Fournier, Valentin (1892-1969)

Valentin Edouard Fournier est né le 31 juillet 1892 à Ambialet (Tarn). Cultivateur, il a vraisemblablement vécu en Aveyron puisque son témoignage est publié dans La Main chaude, revue de l’association pour la promotion de l’histoire sociale millavoise, n° 2, 2016, p. 40-45. Valentin Fournier a rédigé son carnet (format 10 x 15) en captivité au camp de Friedrichsfeld, en Rhénanie du Nord. La courte présentation du texte signale qu’il comprend trois parties : la campagne de 1914 ; la capture ; « l’évocation, sous une forme poétique populaire, de plusieurs thèmes : les alliés, la victoire qui viendra, les plaisirs et, comme chez tous les prisonniers de toutes les époques, la nourriture, la bonne nourriture, le bien manger ». Son orthographe laisse beaucoup à désirer, mais les 27 pages reproduites en fac-similé sont parfaitement lisibles. Le texte retenu s’arrête à l’arrivée au camp de prisonniers, le 2 novembre 1914. Autres documents fournis : une photo de Valentin et la page biographique de son livret militaire. La suite du texte est annoncée pour le numéro de 2017 de cette revue annuelle. Le présentateur n’a pas bien suivi l’actualité éditoriale ; le livre collectif 500 Témoins de la Grande Guerre lui aurait montré que les témoignages de soldats peu lettrés sont plus nombreux que ce qu’il croit. Le témoignage de Valentin apporte peu d’informations. Celle qui me semble la plus importante, c’est le souci de garder une trace écrite des événements
Lors de l’annonce de la mobilisation, Valentin, célibataire, effectue le service militaire à la caserne d’Agde du 96e RI. Les premières pages énumèrent les villes traversées en train vers Lunéville. Les marches s’effectuent ensuite sous une forte chaleur, puis sous une pluie épouvantable. La nourriture est très insuffisante, bien loin de la ration théorique du troupier. Des attaques sont mentionnées les 17 et 18 août. Le 22, il signale l’échec d’un assaut à la baïonnette face au feu des mitrailleuses provoquant de lourdes pertes et la retraite. En septembre, toujours dans les parages de Lunéville, une balle traverse son sac et une autre le touche au pied, mais sans gravité ; il passe neuf jours sans manger chaud ; les périodes de repos dans les villages sont l’occasion de boire quelques bouteilles de vin.
Le 14 octobre, départ de Toul vers le Nord. En train, en autobus ou à pied, son régiment traverse le département de l’Aisne et arrive à Ypres. Valentin mentionne un grand couvent où les sœurs distribuent du café et des médailles. Le 30 octobre, au cours d’un violent combat, son groupe est cerné et capturé. Au cours de la traversée de la Belgique, la population leur apporte de la nourriture et les salue en criant « Vive la France ! »
Rémy Cazals, mai 2016

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.