Pierre, Joseph (1880-1917)

L’information ci-dessous est tirée de La Lettre du Chemin des Dames, n° 35, octobre 2015, p. 16-19, confirmée par la fiche de mort pour la France sur le site Mémoire des hommes.
Joseph Pierre est né à Saint-Cast (Côtes du Nord, aujourd’hui Côtes d’Armor) le 1er mars 1880, fils d’un laboureur devenu exploitant de carrière. Lui-même a travaillé comme carrier. Il a fait le service militaire dans la marine et a obtenu le grade de quartier-maître. Mais il est mobilisé en 1914 dans l’infanterie, au 78e RIT, avant de passer au 201e RI où il devient sergent. Le témoignage, complété par le JMO du 201e, repose sur des lettres adressées à une jeune femme prénommée Aline, qui était peut-être sa fiancée. S’y ajoutent quatre photos.
La lettre du 22 décembre 1914 est envoyée du secteur de Berry-au-Bac. Elle décrit la situation misérable dans les tranchées, les morts sur le no man’s land, les ruines. Au repos, « tout le monde trouve déjà drôle de ne plus entendre le sifflement des balles et des obus mais je les reconsole en leur disant que demain nous retournons ». Après ce trait d’humour, il ajoute : « Probablement que prochainement nous donnerons un coup d’assaut pour chasser ces barbares. Cela nous coûtera cher en fait de vies humaines mais cela ne peut durer ainsi. Espérons que nous aurons le dessus et que nous les renverrons chez eux pour toujours. »
De Bouffignereux (Aisne), le 1er janvier 1915, il remercie Aline de sa lettre récente : « car ici le seul désennui que j’ai c’est de lire les rares correspondances que je reçois ». L’humour est toujours présent, comme dans cette scène qui s’est déroulée dans le cimetière de Berry-au-Bac : « Les obus tombaient tout autour de nous, les plus près bombardaient tout et nous recouvraient de terre, nous étions méconnaissables, et lorsqu’on voyait qu’aucun de nous n’était blessé sérieusement on en rigolait, c’est épatant on ne pense pas à mourir. » Il se réjouit des dégâts faits par un obus sur la tranchée allemande : « Nous avons très bien vu têtes, jambes, bras sautés séparément à 15 mètres en l’air, tu parles si on était contents. » Une description peut-être exagérée car il a écrit que la tranchée ennemie était à 200 mètres et que la visibilité était obscurcie par fumées et projection de terre. Il continue ainsi : « Si le système de tranchées continue, la guerre durera bien dix ans. » Il termine sur les rigueurs du temps, la pluie, la boue, le froid aux pieds.
Le 17 mai suivant : « Ah ! Ce qu’on a pu perdre du monde, c’est épouvantable. Je t’assure que je voudrais bien que tout ça soit terminé, j’en ai plein le dos, c’est tout de même trop long pour nous surtout depuis décembre que nous sommes dans les tranchées et dire qu’il y a encore des régiments qui n’ont pas vu le feu. »
Aucune autre lettre n’est donnée, on peut le regretter, mais c’est qu’elles ne concernaient pas les alentours du Chemin des Dames. En mars 1916, à Verdun, il reçoit une citation pour avoir « tué de sa main un officier allemand qui, d’un poste d’écoute, repérait nos positions ». Joseph Pierre participe ensuite à l’offensive de la Somme, puis aux combats sur l’Yser où il est tué le 31 juillet 1917 au cours d’une attaque.
Rémy Cazals

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.