Larrazet (village du Tarn-et-Garonne) (5 témoins)

Ce village de 636 habitants a compté 25 morts sur 136 mobilisés en 1914-18, soit un taux supérieur à la moyenne nationale, mais correspondant à la surmortalité des populations rurales. Son originalité tient aux 3159 pages en 11 gros volumes d’un « Journal de guerre » rédigé par quatre notables : Jean Carné, notaire et maire ; le curé Joseph Dumas ; l’instituteur Auguste Durand ; le tailleur d’habits Jean Pujos. Les quatre hommes étaient trop âgés pour partir et n’avaient pas de fils sous les drapeaux ; ils se considérèrent comme « mobilisés » pour écrire la chronique du village pendant la guerre, avec l’aide ponctuelle d’Anselme Coureau, secrétaire de mairie, d’avril 1916 jusqu’à sa mobilisation en mai 1917.
Une première rubrique, la moins intéressante, puise son information dans le quotidien régional catholique et conservateur Le Télégramme. Elle reproduit (au début) ou résume (vers la fin) les communiqués officiels, et elle sélectionne les renseignements sur les difficultés de l’ennemi et l’entrain des poilus. Les nouvelles du front proviennent de quelques lettres choisies, telle celle de Jean-Marie Delpech à Auguste Durand : « Je vous assure que je ferai mon devoir jusqu’au bout. Si j’y reste, ne me regrettez pas car je n’aurai fait que mon devoir de Français. C’est vous, mon ancien instituteur, qui m’avez appris où était le devoir ; je souhaite que ceux qui nous remplacent sur les bancs de l’école apprennent eux aussi à devenir des hommes. » Il est dommage que les rédacteurs n’aient pas procédé à une collecte plus systématique des lettres des combattants du village, qui aurait apporté des sentiments plus variés. Mais il est clair qu’ils n’en ont pas voulu.
Parmi les « Faits locaux », après « Mobilisation », on trouve des rubriques sur les réquisitions, l’accueil des réfugiés, le rationnement et les prix, l’évolution des surfaces ensemencées, les problèmes de main-d’œuvre, la vie religieuse, le moral de la population. Les notables voudraient n’avoir à signaler que l’unanimité patriotique. Mais, en stigmatisant certaines attitudes, ils nous les donnent à voir : réticences des paysans devant les réquisitions et le versement de l’or ; aspirations à une paix blanche. Le 10 août 1917, ils écrivent : « Le moral reste ce qu’il était depuis longtemps ; tout le monde souhaite vivement la paix ; la majorité la réclame sans condition, ne se rendant pas compte de ce que serait l’après-guerre si nous acceptons une paix boiteuse. Nous devons cependant reconnaître qu’une imposante minorité s’efforce de maintenir le moral et qu’elle obtient des résultats appréciables (puisque l’on n’entend les raisonnements défaitistes qu’en petit comité, personne n’osant divaguer en public). » La paix signée avec l’Allemagne, le comité du « Journal » décide, en juillet 1919, de procéder à sa « démobilisation » et de clore son travail qui « pourra peut-être intéresser les chercheurs de plus tard ». Cet objectif est atteint : grâce à Alain Daziron et Sylvie Guiraud, les historiens peuvent tirer beaucoup de l’imposant document, et même plus que ce que les rédacteurs avaient prévu.
Rémy Cazals
* Sylvie Guiraud, Larrazet, commune rurale durant la Grande Guerre, La vie quotidienne d’un village à travers son Journal de guerre, Larrazet, Maison de la culture, 1997, 146 p. + annexes (à partir d’un mémoire de maîtrise, Université de Toulouse Le Mirail).

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.