Faury, Joseph (1886-1969)

1. Le témoin
Joseph Faury, originaire d’Escoussens (Tarn), grandit dans une famille paysanne modeste. Il devient sergent (1908) au cours de son service militaire à Agde. Il fait toute la guerre, de la mobilisation à 1919, d’abord avec le 38e Régiment d’Infanterie Coloniale (Toulon) jusqu’à février 1917, puis avec le 88e RI. Il combat devant Saint-Mihiel, puis surtout en Champagne, et à Verdun fin 1917. Il est transféré au Mont Kemmel pour contrer l’offensive allemande de 1918, puis dans la Meuse ; après l’armistice, il est responsable de l’approvisionnement en vivres de camps de prisonniers allemands autour de Laon. Démobilisé le 24 avril 1919, il reprend son métier d’ouvrier forestier et sera un temps maire de sa commune.
2. Le témoignage
Les souvenirs de Joseph Faury Maudites soient les guerres (France Libris, 2017, 302 pages), portent comme sous-titre : « Mémoires de guerre du sergent Joseph Faury remises en forme par son petit-fils Paul Faury. ». A 73 ans, alité après une attaque, Joseph rédige ses mémoires de septembre 1960 à avril 1961. Il s’agit, nous dit son petit-fils dans la préface, d’un récit répété, par épisodes, des centaines de fois à l’oral, tout au long de sa vie, et il n’a pas de difficultés à rédiger d’une traite son propos. Les 163 pages doubles d’un grand cahier ont d’abord été présentées par extraits par M. Bouysset-Bordes dans la Revue du Tarn (n° 235). Le manuscrit, d’un style très oral, contient des maladresses (J. Faury n’a pas le certificat d’études) et Paul Faury, avec un principe de fidélité vis-à-vis du manuscrit original, a remis en forme l’intégralité du texte, et a tenté d’en faire « un livre facile et agréable à lire ». Il se considère comme le co-auteur de cette œuvre revendiquée comme littéraire, l’ouvrage est co-signé Joseph et Paul. Ce choix en fait d’abord un témoignage mémoriel, mais quelques sondages sur des expressions du livre (conversation téléphonique avec Paul Faury, juin 2018), ont montré qu’elles étaient identiques au manuscrit d’origine, et que les modifications sont surtout des adaptations syntactiques ou des suppressions de longueurs. Aussi, la grande proximité de la version publiée avec le manuscrit permet à l’historien d’utiliser avec profit ce témoignage.
3. Analyse
Le récit évoque d’abord l’enfance de l’auteur et la période qui va jusqu’à la mobilisation (p. 13 à p. 30). S’il a arrêté l’école à douze ans, J. Faury est un homme pratique, qui dispose d’une réelle autorité naturelle; repéré par ses supérieurs lors de son service militaire, il dit être apprécié au point qu’on souhaite le garder à l’expiration de son temps, ce qu’il refuse.
a. Le sergent
La guerre venue, l’auteur décrit la « courbe d’apprentissage » du métier de sergent, la conception qu’il a de la fonction et son refus de promotion à un grade supérieur : pour lui, il y a une responsabilité morale à mener des hommes devant l’ennemi. Il est souvent critique pour les officiers subalternes, « nous étions commandés par des instituteurs, des curés, des ambitieux, à qui les galons faisaient plaisir. (p. 131) », et si certains étaient à la hauteur de leur tâche, « beaucoup n’étaient bons qu’à faire les flambards quand nous étions hors de danger. (p. 174) ». Il détaille sa conception des responsabilités : «pour commander des hommes devant l’ennemi, il fallait un peu de savoir-faire et surtout beaucoup de jugement. Ce n’était pas du premier coup que l’on savait commander. » Il évoque ainsi un sous-lieutenant, sous-officier de cavalerie promu et versé dans l’infanterie, qui vient le voir en lui avouant qu’il n’y connaissait rien. Il prend les choses en main, met l’officier dans une sape et organise le secteur à sa place. Redescendant des tranchées, il déconseille à l’officier de faire travailler les hommes les deux premiers jours, pour leur donner un repos réel. Dans la section voisine, l’autre officier, novice également, « a voulu les faire astiquer dès le premier jour et les hommes l’ont envoyé promener. (p. 176)»
b. Le combat
L’auteur, enrôlé dans une troupe coloniale, est confronté à des combats très durs à l’automne 1914 (Saint-Mihiel, Bois-le-Prêtre) ; légèrement blessé, il refuse de se faire évacuer. Il fait ensuite partie d’une compagnie détachée de mitrailleuses, installée en Champagne, avec des pièces en arrière de la première ligne, ce qui lui permet un quotidien moins violent. Il est pris dans la grande attaque aux gaz du 31 janvier 1917 (phosgène et chlore), avec plusieurs centaines de morts français et russes uniquement du fait des gaz ; il attribue la survie de sa section au respect des consignes, point sur lequel il avait particulièrement insisté. : « Les brancardiers déposaient les morts à notre position dans la Sablière et le lendemain, quand nous sommes sortis de nos abris, nous avons découvert une centaine d’hommes morts. (p. 129)»
J. Faury est légèrement blessé et évacué lors des combats devant le Mont Kemmel dans les Flandres en 1918, mais pour lui la période la plus rude fut Verdun, dans un secteur exposé, dans le froid humide de novembre 1917. Sa compagnie n’avait que des trous d’obus glacés et boueux, et exposés, au sinistre ravin des Fosses, devant Douaumont : « chaque matin, trois ou quatre hommes avaient les pieds gelés et ne pouvaient plus marcher. Des brancardiers venaient les chercher et les emportaient sur le dos. Les Boches faisaient comme nous et, de temps en temps, on voyait des blessés ou des pieds gelés que l’on évacuait, mais nous ne leur tirions pas dessus. En fait, c’est l’artillerie qui nous décimait tous. Combien de souffrances physiques et morales avons-nous dû subir. J’ai vu des hommes qui pleuraient à chaudes larmes. (p. 193)»
c. La justice et l’honneur
L’auteur a une haute idée de sa tâche, et respecte la hiérarchie si elle est compétente, mais si on lui refuse ses droits, il est volontiers « raisonneur », et n’hésite pas à se plaindre à ses supérieurs: « si j’avais raison, je ne me laissais pas faire. (p. 55)» Il obtient en général gain de cause, car compétent et efficace, et de ce fait difficilement remplaçable, sa hiérarchie préfère céder. Dans son unité méridionale, l’honneur est aussi celui des gens du midi; il évoque l’anecdote (p. 113) d’un soldat de l’Allier, d’une unité voisine, qui vient souvent les voir, sans manquer à chaque fois d’évoquer le lâchage du 15ème Corps : « Un de mes hommes, nommé Combes, originaire du Tarn, me dit : « – Tu n’en as pas marre de ce moineau, qui tous les jours vient nous casser les oreilles avec les gens du Midi. » Lorsque l’homme revient et reprend le même discours, alors, mon Combes lui a administré un emplâtre avec ses grosses mains, à le faire presque tomber. (…) Il ne pouvait plus supporter, alors que nous avions souffert le martyre au début de la guerre, que l’on vienne dire que les gens du Midi étaient des lâcheurs. C’était plus fort que lui. » L’honneur intervient aussi dans le traitement de l’ennemi qui se rend, comme par exemple en septembre 1914 « j’ai couru vers lui pour le couvrir de mon corps car déjà, des hommes avec leur baïonnette allaient le larder. (p. 44)». A l’autre extrémité de la guerre, en septembre 1918 devant Ham, l’auteur intervient à nouveau et la victime a de la chance : « comme les hommes étaient énervés, ils l’auraient achevé. (…) Un homme blessé et désarmé, je ne pouvais pas le laisser massacrer, même si la veille au matin, pendant le combat de la passerelle, je ne m’y serais pas opposé, mais à ce moment, la haine m’avait passé. [ils ont vu distinctement un Allemand achever un isolé français désarmé]. (p. 247)» Chargé du ravitaillement d’un camp de prisonniers en 1919, il essaie de mettre de l’humanité dans ses relations avec les Allemands, qu’il ne peut nourrir suffisamment, faute de moyens : « dans le camp, ils la sautaient « à pied joint ». (p. 271) ». Lorsqu’il apprend que de nuit, des prisonniers rampent sous les barbelés pour aller piller à la gare de Laon des wagons de denrées, « il se garde bien d’en souffler mot à quiconque. (p. 291) ».
d. Les accommodements
Joseph Faury a un sens aigu de la justice, mais pour lui ce n’est pas contradictoire avec certains accommodements en matière de propriété, de règlement ou de relations avec la hiérarchie. Il décrit le pillage des caves d’un village (Bannoncourt, p. 63) par les coloniaux, et le chantage exercé sur le maire afin qu’il retire sa plainte, ou encore l’escamotage des réserves réglementaires de « gnôle » de son abri de mitrailleuses; en 1919, parmi les prisonniers qu’ils gardent, figurent des Alsaciens-Lorrains, qui comme détenus « amis » ont droit à une dotation quotidienne de vin : « La seule chose que nous nous permettions était de boire quelques bons coups de vin à la santé des Alsaciens-Lorrains en baptisant le leur. (p. 271)» Par contre il refuse d’être complice d’un vol par son capitaine de 10 kg de chocolat (p.278). Lorsqu’il estime qu’on l’envoie en patrouille dans un secteur dangereux, uniquement pour le confort des officiers (« patrouille de complaisance » p. 172), il n’hésite pas à rédiger un faux compte-rendu, avec la complicité de ses hommes, pour une mission qui n’a pas été faite.
e. Le quotidien
On boit beaucoup dans la tranchée et à l’arrière, les libations répétées sont très présentes dans le récit, et l’alcool est inséparable de la convivialité, des bons et des mauvais moments vécus ensembles; certains excès sont liés aux circonstances (p. 62, gnôle au petit poste) « je crois que si nous avions fait cela en temps de paix, nous en serions morts » ; l’auteur décrit les remontées en ligne qui débouchent sur des déclenchements de tirs nourris, désordonnés et finalement assez dangereux, « Quand nous remontions en ligne, le soir avant de partir, nous étions presque tous blindés, et je vous assure que nous n’avions pas peur. (p. 57)» La vertu principale du vin est d’entretenir le moral, d’éloigner le cafard, pour se remonter, dit l’auteur, « il fallait boire, être entre deux vins comme l’on disait. (p. 132) ». J. Faury consigne aussi toutes ses permissions, racontant les trajets et la joie des retrouvailles. Il note à plusieurs reprises l’émotion que sa présence déclenche au village, de la part de familles dont un des membres a été tué, ainsi par exemple (mai 1918) : « La mère Cathala qui était veuve, s’est mise à pleurer sitôt qu’elle m’a vu, car son fils Léopold avait été tué à la guerre et je l’ai consolée du mieux que j’ai pu. (p. 221)»
Ces souvenirs sont donc intéressants à plusieurs titres, mais l’aspect le plus précieux est que l’on dispose ici d’un récit fait par un homme du peuple, un paysan qui, avec son grade de sergent, a une position intermédiaire privilégiée, pour décrire la guerre et la société combattante à l’échelle de l’escouade et de la section. Beaucoup de poilus n’ont jamais parlé de leur guerre, au point qu’aujourd’hui (2018), ce cas de figure se transforme un peu en cliché. Il en remplace un autre, celui du « vieux» qui pouvait assommer son entourage dans les années cinquante-soixante, avec des récits archi-répétés de « Verdun », tout en captivant ses jeunes petits-enfants. « Calas-te, que la coneissen per cor la tua guerra ! » le reprenait sa femme à ces occasions (témoignage P. Faury, France Bleu Gascogne, novembre 2017, [« Tais-toi, ils la connaissent par cœur ta guerre ! »]). Joseph Faury appartenait à cette seconde catégorie, et c’est ce qui fait la qualité du livre: ce long témoignage oral, formé par des années de narration et mis d’une traite par écrit, trouve une fluidité, un rythme qui, comme le suggère avec pertinence Paul Faury, retrouve la manière des aèdes et des troubadours.
Vincent Suard, juin 2018

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.