- Témoignages de 1914-1918 - http://www.crid1418.org/temoins -

Masselin, Albert (1889-1949)

Posted By Rémy Cazals On mardi 02 août 2016 à 19:25 In 1991-2000,1er RAP,Carnet, journal,Combattant (artillerie) | No Comments

Albert Masselin a retracé les étapes de sa jeunesse dans ses carnets de guerre à la date du 1er novembre 1914 ; des informations supplémentaires sont fournies par les éditeurs.
Né à Besançon en 1889, second fils de six enfants. La famille quitte Besançon pour Le Havre (Seine-Maritime). Après son certificat d’études, le jeune Albert rejoint le monde du travail en intégrant l’usine d’armement Schneider située à Harfleur (près du Havre). La mort de son frère entraîne la misère, mais Albert réussira à gravir les échelons de l’usine, passant de simple tourneur à dessinateur. Il milite au Sillon de Marc Sangnier, s’occupe du patronage paroissial et travaille à la rédaction du journal Havre-Éclair. Après son service militaire accompli à Cherbourg, il continue son activité chez Schneider.
Mobilisé en août 1914, il est maréchal des logis au 1er régiment d’artillerie à pied. C’est un artilleur sur voie ferrée, chargé d’une batterie d’affûts trucks (canons montés sur des plates-formes de chemin de fer), qui peuvent lancer des obus de 100 kilos.
Partie du Havre le 3 octobre, la batterie tire pour la première fois près d’Anvers, le 5. Les jours suivants sont marqués par un repli sur Dunkerque, où affluent des milliers de réfugiés démunis. Le 21 octobre, c’est le départ pour Verdun et sa région, où Albert Masselin reste jusqu’en mars 1915. Après quelques semaines comme agent de liaison entre les armées française et anglaise, il peut reprendre sa place dans l’usine d’armement d’Harfleur et retrouver la vie civile. Il se marie en 1917 et aura trois enfants. En 1924, il crée une entreprise de matériel électrique à Caen (Calvados). Pendant la seconde guerre mondiale, il participe à la Résistance.

Albert Masselin rédige ses carnets du 3 octobre 1914 au 17 mars 1915, puis décide d’en suspendre l’écriture, faute de contenu militaire à inscrire. Les carnets ont été transmis par son fils aux Archives départementales du Calvados, qui les ont édités dans un recueil contenant deux autres témoignages : celui de l’aviateur Guy Blanchet de Pauniat et celui du prisonnier Eugène (Auguste) Elain. Signalons une erreur sur la page de titre du texte d’Albert Masselin (p. 9), indiquant « 12e régiment d’infanterie » au lieu de « 1er régiment d’artillerie à pied ».

Ce que l’on retient de ce témoignage, ce sont les longues périodes d’inactivité de la batterie. Les ordres de tirs n’arrivent pas ou le mauvais temps les empêche. Entre octobre 1914 et mars 1915, la batterie ne connaît qu’une quinzaine de journées de tirs. L’ennui gagne les artilleurs. Albert Masselin note :       « Les ordres n’arrivent toujours pas et les hommes sont durs à tenir » (19.11.1914). « Ce soir, le lieutenant m’a annoncé que le général Joffre désirait être renseigné sur notre compte. Si ce désir nous valait un voyage et une bataille, quelle joie » (21.11.1914). Et encore : « Le tir aura lieu sans doute demain. […] Enfin nous allons donc travailler un peu. Ce n’est pas malheureux : depuis le temps que nous étions inoccupés, un peu de bruit et de mouvement nous feront du bien » (02.12.1914). Au soir du 20 décembre marqué par une pleine activité, il écrit : « A 2 heures, 212 coups ont été expédiés. J’en suis bleu. Je n’aurais jamais cru que les hommes et les pièces puissent supporter pareille chose. »
Le 24 octobre 1914, il relate la visite du député et officier Pascal Ceccaldi (1876-1918) : « […] Ceccaldi a fait un tas d’allusions, mettant la responsabilité du manque d’artillerie lourde sur Poincaré et Millerand et glorifiant Caillaux qui a voté des crédits à cet effet. » Ceccaldi s’était opposé à la loi des 3 ans votée en 1913 pour augmenter la durée du service militaire, et Albert Masselin regrette de ne pas pouvoir le lui reprocher.
En novembre, il discute avec un collègue sur les qualités distinctives des races : « Il [G. Demars] ne veut pas croire que les Français font partie de la première race du monde. S’il trouve qu’il y a au monde un autre peuple ayant nos qualités et susceptible de présenter le spectacle de la France aux mois d’août et septembre 1914, je serais heureux qu’il me l’indique » (14.11.1914).
Ses carnets de guerre sont aussi un journal intime, auquel il confie abondamment l’espoir amoureux qui le fait vivre (la femme aimée deviendra son épouse) et la piété religieuse qui l’anime (il est catholique pratiquant).
D’octobre 1914 à mars 1915, Albert Masselin ne mentionne aucun mort ni blessé parmi les militaires de son entourage. Il a conscience des avantages dont bénéficient les artilleurs, logés dans des wagons : « Je pense aux malheureux soldats qui sont dans la campagne sans abri. Comme ils doivent souffrir ! j’ai déjà vu ramener plusieurs de ces malheureux qui avaient les pieds gelés. Ils étaient dans un état pitoyable, mais leur moral était toujours bon. Quelques-uns cependant ne paraissaient plus réfléchir à rien, ils étaient dans une espèce d’engourdissement physique qui paraissait les priver de leurs facultés mentales. Ceux qui n’auront pas vécu près des lignes de feu, sauront-ils jamais apprécier le dévouement de ces soldats qui vivent dans les tranchées ? » (25.11.1914).

Cahiers de Mémoire. La Guerre de 1914-1918, textes édités et présentés par Françoise Dutour, Louis Le Roc’h Morgère, Hélène Tron, Conseil général du Calvados, Direction des Archives départementales, 1997, 137 pages, « Carnets d’Albert Masselin », p. 9-34.

Isabelle Jeger, juillet 2016


Article printed from Témoignages de 1914-1918: http://www.crid1418.org/temoins

URL to article: http://www.crid1418.org/temoins/2016/08/02/masselin-albert-1889-1949/

URLs in this post:

[1] Partager/Marquer: http://www.addtoany.com/share_save

(c) Crid 14-18