Percin, Alexandre (1846-1928)

Né à Nancy, fils d’un professeur de mathématiques. Polytechnicien. Il fait la guerre de 1870 comme lieutenant d’artillerie et découvre l’impréparation de l’armée impériale, la dureté de la vie en campagne et l’horreur du champ de bataille. « Que ceux qui veulent la guerre voient ce que j’ai vu, et ils ne la voudront plus », écrit-il dans ses Souvenirs militaires 1870-1914. Il remarque aussi la supériorité de l’armée nationale de type milice sur l’armée de métier. Sous la Troisième République, il écrit de nombreux ouvrages techniques qui critiquent l’animosité existant entre officiers d’artillerie et d’infanterie, la paresse intellectuelle des mêmes cadres, l’inanité des « manœuvres de parade » sans rapport avec la réalité. Nommé à des postes de plus en plus élevés, jusqu’à inspecteur général de l’artillerie, il fait améliorer le réglage du tir et surtout la liaison entre les armes : l’artillerie doit être au service de l’infanterie ; seul le fantassin peut véritablement savoir quelles sont les zones à bombarder pour faciliter sa progression. Mais il se heurte aux fortes oppositions de Buat, Fayolle, Nivelle, Foch, tout en étant fréquemment louangé dans des ouvrages allemands et des revues comme Artilleristische Monatshefte.
Chef de cabinet du général André (ministre de la guerre) de 1900 à 1904, il est mêlé à l’affaire des fiches, ce que les officiers cléricaux ne lui pardonnent pas. Pas plus que son opposition à la loi des Trois Ans, manifestée dans des articles parus dans L’Humanité, journal fondé par Jean Jaurès dont la conception de l’Armée nouvelle était proche de celle de Percin. Celui-ci prouve que six mois suffisent pour former un soldat et que le reste du temps est non seulement perdu, mais a un effet inverse de ce qu’on attend. Comme Jaurès et Gaston Moch, le général Percin insiste sur le rôle des réserves, et la guerre de 1914 leur a donné raison.
Sur la guerre de 1914-1918, il publie aussi plusieurs livres, notamment 1914 : les erreurs du Haut Commandement (Albin Michel, 1920) et Le massacre de notre infanterie (Albin Michel, 1921) qui fait le point sur les « tirs fratricides », leurs causes et les moyens de les éviter. Son témoignage personnel sur la période est intitulé Lille (Grasset, 1919). Il s’agissait de faire le point sur la non-défense de la place en août 1914, les feuilles de droite comme L’Action française et L’Écho de Paris l’ayant pris comme bouc émissaire, tandis que la Ligue des Droits de l’homme le défendait. L’enquête du général Pau le réhabilite pleinement et il est décoré de la Grand Croix de la Légion d’honneur en 1917.
Le général Percin est l’auteur de la longue préface au livre de témoignage de Samuel Bourguet, L’aube sanglante, paru en 1917 et en cours de réédition par Ampelos. Après la guerre, il devient un défenseur de la Société des Nations, proche de Jules Puech (voir ce nom) qui avait constitué un recueil de coupures de presse concernant le général Percin, conservé aux Archives municipales de Castres. Le général est cité à 9 reprises dans Saleté de guerre ! correspondance 1915-1916 de Marie-Louise et Jules Puech, Ampelos, 2015. Percin écrit en faveur du « désarmement moral », contre les manuels qui entretiennent la haine des Allemands, contre les têtes de pont sur la rive droite du Rhin, inutiles, coûteuses et dangereuses parce qu’elles humilient l’Allemagne. Il rassemble ses arguments pacifistes dans La Guerre à la Guerre (Marcel Rivière, 1927).
Le général Percin meurt le 12 octobre 1928.
Rémy Cazals, mars 2016, à partir de l’excellent mémoire de maîtrise de Thierry Pradel, « Le général Percin : écrits de guerre et de paix », Université de Toulouse Le Mirail, 2000, ouvrage qui donne avec tous les détails les états de service d’Alexandre Percin et d’autres documents des Archives nationales et du SHD.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.