Paul Tourigny (1898- après 1976)

Le carnet de grand-père à travers les deux guerres pour l’Europe.

1. Le témoin

Paul Tourigny (1898 – après 1976) est né à Missy-sur Aisne (Aisne), dans une famille pauvre de 9 enfants. Le jeune homme passe l’automne 1914 dans les caves de Missy quotidiennement bombardé car très proche du front. Au début 1915, toute sa famille se réfugie dans le Loir-et-Cher, puis il s’engage à dix-sept ans et demi en devançant sa classe. Il monte en ligne avec le 42e BCP et est blessé en octobre 1917. Amputé d’un bras, il travaille après la guerre aux usines Renault, puis il obtient, au début des années trente, un emploi réservé dans l’administration.

2. Le témoignage

« Le carnet de grand-père à travers deux guerres pour l’Europe » a paru aux éditions « La Pensée universelle » en 1976 (185 pages). En page de garde, P. Tourigny, mutilé de guerre, présente ses différentes médailles (il y en a neuf), et la liste se termine par « aucun diplôme universitaire ni certificat d’études ». L’auteur dit avoir, pendant le conflit, et « chaque jour autant que possible », consigné les faits qui l’avaient marqué sur un petit carnet. Ces notes l’ont aidé à rédiger son témoignage, soixante ans après les faits.

3. Analyse

L’auteur explique s’être décidé à rédiger ses mémoires de guerre en raison de demandes fréquentes d’enfants, qui l’interrogeaient sur son bras manquant. Le récit évoque d’abord son enfance pauvre, son placement dans des fermes, puis son apprentissage comme menuisier ; au moment où sonne le tocsin d’août 1914, il a seize ans et demi et travaille au château de Soupir. Les Allemands en repli se fixent en septembre sur les coteaux nord de l’Aisne, à faible distance de Missy, et le récit précis de Paul Tourigny décrit alors quatre mois de sa vie dans les caves, dans un village tenu par les Anglais puis les Marocains, de septembre 1914 à janvier 1915. Le récit est ici une chronique journalière des faits militaires, des dommages causés aux maisons – identifiées avec le nom des propriétaires – et des mentions de civils tués ou blessés.  En décembre, l’auteur raconte une trêve de Noël, telle que pouvait la percevoir indirectement un civil. Il va ainsi porter du lait à des habitants isolés à la nuit tombée, et (p. 53) « quelle ne fut pas ma surprise sur le chemin du retour d’entendre parler à haute voix dans les tranchées du bois de la Guide. Effectivement, c’étaient les deux camps qui parlementaient.» Il mentionne qu’il n’arrivait pas à comprendre ce qui se disait, mais qu’on lui a raconté ensuite que « la trêve avait été décidée pour le réveillon ». Il évoque un rendez-vous pour manger la soupe ensemble, sur les parapets, puis des Allemands et des Marocains, à l’heure convenue, qui «en chœur se mirent à fêter le réveillon à leur façon, échangeant entre eux pain, biscuits, chocolat, vin, café, jambon, saucisses, cigarettes journaux et autres ». Même si le porc pose ici évidemment problème, c’est un récit « à distance », et s’il n’y a pas de raison de douter de la réalité de cette trêve, les modalités en ont peut-être été un peu différentes. En janvier 1915, le succès allemand à la bataille de Crouy voit ceux-ci descendre vers le sud et investir Missy. Réfugié dans le Loir-et-Cher, l’auteur travaille dans des fermes, et à la fin de 1915, l’idée de s’engager « mûrissait dans son esprit ». Contre l’avis de ses parents, il s’engage à 17 ans et demi, avec une autorisation parentale falsifiée, et il choisit les chasseurs.

Après le récit de sa formation au 2e BCP, l’auteur mentionne qu’il ne retourne pas auprès de ses parents lors de sa première permission, craignant leur désapprobation, surtout après la mort de son frère Charles (403e RI), tué en Champagne en novembre 1915. Il intercale ensuite dans son récit une longue digression sur la bataille de Verdun, à laquelle il n’a pas participé, mais la tentation était trop forte (p. 78 à 94) : « Je vais m’écarter quelque peu de l’objet de mon sujet que je reprendrai quelques pages plus loin, car je ne peux résister à l’envie de parler de cette gigantesque bataille de Verdun. » Montant au front avec le 42e BCP à la fin de 1917, son récit mentionne ensuite, par exemple, un avion allemand descendu, et dont l’équipage a sauté en parachute (Oise, décembre 1916, un peu tôt pour l’usage du parachute?), ou les larmes d’un camarade qui « pleure comme un gosse », impressionné par une relève sous le tir d’une batterie de 75 (p. 102) « ne m’en voulez pas trop mon adjudant, je suis un pauvre gars de la classe 17 arrivé en renfort cet après-midi », ou encore un gendarme qui gardait le café consigné de la gare d’Attichy : celui-ci est pris à partie par des permissionnaires (p. 108, début 1917)  « le gendarme qui s’interposait a été saisi et le malheureux a été jeté par-dessus le pont dans l’Aisne. Il n’a pu s’en réchapper. C’était un père de famille ». Rêvant « d’aventure et de voyage », l’auteur se porte aussi volontaire, en juillet 1917, pour l’Armée d’Orient : accepté, il est rééquipé à Grenoble, mais une circulaire qui intervient entre temps le fait exclure, car trop jeune. Réintégré au 42e BCP, il est d’août à octobre 1917 en Alsace dans le secteur d’Aspach – Michelbach, dans une zone qui s’anime souvent de coups de mains et de bombardements violents. Détaché dans une position avancée, il est touché au bras par un éclat (octobre 1917). Le récit de la blessure est un des plus intéressants du récit, car l’auteur revit avec précision, soixante ans après, chaque heure du jour de sa blessure, ainsi que celles qui suivent, à l’ambulance. Il raconte son amputation du bras droit, puis sa longue et douloureuse rééducation.

L’intérêt du récit repose aussi dans la description de la trajectoire d’après-guerre d’un mutilé très jeune; il se forme, grâce à l’œuvre « L’Atelier », comme vernisseur de carrosserie automobile, et réussit à se faire embaucher chez Renault. Il se marie avec une vernisseuse de la même usine, et après presque dix ans comme ouvrier-vernisseur, il se réoriente vers les professions « réservées », après concours, aux mutilés de guerre : « Vers 1929, sentant les difficultés dont j’allais être victime avec l’apparition du travail à la chaîne aux usines Renault, je me mis à étudier d’arrache-pied pour essayer d’obtenir un emploi préservé de 3e catégorie dans l’administration. » (p. 164).  Le titre du témoignage (Le carnet de grand-père à travers deux guerres pour l’Europe) est trompeur : si le récit du jeune soldat, puis du jeune mutilé, est un témoignage utile, le livre contient aussi beaucoup de digressions – « Je me sentirais quelque peu coupable si je ne parlais pas un peu de cette deuxième Guerre Mondiale » – appuyées essentiellement sur des récits ou des extraits de discours, émanant de périodiques d’anciens combattants, avec aussi des appels à la paix, à la coopération franco-allemande, ou au projet européen dans les années soixante-dix : ces exhortations, fort estimables, n’apportent rien au témoignage mais elles expliquent son titre.

Vincent Suard mars 2021

Share

Détrie, Paul (1872-1962)

Né à Oran dans une famille de tradition militaire, Paul Détrie intègre Saint Cyr et, comme officier de carrière, reçoit plusieurs affectations avant 1914 dans les colonies ou en métropole. Successivement capitaine, commandant d’un bataillon d’infanterie puis du 2e BCP, puis lieutenant-colonel du 94e R.I., il connaît tous les secteurs du front ou presque jusqu’en 1918 et témoigne dans sa correspondance partiellement publiée des grandes batailles comme des offensives limitées depuis le Nord de la France jusqu’à l’Alsace, de Verdun à la Somme en passant par l’Aisne. Documents de première main, ses lettres apparaissent comme un reflet de son expérience personnelle de militaire, d’officier et de combattant : « Cette correspondance constitue en quelque sorte, un véritable carnet de campagne, puisque je te confie très détaillées, mes impressions journalières et mille incidents de notre vie », écrit-il à son épouse en mars 1915.

Que retenir de ce volumineux fonds épistolaire ? Avant tout, il faut remarquer que nous avons accès ici au témoignage d’un cadre de l’infanterie, militaire de carrière qui termine la guerre comme officier supérieur. Il permet la comparaison avec d’autres récits, comme celui par exemple du lettré et civil Charles Delvert, officier de réserve devenu commandant pendant le conflit, ou avec les souvenirs d’Alphonse Thuillier, simple soldat de première classe du 94e R.I., qui perçoit une guerre davantage « au ras du sol », au cœur de la troupe.

Sur le fond, et en comparant son carnet et sa correspondance du début de la guerre, on peut remarquer que Détrie use beaucoup d’autocensure dans les lettres destinées à sa femme en particulier dans les premières semaines de la guerre, insistant sur l’excellente tenue du moral et l’attitude des hommes. Blessé par éclat d’obus à la fin du mois de septembre 1914, il reprend les tranchées en février 1915 comme chef de bataillon, mais ses textes restent emprunts d’une grande humanité, vis-à-vis de « ses hommes » comme des Allemands, qu’il appellera « Boches » plus tardivement dans la guerre. La guerre, pourvoyeuse de morts et de misères, ne doit pas être abordée avec haine selon l’épistolier. Elle fait partie de la condition humaine, elle est une épreuve que l’homme doit surmonter. Paul Détrie apparaît ainsi comme un humaniste, organisant le monde en catégories bien tranchées. Il déploie un certain paternalisme vis-à-vis de « ses » soldats : « Les hommes ont beaucoup de mérite à faire si bonne figure », écrit-il par exemple le 26 février 1915. En parallèle de son activité, il mène une réflexion appuyée sur le commandement jugé par lui difficile dans la guerre de tranchée qui rend « l’action du chef à peu près nulle ».  Sur la justice militaire, se trouvant du côté de l’accusation, il souligne que « le devoir est dur à remplir », mais le Salut de la patrie est en question écrit-il (p. 68). Cette dernière lettre, très nuancée, doit être à lire pour ceux qui s’intéressent ou travaillent sur cette question. De la même manière, il s’oppose aux gradés de l’arrière qui ne connaissent pas le service des premières lignes, et ne distinguent pas assez ceux  qui meurt « sur le front » (p. 131, lettre du 5 novembre 1915). Son témoignage sur ce monde des cadres, tout sauf monolithique, mérite d’être lu et analysé.

A côté de ces observations, Paul Détrie évoque longuement des détails sur l’organisation du front et les unités successives qu’il commande, la place des gradés et la sociabilité des « Chefs » qui sont ses camarades. On lit également la transformation du discours en fonction de ses grades successifs. Témoin des grandes offensives de la guerre, il rallie Verdun en février 1916 où son unité est dépêchée en catastrophe. La bataille est dépeinte comme une « fournaise ». Il n’épargne alors aucune description à son épouse : les paysages dévastés, la souffrance endurée, et souligne son « admiration sans bornes pour nos petits soldats » (mars 1916). C’est enfin à travers son témoignage, le turn-over incessant des officiers sous ses ordres, en raison de mutations, de blessures et le plus souvent de décès. Il prend ainsi le commandement du 94e R.I. en septembre 1916 après 30 officiers manquants.

Enfin, Paul Détrie offre matière à étudier le couple en guerre. De ses lettres sourdent en effet le poids de l’absence, la douleur causée par l’éloignement. Il se rassure en sachant sa famille à l’abri, s’enquiert de l’éducation des enfants et s’emploie à faire parvenir aux siens sucre et farine au printemps 1918 quand les restrictions s’amplifient. Il développe des discussions poussées avec sa femme par le biais de cette abondante correspondance pensée comme un puissant lien amoureux (veuvage et «devoirs respectifs » par exemple dans une lettre du 28 juillet 1916 – p. 207). Il partage ses lectures et des réflexions même très militaires avec son épouse. La famille prend ainsi une place décisive à côté du devoir militaire, du service, et de la fierté pour Détrie de commander des unités efficaces (avance maximale en avril 1917 devant Berry-au-Bac). Ainsi se dessine pour l’historien, «l’esprit militaire » qui anime ce cadre supérieur de l’armée baigné de culture militaire, immergé dans la guerre. En date du 11 novembre 1918 et évoquant l’idée de victoire, il écrit : « Nous sommes trop plongés dans l’ambiance habituelle de ces quatre ans de guerre, pour pouvoir dégager complètement des impressions qu’elle comporte. » D’autant que pour le 94e R.I., la guerre se terminera plusieurs mois plus tard après la réoccupation de l’Alsace et le défilé de la Victoire sur les Champs Elysées le 14 juillet 1919.

Bibliographie :

DÉTRIE Paul (général), Lettres du front à sa femme (5 août 1914 – 26 février 1919), Grenoble, Point Com’ Editions, 1995, 583 p.

THUILLIER Alphonse, Un bleuet du 94e R.I., dactylographié relié, UNC Seine-Maritime, 1981, 195 p.

Lafon Alexandre, juin 2012

Share