Courouble, Adolphe (1883-1915)

1. Le témoin
Adolphe Courouble appartient à une famille de la moyenne bourgeoisie catholique; il est à la mobilisation brasseur à Etroeungt (Nord), marié, a deux jeunes enfants. Incorporé à Cambrai, il est embarqué au Havre le 8 septembre 1914 et débarqué à La Palice le 11 ; Il rejoint Mourmelon puis les tranchées de Champagne avec le 126ème RI en octobre 1914. Passant dans la Woëvre d’avril à juin 1915, il est en secteur près d’Arras en juillet. Il est tué à Neuville-Saint-Vaast le 25 septembre 1915, premier jour de l’offensive (3ème bataille d’Artois). Né dans une famille de 10 enfants, il est le seul de 7 frères à avoir été tué.
2. Le témoignage
Un premier témoignage est constitué par un carnet, renvoyé par un camarade à la famille, et qui raconte sommairement la campagne d’A. Courouble. Disponible sur le site « chtimiste » (journal n° 10), le document a été retranscrit par Etienne Courouble et présenté par Michel Decaux, deux des petits-fils de l’auteur, et il occupe environ 18 pages A4. M. Decaux nous a fourni un second document plus dense, de 187 pages, achevé en septembre 2005 pour le 90ème anniversaire de la mort d’Adolphe. Il regroupe le carnet, une correspondance conséquente échangée avec la famille, et un dossier de lettres lié à la recherche du corps du soldat tué, déclaré disparu par son unité. Adolphe Courouble recopiait soigneusement au revers de son carnet de campagne toutes les lettres reçues, et les lettres envoyées furent gardées par la famille et regroupées dans ce recueil. Un exemplaire numérisé a été remis aux A.D. du Nord. Il existe aussi le témoignage de sa femme Lucienne Courouble, civile en territoire occupé, qui a tenu un journal pendant toute la guerre, et celui de son frère Alphonse Courouble, qui a laissé une chronique de l’occupation au Quesnoy pour les années 1914 à 1916 (voir ces deux notices).
3. Analyse
Adolphe Courouble consacrait son temps de liberté surtout à sa correspondance, et son journal tenu au 126ème RI est assez succinct. Ce qui transparaît le plus est la mention répétée de la souffrance de ne pas avoir de nouvelles de sa famille laissée en zone occupée, comme en novembre 1914, p. 7 : « Toujours pas de nouvelles de Lucienne, que c’est long ! » On trouve des mentions de lieux, de relèves. Il signale le 15 octobre 1914 : (p. 7) « Jeudi 15. Beau. On fusille un soldat. Triste événement. Partons pour les tranchées. » Le journal décrit un quotidien fait de boue et de lassitude. Le 18 mars 1915, l’auteur mentionne avoir reçu, après 7 mois d’attente, des nouvelles des siens : «Quelle joie débordante en tout mon être ! Oh ma chérie, combien je t’aime et te remercie d’avoir pu arriver à me donner ainsi de tes nouvelles. Que ne puis-je faire de même ? Tu dois être bien anxieuse de mon sort. » Au total, les carnets montrent qu’il aura en un an 3 fois de courtes nouvelles de sa femme et de ses enfants (2 ans et 6 mois en août 1914) : le 18 mars 1915, une petite carte le 20 juin et on sait que fin-août, il est en permission chez des amis qui ont pu recevoir du courrier de la zone occupée : il y a pu voir une photographie récente de ses enfants. Il est tué à Neuville-Saint-Vaast le 25 septembre 1915 (erreur de date sur la fiche « Mort pour la France»), et un mois plus tard, Lucienne écrit dans son journal le 25 octobre 1915 : « bonnes nouvelles d’Adolphe: a passé 6 jours chez les Fabre au 15 septembre, a reçu portrait des enfants. »
Si les carnets sont succincts, les courriers échangés nous donnent beaucoup plus d’éléments, les lettres nous montrant à la fois le ressenti et les préoccupations d’Adolphe au front, mais aussi, à travers les nombreux correspondants, l’habitus d’une famille de la moyenne bourgeoisie en guerre.
Un sang d’encre
Les poilus des régions occupées par les Allemands n’ont souvent aucune nouvelle des leurs, c’est une souffrance profonde, mais qui laisse en général peu de traces dans les sources. Le riche corpus de lettres permet ici de montrer l’inquiétude qui ronge A. Courouble et les solidarités qui s’organisent avec ses multiples correspondants. Cette angoisse sur le sort des siens est liée à la situation militaire, la dernière mention des siens étant une perte de contact, fin août, dans les désordres liés à la fuite devant les uhlans: l’inquiétude est évidemment renforcée par la relation dans les journaux des « atrocités allemandes ». Une lettre de mars 1915 décrit bien cet état d’esprit: 6 mars 1915, d’Adolphe à Monsieur Gilbert «Pourtant, il me serait si doux d’avoir quelques nouvelles de mes chers petits. Tous les jours, je me demande si tous ils n’ont pas trop à souffrir de l’invasion ou de quelques mauvais procédés de la part des Allemands. Et que de privations ne doivent-ils pas endurer ? Parfois, je pense à leur sort et le compare au mien et je vous assure que la comparaison n’est pas en mon honneur. Ne suis-je pas plus heureux qu’eux tous ? Je ne manque de rien en somme. (…) Mais eux, n’ont-ils pas trop à souffrir de la méchanceté germanique ? Mes enfants, ne les ont-ils pas fait souffrir directement ou indirectement ? Quand on a la relation de la cruauté allemande, ne faut-il pas s’attendre à tout ? Enfin je prie Dieu et j’espère qu’il aura pitié des miens. » Sa famille s’organise pour le soutenir: « Ecrivons-lui et tâchons de le consoler du mieux que nous pouvons. » (de son frère Géry à la famille)» et sa belle-sœur Marie-Thérèse essaye de le rassurer, en lui disant que l’absence de nouvelle est partagée par tous et que certaines atrocités citées par la presse ont été démenties depuis (p. 39).
La solitude au milieu du groupe
L’auteur a évoqué souvent dans son journal sa solitude, parmi ceux de ses camarades qui ont un contact régulier avec leurs proches : « On se tient prêt pour une attaque générale. Tous les copains écrivent chez eux. Que ne puis-je faire de même ?» (20 décembre 1914, p. 10) Il explicite ce sentiment dans une lettre à Madame Gilbert en mars 1915 (p. 81) « Mais l’épreuve est parfois dure surtout certains soirs où je vois les camarades ouvrir les lettres de leur femme ou quand ils me montrent des cartes où la main incertaine de leurs babys a tracé quelques mots. » Lorsqu’il a enfin des nouvelles des siens, il les partage et pense à ceux de ses camarades, nombreux, qui n’en ont pas : (p. 89) « Il me fallut faire part de la bonne nouvelle à mes officiers qui s’intéressent à moi, à mes camarades dont beaucoup, moins heureux, sont encore sans nouvelles de leurs aimés. »
La religion
Le secours principal apporté à Adolphe, outre la chaleur du courrier familial, « C’est si bon de se lire en famille ! On n’apprécie guère l’affection en temps ordinaire, mais il faut être éloigné, exposé pour le comprendre. » (Marie-Thérèse, p. 36), repose dans la religion, aide naturelle pour une famille catholique qui compte un frère prêtre. L’insistance vient souvent des femmes, comme en témoigne son frère Paul (p. 20) « Soyons comme Marie-Thérèse qui a laissé son mari [Alphonse, au Quesnoy] et sa sœur, elle a confiance et bon espoir, mais dit-elle, prions beaucoup. » L’implication passe aussi par des vœux familiaux, ainsi de Marie-Louise, femme de Jules, un autre frère prisonnier (p. 30), « Tu sais que Jules et Alphonse ainsi que Paul ont promis de faire bâtir une chapelle à la Sainte-Vierge si les 7 frères se retrouvaient après la guerre. ». Lorsque la famille apprend qu’Adolphe a enfin eu des nouvelles, Marie-Louise lui demande (p. 90) : « Aurais-tu fait une neuvaine efficace ? Si oui, dis-le moi et j’en rendrai compte au Directeur de l’oeuvre. ». La protection divine est aussi assurée par la prière des enfants : (de Marie Thérèse, p. 101) « Chaque soir mes petits enfants prient pour leurs oncles et tu as droit à un « ave » de plus puisque ton régiment est davantage en danger. »
Passer des nouvelles
On essaye sans succès de contourner les obstacles, d’activer des « réseaux » (ordres religieux, consulats, notaires, comités de réfugiés…). Des cartes de l’Union des femmes de France, en lien avec la Croix-Rouge, passent en juin 1915. Jules, un des frères prisonnier de guerre, voit ses cartes acheminées, mais elles ne contiennent que quelques mots et peuvent mettre 3 mois à arriver. Si on ajoute les nouvelles apportées par les réfugiées expulsées par la Suisse (cartes cachées ou messages appris par cœur), on voit qu’en 1915 certains biais peuvent permettre de donner un minimum de nouvelles (« allons bien ») dans le sens Nord occupé – France. L’autre direction est plus difficile, mais les occupés peuvent espérer recevoir des nouvelles indirectes s’ils ont un proche prisonnier de guerre, les communications sont ainsi relativement aisées entre Jules, le frère prisonnier en Allemagne, et sa belle-sœur Lucienne à Etroeungt.
Disparu : mort ? (1915 – 1931)
Ils étaient trois amis du 126ème RI à s’être promis mutuellement d’écrire à leur famille s’il leur arrivait quelque chose. La lettre de Désiré Dubroux, camarade d’Adolphe, à Paul Courouble, frère référent, a une formulation non exempte d’ambiguïté : « malheureusement notre pauvre Adolphe est resté sur le champ de bataille ». Le dépôt du 126 déclare Adolphe disparu. Paul finit par réussir à rencontrer D. Dubroux, blessé et évacué pendant l’action (décembre 1915) et en rend compte : « Ce n’est qu’hier que j’ai pu voir son camarade. Il a pour ainsi dire la conviction [il ne l’a pas vu directement] qu’Adolphe est mort frappé d’une balle au front entre la 3ème et la 4ème tranchée que les Français avaient pris. (…) « Quoique Dubroux n’ait plus d’espoir, je dirai : conservez-en un peu, l’on ne connaît pas les secrets de la providence. » p. 160. Après l’armistice, une lettre à Lucienne, envoyée par un ami de la famille, montre qu’il faut clore le temps long de l’absence de certitude (8 décembre 1918) p. 162 : « Malheureusement le temps a passé sans apporter aucune nouvelle rassurante et je t’avoue que je finis par ne pas oser conserver une lueur d’espoir. Aujourd’hui, sans pouvoir rien affirmer, je crois que tu dois courageusement t’attendre au pire. Nous avons bien souvent pensé à toi dans ton malheur et nous te plaignons beaucoup. Heureusement, nous te savons courageuse et croyante ; cela te donnera la force de supporter les calamités qui t’accablent. Tu t’appuieras sur tes enfants qui paraissent beaux et intelligents, et sur tes parents.» La recherche de la tombe se traduit par de nombreux courriers aux autorités françaises puis anglaises, les réponses négatives s’accumulant. Ce n’est qu’en 1931 que Lucienne apprend que le corps d’Adolphe repose au cimetière « Nine Elms » à Thélus, à son emplacement primitif, mais de 1918 à 1921 il portait le nom de « Couroubi » sur les registres, ce qui fait que les Anglais ont toujours donné des réponses négatives. Lorsqu’ils ont modifié le nom en « Courouble» en 1921, ils ne l’ont pas signalé à la famille.
Adolphe Courouble appartenait au groupe de la moyenne bourgeoisie catholique, ensemble surreprésenté dans nos sources régionales, à cause de l’aisance à l’écrit qui s’y rattache, et de l’importance attachée à une riche correspondance ou à la tenue d’un journal. Cet ensemble de lettres, qui permet une microstoria de l’intime, illustre bien ce thème spécifique de l’angoisse du combattant sans nouvelles des siens laissés dans les territoires envahis (voir aussi G. Castelain) ; il serait aussi intéressant de connaître sur ce point ce qu’ont pu éprouver des groupes de la région moins à l’aise avec l’écrit, mineurs et ouvriers par exemple.

Vincent Suard, juin 2017

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.