Ghys, Albert (1889-?)

1. Le témoin
Albert Ghys, né en 1889, est originaire de la région de Saint-Amand (Nord). Il est mobilisé en août 1914 au 127e RI de Valenciennes où il fait presque toute la guerre. Il est de ces nordistes qui, du 23 août au 4 septembre 1914, rejoignent l’arrière en embarquant au Havre (transport « Le Tamatave », débarquement La Rochelle). Il reste au Camp de La Courtine (Creuse) de septembre à mars 1915. En ligne dans la Woëvre, la Marne et à Verdun (mars 1916), il est dans la Somme en septembre 1916. Blessé lors de l’offensive du 16 avril 1917, il semble (fiche matricule manquante, il est probablement sergent) qu’il rejoint en août et qu’il finit le conflit au 260e RI. Lorsqu’il était vaguemestre à La Courtine en 1915, il avait fait la connaissance de Marie-Louise Jolly, demoiselle des Postes: ils se marient en 1918.
2. Le témoignage
Le journal de marche d’Albert Ghys, non publié, est un document de trente pages A 4, recopiées et commentées par son fils Jean Ghys, c’est la retranscription de feuillets de carnets déchirés, le plus souvent écrits au crayon. La version définitive a été complétée par un petit-fils. L’exemplaire, relié et plastifié, contient aussi (p.32) la lettre d’une institutrice débutante à Beuvrages (Nord). Les trois dernières pages reproduisent des clichés d’illustration, il s’agit de photographies extérieures aux carnets, (album Yves Troadec, clichés exposés aux A. D. des Côtes d’Armor en 1998 et 2014). Le journal est aussi disponible sur le site Chtimiste (n° 113), sans les annexes.
3. Analyse
Les mentions sur le journal sont brèves, elles racontent le quotidien de la tranchée, les nouvelles d’un frère prisonnier, des anecdotes sur un front relativement calme pour lui en 1915 (bon ou mauvais dîner, une patrouille, un aéro…), comme par exemple dans le secteur de Berry-au-Bac le 6 juillet 1915 (p.11): «Avons un déserteur boche. Il paraît que beaucoup voudraient se rendre, mais ont peur qu’on leur tire dessus. Leur avons porté des journaux français et une lettre leur expliquant, en français et en allemand, qu’ils peuvent se rendre sans danger.» Légèrement blessé à Verdun, il peut rester en arrière, mais est plus exposé dans la Somme. Il décrit l’attaque du 25 septembre 1916 devant Combles (p. 21) «Nous avançons par vague (…) Nous faisons pas mal de prisonniers et avançons de 1500 mètres. Un prisonnier me montre toutes ses photos les yeux hagards. Je prends pitié, mais R. Faokent prend son révolver et l’abat au moment où ce prisonnier allait peut-être encore nous donner le coup de grâce.» En octobre 1916, dans la Marne, il raconte qu’au moment de partir en permission, il prépare quelques souvenirs ramassés à l’occasion des dernières attaques, mais (p.21) « pan, dès que j’ai le dos tourné, on me chipe une belle carabine. » On sait que les officiers pouvaient ramener des trophées dans leurs cantines, mais on se demande comment des soldats pouvaient faire passer des armes si voyantes, notamment au passage aux gares régulatrices de permissionnaires. D’autre part, la passion de l’artisanat de tranchée a des conséquences harassantes dans les marches (p. 22): « Et moi qui ai Azor qui ressemble à un ballot de plomb, mes culots d’obus et bagues, c’est du lourd ! J’aurais bien envie de tout plaquer. »
Pour 1917 et 1918, il n’y a plus qu’une suite de dates et de lieux, soit A. Ghys a mis fin à ses notations, soit son copiste a, lui aussi, résumé à l’extrême le journal. L’élément intéressant de cette année 1917 réside dans la retranscription de quatre lettres qui terminent le document, et qui racontent en détail sa participation à l’attaque du 16 avril, sa blessure et son évacuation, il semble que pour lui ce soit « la bonne blessure » (p. 25, lettre du 19 avril 1917) : « Me voilà content, heureux, tranquille. »
En annexe, une lettre d’une jeune institutrice, signée H. ( ?) Delaporte, sans rapport avec le journal précédent, raconte ses deux ans à Beuvrages (Nord) en zone occupée. Elle relate ses conditions d’enseignement difficiles, l’autorité allemande décidant d’occuper l’école pour en faire un lazaret pour chevaux : ils sont relogés dans un ancien débit de boisson vétuste, glacial, et sans cour de récréation ni de cabinets ; (p. 33) « Pas d’abri les jours de pluie. On reste dans la classe. Des passants, des soldats s’arrêtent pour regarder comment fonctionne une école française. Nous continuons à leur faire voir que nous savons attendre d’être délivrés. »

Vincent Suard juin 2019

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.