Bellet, Pierre (1885-1971)

Le fils Bellet, né à Saint-Pargoire (Hérault) le 3 mars 1885, fut prénommé Albin Walter, mais on lui attribua le prénom usuel de Pierre. Devenu instituteur, il épousa une institutrice, et le couple exerça à l’école publique de Montagnac. Deux enfants étaient nés avant 1914. Pierre Bellet commença la guerre au 322e RI de Rodez avec le grade de sergent obtenu au service militaire. Adjudant dès le 29 août, il passa immédiatement au 96e ; il devint adjudant-chef en mai 1916. Il connut successivement les combats de Lorraine, puis de la Woëvre à la fin de septembre et de Belgique en hiver 1914-15. Cette année 1915 fut surtout celle de la Champagne : Beauséjour en mars ; Perthes-les-Hurlus en septembre. Il se trouva à Verdun et aux environs en 1916 et 1917, puis en Alsace. Intoxiqué par les gaz, il fut évacué à l’extrême fin de la guerre, le 27 octobre 1918. Survivant, il a tenu à garder trace écrite de ce qu’il avait vécu, mais il nous dit lui-même qu’il ne s’est appuyé que sur quelques notes et sur sa mémoire, et qu’il a écrit « dans le calme de la famille et longtemps après la tourmente » de telle sorte que ses « jugements ne risquaient plus d’être déformés par les terribles impressions du moment ». On peut le regretter car ce ne sont pas les conditions les plus favorables au témoignage. En effet, les dates précises sont rares dans son texte ; par contre la description des lieux et des épisodes est fort bonne, comme le montre la comparaison avec les informations contenues dans le JMO du régiment.
Le récit (100 000 mots d’après Marc dos Santos) présente d’abord des faits et des situations bien connus par ailleurs. La mobilisation, effectuée dans la « désolation générale » ; « de gentilles dames » qui distribuent médailles pieuses et formules de prières, ce que n’apprécie pas l’instituteur laïque ; les trains dans lesquels on boit et on chante. Très vite apparaissent les premières critiques des chefs : le général Taverna à la parole peu fiable ; le colonel qui n’aime pas les soldats du Midi ; les officiers qui volent les hommes sur la nourriture ; les lâches qui ne sortent pas de leurs abris, même pour leurs besoins naturels ; le général Grossetti, qualifié de « Boucher de Beauséjour ». Pierre Bellet décrit les blessures volontaires, les prisonniers allemands contents de leur sort, l’arrivée des bleus de la classe 14, les troupes marocaines à propos desquelles il se demande pourquoi ces hommes-là font cette guerre. Il pense que le grignotage du père Joffre est une tactique « absurde et criminelle ». Les attaques échouent : « le courage ne peut rien contre des fils intacts, une boue qui rend tout mouvement impossible, et des mitrailleuses bien cachées qui rentrent en action au moindre indice d’attaque ». Les sorties sont « précédées d’un bombardement de 75 sans effet et qui prévient charitablement les Boches que nous allons attaquer. L’ennemi ne riposte pas encore, mais dès que les hommes sortent des tranchées, les mitrailleuses les déciment et les marmites rappliquent. Finalement, les hommes ne veulent plus marcher. » Alors, les officiers eux-mêmes fournissent de faux rapports, comme l’a très bien montré Jean Norton Cru. Des ententes tacites se produisent dans la guerre des mines qui éclatent à heure fixe, ce que le JMO ne contredit pas (SHAT 26 N672/5) et dans le respect de ceux qui, dans les deux camps, à découvert, réparent les systèmes défensifs.
Plus rares, sans être uniques, ces notations sur les instituteurs mal vus par les officiers supérieurs ; sur les permissions au cours desquelles on espère qu’il va se produire « un événement que l’on ne s’explique pas, mais qui nous permettra de ne plus revenir au champ d’honneur, au champ de la mort » ; sur l’arrière-front où se pratique le sexe à deux niveaux : « Ayant à communiquer le rapport journalier à un capitaine princièrement logé chez une baronne, je le trouve en caleçon, sortant de la chambre de son hôtesse, tandis qu’au rez-de-chaussée, l’ordonnance lutinait la soubrette de la maison » (version édulcorée par le petit-fils de l’adjudant ; l’original est plus cru et donne les noms des personnes). Pierre Bellet évoque encore des exécutions, fruits d’une justice expéditive ; des hussards peu enclins à remuer la terre pour aménager leurs tranchées ; des chiens dressés pour effectuer des liaisons, mais qui se retrouvent tous aux cuisines pour récupérer quelques morceaux… Terminons sur cette situation décrite vers la fin de la guerre dans un village de Lorraine où « des hirondelles avaient construit leur nid. Au moment des relèves, nous nous passions comme consigne de respecter ce nid. C’est avec le plus vif intérêt que j’ai suivi la vie de ces hirondelles. Je les ai vues couver et, quand je suis revenu, à la relève suivante, les petites hirondelles s’essayaient à voler et nous quittaient ensuite. » Encore une pièce à glisser dans le dossier de la transformation des combattants en brutes.
Rémy Cazals
*Marc dos Santos, Les mémoires de la Grande Guerre de Pierre Bellet, adjudant au 96e régiment de Béziers, mémoire de master, Université de Toulouse Le Mirail, 2007, 287 p. Ce mémoire contient la transcription intégrale des cahiers de Pierre Bellet.
*Ma guerre de 14, par Justin Bellet, Les Amis de Montagnac, 2009, 320 p. Le texte original a été « lissé » par Jacques Panis, petit-fils de l’auteur pourvu par erreur du prénom de Justin.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.