Pasquié (ou Pasquier), Louis (1886-1932)

Né à Rignac, près de Gramat (Lot), le 11 mars 1886, d’un père forgeron, dans une région marquée par une grande hostilité entre groupes politiques et religieux. Ses années à l’école catholique le font devenir anticlérical, et il sera connu comme « Pasquié le mécréant ». Ses deux années de service militaire au 10e Dragons de Montauban le font devenir antimilitariste. L’intervention de l’armée dans les grèves le rapproche du socialisme. Marié à Paris en 1912, il s’y installe comme serrurier et électricien. Après la guerre, il revient dans le Lot, à Alvignac comme artisan en travaux hydrauliques. Très dynamique, il monte une auberge sur la route touristique de Rocamadour et de Padirac. Il meurt à 46 ans en 1932.

Ses deux carnets de guerre sont dédiés à sa femme et veulent être les substituts d’une conversation. Ils ont été retrouvés par son petit-fils Michel Georges dans le cadre d’une recherche généalogique, retranscrits, et un exemplaire du texte a été déposé en 2021 aux Archives départementales du Lot. La présentation par M. Georges occupe 37 pages sur les 76 de l’ensemble.

Le récit se divise en deux parties distinctes. Louis Pasquié est d’abord mobilisé au 220e RI où ses talents de cuisinier et sa débrouillardise sont très appréciés des officiers. Il décrit leurs exigences, les pillages, le gaspillage généralisé. Un moment attaché au service téléphonique, il est frappé par la stupidité des demandes que les chefs font passer par cette voie. Il s’en prend aussi aux aumôniers. Il signale les ravages causés sur l’infanterie par des « tirs amis » (par le canon de 75), le bourrage de crâne des journaux, l’artisanat des tranchées, les permissionnaires remontant en pleurant. Autant de situations déjà bien connues. Mais, plus original, il est un des rares témoins à évoquer clairement l’homosexualité.

Le 16 août 1915, son savoir-faire professionnel reconnu, il est envoyé comme affecté spécial aux établissements Dulac à Lyon, usine métallurgique. Il y retrouve un même niveau de gaspillage, l’arrogance des petits chefs, sous la menace permanente du retour au front en cas de contestation. Il décrit le travail des enfants, les mauvaises conditions de la vie ouvrière (logement, cherté, restrictions alimentaires), le syndicalisme et les grèves. Lui-même reconnait que ses notes ne peuvent être que superficielles. Un passage concerne les fêtes de la victoire à Lyon ; un autre les ravages de la grippe espagnole.

Rémy Cazals, février 2021

Share

Bascoul, Paul (1893-1915)

Témoignage disponible aux archives départementales de l’Hérault. Original : ADH 1 J 1719 (archives personnelles et familiales) et 1 J 1720 (correspondance) consultables en ligne.

Etudiant en mathématiques, soldat puis caporal dans le 122e RI.

1. Le témoin

Paul Benjamin Charles Bascoul est né le 16 janvier 1893 à Béziers de Benjamin Bascoul, négociant en bois et charbon, décédé d’un cancer de la bouche, et de Marcelle Cros, institutrice. Il est le second d’une fratrie de quatre enfants. Interne au collège d’Agde, bachelier de l’enseignement secondaire en 1910, il poursuit des études en classe préparatoire scientifique au Lycée Joffre de Montpellier, et réussit le concours d’entrée à Polytechnique. En juillet 1914, il est reçu aux certificats de licence de mathématiques à l’université de sciences de Montpellier. Il est également maître-répétiteur au collège de Clermont-l’Hérault. Classe matricule 1404 au centre de recrutement de Béziers, Paul est d’abord « sursitaire 21 », puis incorporé le 11 août 1914 dans le 122e régiment d’infanterie de Rodez qui fait partie de la 31e DI et du 16e corps d’armée. Soldat, il passe caporal fin novembre 1914. Il est tué à Beauséjour en Champagne le 17 mars 1915.

2. Le témoignage

Il fait partie des centaines de documents et témoignages mis en ligne par les archives départementales de l’Hérault – entrée 14-18, mot clef « Paul Bascoul » – à l’occasion du Centenaire.

Le lot est constitué d’une centaine de souvent longues lettres et de cartes quasi quotidiennes, adressées entre le 12 août 1914 et le 15 mars 1915 par Paul à sa mère surtout, mais aussi à sa sœur ainée Juliette, surnommée « Youyou »,née en 1890, institutrice à Murviel-les-Béziers à ses deux frères, Etienne et Henri, à des parents et amis dont particulièrement Emile Rouvière, médecin, et Marguerite Triolle. Les deux premières lettres sont datées des mercredi 12 et jeudi 13 juillet mais ces chiffres correspondent en réalité aux jours du mois d’août. Le lot comprend encore un cahier des transcriptions de la correspondance de son fils effectuées par Marcelle Bascoul, de quatre lettres revenues du Front avec la mention « le destinataire n’a pu être atteint » (16 mars – 3 avril 1915). S’y trouvent également des lettres de condoléances reçues de parents, de proches et de relations ainsi qu’un portrait photographique de Paul, son diplôme de baccalauréat et enfin des coupures de presse annonçant son décès (16 avril – 9 juillet 1915)

Sous leur formé numérisée, les lettres sont présentées dans leur intégralité et le parcours militaire de Paul a été retracé en annexe par les agents des archives. Le témoignage a traversé le siècle par le biais de sa sœur puis du fils adoptif de celle-ci. Les lettres croisées ouvrent de larges fenêtres sur l’importance des envois entre les fronts, la pression sociale et affective exercée en toute bonne fois de l’arrière, la violence des premières batailles, le rythme spécifique de la guerre sur le front mais aussi sur les premiers émois amoureux d’un jeune homme, fils et frère aimant, bon élève obéissant, enserré progressivement dans une somme d’injonctions contradictoires sous la violence des tirs d’artillerie dans les Flandres et la Marne. Il appartient par bien des éléments à cette catégorie d’intellectuels qui sont au cœur du corpus des « 42 » de Nicolas Mariot. La confrontation entre les imaginaires de la guerre et sa réalité s’avère sans surprise douloureux.

3. L’itinéraire militaire

L’arrivée à la caserne de Rodez le 12 août douche rapidement son enthousiasme ; il met 17 heures de train pour relier Béziers à Rodez et à son arrivée on lui refuse « neuf fois » l’entrée faute de place, attendant « (…) le départ du 322e RI dans 9 jours. Chaque jour, il arrive des hommes, la caserne en contient deux fois comme elle ne peut en contenir (…)» et conclut par cette sentence le 15 août « (…) en vérité en vérité je vous le dis, l’état de siège c’est l’anarchie (…) » Hébergé en ville, il reste optimiste ; « « J’ai rencontré des étudiants dans mon cas avec lesquels je passerai du bon temps je crois » mais rapidement à cours d’argent, il insiste pour coucher à la caserne y compris sur la paille. Finalement, une fois encaserné et habillé, la rencontre avec les autres soldats, des territoriaux, est difficile ; « (…) J’ai essayé de lire un peu ce soir. Impossible. Les odeurs de pieds de mon voisin m’incommodaient à tel point que j’ai du fuir à travers les salles et y vadrouiller sans but comme le juif errant (…) ». L’altérité a ses exigences ; il a du mal avec « ces vieux grognards fraichement descendus de la montagne et qui sentent l’écurie à plein nez ». Le 24 août il envoie à Juliette une réponse lyrique qui révèle son exaltation ;

« Tu me dis bien heureux de ne pas être comme les camarades du même âge à la frontière ? Tu me connais mal. Je préfèrerais le sacrifice utile du sommeil et de ma subsistance aux privations que je subissais ici inutilement à cause du désordre qui régnait. Je préfèrerais les fatigues de la marche forcée à la rencontre de l’ennemi, les affres des nuits passées à la belle étoile sous la menace des boches l’allemand que l’inaction où je suis réduit ici et la vie oisive et inutile que je mène à la caserne. Il m’est pour moi très pénible de songer justement que tandis que tous les jeunes de ma génération se battent, moi je reste en arrière inutile. Je brule du désir de faire la campagne à leurs cotés. Et maintenant qu’à l’habit militaire je me suis fait, maintenant qu’auprès de vous aucun sentimentalisme ne me retient plus, maintenant que je sais maman guérie et que j’ai l’esprit plus tranquille, j’ai demandé à partir avec les premiers partants. Mais rassurez-vous ce ne sera pas encore ».

Les premiers portraits de gradés ne sont pas flatteurs ;

« (…) La vie de caserne va commencer pour nous dans toute son horreur sous l’autorité paternelle de notre commandant Souligne dit « Soubise » une brute alcoolique et bougonne, jurant et tempêtant comme un officier prussien. Un effet de sa tendre sollicitude a été de nous supprimer la liberté de 11 heures à 3 heures. Ca va barder comme nous disons »

Marc Souligne, commandant major au 122e RI est tué à Beauséjour lui aussi le 2 avril 1915. Il est présent dans le témoignage de Pierre Bellet (CRID, 96e RI). Mais finalement, Paul fait état de sa surprise face à l’absence d’encadrement et de formation militaire ; « (…) à peine un lieutenant durant 10 minutes (…) ». A ce moment-là, il pense qu’il va rester trois ans à la caserne pour y être formé. Il continue de toucher son traitement de 30 francs par mois comme maître-répétiteur mais demande assez régulièrement de l’argent.

Le 20 septembre, c’est le départ, soit un mois à peine après son arrivée à la caserne, et le 22 septembre, il envoie sa première carte du front de Lorraine (Toul). Le choc est rapide, le ton tente pourtant d’être rassurant ;

« (…) Immédiatement après la descente du train nous nous sommes mis en marche vers la ligne de feu. Nous y arrivons ce soir après 20 kms de marche. Notre régiment se bat à 200 mètres en avant. Tout ce soir nous avons entendu rouler la canonnade. Elle vient à peine de cesser à la tombée de la nuit. Demain nous irons peut-être au feu. Je ne peux vous donner beaucoup de détails ma carte serait retenue. Sachez seulement que tout va bien. Je me porte à merveille. Je ne suis nullement fatigué du voyage ni de la marche que nous avons faites. »

Le 24 ; « (…) La canonnade est furieuse J’ai fait mes débuts dans une tranchée. Nous n’avons pas tiré un seul coup de fusil (…) ». Le 26, il écrit sa première carte à son ami Emile Rouvière mobilisé comme médecin dans le 5e DEF ; « « (…) les obus pleuvent mais ils n’ont fait aucun mal dans nos rangs. Le seul casque à pointe que j’ai encore vu est celui qu’une de nos patrouilles a trouvé hier dans une tranchée (…) ». Mais dès le 28, il écrit à sa mère ; « Il me tarde que la guerre soit finie. La canonnade est furieuse ; nous n’avons pas encore tiré un coup de fusil ; nous assistons à un duel d’artillerie ou nous sommes vraisemblablement supérieurs car nous avançons. Je supporte très bien les fatigues de la campagne (…) ».

A partir du 3 octobre, il est au repos à Nancy. Dans ses longues lettres, il se plaint de l’absence de courrier, explique le roulement des compagnies en ligne. Il demande un colis « de chocolat, de saucisson, des cartes géographiques, des cigarettes, des gants fourrés et des caleçons ». Les premières lettres lui parviennent au bout de 3 semaines, tandis que lui manque régulièrement de papier. Le 12 octobre, il précise déjà qu’ « « à peine quelques obus tombant sur les vitrages où nous sommes cantonnés ont-ils tué quelques hommes. A l’abattement des premiers jours a succédé une résignation sereine qui raffermit l’espoir de vous revoir ». Ses demandes soulignent qu’il n’envisage pas une guerre longue ; « Tu pourrais m’envoyer une centaine de francs j’en aurais assez jusqu’à la fin de la campagne » (20 octobre). Les exercices militaires se succèdent à l’abri « (…) Jeudi 22 octobre : il y a longtemps que nous nous sommes battus nous effectuons de bonnes marches le long du front je suis content de voir que je tombe les kilomètres sans plus de fatigue que les plus endurcis des troupiers. La marche de 35 kilomètres n’a pas entamé ma belle humeur. (…) ».

Dans les Flandres belges : Fin octobre, c’est l’arrivée dans les Flandres belges dans la terrible bataille d’Ypres ; « (…) 27 octobre nous approchons du front maintenant. Ici la guerre déploie tout son art meurtrier et toute sa formidable industrie. Engins de toute sorte, Anglais, Boers et Belges des Hindous, des prisonniers allemands démoralisés (…) ». La correspondance devient une puissante élégie, les pieds dans la boue et la tête sous les obus. Il envisage sa propre disparition et s’en ouvre à plusieurs reprises, d’abord à sa sœur ;

« (…) Ah ma chérie ! on sent mieux le prix l’affection lorsqu’on risque de la perdre. Le plus grand sacrifice que je ferai à la Patrie, si je dois tomber, sera celui de votre amour. Mais il ne faut pas penser à cela. Il y a près de 20 jours que je ne suis pas allé au feu. Et si par hasard je ne devais pas revenir, il ne faudrait ni me plaindre ni me pleurer (…) »

Rapidement il fait état de son état d’esprit désabusé  :

« (…) J’ai trouvé cette nuit dans une tranchée abandonnée une carte où un boche disait à un combattant de sa nationalité «  C’est dommage que tu ne sois pas encore à Paris. Vise bien pour qu’il en soit bientôt fini de tous ces pantalons rouges » Je n’ai pu m’empêcher de me rappeler le mot d’Henri «  Zigouille le plus de boches que tu pourras et gare-toi ». Tout ça c’est pas facile à faire (…) ».

Après sa sœur, il prépare sa mère à sa disparition (Marcelle a souligné les dernières volontés sur son cahier) ;

« (…) Tu dois te résigner à mon absence maman chérie et si je ne revenais par hasard, ne me pleure pas, que mon souvenir te soit léger, aimable, et souriant. Ne me plains pas ; j’accepte le sacrifice et je serai content de faire mon devoir. Je t’embrasse maman chérie aussi tendrement que je t’aime. Ton Paul chéri ».

Dans les tranchées, Paul exprime un sentiment de déshumanisation de façon récurrente à partir du 4 novembre ; « Le temps dans les tranchées se passe à se terrer comme les lapins dans des trous que nous creusons pour se mettre à l’abri des obus ». Souffrant de solitude, il se rapproche d’un camarade biterrois avec lequel les relations sont parfois difficiles dont le portrait n’est pas toujours flatteur ; «(…) L’ami Clément a été ce blessé ce matin à l’épaule droite très légèrement. La gravité est celle d’un rhume de cerveau (…) ».

Fin novembre il écrit à sa sœur :

« Je ne voudrais pas que vous ayez trop de foi en mon retour, Certes nous devons le souhaiter et pour ma part je le désire ardemment, mais ma chérie vous devez vous préparer à la pire fatalité. Si je ne reviens pas ma volonté est que vous ne fassiez pas rechercher mon corps comme j’ai vu certaines familles le faire, je voudrais que mon souvenir vous soit léger agréable et non pas obsédant et triste. Aussi je voudrais que ma mémoire ne vous soit pas une obsession douloureuse mais un souvenir souriant où se mêlera votre fierté de mère et de sœur de me savoir tombé au champ d’honneur en faisant mon devoir. Hélas le champ d’honneur ! n’est souvent qu’un champ de betteraves, morne et froid où la mort est lente et dure. Peu importe vous ne devez penser qu’à l’auréole dont s’entoure la mémoire des héros et qui doit rejaillir sur vous. Malgré tout ce que je peux dire j’espère bien vous revoir. Vous pouvez être assurées que je serai prudent je prends de plus en plus l’expérience de la guerre, je ne serai ni téméraire, ni fanfaron (…) » 

A partir du 7 décembre, nouveau répit ; il bénéficie d’une formation en arrière du front dans le seul quartier d’Ypres qui ne soit pas encore bombardé, pour apprendre à construire des tranchées modèles, il est finalement à l’abri durant presque un mois. A son retour, le nombre élevé de camarades morts pendant son absence le laisse très déprimé et il fait le récit à sa mère de l’extrême violence aux tranchées ;

« Dans tous les cas il est possible qu’un grand nombre de nous restera sur le champ. La guerre prend un caractère de sauvagerie outrée. En divers points les boches ont achevé dans les tranchées les blessés tombés entre leurs lignes. Quand ils montent à l’assaut, ils ont coutume de pousser devant eux les prisonniers en criant de ne pas tirer. Aussi la consigne est de ne pas faire de prisonniers et de tirer sur tout homme qui se rend ».

Ces écrits rejoignent les récits de Benjamin Simonet ou Pierre Bellet qui appartiennent à la même D.I. Nostalgie de la famille, du pays se lisent le 6 janvier 1915 lorsqu’il reçoit un paquet de sa sœur qui le rend lyrique ;

« Quelle touchante idée ma chère petite sœur de m’envoyer des raisins, des fruits par excellence de mon pays, ma terre de prédilection. Chaque grain tenait enfermé un peu du soleil de là-bas qui brille si joyeux et dont je suis ici si privé. Que le ciel est triste sur ce coin déshérité de la terre. Il semble que le ciel se soit voilé devant les horreurs commises par les hommes et que derrière son voile humide, il pleuvra une pesante larme avec chaque goutte de pluie. Au dessus des hommes qui ont l’air d’être des jouets, Je fais mon devoir sans haine aveuglément le cœur ulcéré des souffrances que je fais naître mais sans laisser faiblir mon bras. Je ne vis que pour vous qui pansez les plaies. »

Le 7 janvier, dès son retour en 1ere ligne il a du enterrer son meilleur ami sous les balles, se retrouve tâché de sang et c’est une ballade allemande qui lui vient sur les lèvres ;«  Oh comme les morts vont vite ! Oh comme les morts sont lourds ! ». L’épisode est relaté plusieurs fois dans les lettres de diverses façons selon la ou le destinataire.

Sur l’arrière front, avant la Champagne, il retrouve un peu d’énergie pour féliciter son frère Étienne de sa blessure à la bouche « tu peux être fier de ta glorieuse cicatrice qui t’a laissé la lumière ». Même s’il se plaint ; « Depuis que nous avons quitté la tranchée on nous ennuie de toutes les façons. Ou bien nous faisons des marches, des exercices » Il peut dormir dans un lit, faire deux repas, se laver, se reposer, écrire, lire, autant de compensations essentielles à sa ténacité. Il entame encore le 26 janvier avec Marguerite Triolle, un début d’un flirt épistolaire et échange sur la musique classique et la poésie en usant largement de son capital symbolique pour user de rhétorique convenue :

«  Nous autres, les petits soldats de la belle France si nous sommes contents de nous battre pour nos foyers, pour nos maman, pour nos sœurs, nous sommes fiers aussi de savoir que les yeux des belles filles nous regardent. Mais combien contraire à notre tempérament, combien répugnante à notre esprit cette guerre de tranchées que no6us impose le Teuton ! et que ne donnerait-on pas pour rencontrer une fois pour toute le boche en rase campagne »

Mais, au même moment, à son frère Étienne mobilisé comme lui, il envoie son testament; « L’un de nous ne peut espérer revenir » et lui demande de consoler sa mère, de payer ses dettes (100 francs à 4 camarades) de devenir le chef de famille et lui lègue sa montre en or. La philosophie devient un ressource mentale qu’il exprime à sa mère ;

«  Nous sommes partis des enfants nous vous reviendrons des hommes. Pendant les longues heures d’angoisse dans la tranchée, heures pendant lesquelles s’ajoute la pensée torturée, on revoit le passé, le cœur gonflé de toutes les larmes qu’on ne pleure pas. Pour avoir étanché le sang, pansé les plaies, on se sent plus compatissant ; pour avoir vu la haine aveugle meurtrir injustement, on devient plus tolérant et plus conciliant. On se sent grandi par toutes les souffrances. Rien ne nous rend si grand qu’une grande douleur. Ceux qui reviendront seront de doux philosophes, ils auront appris à aimer la vie en côtoyant la mort »

Sur le front de Beauséjour, les lettres quotidiennes sont très brèves : 15 mars 1915, « 4e jour sur le front ». Son régiment combat en première ligne dans la commune de Minaucourt (Marne), au fortin de Beauséjour, théâtre de violents affrontements (février – mars 1915). Le 17 mars 1915, il est tué. Commence pour la famille un long travail de deuil sans corps, jamais identifié, ni retrouvé. Aucun de ces frères et sœur n’aura d’enfant. Seule Juliette adopte tardivement un petit garçon.

Christine Delpous – février 2021

Share

Barbé, Frisia (1894-1968)

Joséphine Marie Frisia Barbé est née à Bassoues (Gers) le 25 mai 1884 dans une famille de cultivateurs. Fiancée de Fris Cabos pendant la guerre. La famille a conservé 149 lettres adressées à Fris entre le 10 avril 1916 et le 8 juillet 1919. Elles se trouvent dans le fonds Cabos (mais aucune lettre de Fris). Voir dans ce dictionnaire la notice Cabos Fris pour l’explication des prénoms (Fris, Frisia) et la description du fonds. Voir aussi les notices Rolland Maria et Rolland Caroline pour des compléments sur la vie à Bassoues pendant la guerre. L’exploitation agricole des Barbé était gérée par Frisia et sa mère. Fris et Frisia se sont mariés à Bassoues le 29 janvier 1920. Ils ont eu deux fils et une fille.
Ci-dessous, quelques extraits des lettres de Frisia :
– 29 mai 1916. Beaucoup de travail en cette saison. Une fillette de 13 ans « nous fait grand service ».
– 10 juin. Un souci pour la fenaison alors que la main-d’œuvre manque. « Mais c’est toujours vous autres les plus malheureux qui ne savez guère quand finira votre dure épreuve. »
– 24 juin. Après un terrible orage de grêle, « les vendanges sont terminées pour cette année ».
– 13 août. Elle souhaite la fin « de cette interminable et misérable guerre ».
– 29 août. Un certain Lamothe aurait eu le bras droit déchiré et coupé par la batteuse à Bassoues. Ce Lamothe était-il un soldat en permission ?
– 3 mars 1917. « Hier et aujourd’hui je faisais les labours pour les patates et je te dirai que hier soir j’avais la main un peu dure pour écrire. » Cette lettre contient sur deux pages le récit de l’apparition de Jeanne d’Arc à une jeune fille du Gers.
– 23 juillet. « C’est demain que je vais commencer de m’exercer à faire marcher la lieuse. »
– 4 octobre. Vendanges terminées, pas très bonnes.
– 7 octobre. « Dans trois mois reviendra ce bonheur [la permission] s’il plait au tout puissant. »
– 30 novembre. « Il faut bien croire que ce sera le dernier hiver que vous y passez et ce ne serait pas à regret sans doute que vous quitterez ces malheureux paysages tant maudits. »
– 12 septembre 1918. Difficultés à vendre les cochons.
– 25 octobre, elle signale une victime de la grippe espagnole à Bassoues, « emportée par cette épidémie qui est très barbare et il y a grand nombre de cas ».
– 27 avril 1919. Sa mère a engagé un domestique récemment démobilisé. « J’aurai moins de fatigue », écrit Frisia.
– 8 juillet. « Le soir du 6, il a fait plus que pleuvoir. Ça a été des grêlons qui sont tombés qui ont ravagé les vignes et ainsi que blé et avoine. Il y en avait de beaucoup plus gros que des noix, ce que je n’avais jamais vu encore, mais je ne crois pas qu’elle soit passée partout car il y a des parcelles qui n’ont pas été prises. Enfin, il nous manquait encore ce malheureux fléau. » Voir un complément dans la notice Rolland Maria.
Rémy Cazals, août 2020

Share

Rolland, Caroline (1869-1942)

Sœur cadette de Maria Rolland (voir ce nom), tante de Fris Cabos (voir ce nom), veuve Pagès. Née à Bassoues (Gers) le 1er avril 1869. Le fonds Fris Cabos contient 4 lettres adressées par Caroline à son neveu pendant son service militaire de 1913-1914 et 24 lettres entre 1916 et 1919. Veuve, sans enfant, elle considère son neveu un peu comme son fils et lui envoie des colis de nourriture et quelques billets de cinq francs.
Le 18 février 1917, Caroline écrit : « Ayant lu dans les journaux les communiqués qui se déroulent en Champagne, ils sont peu faits pour me rassurer. Cependant il faut espérer que le bon Dieu qui t’a protégé en maintes occasions te gardera jusqu’à la fin de cette dure épreuve. » Elle ajoute que les ouvriers se font toujours plus rares pour les travaux des champs.
Le 12 octobre : « Si seulement cette malheureuse guerre prenait fin, le reste on s’arrangerait toujours d’une façon ou autre. » Et le 16 octobre, Caroline exprime son cafard, comme sa sœur à la fin d’une permission. « À ton exemple je vais prendre courage et accepter la volonté du bon Dieu puisque lui seul est le maître de notre destinée, et je le prierai encore davantage qu’il te protège dans cette catastrophe qu’est la guerre, afin que nous ayons un fils pour deux mères. » Le beau temps devrait permettre de faire les semailles. Les vendanges ont donné de beaux raisins, mais en faible quantité, 14 à 15 comportes.
11 août 1918 : « Depuis quatre ans il a bien fallu faire preuve de courage pour résister aux horreurs de cette maudite guerre. » La récolte de blé est bonne, le pain est rationné, « mais on a eu un supplément pour dépiquer, on donne du pain sans tickets. » Elle envoie « un petit billet pour boire une bouteille à ma santé ».
Le 17 octobre, Caroline est heureuse de savoir que Fris est « éloigné du front ». C’est un changement favorable « en comparaison de la vie des tranchées ». « Tout de même c’est malheureux que la nourriture ne soit pas suffisante ; car s’il faut payer de sa bourse, je comprends que tes petites économies y seront vite passées car là comme chez nous il y a les marchands qui font fortune aux dépens de la guerre. » Elle envoie un mandat de dix francs.
22 juin 1919 : « Je crois que le temps va te paraitre long comme tu me dis, surtout à Paris si l’on ne peut circuler librement. Mais si les grèves sont finies, au moins pour le moment, tu seras plus tranquille. Il me tarde d’apprendre que ce traité de paix soit signé pour revenir parmi nous, il faut croire que l’heureux jour arrivera sans tarder. »
Rémy Cazals, août 2020

Share

Rolland, Maria (1866-1945)

Née à Bassoues (Gers) le 16 novembre 1866. Fille de cultivateurs, elle-même doit gérer la ferme de Pichet à Bassoues après la mort de son mari Jean-Marie Cabos en 1899 et pendant le service militaire de son fils et la guerre, de 1913 à 1919. Le fonds Fris Cabos (voir ce nom) contient 51 lettres adressées par la veuve Cabos à son fils (16 en 1913-1914 ; 35 en 1916-1919).
Pendant le service militaire, les lettres de Maria témoignent de la dure séparation et de tentatives de faire pistonner le jeune Fris incorporé le 9 octobre 1913. Le 17 octobre, Maria dit être très abattue, le matin, quand elle ne le trouve pas dans sa chambre. « Mon cœur se ferme à te savoir si loin. » « Conserve-toi bien, ne te prive pas du boire et du manger, pour le reste fais attention. » « Nous avons commencé à semer aujourd’hui. » Le 2 novembre : « Me laisser sans nouvelles me donne un chagrin mortel aussi je te demande comme grâce de m’écrire toutes les semaines, je n’ai que ça pour me consoler. » Elle lui donne le conseil de se faire placer dans un bureau : « Arrange-toi et vois ce que tu as à faire pour être tranquille car tu ne veux pas t’en faire une carrière. » « Tâche moyen d’être bien avec tes chefs. » Le 14 novembre : « Tâche de trouver des camarades sérieux et honnêtes. » « Fais bien attention de garder ta santé, tu sais que là tu es au milieu des périls, garde les conseils de ta mère qui craint toujours. » Plusieurs lettres évoquent des recommandations qui pourraient se faire de capitaine à capitaine pour qu’il obtienne une place d’ordonnance d’un officier à Foix. Le 12 janvier 1914, Maria a encore rencontré un monsieur qui se propose de pistonner son fils. « Je lui ai dit de s’intéresser à toi, il m’a dit que s’il y avait moyen il le ferait mais je peux te dire que je suis lasse d’entendre ces vouloir faire pour toi et qui n’aboutissent à rien. »
L’autre thème est celui des travaux à la ferme, les semailles, la vente du poulain. Le 18 janvier 1914, dans une des rares lettres conservées de Fris à sa mère, celui-ci demande : « Avez-vous vendu les veaux à la foire ? » Il précise qu’il y a 40 cm de neige et une épidémie d’oreillons à Foix. Même mauvais temps dans le Gers où (lettre de Maria du 23 janvier) le froid et la neige bloquent la circulation ; les boulangers n’ont ni bois, ni farine. « Pour nous, nous n’avons pas trop souffert, nous avions l’avance. » Les chevaux ne peuvent pas marcher à cause surtout de la glace. La foire a été manquée, les maquignons ne sont pas venus.
Le 4 février, Maria annonce que sa sœur Caroline (voir ce nom) a tué le cochon et a envoyé un colis au jeune soldat. Et le 20 février, Maria envoie elle-même un colis contenant « du filet de cochon, de la saucisse, un peu de dessert ; ta tante y joint un poulet et des gâteaux ; amusez-vous bien et ne vous faites pas punir ».
Pendant la guerre, s’ajoute l’angoisse devant les dangers courus par son fils. « Maudite guerre », écrit-elle le 7 octobre 1917. Et, le 18 octobre, elle regrette que « Dieu, pourtant si grand, ne veuille pas mettre fin à tant de malheurs ». « Pardonne-moi de t’avoir causé de la peine et n’avoir pas su cacher la mienne au moment de nous séparer [après une permission] ; tu le comprends bien que c’est malgré moi, que depuis si longtemps vivre séparés, et traverser une époque si triste que je ne puis en ces moments plus me retenir. Dieu aura sans doute pitié de nous pour que nous puissions nous retrouver ensemble pour ne plus nous quitter. » Et encore, le 2 avril 1918 : « Les journaux annoncent partout un carnage terrible. Dieu aura-t-il pitié de nous ? »
La guerre finie, le 29 décembre, elle écrit : « Je crois bien que tu trouves étrange de coucher dans de bons lits au lieu de la paille surtout encore pendant l’hiver ; il serait à désirer que vous puissiez passer ces quelques mois de froid aussi bien soignés. » « Voilà déjà 4 ans que nous faisons les mêmes souhaits, et toujours si éloignés. L’année 1919 nous apportera-t-elle la joie de nous souhaiter bonne année de vive voix, Dieu le sait. » Le 18 janvier : « J’ai prié pour les soldats et que Dieu mette fin à notre séparation. Dans ta lettre tu me dis être allé passer une demi-journée à Paris, que je regrette de ne t’avoir dit assez tôt d’aller visiter l’église de Montmartre consacrée au Sacré-Cœur, le remercier de vous avoir protégés pendant la guerre, c’était un vœu qu’on a fait et ceux qui y ont été inscrits ont été protégés jusqu’ici. Si tu as l’occasion d’y revenir, va accomplir ton vœu, tu n’auras pas besoin d’y revenir, c’est ce que l’on m’a conseillé de te dire. »
Le 28 janvier 1919 : « J’ai à t’annoncer que nous avons fait faire un peu d’eau de vie et je t’assure qu’il faut en avoir besoin car on est loin d’avoir les avantages que lorsqu’on faisait distiller chez soi. Il y a deux chaudières à Bassoues sous la place. Nous avons mis le vin ensemble avec ta tante mais nous avons eu la malchance de rencontrer un distillateur qui a agi de la faiblesse des femmes pour nous frauder. Enfin nous avons un peu d’eau de vie pour ton retour. »
Le 7 juillet : « La récolte est ravagée. Hier soir dimanche un orage s’est déchainé sur notre contrée et a tout emporté, vin, blé. Les vignes étaient superbes, maintenant tout est fauché. Les premières grêles qui sont tombées étaient grosses comme des œufs ; elles étaient clairsemées mais de suite la terre en a été recouverte ; alors il y en avait de toutes. Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu choses pareilles. Malheur à ceux qui l’éprouvent. Je t’assure que j’ai passé un bien mauvais moment. J’avais le bétail dehors, et toute seule pour le faire rentrer. Dieu m’a favorisée, j’étais dans l’étable. Ta tante a été épargnée cette fois. »
Rémy Cazals, août 2020

Share

Cabos, Victor (1873-1946)

Né à Bassoues (Gers) le 2 novembre 1873, fils de Jean-Jacques, cultivateur. Cultivateur lui-même. Sa campagne contre l’Allemagne va du 14 août 1914 au 9 janvier 1919, d’abord au 88e RI. Il passe au 90e Territorial en octobre 1917. On a de lui 14 lettres adressées à son cousin Fris Cabos (voir ce nom) entre le 26 juillet 1917 et le 18 janvier 1919.
– Le 26 juillet1917, Victor se trouve à 15 km de Verdun. Son unité territoriale construit des routes pour l’artillerie, « un travail de pépères bien supportable ». Il décrit la campagne, bois, jardins, récoltes : « Cela ne sent pas la mort et la dévastation comme à Verdun. » Il ajoute : « Je comprends très bien, à ce que tu me dis sur ta dernière, que nos avis sur le métier militaire sont en parfait accord. C’est toujours la même caste, tant dans le métier civil que militaire, qui tient à nous asservir sous son esprit de domination. Ce n’est pas que nous ne gardions pas toujours un espoir d’affranchissement, mais nos légions ouvrières ou agricoles vivent tellement dans un cadre d’ignorance et de confusion qu’une revanche piquante ne sera jamais notre lot. Il y a chez nous trop de jalousie, trop de rivalité pour en arriver à obtenir un résultat sinon complet au moins sensible. »
– La lettre du 7 septembre 1917 fait des allusions peu claires à une autre de Fris Cabos qui pourrait avoir été subversive puisque la seule mention explicite est : « Mais, comme tu dis, la misérable censure a tout engouffré dans son silence. »
– Le 12 octobre, la lettre au crayon est difficile à lire : « Tu me dis que tu as retrouvé ton cafard en arrivant [de permission]. Je puis t’en dire de même. Mais quoique je l’aie retrouvé je n’en suis pas plus chargé pour cela car je l’ai échangé contre mon patriotisme. Tu ne me verras plus faire emplette de prisonniers comme à [illisible]. J’ai reconnu que c’était brutal de [illisible] de force celui qui ne m’a rien fait. Qu’en dis-tu ? Je suis tout heureux de te dire que toi, le premier, tu marchais sur la bonne route. Ton humeur pacifique est aujourd’hui de mon goût. Je te félicite de ta sagesse. » Victor regrette le temps de sa permission et les chasses aux cailles, perdreaux et lièvres. « J’ai failli tuer un gros sanglier qui venait à mon maïs. Mais il m’a flairé, l’animal. » L’hiver arrive ; la prochaine permission est lointaine. « En attendant, il faudra taper de la semelle et souffler sur les ongles. »
– Le 24 novembre, Victor dit avoir une planque et il ne s’en plaint pas. Une permission viendra bientôt : « Cela sera encore mieux. Revenir encore une fois de plus mordre dans la cuisse d’un perdreau ou tremper un bout de pain dans la sauce d’un lièvre. »
– 8 janvier 1918, après une permission : « Et me voilà revenu à mon ancienne vie d’esclavage. À quand la fin ? »
– 19 janvier, Victor évoque ses cheveux gris et son appartenance à la Territoriale. Il lui rappelle sa lettre dans laquelle Fris écrit que ça ne peut plus durer : « Je vois bien un peu comme toi que tous les nerfs de la nation sont trop tendus pour qu’ils ne puissent résister plus longtemps à cette pression sans se rompre. L’arrière comme l’avant se trouve au même point sinon pire. Alors que peut-on en conclure ? La fin, comme tu dis. À cet effet, je vois déjà la teinte rose de notre ancienne vie civile avec tous ses charmes. Plus de costume bleu horizon. Adieu les mitrailleuses et les crapouillots. Plus de sifflements lugubres. Plus d’oiseaux de triste augure. Loin derrière nous la guerre et tous les engins de mort ! Quel soupir de soulagement ! Oh ! que ce jour sera le bienvenu. Sans tenir compte de mes cheveux blanchis et de notre vie endommagée, à nous la liberté. Cela va venir… Ça vient. » En attendant, « il y aura peut-être encore un terrible coup de chien ». « Pour l’instant, ta place n’est pas des meilleures. Ah ! ce Mort-Homme. Je le vois encore de la côte du Talon, de Champ-Neuville, de Samoigneux, de la cote 344. De tous les points j’apercevais cette croupe comme un gibet entouré d’ossements, s’appuyant de la gauche sur sa sœur ainée, la cote 304. J’en ai [un mot illisible] comme d’une place criminelle que la mort a noircie et dont le souvenir te fait passer un frisson d’effroi dans toutes les veines. Puisses-tu à mes souhaits quitter ce secteur tout en espérant mieux. Moi je ne suis pas trop mal pour l’instant. Quoique n’étant qu’à 4 kilomètres des Boches, en face Brimont, le secteur est assez tranquille. On n’entend pas grand-chose comme canonnade. Contre avions seulement et c’est presque tout. »
– 30 mars, Victor remercie Fris pour ses lettres qui lui remontent le moral.
– Le 28 juin 1918, Victor raconte comment il a été blessé lors de l’attaque allemande du 28 mai entre Brimont et Reims. Attaque surprise, le capitaine « prend la tangente ». Les hommes de la compagnie sont tués ou prisonniers. Un formidable coup sur son sac. C’est une balle qui l’a traversé et s’est logée dans son épaule. Il doit abandonner sac et musettes et se cacher dans un bois. Il saute sur un caisson d’artillerie en retraite et arrive à un poste de secours où on lui fait un premier pansement. Puis sur un chariot jusqu’à Epernay, puis à Troyes et enfin expédié vers le Midi, à Béziers où « le secteur est plus tranquille ». Il faut se serrer la ceinture mais il y a du pinard à volonté. Après la convalescence, il faudra remonter. « Toutefois, en raison de la gravité de la blessure, je vais faire une demande pour changer d’arme. Je ne sais pas si je réussirai. J’en ai assez de l’As de Carreau. »
– Le 27 juillet, Victor se demande s’il a fait le bon choix. Il aurait pu se laisser capturer et diriger sur Berlin. « C’eut été la fin de la guerre pour moi tandis que dans quelques jours me voilà prêt à recommencer. » Mais le risque était de « faire ceinture ». En permission, il travaille aux foins et à la moisson et fait la chasse aux lapins.
– 13 septembre, Victor a le cafard : « Les jours passent, les jours sombres se succèdent, les années viennent s’enchevêtrer les unes sur les autres. Les cheveux blanchissent et on est toujours là. Quelle calamité tout de même de voir durer cette guerre de la sorte sans que rien n’en fasse prévoir la fin. Triste vie tout de même à laquelle on ne peut rien changer. »
– 24 septembre : « Je crois qu’on la tient, comme tu dis, ton avis est le mien. » Il souhaite avoir une permission en même temps que Fris pour des parties de chasse.
– 18 janvier 1919 : « Enfin me voilà rendu à la vie civile… Liberté, liberté chérie comme dit la romance. À quel prix ne l’avons-nous pas retrouvée ! Je ris parfois comme un homme ivre en voyant derrière moi l’abîme sans fond à moitié comblé de cadavres et dont je ne suis sorti que par miracle ! Si je n’étais pas trop vieux pour oser croire au bonheur, quelle perspective m’offrirait l’avenir ! Mais déjà meurtri par les souffrances de cette longue guerre je ne puis plus compter couler des jours heureux ou bien ils seront plutôt rares. » Il constate que les prisonniers sont revenus : « Ils n’y ont pas engraissé. »
Victor Cabos est mort à Auch le 11 mai 1946.
Rémy Cazals, août 2020

Share

Cabos, Fris (1892-1963)

Le fonds « Fris Cabos » m’a été confié par son petit-fils Alain Cabos, le 10 mai 2020. Il comprenait une chemise verte contenant la transcription dactylographique de l’historique du 59e RI (on ignore qui l’a faite), un fascicule de mobilisation et le carnet personnel de Fris pendant la guerre de 14-18 ; et une boîte en carton contenant une importante masse de papiers, principalement des lettres.
Fris Jean Charles Cabos est né à Bassoues (Gers), le 4 novembre 1892 dans une famille de cultivateurs. Son père, Jean-Marie, est décédé en décembre 1899, et c’est sa mère « Maria Rolland veuve Cabos » qui a dirigé l’exploitation, comme elle le fera encore pendant le service militaire de Fris et pendant la guerre de 1914 à 1919. La ferme de Pichet, à Bassoues, appartenait à la famille Rolland depuis au moins 1821.
Une précision doit être apportée concernant le prénom de Fris. D’après la légende locale, Saint-Fris ou Frix, appelé ainsi parce qu’il était originaire de Frise, était un neveu de Charles Martel. Il aurait été blessé au cours d’un combat contre les Sarrazins en 732 et en serait mort à Bassoues au lieu dit depuis « Pont du Chrétien » sur la Guiroue. On trouve plusieurs statues le représentant à Bassoues même (au moins trois) et dans d’autres communes du Gers. La bonne amie de Fris Cabos, qu’il épousera après la guerre, le 29 janvier 1920, se prénommait Frisia ou Frixia.
Le carnet personnel
Au début du carnet personnel de Fris Cabos, au moins 24 pages ont été arrachées. Il n’en reste que des fragments de mots en débuts de lignes, ce qui donne l’impression qu’il s’agissait d’un récit, peut-être le récit des épisodes de 1914. Pourquoi avoir arraché ces pages ? Parce qu’elles rappelaient de très mauvais souvenirs ? Nous n’avons pas la réponse. On sait par d’autres sources que le 59e a subi de lourdes pertes le 22 août en Belgique. Le régiment a participé à la poursuite après la bataille de la Marne. Sur une page du carnet de Fris, laconique : « Entre en 1ère ligne de feu au village des Hurlus le 15 septembre. En réserve à Somme-Suippes le 19. »
Un récit suivi commence dans le carnet le 16 février 1915 : grande attaque, secteur d’Arras, et nouvelle attaque le 1er mars.
Aux tranchées le 9 mai au matin. Attaque du 88e et du 1er bataillon du 59. « Refus de marcher pendant deux jours, perte de 7 officiers dont le commandant, le colonel ». L’historique du régiment signale les « coûteuses et sanglantes journées » du 9 au 13 mai 1915. Il n’est évidemment pas question de refus de marcher. Au contraire, dit le texte frauduleux, « le moral reste élevé et l’énergie des hommes digne de tout éloge ».
Le 19, au château de Blanzy : « Les Boches sont à quelques mètres à peine, position très tranquille avec tous les agréments possibles, on faisait du piano toute la journée. »
En juin, secteur d’Arras où Fris a plaisir à causer du pays avec des camarades du Gers . Le 22 juin, il note : « Le 75 tape dans nos lignes, blessés. » L’historique du régiment n’en dit rien, évidemment.
Le 7 juillet 1915, nouvelle sensationnelle : nous aurons des permissions de 8 jours. Et le 9 :
« reste en première ligne, le cœur joyeux par l’attente du prochain départ pour le cher foyer natal ». En effet, le 14 juillet, premiers départs de permissionnaires. Fris devra attendre.
C’est le moment où il évoque « la preuve de la plus tendre amitié » d’une petite amie qui est Frisia.
Début septembre : pluie d’obus et de marmites. Le 7, de 16 à 18 heures, position intenable. Le 11, il est allé aider des paysans à rentrer de l’avoine. Le 16, « la nouvelle attaque qui fait grand bruit me laisse très perplexe sur mes espérances futures ». Le 24, sur la place du théâtre d’Arras, 9 blessés par une grenade qui est tombée des mains d’un soldat.
L’attaque du 25 septembre est arrêtée par un feu violent de mitrailleuses ; pertes surtout en gradés, le lieutenant de Montpéroux, l’agent de liaison Idrac.
La boue, il faut deux jours pour s’en nettoyer. La pluie. Le 8 novembre, journée sans ravitaillement. Le 5 décembre, après le retour de permission : « il m’épouvante de revenir en première ligne ». Du 10 au 14, quatre jours dans un trou avec de l’eau jusqu’au ventre.
30 mars 1916, journée agitée, bombardement, abri défoncé par un 150 au gaz. « Nous avons subi ces transes jusqu’au soir où dans le calme de la nuit nous avons chassé les émotions de la journée. » « Le 31, journée relativement calme envers celle d’hier. Il fait un soleil splendide et nous n’avons pas eu d’obus qui soit tombé près. »
3 avril : « Le bruit de la prochaine attaque n’est pas de bon augure et je ne sais comment elle se déroulera. » Après-midi du 6 avril, un 105 éclate au-dessus du trou qu’il occupe avec quelques autres. Le chef et un téléphoniste sont grièvement blessés. « J’ai été surpris pendant mon sommeil et ne sais par quel miracle j’y ai échappé. »
7 avril : « Le soir il a fallu aller occuper la parallèle de départ complètement bouleversée par les obus, aussi il n’était pas tout à fait appétissant d’y aller et cela nous inquiétait fortement. »
Le 11, relève du 83e dans le réduit du bois d’Avocourt. La pluie tombe toute la nuit. « Ici on serait loin de se douter qu’on est à quelques cent mètres de l’ennemi car tout est du plus grand calme et dans la journée du 12 il n’est pas tombé un obus dans les environs de notre emplacement. » « C’est dommage qu’il pleuve tout le temps, sans cela on pourrait se promener dans le bois qui, entre parenthèses, est complètement haché. Il n’y a pas un arbre qui n’ait sa blessure, et puis c’est fantastique de voir ce qu’il y a de débris d’équipements et armes de toute sorte. »
23 avril, jour de Pâques, relève aux tranchées. « En arrivant à la tranchée, nous avons été bien reçus par les obus dont un qui nous a éclaté à quelques mètres. À cause de la boue il a fallu passer à découvert, aussi on faisait la gymnastique à travers les trous d’obus qui ne se voyaient pas à cause de l’obscurité. » Le 24, des pionniers viennent aider à consolider les abris. Toutes les nuits sont très actives, les Boches ne cessent de tirer. Le 26, une rafale de fusants sur la tranchée blesse trois hommes. « Nous avons eu de la veine qu’un de nos avions, survolant les lignes ennemies, les batteries ont fait silence. »
Au repos du 1er au 5 mai, « un peu triste car nous ne trouvons rien à acheter, aussi les jours paraissent interminables ». Le soir du 5, « un fort vent s’étant déchainé, une partie de nos ballons captifs ont été emportés ». Le 9 : « Le bruit se confirme pour l’attaque, ce qui est loin d’égayer les esprits. »
Le récit suivi depuis février 1915 dans le carnet personnel s’interrompt ici.
En avril 1917, le régiment se trouve à l’aile droite de l’offensive Nivelle, au Mont Blond. Fris est cité à l’ordre de la brigade, le 5 mai 1917 : « A ravitaillé en munitions les sections de la compagnie sous un feu violent de l’ennemi au cours de la contre-attaque du 19 avril et contribué pour une large part à enrayer la progression ennemie. » (D’après sa fiche matricule aux Archives départementales du Gers.)
Vers la fin de la guerre, Fris Cabos était l’ordonnance du capitaine Soulet. Après l’armistice, le régiment a stationné quelque temps près de Paris.
La correspondance
En tout 329 lettres dont 47 de 1913 à août 14, lorsque Fris faisait le service militaire à Pamiers au 59e RI. Lacune d’août 14 à mars 16. Dans la partie 1916-1919, on compte 149 lettres de sa fiancée, 35 de sa mère, 24 de sa tante Caroline, 49 d’autres soldats, 13 diverses et seulement 9 adressées par Fris à sa mère et aucune à Frisia, alors que les deux femmes évoquent le courrier reçu de leur soldat. Cette situation n’est pas habituelle. La plupart du temps, les familles ont facilement gardé les lettres venues du front dans le tiroir de quelque armoire, alors que le combattant qui devait les transporter dans son sac a souvent détruit après lecture celles qu’il recevait. Ici c’est exactement le contraire. Pourquoi les lettres de Fris auraient-elles été détruites ? Qui les aurait détruites ? D’après les réponses de Frisia, Fris lui envoyait aussi des cartes postales. Où sont-elles passées ? Ces disparitions sont peut-être à mettre en rapport avec la destruction des premières pages du carnet personnel, mais rien n’est sûr.
C’est en creux, dans les lettres reçues par Fris, que l’on peut découvrir quelques-uns de ses sentiments. Pendant la période du service militaire effectué à Pamiers, il souhaitait se rapprocher de chez lui et se faire pistonner. Pendant la guerre, il a dû signaler à Frisia sa lassitude, puis une « crise de tristesse » ; il a décrit les conditions de vie difficile. Mais on n’a pas de trace de révolte ou d’horreur : il n’a pas voulu dire toute la vérité. À partir de l’été de 1918, il a compris que la guerre allait se terminer et il a donné des nouvelles optimistes. Sa tante Caroline lui écrit, le 1er mai 1919 : « Je vois que tu en as assez de la vie militaire. » Mais c’est surtout dans les 14 lettres de son cousin Victor Cabos, lui aussi combattant (voir ce nom), que l’on comprend que Fris a pu exprimer des critiques des chefs et de la censure, des sentiments pacifistes.
Fris Cabos a été démobilisé le 24 juillet 1919. Il était sous les drapeaux depuis le 9 octobre 1913. Il a épousé Frisia le 29 janvier 1920. Le couple a eu deux fils et une fille. Fris a été maire de la commune de Bassoues de 1925 à 1929 et de 1935 à 1944.
Le fonds Cabos sera déposé aux Archives départementales du Gers.
Rémy Cazals, août 2020

Share

Ghys, Albert (1889-1964)

1. Le témoin
Albert Ghys, né en 1889, est originaire de la région de Saint-Amand (Nord). Il est mobilisé en août 1914 au 127e RI de Valenciennes où il fait presque toute la guerre. Il est de ces nordistes qui, du 23 août au 4 septembre 1914, rejoignent l’arrière en embarquant au Havre (transport « Le Tamatave », débarquement La Rochelle). Il reste au Camp de La Courtine (Creuse) de septembre à mars 1915. En ligne dans la Woëvre, la Marne et à Verdun (mars 1916), il est dans la Somme en septembre 1916. Blessé lors de l’offensive du 16 avril 1917, il semble (fiche matricule manquante, il est probablement sergent) qu’il rejoint en août et qu’il finit le conflit au 260e RI. Lorsqu’il était vaguemestre à La Courtine en 1915, il avait fait la connaissance de Marie-Louise Jolly, demoiselle des Postes: ils se marient en 1918.
2. Le témoignage
Le journal de marche d’Albert Ghys, non publié, est un document de trente pages A 4, recopiées et commentées par son fils Jean Ghys, c’est la retranscription de feuillets de carnets déchirés, le plus souvent écrits au crayon. La version définitive a été complétée par un petit-fils. L’exemplaire, relié et plastifié, contient aussi (p.32) la lettre d’une institutrice débutante à Beuvrages (Nord). Les trois dernières pages reproduisent des clichés d’illustration, il s’agit de photographies extérieures aux carnets, (album Yves Troadec, clichés exposés aux A. D. des Côtes d’Armor en 1998 et 2014). Le journal est aussi disponible sur le site Chtimiste (n° 113), sans les annexes.
3. Analyse
Les mentions sur le journal sont brèves, elles racontent le quotidien de la tranchée, les nouvelles d’un frère prisonnier, des anecdotes sur un front relativement calme pour lui en 1915 (bon ou mauvais dîner, une patrouille, un aéro…), comme par exemple dans le secteur de Berry-au-Bac le 6 juillet 1915 (p.11): «Avons un déserteur boche. Il paraît que beaucoup voudraient se rendre, mais ont peur qu’on leur tire dessus. Leur avons porté des journaux français et une lettre leur expliquant, en français et en allemand, qu’ils peuvent se rendre sans danger.» Légèrement blessé à Verdun, il peut rester en arrière, mais est plus exposé dans la Somme. Il décrit l’attaque du 25 septembre 1916 devant Combles (p. 21) «Nous avançons par vague (…) Nous faisons pas mal de prisonniers et avançons de 1500 mètres. Un prisonnier me montre toutes ses photos les yeux hagards. Je prends pitié, mais R. Faokent prend son révolver et l’abat au moment où ce prisonnier allait peut-être encore nous donner le coup de grâce.» En octobre 1916, dans la Marne, il raconte qu’au moment de partir en permission, il prépare quelques souvenirs ramassés à l’occasion des dernières attaques, mais (p.21) « pan, dès que j’ai le dos tourné, on me chipe une belle carabine. » On sait que les officiers pouvaient ramener des trophées dans leurs cantines, mais on se demande comment des soldats pouvaient faire passer des armes si voyantes, notamment au passage aux gares régulatrices de permissionnaires. D’autre part, la passion de l’artisanat de tranchée a des conséquences harassantes dans les marches (p. 22): « Et moi qui ai Azor qui ressemble à un ballot de plomb, mes culots d’obus et bagues, c’est du lourd ! J’aurais bien envie de tout plaquer. »
Pour 1917 et 1918, il n’y a plus qu’une suite de dates et de lieux, soit A. Ghys a mis fin à ses notations, soit son copiste a, lui aussi, résumé à l’extrême le journal. L’élément intéressant de cette année 1917 réside dans la retranscription de quatre lettres qui terminent le document, et qui racontent en détail sa participation à l’attaque du 16 avril, sa blessure et son évacuation, il semble que pour lui ce soit « la bonne blessure » (p. 25, lettre du 19 avril 1917) : « Me voilà content, heureux, tranquille. »
En annexe, une lettre d’une jeune institutrice, signée H. ( ?) Delaporte, sans rapport avec le journal précédent, raconte ses deux ans à Beuvrages (Nord) en zone occupée. Elle relate ses conditions d’enseignement difficiles, l’autorité allemande décidant d’occuper l’école pour en faire un lazaret pour chevaux : ils sont relogés dans un ancien débit de boisson vétuste, glacial, et sans cour de récréation ni de cabinets ; (p. 33) « Pas d’abri les jours de pluie. On reste dans la classe. Des passants, des soldats s’arrêtent pour regarder comment fonctionne une école française. Nous continuons à leur faire voir que nous savons attendre d’être délivrés. »

Vincent Suard juin 2019

Share

Agard, Alban (1876-1942)

1. Le témoin
Alban Agard, originaire de Cestas (Gironde), exerce le métier d’instituteur à Bordeaux au moment de sa mobilisation au 140e RIT. Il rejoint en décembre 1914 le 360e RI et sert en Artois toute l’année 1915. Passé caporal en février 1916, il combat à Verdun du 20 au 30 mars, date à laquelle il est blessé et évacué. Après 6 mois d’hospitalisation, il est réformé et reprend ses fonctions d’instituteur. Il finit sa carrière à l’école de garçons de la rue Paul Bert à Bordeaux en 1936.
2. Le témoignage
Le journal de guerre d’Alban Agard se présente sous la forme d’un recueil dactylographié de 50 pages, avec 6 pages d’annexes. Le document est accompagné d’une note explicative (p. 47) rédigée par le fils d’Alban, André Agard, « en vue d’expliciter quelques indications fournies par le journal. » Un ajout de Jean-Louis Agard, petit-fils d’Alban, signale que l’original se présente sous la forme de deux carnets toilés mesurant 9×14 cm. En annexe sont reproduites en fac simile les pages du carnet qui concernent l’attaque du 9 mai 1915.
3. Analyse
L’intérêt du document réside dans la description des conditions d’existence des soldats dans les tranchées de différents secteurs de l’Artois, pendant l’année 1915 : c’est l’évocation récurrente de boyaux sommaires, de tranchées exposées au danger (tirs, marmites, mines…) avec une humidité omniprésente. En décembre 1914, par exemple, les tranchées sont (p. 4) : « de véritables mares, les pieds sont toujours mouillés, c’est d’une tristesse profonde, (…) nous n’avons pas la force de manger, on ne ferait que boire de l’alcool, si on en avait suffisamment. ». En février 1915, il évoque à titre d’exemple une prétendue position de réserve, mais qui consiste à aller à « 40 mètres des boches » (p.8) : « Tranchée sans abri. La nuit la pluie commence à tomber. Je dors sur le côté de la tranchée, sous la pluie. Jamais nous n’avons été si mal. Les balles pleuvent et l’endroit est assez dangereux. » Il décrit aussi le repos à l’arrière, la vie à Barlin ou Hersin-Coupigny, les corons de mineurs; il fait des remarques « ethnographiques », ainsi il loge dans un coron où se trouve une famille de réfugiés, avec quatre enfants dont l’un, à huit ans, fume une cigarette devant sa mère (p. 13) : « Il paraît que c’est la mode chez les mineurs. Jolie mode ! » La description de sa participation à l’offensive du 9 mai 1915 (p. 18) est précise, lui et ses camarades étant d’abord déçus que leur compagnie (17e) doive attaquer la première, mais le sang-froid revient ensuite car «notre rôle sera peut-être moins rude que celui des autres compagnies qui doivent continuer l’offensive sur les tranchées de 2ème et 3ème ligne. » Son récit peut être mis en relation avec celui de R. Cadot (18e Cie – cf sa notice CRID). La poursuite des combats à Carency au début de juin provoque chez lui une immense fatigue physique et psychologique, ces combats le laissent « très abattu » (p. 24). A cet égard, la cérémonie de remise de la médaille militaire à Marcel Dambrine, le 8 juin, ne lui remonte guère le moral. L’adjudant Dambrine est un chansonnier, engagé volontaire, célèbre au régiment pour avoir composé la chanson du 360e Les vieux poilus. L’encadrement encourage la diffusion de ce chant entraînant et viril, qui popularise le « patriotisme du numéro» (R. Cadot). Déjà avant l’attaque, A. Agard note (7 mai) qu’ «à 6h30 Dambrine vient nous chanter la chanson du 360e ». Blessé fin mai, le chansonnier est décoré le 8 juin sur sa civière en présence du régiment (dossier photographique Gallica « chanson du 360 »). La description qu’en restitue notre auteur est intéressante (p.24) : « Véritable parade de comédie, étant donné surtout le tempérament du décoré. Les photographes ne manquent pas ; aussi, cette cérémonie ajoute encore à mon découragement. Les motifs invoqués disent que blessé, il a continué à chanter. Il a bien chanté, mais c’était par l’autre bouche et dans ses pantalons. » En juillet, l’auteur réussit à trouver une place de cuisinier (p. 28) et s’il estime que la tâche sera plus dure au cantonnement, celle-ci sera beaucoup moins périlleuse pour les tranchées.
A. Agard évoque précisément les fraternisations de décembre 1915 (bien décrites par le caporal Barthas), ici dans le secteur de Mont-Saint-Eloi. Ces trêves sont d’abord provoquées par la pluie continue qui transforme les tranchées en véritables mares (p. 38) : « Vu l’état des tranchées, Boches et Français fraternisent. Ils montent sur le parapet et échangent leurs impressions. Les uns comme les autres ont assez de la guerre et déclarent ne plus vouloir tirer sur des fantassins. (…) au rapport on a condamné ces gestes de fraternité (…) les relèves se font en plein jour et à découvert sans que des coups de feu ne soient tirés. Si ces faits sont seulement une conséquence de l’obstruction des boyaux, je souhaite qu’ils restent pleins de boue jusqu’à la fin de la guerre, mais je crois qu’il y a aussi de part et d’autre une lassitude générale. »
En février 1916, l’auteur perd sa place de cuisinier et est nommé caporal, contre son gré (p. 41) : « tout embuscage m’est donc interdit maintenant.» Il attribue cette brimade au lieutenant Jasson, qui commande la compagnie, lui reprochant de s’acharner après lui «Je vois là-dessous une conséquence de ses idées politiques car je ne suis pas le seul visé comme instituteur. » Le journal se clôt enfin par l’épisode de Verdun ; ils passent d’abord quelques jours en ville où ils attendent anxieusement l’ordre de monter en première ligne. C’est le 25 mars 1916 qu’ils se mettent en route, mais le rassemblement des hommes lui suggère une description bien amère (p. 45) : « Nos officiers sont brillants, commandant en tête. Ils sont ivres à tomber, surtout Jasson. C’est un spectacle écoeurant. » Ils tiennent ensuite une position en face du Fort de Douaumont, il en estime la distance à 150 mètres environ, et le 30 mars il est touché: « Vers 11 heures, je reçois un éclat qui traverse mon genou gauche. Abandonnant tout, je cours vers le poste de secours. » (p. 46). Il raconte ensuite sa difficile évacuation, les voitures médicales ayant été démolies par les obus. Lui et des blessés doivent attendre 24 heures de plus, et malgré leurs protestations le deuxième soir la situation se reproduit « nous sommes là de nombreux blessés qui souffrons de ce service. Nous avons beau protester, rien n’y fait.» Pour lui, il y aura 48 heures de délai entre sa blessure, de moyenne gravité, et son arrivée dans une caserne-hôpital à Verdun. C’est avec cette arrivée sur le lit 17, salle 8, que se termine cet intéressant document.

Vincent Suard juin 2019

Share

Pommard, André (1888-1916)

1. Le témoin
André Pommard est né à Vanves en 1888. Exerçant la profession de typographe, il est exempté à la mobilisation pour « faiblesse générale ». Rappelé en février 1915 et versé au groupe cycliste de la 1ère Division de cavalerie, il est engagé en Artois à l’automne. Muté au 10ème Bataillon de chasseurs à pied en décembre 1915, A. Pommard est tué le 31 mars 1916 à Verdun dans le secteur du Fort de Vaux.
2. Le témoignage
Le texte, non publié, représente 138 pages manuscrites de petit format, et nous est parvenu – merci à Patrice Foissac, président de la Société des études du Lot – sous la forme d’une reproduction photocopiée. La fin du manuscrit se termine par : «ce sont les dernières lignes du carnet de route de notre père (…) » d’après une copie de René Pommard, le 4 décembre 1970. Une mention supplémentaire postérieure ajoute : « d’après une copie de René Pommard, à sa fille Michèle, copie intégrale du carnet de route de son grand-père André Pommard », signé Myrtille Remond, le 8 octobre 1997.
3. Analyse
Le journal de front d’André Pommard contient de nombreuses mentions, journalières et concises, et ressemble en cela à un carnet de guerre assez classique. Toutefois, les annotations prennent souvent un tour plus intime et donnent des éléments du vécu de la campagne par ce cycliste, rapidement devenu chasseur. Un exemple en novembre 1915 (p. 22) : « Et si je ne revenais pas ? A cette pensée, je souffre à l’idée de la douleur de ma chère petite femme. Allons, je ne dois pas me laisser amollir, j’ai au contraire besoin de tout mon courage, c’est le plus sûr garant de ma conservation. » Il évoque les tranchées d’Artois gorgées d’eau de l’hiver 1915, et avec les peaux de mouton touchées en novembre, il compare sa section à un village de sauvages du jardin d’acclimatation. Dans le secteur d’Aix-Noulette, vers la période de Noël 1915, le travail d’entretien des tranchées est très pénible, et aussi très déprimant, de par le spectacle offert par les boyaux inondés (p. 55) : « (…) la boue profonde de quelques mètres qui forme mare en certains endroits du boyau et que nous contournons pour ne pas être enlisés, des morceaux de capotes auxquelles tient un os, une main verdâtre dépassent de cette fange. Plus loin, dans la paroi un pied et une main dépassent d’un demi-mètre dans le boyau. Un cadavre de noir repose sous une claie posée sur le sol, la boue lui sert de linceul et seule l’odeur qu’il dégage décèle sa présence. Quelle horreur ! » Le cafard frappe souvent, et A. Pommard évoque sa femme et ses enfants pour se remonter le moral ; la lassitude générale, déjà forte à cette période, fait penser à celle de 1917, ainsi en novembre 1915 (p. 38) : « Aujourd’hui ferme ma vingt-septième année, je n’en suis pas plus fier pour cela. Je donnerais bien 10 ans de mon existence pour la fin de la guerre dont je ne prévois pas la fin, malgré que dans mes lettres j’assure le bon espoir que j’ai de la paix. » ou en janvier 1916 (p. 78): « Quand donc cela va finir, j’en ai par-dessus la tête, mais alors par-dessus !».
L’auteur évoque une messe célébrée par l’aumônier du bataillon, signalant que « bien entendu » la présence y est facultative. Il décrit aussi longuement une installation de douches, et produit une vivante – et rare – description du passage des soldats sous le mince filet (janvier 1916, p. 76) : « A 13 heures, douches, ah ! ces douches militaires ! Un appareil pour chauffer l’eau, quatre baguettes au- dessus desquels est monté un tuyau horizontal, le tout installé dans une grange dont les murs percés sont dissimulés par des toiles de tente. Comme il fait très sombre, une bougie révèle de sa lueur incertaine les anatomies crasseuses et couvertes de boutons, œuvre de poux voraces et indestructibles. Quatre poilus s’installent dans les quatre baquets vacillants et quatre maigres jets essaient en quatre minutes (temps accordé) de décrasser quatre corps auxquels un bain prolongé serait absolument nécessaire pour mener à bien l’œuvre de propreté que nos hygiénistes militaires se proposent. Evidemment c’est mieux que rien, mais ce n’est pas ça ! ». En février 1916, son unité est transférée dans la Somme, et alterne repos (qui pour les hommes n’en est pas un, souligne-t-il), et exercices. Il évoque les plaintes de sa femme sur sa paresse à envoyer des nouvelles, alors qu’il dit écrire tous les deux jours, sans rien mettre dans ses lettres qui puisse justifier les rigueurs de la censure : il pense qu’il s’agit tout de même de saisies (février 1916, p. 98) : « Quelle triste institution que cette censure ! »
Le 10ème BCP est alerté et rapidement transporté à Verdun à la fin février 1916, mais n’est pas engagé immédiatement et l’auteur cantonne d’abord sur une péniche sur la Meuse (6 mars). Il vit un premier engagement violent, fortement marmité, dans le Bois des Corbeaux vers la « redoute» de Vaux, du 11 au 17 mars. Alors qu’il est en deuxième ligne, sa section est prise dans un violent bombardement (12 mars 1916, p. 125) : « Un obus abat 6 camarades affreusement mutilés, il n’en reste que quatre, les autres sont en bouillie, des morceaux de chair pendent à toutes les branches, une cuisse tombe près de ma tente. Aucun n’a souffert, heureusement. Je fais partie de la corvée pour enterrer mes infortunés camarades. » Lors de la redescente vers l’arrière après ce premier contact avec le front de Verdun, il souligne que la joie n’est « pas mince » de se retrouver indemne après tant de dangers. Il a aussi une pensée pour ceux qui ont pris leur relève (17 mars 1916, p. 132) : «Il fait un temps superbe et j’ai le cœur serré pour les malheureux qui nous ont remplacés et qui tombent alors que la vie apparaît si belle dans le soleil printanier. »
Après la description d’un repos réparateur, apparaît une dernière mention à la page 135 : «Jeudi 30 mars. Départ à 7h45 pour aller au parc à fourrage à Bévaux. Après la soupe nous devons monter en ligne. » puis en rajout : «Ce sont les dernières lignes du carnet de route de notre père. Tué le lendemain à 17 heures dans les tranchées ouest du fort de Vaux. »
Vincent Suard, mars 2019

Share