Roux, Jean-Louis (1882-1970)

Jean-Louis Roux, dit Loys, est né à Buxy (Saône-et-Loire) le 12 novembre 1882, fils du receveur des postes, quatrième d’une famille de cinq enfants : Marie-Louise (1877), Jean Désiré (1879), Joseph (1881), puis André (1898). Après des études au petit et au grand séminaire de Lyon, Joseph et Loys, accèdent à la prêtrise quand la guerre se déclenche. Vicaires à Lyon, ils se portent volontaires pour monter au front dès la mobilisation. Ils sont affectés à Lure à l’ambulance 13/7, qui arrive dans les Vosges dès août 1914. Fixée dans le secteur de Saint-Dié à partir de la cristallisation du front, les deux frères vont rester dans cette formation, occupant les fonctions de brancardiers et participant à l’exhumation des soldats morts lors de la bataille des frontières, pour les regrouper dans des cimetières. Mais cette position de relative inaction leur pèse et ils aspirent à exercer leur ministère dans une formation combattante. Ayant appris que les officiers du 23e RI « tiendraient » à avoir un prêtre, ils demandent à être versés dans cette unité, qu’ils intègrent le 1er mai 1915 dans le secteur de La Fontenelle. Ils ne quitteront plus ce régiment. Joseph meurt le 22 décembre suivant sur les pentes du Hartmannswillerkopf et le caporal brancardier Loys fait toute la campagne, occupant tous les secteurs (Vosges, Alsace, Somme, Argonne, Champagne, Verdun, Lorraine, Flandres, Chemin des Dames et Belgique), avant d’être démobilisé en mars 1919. Il meurt le 17 juillet 1970 à Vermaison (Rhône).
Un prêtre-brancardier dans le « régiment des photographes »
Loys pratique la photographie bien avant le déclenchement de la Grande Guerre. C’est donc tout naturellement qu’il se munit de son appareil. Pendant toute la guerre il réalise plus de 1500 clichés qu’il légende précisément et répartit dans deux albums couvrant la période 1914-1922. Il nous renseigne lui-même en frontispice de son monumental travail, qu’il intitule « Ma collection de photos de guerre », sur son parcours militaire et sur l’origine des photos : « Quand au bas de la photo il n’y a pas de nom d’auteur, c’est qu’elle est de mon frère l’abbé Joseph ou de moi. De l’abbé Joseph, 372, de moi 1547. Il y a deux albums, ceci est le premier. Soit un total de 1919 qui est le chiffre de l’année de la démobilisation. » Outre ce volumineux corpus, le docteur Frantz Adam réalise quant à lui environ 600 clichés et Joseph Saint-Pierre (voir ces noms) à peu près autant. C’est le volume photographique global le plus important d’une unité, le 23e RI, que l’on peut surnommer aujourd’hui « le régiment des photographes ». En fait, les deux albums de Loys Roux forment un véritable journal photographique de guerre, un témoignage considérable sur le soldat du front-arrière à la tranchée. Car Loys, dès son arrivée au 23e RI, intègre la première ligne auprès des combattants, suivant même les combats au plus près pour exercer ses « ministères », le sanitaire et le religieux. Accompagné en permanence par son appareil, il couche sur la pellicule tout ce qui, à ses yeux, a une importante testimoniale, et surtout il légende ses images de manière très précise, commentant les sujets, l’intérêt des détails mais aussi les dates, heures et conditions météorologiques, en véritable professionnel, voire même dans certaines circonstances (attaques ou bombardements) en véritable reporter. Il fait des essais de pellicules pour améliorer encore sa technique et pratique la photo au magnésium, plus délicate. Ainsi trouve-t-on quelques rares clichés de nuit, devant Reims bombardée. Parfois, il y ajoute des commentaires ironiques qui confirment une démarche de recomposition chronologique du témoignage pratiquée après-guerre. À plusieurs reprises, il photographie dans des conditions qui mettent sa vie en péril ; le souffle de la guerre se ressent dans ses images, et leur qualité témoigne quelquefois de ces circonstances (clichés floutés par les vibrations du canon de 400 ou la trépidation des convois sur une route, épreuves dégradées par les conditions de vie au front). Comme Marius Vasse (voir ce nom), il dit avoir vendu certains clichés à L’Illustration. On trouve ainsi une messe à La Fontenelle en double page du numéro du 11 décembre 1915, un cliché de l’attaque du 16 avril 1917 paru dans le numéro du 9 mai – et « payé 50 frs » –, un du 13 octobre suivant dans un camp à Suippes – et « payé 150 frs ». Enfin le nombre de clichés montrant des sujets jusqu’alors peu représentés voire inédits est impressionnant. Nous citons parmi les plus représentatifs : un soldat haranguant les hommes du 23e, présenté comme « un sergent prétendu retour d’Allemagne. Il nous engage à tuer les prisonniers. Pas de succès », le 13 juillet 1916 à Quiry-le-Sec (Somme) ; des soldats allemands se rendant en courant ; la capture d’un soldat allemand noir, un « nègre boche », le 16 avril 1917 près du Moulin de Loivre, devant Reims.
Par contre, les mutineries sont les grandes absentes de ses clichés alors que le 23e et toute la 41e division sont très touchés par ce phénomène. Loys n’évoquant pas ce manque, la raison de cette énigme semble éclairée par les paroles de Frantz Adam, dans son ouvrage, Sentinelles… Prenez Garde à Vous… : « Ces photos prises par un infirmier furent saisies et servirent de pièces à conviction devant le Conseil de Guerre. » Cet infirmier-photographe est très vraisemblablement Loys Roux.
Yann Prouillet
*Jean-Louis Roux, Un prêtre-brancardier dans le régiment des photographes, Carnet photographique de guerre de Loys Roux, 1914-1919, Moyenmoutier, Edhisto, 2013, 400 p.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.