Besson, Charles

L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique conserve dans ses collections le « Journal d’un soldat du corps expéditionnaire d’Orient, 1915-1918 », de Charles Besson, 79 p. (APA 2823). Il fait partie de l’expédition sur Gallipoli en mai 1915, qui n’est pas de tout repos, face aux Turcs, au milieu des cadavres et des mouches. Blessé, Charles est évacué. En août 1916, il a une brève expérience du front français sur la Somme : « Nous n’avions plus rien d’humain, on aurait dit des paquets de boue mouvante. » Il repart dans l’armée d’Orient fin décembre 1916 : Salonique, Florina, Monastir. Il est évacué pour dysenterie. Après cinq mois de convalescence en France, il repart vers la Grèce au printemps 1918, pour y subir des marmitages « effrayants » et attraper le paludisme. « Quand donc sera-t-on débarrassé de tout ça ! », se demande-t-il. La délivrance arrive le 6 septembre 1918 : « J’ai enfin la joie de rentrer chez moi. »
On n’en sait pas davantage sur sa biographie.
Rémy Cazals
* D’après la note d’Élisabeth Igersheim, Garde mémoire, 2011, n° 10, p. 22.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.