Dondeyne, Alton (1886-1957)

1. Le témoin
Alton Dondeyne est né à Armentières (Nord). Il tient à la mobilisation un magasin de cycles à Billy-Montigny (Pas-de-Calais), et commence la guerre au 362e RI. Blessé lors de la bataille des frontières, il est renvoyé, en octobre 1914, en Belgique sur l’Yser, avec un bataillon du 162e RI. Evacué pour « dissempterie » fin décembre, il rejoint le front avec le 413e RI en mars 1915 et participe à l’offensive d’Artois de septembre 1915. A Verdun en avril 1916, il est fait prisonnier en août, et il termine la guerre en travaillant dans une usine en Allemagne. Rapatrié en décembre 1918, il est ensuite employé aux mines de Liévin et devient vice-président de l’Union Nationale des Combattants de Liévin (Pas-de-Calais).
2. Le témoignage
Les carnets de guerre d’Alton Dondeyne, communiqués par son petit-fils Gérard Dondeyne aux Archives Départementales du Pas-de-Calais, ont été numérisés, puis, grâce au protocole Wikisource – A.D.62, mis en ligne sur internet. Ce protocole (voir aussi A. Labbé pour les aspects techniques et juridiques) permet une retranscription satisfaisante (dactylographie) de l’original manuscrit, les deux documents restant consultables en regard, et donc comparables, par l’usager. Les 184 pages numérisées reproduisent un cahier manuscrit, à l’écriture suivie, ce qui fait penser à la reprise, réalisée dans les années trente, d’un ou plusieurs carnets d’origine ; le récit de guerre compte 130 pages, le reste étant constitué de citations, poèmes, chansons, puis de discours. Gérard Dondeyne a confié les mêmes documents pour numérisation au site Europeana 14 – 18.
3. Analyse
Le témoignage d’Alton Dondeyne, à l’orthographe approximative, est souvent plus « littéraire » que sobrement descriptif, l’évocation des combats vécus étant très marquée par l’émotion. L’emphase n’empêche pas un réel intérêt historique, d’abord parce que ce style, marqué par des points d’exclamation systématiques, n’est pas rare dans les retranscriptions des expériences vécues, et d’autre part parce que les apports factuels sont réels. Par exemple, il évoque pendant les combats de l’Yser, un obus qui tue quatre hommes au milieu d’un rassemblement lors de la relève (novembre 1914, p. 16) : [sic orthographe et suite] « nous ne restions plus que vingt-six et dans quel état, pâle, terreux, défaits, démoralisé, brisé de fatigue, des yeux ou une lueur de mort avait passé (…) Spontanément, nous nous embrassâmes a tour de rôle, c’était émotionnant et sublime ! Je ne puis en parler sans verser des pleurs. Ce sont des journées qu’on oublie pas !!… » .
Evacué en décembre 1914, il revient au front avec le 413e RI en avril 1915, et participe en septembre à l’offensive d’Artois à Souchez. Le récit est court et insiste surtout sur la tenue très meurtrière d’une position de crête visible de tous côtés par l’ennemi (Givenchy, cote 142), puis sur l’épisode de l’écroulement d’un abri qui emmure plus de 25 hommes (p. 30) « Une torpille tombe sur un abri, le démoli et bouche l’entrée, trente hommes sont là dedans impossible de les sauver, pour toute oraison funèbre, on met une croix à l’entrée et s’est fini. » Sur le site Europeana, on trouve un document disjoint du cahier principal et non visible sur Wikisource, c’est un brouillon de lettre destiné à Jacques Péricard ; A. Dondeyne pensait que l’auteur de « Verdun » préparait un ouvrage sur la bataille d’Artois, et il lui raconte en huit pages ce qu’il évoquait en 3 dans son journal (on ne sait pas si la lettre a été envoyée) ; si on reprend le même épisode dramatique, il est plus précis tout en restant fidèle: «un 210 bouche l’entrée de la 2ème cagna contenant 27 ou 28 hommes, les feux de barrage s’en mêle, et les maudits 77 autrichien qui vous frisent les cheveux en tirant a ras de terre, avec une rapidité déconcertante et une épreuve terrible pour les nerfs. Ce marmitage dura combien 1 H ½ 2 heures ? (…) et pendant ce temps, nos camarades de la 2ème cagnas sont enterrés vivants. Quel mort horrible toute tentative de dégagement ne pouvait que risquer des vies inutiles, et d’ailleurs, l’ordre fut donner de ne toucher a rien, ne pas se montrer le jour étant venu puisque je l’ai déjà dit plus haut nous étions vu de partout et pour toute oraison, il ne reste plus qu’à placer deux bout de bois en croix. »
La famille de l’auteur est restée dans les territoires envahis, il n’a aucune nouvelle et se ronge les sangs (p. 36, mars 1916) : « Voila donc ma permission terminée, et elle n’a pas était rose. Quel malheur ! de ne pouvoir voir les siens ! je suis navré, dégoutée, j’en arrive a souhaiter qu’une balle bien placée, me délivre de cette existence malheureuse, et d’autre part je me raccroche désespérément à la vie (…) » Il imagine ensuite, car il n’a toujours pas eu de nouvelles précises, que sa famille est déportée, probablement vers l’intérieur de l’Allemagne (p. 54, mai 1916) : « Voila : que j’apprends que les Allemands ont fait évacuer les habitants de mon pays, donc ma femme serait partis aussi , ! (…) voila donc ma petite famille errante, sans feu ni lieu, sans asile, et peut-être sans pain ! Triste, triste, ce sera donc toujours les mêmes qui souffre et qui pleure… !! »
Fait prisonnier à Verdun dans le secteur du Bois-Fumin le 1er août 1916, il est gardé d’abord à Landre (Moselle) puis rapidement mis au travail sur les arrières du front en Argonne. Il évoque un viol commis en 1914, sur la fille d’un couple d’instituteurs (p.86) : [la fille] « qui fut devant eux violenter par neuf de ces brûtes, leurs passions bestiales et criminelles assouvis les boches barricadèrent toutes les issues, et tentèrent de mettre le feu a la maison. C’est a force de soins que ces gens ont pu sauver leur enfant, qui fut malade 6 mois durant. Nous la voyons le matin, nous apportais soit du lait ou du café, ne se doutant pas que nous sommes au courant par sa mère du crime odieux qu’elle a subi. » Les faits cités sont peut-être exacts, mais il y a un sérieux doute sur le café, en zone allemande, à cette époque du conflit. L’auteur arrive au camp de Giessen fin novembre 1916 et dit que c’est la première fois depuis qu’il est prisonnier qu’il a pu manger à sa faim. Employé ensuite dans un kommando qui travaille dans une usine métallurgique, il décrit des femmes allemandes au travail (p. 105) au début 1918 « les femmes sont habillés en homme, ceux qui travaillent aux gares et aux usines portent tous le vêtement masculin complet avec casquettes, moletières, etc : Hum !… Si la situation ne serait pas si triste, on serait porté à rire, c’est plutot libertin, ça rappelle les maisons closes, et les « Claudine » de Willy ! Cela ne dit rien de bon pour la morale, de plus j’ai deja remarquer que beaucoup sont éthéromane (…).
Ce n’est qu’au début janvier 1917 qu’il reçoit des nouvelles de sa famille, il n’en avait pas eu depuis l’époque de la mobilisation en août 1914, soit 2 ans et 4 mois. Il apprend plus tard avec satisfaction, en mai 1918, que les siens ont pu passer en France non occupée. Dans le courant 1917, il signale aussi que la situation alimentaire devient de plus en plus difficile pour l’ennemi, les prisonniers bénéficiant eux d’une aide de la Croix-Rouge et parfois de colis venant des familles (p. 109, mars 1917) : « La misère devient de plus en plus grande, au point que les civils, en sont devenus a mendier aux prisonniers, c’est le renversement des rôles. »
La fin du cahier (pages 131 à 184) contient des discours prononcés par l’auteur, comme vice-président de la section de l’U. N. C. de Liévin, et les faits de politique intérieure et extérieure pèsent sur les thématiques évoquées : en 1937, l’orateur renouvelle son appel à l’unité devant l’axe Berlin-Rome et en 1938, il évoque les risques de guerre, cette « hideuse calamité qui s’acharne en Espagne et Extrême Orient ». Lors de ce discours du 11 novembre, il incrimine pêle-mêle le personnel politique de la IIIème République et les communistes, peut-être ici les anciens combattants de l’A.R.A.C. (p. 161) : « C’est nous qui avons sauvé le pays, et non les Politiciens de l’arrière, et de tout acabit, qui trouvent encore le moyen vingts après [sic], de nous laisser dans l’pétrin. Et l’on ne verrait pas comme dans certaine commune que vous connaissez bien, les combattants subir les manœuvres de la Dictature rouge, pour les faire défiler derrière les Drapeaux révolutionnaires ! » La péroraison mélange les thèmes guerriers et pacifiques : « formons le dernier carré ! et coude à coude, pour faire entendre notre voix, et celle de nos morts !
Arrière la Guerre ! Arrière la Guerre ! ce fléau de l’humanité
Pour qui les yeux des Mères Ne devraient plus jamais pleurer ».
Vincent Suard, juin 2018

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.