Bartels, Hans Boike (1886-1955) et Bartels, Maurice (1910-1972) at Témoignages de 1914-1918

Bartels, Hans Boike (1886-1955) et Bartels, Maurice (1910-1972)

Conservée aux Archives des Hautes-Pyrénées (cote 9 R 87), la fiche individuelle de l’interné Hans Boike Bartels (enregistré sous l’identité Hans Bernard Wilhelm Bartels) donne les indications suivantes : né le 27 septembre 1886 à Oldenbourg en Basse-Saxe, il est allemand ; marié à une Française et père d’un enfant de quatre ans, au moment où éclate la Première Guerre mondiale, il vit à Paris. Cet employé de banque est alors conduit à Garaison. Au rang des observations, on note : « seul à la colonie, femme et enfant à Herblay (S. & Oise) ».
La fiche de Maurice Bartels, né le 26 avril 1910 à Paris, indique qu’il est arrivé au camp en provenance de la capitale, le 17 juillet 1917, à l’âge de sept ans. Il semble que Hans Boike Bartels ait récupéré la garde de son fils, après avoir fait le choix de retourner en Allemagne. Refusant de l’y suivre, sa femme demande le divorce. Elle écrit dans une lettre : « on épouse un homme, pas sa nationalité ». Une autre lettre adressée par la belle-mère de H. B. Bartels renseigne, elle aussi, sur les profondes déchirures que cause la guerre. L’histoire des Bartels est particulièrement intéressante du point de vue des couples et des familles mixtes.
Les informations qui suivent sont empruntées au témoignage détaillé que nous a fait parvenir en mai 2018 Bernt Bartels, le demi-frère de Maurice, de 27 ans son cadet. Il est possible d’en consulter la version intégrale allemande sur le site « Nomadenerbtümer. Garaison, ein Internierungslager in den Pyrenäen » [Patrimoines nomades. Garaison, un camp d’internement dans les Pyrénées], dont l’un des principaux objectifs est de retrouver des descendants de prisonniers à Garaison et d’en collecter les souvenirs : https://blogs.univ-tlse2.fr/garaison/temoignages/zeugenschaften/bernt-bartels/

Voici ce que nous apprend le témoignage de Bernt Bartels.
Les registres de la paroisse évangélique St. Anna à Großenmeer près d’Oldenbourg en Basse-Saxe attestent la présence des Bartels sur ce territoire depuis quatre cents ans : ils exploitent une ferme. Hans Boike Bartels est le plus jeune d’une fratrie de six frères et une sœur.
Renvoyé de l’école en raison de son appartenance à la confrérie Camera Obscura, il rejoint l’un de ses frères à Londres et y travaille comme apprenti dans les bureaux de la Deutsche Bank. Il fait la rencontre d’une Française, Léona Jonchery, qui devient sa première femme. Le couple s’installe dans la banlieue de Paris. Le second époux de la mère de sa femme, M. Briel, procure un emploi dans son l’établissement bancaire à Hans Boike Bartels. De l’union de Léona Jonchery et Hans Boike Bartels naît Maurice le 26 avril 1910.
À la déclaration de guerre, Hans Boike Bartels est interné au camp de Garaison où il passera « 54 mois », soit 4 ans et demi. La guerre aura eu raison de son mariage avec Léona Jonchery qui meurt, victime d’un accident, peu après la fin de la guerre. Hans Boike Bartels sera néanmoins soutenu, y compris financièrement, pendant toute la durée de la guerre par les époux Briel et ses belles-sœurs, avec qui il restera en contact jusqu’à son décès, au milieu des années 1950.
Quand il quitte le camp pour l’Allemagne, le 15 août 1918, Hans Boike Bartels emporte avec lui plusieurs petites pièces de marqueteries figurant la vie à Garaison. Elles semblent avoir été perdues au cours d’un déménagement, mais Bernt Bartels se souvient notamment d’une miniature de la sentinelle du camp, en pantalon rouge, baïonnette au canon, légendée « L’État, c’est moi. »
Albert Schweitzer, détenu à Garaison avec son épouse de novembre 1917 à février 1918, traite la jaunisse de Hans Boike Bartels avec les moyens à sa disposition, à savoir du cognac. Ce détail bouffon amusa par la suite nombre des amis du malade. Parmi eux, des hommes qu’il avait rencontrés au camp et qu’il ne perdit pas de vue, en particulier Franz Meier, Johnny Büchs, Peter Weber, Hinrich Geerken et Jürgen Toedter.
À son retour en Allemagne, Hans Boike Bartels et son « moutard français », ainsi que le désignaient ses frères, furent assez mal accueillis : en plus de toute le reste, Hans Boike Bartels doit faire face à la défiance et la dureté de ses proches, mais il n’est pas du genre se laisser abattre et rebondit.
Il tente de soigner la tuberculose qu’il a ramenée de Garaison dans un sanatorium de Leysin en Suisse. Il rencontre celle qui, faisant fi des préjugés, devient sa seconde épouse et la mère de leur fils Bernt Adrien Bartels. Le couple vit à Cologne.
Maurice Bartels paraît apprécier cette jeune belle-mère qu’il appelle « Maman ». Pour autant, il préfère retourner en France grandir auprès de ses grands-parents. Les Briels et les Bartels se rendent mutuellement visite. Écartelé entre ses deux cultures, Maurice est toutefois un garçon instable. Ses grands-parents lui lèguent leur maison d’Herblay au 10 boulevard Joffre, un ancien relais de poste, pour au moins lui assurer un gîte.
Durant la Seconde Guerre mondiale, Maurice (29) combat aux côtés de l’armée française. Il fait l’expérience d’être prisonnier militaire en Allemagne. On le retrouve plus tard à Saigon, où il est employé par la compagnie Air France. Après la bataille de Diện Biên Phu en 1954, il rentre en Europe, dans un triste état et désargenté. Son père le rapatrie à Cologne, afin de le remettre sur pied. Maurice retourne ensuite à Paris et ne donne guère de nouvelles : il écrit avoir « énormément à faire », sans qu’on sache quoi.
Hans Boike Bartels meurt en juillet 1955 des suites d’une mauvaise bronchite. Peu de temps avant son décès, ayant appris que la maison du boulevard Joffre est vendue aux enchères, il écrit à son fils en lui proposant de se porter acquéreur. Maurice ne viendra pas aux obsèques et invoque des affaires délicates qui l’empêchent de quitter Paris. Il renonce à tout droit de succession sur la propriété terrienne des Bartels à Oldenburg, leur unique bien épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il ne souhaite conserver que la collection de timbres de son père. Sa famille allemande n’entendra plus jamais parler de lui.
Dans les années 1970, son demi-frère Bernt Bartels mène l’enquête dans le 17ème arrondissement de Paris, où Maurice est né. Il apprend son décès à l’hôpital Léopold Bellan le 10 août 1972. La responsable du personnel de la compagnie d’assurance pour laquelle travaillait Maurice Bartels lui confie son dossier. Il se rend à son dernier domicile. Maurice avait soigneusement caché à son voisin qu’il était à demi-allemand et s’était inventé de lointains « parents au Danemark ».
Hilda Inderwildi, Marie Bugelnig, juillet 2018

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.