Saint-Victor, Jacques de (1874-19..)

Né le 3 janvier 1874 à Rabastens (Tarn), fils de Ferdinand Léopold Marie de Costecaude de Saint-Victor et de Madeleine de Landes d’Aussac de Saint-Palais. Service militaire de 1895à 1898 au 143e RI. Docteur en droit en 1901 avec une thèse intitulée « Du service hospitalier dans les guerres terrestres et maritimes ». Marié. Avant 1914, comptable dans l’entreprise Brusson (voir ce nom) à Villemur-sur-Tarn. Sergent, il est mobilisé au 133e RIT comme d’autres salariés de la société. En Alsace d’août 1914 à mars 1917. Quelques lettres le concernant figurent dans les archives Brusson, déposées aux Archives de la Haute-Garonne. Sur une carte postale du 19 septembre 1914, il se préoccupe de la marche des affaires : « J’ai appris avec plaisir que tout marchait bien à l’usine. Je fais les meilleurs vœux pour la prospérité des affaires dans la crise actuelle. » Le 22 septembre, de Rabastens (Tarn), Mme de Saint-Victor remercie Antonin Brusson d’avoir fait des « démarches pour faire revenir notre cher fils auprès de vous ». Elle fait part de son angoisse de mère ayant trois fils sous les drapeaux et implore le secours du bon Dieu dans les épreuves qu’il faut affronter. Les démarches n’ont pas abouti.
Le 11décembre, le sergent de Saint-Victor estime que la guerre va durer encore longtemps ; plaise à Dieu qu’il puisse en revenir et que l’essor de l’entreprise ne soit pas perturbé. Il évoque les basses températures et la pluie ; il dit qu’il creuse des tranchées [ou plutôt qu’il les fait creuser, puisqu’il est sous-officier] et que ce qu’il craint c’est d’avoir à les occuper. Il remercie son patron de l’envoi d’un mandat à distribuer aux ouvriers de Brusson appartenant au même régiment, parmi lesquels le caporal Vacquié (voir ce nom : le caporal a remercié son patron pour les dix francs reçus par l’intermédiaire de M. de Saint-Victor).
Passé au 89e RI en novembre 1917 ; à la section d’infirmiers en janvier 1918. Une dernière lettre conservée date de cet hiver-là : le sergent de Saint-Victor annonce qu’il à la charge d’une équipe de restauration de tombes militaires. Il souhaite toujours la prospérité de l’entreprise, et aussi la fin de cette « maudite guerre ».
Voir le livre de Jean-Claude François, Les Villemuriens dans la Grande Guerre, édité par Les Amis du Villemur historique, 2014. Rémy Cazals, mars 2016.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.