sait insuffler au monde. Oublieux, toujours, de l’unique nécessaire, qui est de chercher le royaume de Dieu et sa justice, les pauvres hommes se créent des idoles : l’idée de patrie en est une, avec la gamme de tous ses accessoires : ambitions militaires, coloniales, économiques, orgueil national, esprit de domination ou d’indépendance, etc., et pour toutes ces foutaises, ils font massacrer et mutiler sans pitié des millions de pauvres êtres qui n’y comprennent rien. […] N’avez-vous pas remarqué que jamais, peut-être, depuis que les hommes écrivent leur histoire, une pareille tempête de mensonge n’avait soufflé sur le monde ? […] Mon cher père, combien je vous aime mieux comme savant que comme guerrier ! »
Le 8 avril, à sa femme : « Sais-tu bien que j’aimerais mieux être au bagne qu’ici ? Je serais délivré au moins de cette obsession d’être mis un jour dans la nécessité du tuer pour ne pas être tué, et tuer qui ? Un excellent homme peut-être, et un père de famille ? Crois-tu que c’est un métier pour un chrétien ? » Le lendemain, il revient sur le personnage du savant : « Une nouvelle lettre du P. Teilhard, longue et affectueuse, mais peu convaincante au sujet de la guerre. […] Il voit dans la guerre une crise de croissance ou d’évolution, nécessaire au progrès de l’humanité. (Comme si l’humanité était en progrès (!) à d’autres points de vue que celui de la Science, et je ne vois pas ce qu’à cet égard la guerre nous rapportera en dehors du massacre de nombreux savants et intellectuels). »
RC (d’après les notes de Nicolas Mariot)
*Pierre Teilhard de Chardin et Jean Boussac, Lettres de guerre inédites, présentées par François Guillaumont, Paris, O.E.I.L., 1986.

Le buzz {1 trackbacks/pingbacks}

  1. Ping: Pierre Teilhard de Chardin muestra que es posible trascender la realidad | maestroviejo le 26 juin 2016

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.