Bergerie, André (1893-1915)

Le journal de campagne tenu par le sapeur-mineur André Bergerie est un des plus brefs qui soit : rédigé au crayon sur un minuscule carnet publicitaire « Vermouth-Cinzano » de dimension 7 x 5 cm, il débute le 19 octobre 1914 pour s’achever le jeudi 31 décembre. Ce journal a été interrompu par une grave blessure qui a entrainé sa mort, officiellement enregistrée le 7 janvier 1915.
Le document a été conservé par Désiré Sic (voir la fiche à son nom), qui a inscrit au dos l’annotation suivante : « Carnet de route du s/m Bergerie, tué au bois des Zouaves, agent de liaison de l’adjudant Sic (en souvenir) ». Sa transcription représente une dizaine de pages dactylographiées.
Le site « Mémoire des hommes » nous indique laconiquement que André, Vital, Paul Bergerie est né le 3 janvier 1893 à Bordeaux, qu’il était sapeur à la compagnie 19-2M du 7e Génie, et qu’il est décédé à Louvois (Marne) le 7 janvier 1915 des suites de ses blessures, soit quasiment le jour anniversaire de ses 22 ans. Son nom semble introuvable dans les archives départementales de la Gironde. Il faut se tourner vers le journal de marche et d’opérations de la compagnie 19-2 M pour glaner quelques détails supplémentaires sur le comportement de ce soldat et les circonstances de son décès.
Son nom n’apparait pas dans la formation initiale de la compagnie du Génie, effectuée à Casablanca (Maroc) le 9 août 1914. Selon son journal, le sapeur Bergerie a rejoint la compagnie à Verzenay vers le 22 octobre, après avoir transité par Lyon en train à la mi-octobre.
Après la « guerre des frontières », la retraite, puis la stabilisation du front, la compagnie est installée depuis octobre 1914 à quelques kilomètres à l’est de Reims, dans le secteur du bois des Zouaves et du fort de la Pompelle. Elle travaille au renforcement des positions et s’engage dans la guerre des mines, mais peut participer aussi à des « coups de mains ». Ainsi les 21-22 décembre, le commandement a décidé de « prononcer une attaque sur les tranchées allemandes formant saillant dans le bois des Zouaves ». Le JMO indique que la compagnie doit fournir un détachement pour accompagner les colonnes de tirailleurs algériens chargés d’enlever les tranchées allemandes sur le saillant. « Les hommes étaient porteurs de cisailles, d’outils de destruction (haches, serpes) et de charges de dynamite, l’ordre reçu étant le suivant : Se porter en avant avec l’élément de tête des colonnes d’assaut, faire la brèche dans les défenses accessoires de l’ennemi, enlever la tranchée, la dépasser, se maintenir sur la position jusqu’à ce que le matériel servant à la construction d’une tranchée soit apporté à pied d’œuvre. Diriger les auxiliaires d’infanterie pour la construction de cette tranchée et aider au placement du réseau brun de protection ».
Parmi les noms des 11 sous-officiers ou sapeur mineurs qui se sont « particulièrement distingués » lors de cette opération meurtrière, figure celui de Bergerie, ce qui lui vaut, avec 9 autres, une citation à l’ordre de la division marocaine.
Cependant, le JMO indique à la date du 3 janvier 1915 que « le s/m Bergerie est blessé très grièvement par un éclat d’obus au bois des Zouaves », ce qui entraine son décès rapide.
Désiré Sic relate ce décès, qui semble l’avoir particulièrement affecté, d’abord à sa mère par lettre du 3 janvier 1915, puis à son épouse le 6 janvier :
À sa mère : « Aujourd’hui encore je viens de voir tuer à coté de moi un pauvre garçon qui m’était très dévoué. Au moment où il s’y attendait le moins et où je le croyais en lieu sûr, il a reçu un éclat d’obus dans la tête qui l’a étendu à mes pieds sans que je ne puisse rien faire pour lui. J’en suis désolé. Trouver la mort dans un abri, alors qu’il y a une dizaine de jours il était à mes côtés comme agent de liaison dans une manœuvre qui consistait à couper les fils de fer allemands et où sur 12 hommes que j’avais, j’en ai laissé 6 ! C’est abrutissant. Je perds en ce brave garçon un camarade précieux, ils sont si rares ! C’est pour notre chère France tout cela, mais c’est égal la victoire sera chèrement payée ! »
À son épouse: « Avant-hier encore, un des 6 qui étaient revenus avec moi, un jeune homme que j’aimais beaucoup pour son courage et pour l’attachement qu’il me témoignait, a trouvé la mort à mes côtés. Un éclat d’obus lui a brisé le crâne devant la porte même du « trou » d’où je t’écris. Tout cela est bien triste et les « Boches » ne payeront jamais assez cher tout le mal qu’ils nous font. »
Qui était ce soldat décédé après seulement quelques semaines de combat ? Son journal nous livre quelques précisions, en indiquant en particulier qu’il était marié, malgré son jeune âge, à une dénommée Cécile, qu’il avait des tantes, et qu’il a correspondu avec cette gent féminine. Si on ignore son niveau d’études et sa formation, on apprend cependant que son capitaine (sans doute Bergonzi) s’enquiert le 11 novembre de ses aptitudes, pour lui confier ensuite des relevés de plan d’installations et de tranchées dont il semble s’acquitter fort bien, parfois dans des conditions périlleuses. Peut-être était-il dessinateur, toujours est-il qu’il confectionne le 23 décembre le menu illustré du repas de Noël 1914, dont il nous donne par ailleurs la composition. Par une heureuse circonstance, ce menu a été conservé par l’adjudant Désiré Sic et annoté par lui.
Malgré sa brièveté, le journal du sapeur Bergerie fourmille d’annotations intéressantes, notamment quant aux liens de camaraderie établis avec quelques soldats. Il nous donne aussi des précisions sur ses rapports avec ses supérieurs hiérarchiques. Ainsi « le capitaine est très bon » avec lui, et sa mission de dessinateur lui permet occasionnellement de partager la popote avec les officiers. Il nous décrit aussi l’inanité de deux attaques stériles et particulièrement meurtrières, le péril constant des explosions d’obus et des balles qui sifflent dès que l’on relève la tête. On perçoit aussi la réalité de la guerre des mines qui bat son plein dans ce secteur à cette période, recoupée par les informations du JMO de la compagnie, et que confirment les lettres que Désiré Sic écrit à son épouse. Témoignage assez rare, Bergerie indique, à la date du 23 novembre, qu’il tire sur un Allemand à 40 m, et qu’il l’abat. Les détails macabres ne manquent pas non plus, quant à la présence des cadavres qui dégagent une odeur pestilentielle, ou encore ce casque allemand récupéré comme trophée, mais qu’il rejette avec horreur, « car il est plein de la cervelle de son ancien possesseur » (3 novembre).
En filigrane, transparait l’état d’esprit de ce combattant dans les premiers mois de la guerre. On est frappé par son acceptation : ainsi, faute de place au cantonnement, se résigne t-il « à coucher à la belle étoile sous la pluie » le 27 octobre, pour se réveiller le lendemain « mouillé et tout endolori ». Il se déclare volontaire pour des missions particulièrement périlleuses à deux reprises au moins. Il surmonte sa peur en se raidissant, avec le sentiment « d’accomplir son simple devoir ». « Sans témérité ni folle imprudence », il sera « prudent, froid et courageux, et c’est tout, c’est si simple » (8 décembre).
En résumé, ce journal découvert fortuitement constitue un témoignage émouvant d’un simple soldat qui, comme tant d’autres, a été brutalement plongé dans l’horreur de la guerre de tranchées, et y a participé sans état d’âme apparent, en faisant preuve d’un indéniable courage.
Ce modeste document pourrait être remis à ses descendants, s’ils existent et s’ils se manifestent : colin.miege@hotmail.fr
Colin Miège, juin 2014

Le carnet a été déposé par Colin Miège aux Archives municipales de Bordeaux. Colin Miège a retrouvé la tombe du soldat Bergerie : nécropole nationale de Sillery, près de Reims, tombe n° 4926.

Share

Sic, Désiré (1883-1972)

Né en 1883 à Entrevaux (Basses-Alpes) dans une famille modeste, Désiré Sic d’abord apprenti menuisier est appelé pour effectuer son service militaire en novembre 1904 au 7e régiment du génie à Nice comme sapeur–mineur de deuxième classe. En 1909, il se rengage au 7e régiment de Génie à Nice, et commence sa carrière militaire. Sergent, il part pour le Maroc en guerre en août 1912. Il y séjourne jusqu’en août 1914.

A la mobilisation générale, il rejoint la France avec son unité, la compagnie 19/2 du génie, rattachée à la Division marocaine. Il laisse de sa campagne plusieurs témoignages : un journal de guerre, quelques comptes-rendus pour ses supérieurs et d’autres pièces administratives parfois originales, mais surtout un volumineux fonds photographique qui permet de suivre les hommes et les travaux effectués par le Génie entre le front et l’arrière-front entre 1915 et 1917, et notamment la préparation logistique de l’offensive du Chemin des Dames.

Depuis Mézières dans les Ardennes, il participe à la retraite puis à la bataille de la Marne dans le secteur des marais de Saint-Gond (combats au château de Mondement). Après la stabilisation du front, son unité occupe un secteur à l’est de Reims, où elle réalise des travaux de protection (fort de la Pompelle, bois des Zouaves, ferme de l’Espérance,…) et participe à la guerre de mines. En janvier 1915, l’adjudant Sic reçoit la médaille militaire à Verzenay (Marne), suite à son comportement lors d’une attaque contre les lignes ennemies. Il est nommé sous-lieutenant le mois suivant. En mai 1915, sa compagnie est affectée dans la Somme, et participe à une attaque dans le secteur d’Acq-Mont-Saint Eloy. Elle y réalise des travaux de construction d’abris et de sapes. Elle participe de nouveau à une attaque dans le secteur de Carency et Souchez (bois de Berthonval) en juin 1915.

Après une période de retrait du front dans les Vosges, Désiré Sic prend part à la deuxième bataille de Champagne, et participe aux attaques des 25 septembre et 6 octobre (butte de Souain). Fin octobre, son unité est mise au repos et à l’instruction à Verberie, près de Pont-Sainte-Maxence (Oise). Promu lieutenant en décembre, il est affecté à la compagnie 7/63 du génie. Il séjourne ensuite de la mi–février jusqu’en août 1916 à Tilloloy (Somme) et Boulogne la Grasse (Oise) où il contribue à fortifier le parc du château et le bois attenant. Il séjourne ensuite dans la Somme et dans l’Oise. Début 1917, sa compagnie transite pour arriver dans l’Aisne le 15 janvier (Coulonge, Courville,…), puis elle oeuvre dès mi–février dans le secteur du Chemin des Dames (Oeuilly, Pargnan, Cuissy, Moulins,…). Affecté à l’état major de l’Armée, le lieutenant Sic dirige alors des travaux de construction de pistes et d’aménagement d’abris ou cavernes (creutes de Verdun, grottes de Jumigny, de Vassogne,…). Autant ces clichés témoignent de la formidable préparation de l’offensive dite Nivelle, autant ses quelques comptes-rendus des premières heures de l’attaque en souligne l’échec immédiat.

Après la relève de son unité en mai, le lieutenant Sic reçoit son ordre de départ pour le Maroc. Il débarque à Casablanca le 17 juin 1917 avec sa femme et son jeune fils, puis gagne Meknès le 8 juillet. Le 30 septembre, trois mois à peine après son arrivée, son enfant meurt de maladie à l’âge d’un an, et son journal est interrompu.

A l’instar du témoignage publié du sapeur Gaston Mourlot, « l’œil en guerre » du sous-officier puis officier Désiré Sic, complété par ses écrits, offre ainsi de pouvoir étudier le travail du Génie dans la Grande Guerre.

Bibliographie : Alexandre Lafon & Colin Miège, Une guerre d’hommes et de machines, Désiré Sic, Un photographe du Génie 1914-1918, Toulouse, Privat, 2014. Colin Miège, La Grande Guerre vue par un officier du Génie, Paris, E-T-A-I, 2014. Voir également le hors-série n° 6 de la Lettre du Chemin des Dames, 2012, entièrement consacré à « Désiré Sic, officier du Génie et photographe au Chemin des Dames », 32 pages.

Alexandre Lafon

Share