Garrigue, Victoria (1886- )

Née à Nérac (Lot-et-Garonne) le 26 avril 1886 dans une famille d’origine espagnole (Avilla y Gruas). Lorsqu’elle épouse Marcel Garrigue (voir ce nom), le 23 octobre 1906 à Tonneins, elle est tailleuse de robes. Le couple aura trois filles et un garçon.
Son mari est mobilisé en août 1914 au 280e RI. La correspondance du couple est publiée dans Alain Glayroux, Portraits de poilus du Tonneinquais, 1914-1918, Editions La mémoire du fleuve, 2006.
Les premières lettres de Victorine (elle a francisé son prénom) contiennent l’expression « maudite guerre » en affirmant que les Allemands en sont la cause, à qui, d’après les journaux, « on donne de ces dégelées que cela devrait servir de leçon à ceux qui restent » (14 octobre 1914). Et encore, le 7 novembre : « Les journaux racontent que sur tous les fronts les Allemands sont repoussés et en Russie ils subissent aussi de grosses défaites. Quelle veine on n’en tue jamais assez. » Son mari essaie de lui expliquer que la réalité n’a rien à voir avec ce que disent les journaux, que la situation des fantassins est terrible. Le 27 novembre 1914, elle répond par une vive critique : « Est-ce bien toi qui m’a écrit une lettre pareille tout à fait découragée [...] Allons Marcel, fais ton devoir jusqu’au bout, que l’on n’ait rien à te reprocher et c’est avec patience que l’on arrivera au bout de ces maudits Alboches [...] Pense que tu as des enfants. Ne te révolte pas. [...] Mon frère nous a écrit, il est tout à fait courageux ainsi que Aman et Borda. Je pense bien que tu les vaux et que tu ne rougiras pas d’avoir été un moment découragé. » A quoi Marcel répond qu’il n’est pas découragé mais dégoûté par la lâcheté des gradés et la sauvagerie des tirailleurs sénégalais et que personne ne l’empêchera d’écrire ce qu’il pense (4 décembre). Lorsque, le 26 décembre, il emploie lui aussi l’expression « maudite guerre », il lui donne une signification différente de celle de Victorine.
Il semble que l’incompréhension entre mari et femme ait subsisté. Le 8 juillet 1915, Marcel écrit à Victorine : « J’ai reçu ta lettre du 4… Quant à la guerre, tu ne peux guère me renseigner, car on vous dit beaucoup de mensonges. Enfin si tu préfères croire ce que dit le journal que ce que j’ai vu, tant pis. » Et encore, le 4 décembre 1915 : « Si tu étais dans la situation où nous sommes, tu penserais peut-être comme moi, plutôt à la révolution qu’à autre chose. » La dernière lettre de Marcel est du 11 décembre ; il annonce sa première permission. Victorine l’attend à la gare le 14 décembre, mais Marcel n’arrive pas, il a été tué deux jours plus tôt.

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.