Mencier, Paul (1892-1981)

Issu d’une famille de vignerons de la région de Toul, le père de Paul Mencier est devenu ouvrier mécanicien. Paul est né à Villey-le-Sec (Meurthe-et-Moselle) le 28 juin 1892. Il a été ouvrier agricole, puis boulanger, avant de travailler à la fonderie de Foug, place qu’il a reprise après la guerre et son mariage en 1919. Mobilisé au 60e RAC, il a pris des notes au jour le jour. Il a composé ses cahiers en 1921-1922. L’éditeur indique que « cette œuvre fut ultérieurement reprise par l’Auteur puis en 1991, présentée sous forme d’un livre manuscrit tiré à peu d’exemplaires par Bernard Mencier ». L’auteur lui-même, dans une sorte de conclusion, invite à comparer son texte aux articles parus dans le journal L’Ancien Combattant « vers 1968 et même 1972 ». Suivent quatre textes particuliers, écrits tardivement, sur « La bataille de Verdun » (à la gloire du Chef, Pétain) ; sur « La vie d’un canonnier-conducteur pendant la guerre de 1914-1918 » (où il montre le rôle ingrat mais décisif de ce type de combattant, où il note qu’en récompense de sa présence dans tous les combats il n’eut « même pas une croix de guerre, pourtant bien méritée » ; sur ses « Péripéties médicales » (encore une injustice) ; sur « Guerre 1939-1945, Mon action dans la Résistance-Foug » (« peu de chose, dira-t-on, mais des risques assez gros »). Les différents moments d’écriture peuvent expliquer qu’on trouve dans ce témoignage des éléments utiles à la connaissance de la guerre de 14-18, et d’autres qui posent quelques problèmes. Il faut tenir compte aussi de la personnalité de l’auteur, avide de reconnaissance, et à propos de qui Bernard Mencier écrivait dans sa présentation de 1991 : « Rendu à sa famille, il n’y a pas eu un instant, un repas, un voyage où la guerre ne revienne à la surface. »
L’artillerie et ses chevaux
Le témoignage de Paul Mencier est précieux lorsqu’il décrit les malheurs des chevaux et les problèmes des pièces d’artillerie. Le conducteur doit ravitailler les 75 en obus ; les caissons s’embourbent ; la boue transforme les roues en roues pleines (décembre 1916). Le risque d’explosion étant connu, on peut limiter les dégâts en établissant autour du canon un mur en sacs à terre (3 mai 1917), mais seulement quand la cadence de tir est lente. Lors de la contre-offensive de juillet 1918, « des servants ont été retourner des pièces boches de 77 et s’en servent sur l’ennemi ». Au début, le bruit du canon ne trouble pas les chevaux qui y ont été habitués au cours des exercices du temps de paix (15 août 1914), mais par la suite ils supportent mal la mort de leurs congénères. Malgré l’interdiction, les artilleurs découpent des tranches de viande sur les chevaux qui viennent d’être tués (6 octobre 1914). Paul Mencier admire les petits chevaux des spahis (27 septembre 1914) et il plaint ceux du 5e Hussard qui se prennent dans les barbelés lors de l’attaque du 25 septembre 1915. En décembre, « nos pauvres chevaux sont dans un état pitoyable, ils ressemblent à des squelettes, dans la boue jusqu’au ventre et le dos recouvert de neige. Nous n’osons plus les soigner tellement les os leur font mal. » Sous le feu, le 26 février 1916, à Verdun, « nos pauvres bêtes tremblent sur leurs jambes et, dès que nous les approchons, elles sont toutes heureuses de se frotter la tête contre nous. Elles semblent nous dire que le moment a été dur. » À de nombreuses autres reprises, le conducteur s’apitoie sur le sort de ses bêtes.
D’autres renseignements paraissent valables : le besoin de dormir, plusieurs fois souligné ; le traitement de la gale, décrit en mars 1918 ; le gaspillage des obus, mais les coups au but font des ravages ; la manœuvre des petits tanks Renault le 18 juillet 1918. Une information rare : le savon que lui passe le capitaine parce qu’il n’écrit pas régulièrement à son père (30 septembre 1914). Lorsqu’il déplore le mauvais accueil des civils de sa région, punis par des représailles sur leurs biens, on peut croire le combattant lorrain parce qu’il est très fier d’appartenir au 20e corps d’armée (de l’Est) et qu’il méprise les soldats du Midi.
Des reconstructions tardives
En date du 20 août 1914, Mencier s’en prend au « fameux 15e corps du midi » qui a flanché alors que « la partie était sur le point d’être gagnée ». Cette expression ainsi que le mot « fameux » laissent entendre que Mencier rapporte ici la légende créée à partir de l’article du Matin du 24 août et ne sait pas ce que fut vraiment la bataille de Morhange. Puis, le 17 juin 1915, c’est « le vaillant 17e corps du midi, toujours, qui n’a pas voulu sortir de ses tranchées, si bien que nos fantassins se trouvent pris de face et de flanc » et sont dans l’obligation de se replier, « la rage au cœur ». Aussi, des bagarres éclatent en juillet entre le 17e et le 20e. Ce dernier est le meilleur de France, toujours victorieux, même en infériorité du nombre et de l’armement (12 septembre 1914). Résister dans les conditions de Verdun était « un véritable tour de force que seul le 20e corps était capable de faire » (27 février 1916). D’une façon plus générale, et sans souci de la vraisemblance, Mencier affirme à plusieurs reprises que les attaques françaises réussissent tandis que celles des Allemands échouent, que les tirs allemands sont mal ajustés, leurs obus peu dangereux (ceci en contradiction avec la description de massacres sur coups au but), qu’ils se laissent tromper par de fausses batteries. Le moral des Français (à l’exception des soldats du midi) reste toujours bon y compris en novembre 1916. L’héroïsme de Paul Mencier lui-même est quasi quotidien. Reconnu malade, il veut toujours revenir au combat. On le voit en particulier lors de l’offensive Nivelle lorsqu’il a les pieds gelés et qu’il refuse l’évacuation : « Ce que j’endure est incroyable et il faut une rude volonté pour ne pas faiblir. » D’après l’auteur, cette offensive ne pouvait pas réussir parce que les préparatifs s’étaient déroulés sous les yeux des Allemands. Le courage des soldats avait permis, une progression de plusieurs kilomètres, mais les carrières où s’étaient réfugiés les Allemands étaient imprenables, sauf par le 20e corps si on l’avait engagé (16 avril 1917). Mencier critique la mauvaise organisation du service de santé, mais le moral reste excellent, sauf dans le régiment d’artillerie qui relève le sien le 8 juin : « À la suite de la révolution russe, une certaine propagande s’était faite parmi les troupes, surtout celles au repos. Ce régiment en sort et cette propagande a déteint sur lui. Aussi, arrivés près de nos avant-trains, les hommes sont indécis à monter leurs pièces en position. Il paraît que pour eux le secteur est trop dangereux ! » On ne découvrira pas un mot de plus sur les « mutineries ». Si Paul Mencier peut alors partir trois fois en permission entre le 17 juin et la fin de l’année, il ne se demande pas pourquoi et, dans les trains de permissionnaires, il ne signale aucun mouvement contestataire, ce qui est étonnant.
Le jour de l’armistice, la plupart des combattants ont exprimé une joie seulement nuancée par le souvenir des camarades disparus. Paul Mencier, lui, s’il exprime sa satisfaction d’avoir sauvé sa peau, insiste sur sa rancœur : il fallait poursuivre les Boches jusque chez eux pour leur apprendre à vivre. Si, après tant d’héroïsme, il n’a pas obtenu la Croix de guerre, c’est, dit-il, à cause de la haine d’un adjudant peureux et vindicatif qui aurait deux fois fait rayer son nom sur la liste des proposés. C’est bien curieux, mais que pouvons-nous répondre aujourd’hui ? Par contre, lorsqu’il annonce, à la mi-février 1916, que l’on craignait « une attaque avec tanks », il est pris en flagrant délit. Des tanks allemands à cette date ? C’est un des éléments qui oblige à regarder ce témoignage avec méfiance.
Rémy Cazals
*Paul Mencier, Les cahiers de Paul Mencier, 1914-1919, La Grande Guerre au jour le jour, Villebois, édition La Plume du Temps, 2008, 306 p.

Share

Garnung, Raymond (1897-1975)

1. Le témoin

Né en 1897, Raymond Garnung est originaire de Mios en Gironde. Son père est directeur d’une scierie. On le dit passionné de littérature et brillant élève. A 18 ans, il est détenteur du baccalauréat ; c’est alors qu’il décide de s’engager, nous sommes le 15 juillet 1915. Deux ans plus tard, il quitte le front suite à une blessure. Il est démobilisé en 1919, promu lieutenant et décoré de la légion d’honneur. Je vous écris depuis les tranchées reste à ce jour son seul ouvrage publié. Il meurt d’une hydrocution dans la Volga au cours d’une croisière en 1975 (information fournie par le petit-fils de Raymond Garnung, que nous remercions).

2. Le témoignage

Raymond GARNUNG, Je vous écris depuis les tranchées, Lettres d’un engagé volontaire (1915-1918), l’Harmattan, collection Mémoires du XXème siècle, 187 p., 2003.

Ce témoignage se présente sous la forme d’un recueil de 373 lettres, illustré d’une soixantaine de photographies prises par l’auteur. Il a été publié par la descendance de l’auteur et plus précisément conçu et réalisé par Jean-Claude Garnung. Ce dernier laisse quelques commentaires sur le déroulement général de la guerre et apporte certaines précisions sur le parcours de Raymond Garnung.

Du 24 juillet 1915 au 11 novembre 1918, le sous-lieutenant Garnung fait partager sa vie de soldat à sa famille, principalement à sa sœur, Yvonne, adolescente de 15 ans. Il a manifestement dès le début une volonté testimoniale voire ethnographique : « Sitôt arrivé, je vous donnerai des détails sur la vie de camp, sur les puces et punaises qui peuvent loger dans nos gourbis, sur la qualité de la soupe etc. ».

Engagé volontaire le 15 juillet 1915, il intègre le 37ème R.A.C. à Bourges mais sert rapidement au 60ème d’artillerie à Arvord du 26 juillet 1915 au 8 février 1916, à Fontainebleau du 8 février au 20 mai, à La Valbonne au moins du 2 au 6 juin. Nommé aspirant le 12 juin, il monte enfin au front après de longs mois d’une vie de caserne et d’instruction monotone ;  il transite alors par Thiviers et Paris, et arrive à Fismes, en Champagne, le 29 juin. Il est ensuite envoyé en Picardie où il sert à Salouel, du 7 au 19 août, Hardecourt-Moulin de Fargny du 21 au 23 août, Maurepas du 25 août au 26 septembre, Combles du 29 septembre au 18 octobre, Valmy du 22 octobre 1916 au 27 février 1917 et enfin Craonne du 24 mars au 13 avril. Ce 13 avril 1917, il est gravement blessé aux jambes par des éclats d’obus. Il quitte ainsi définitivement le front pour une longue convalescence. Il est soigné à Montigny-sur-Aisne du 15 au 20 avril, puis à Rambervillers du 21 au 28 avril et enfin à Lyon du 28 avril au 20 août. Sa période de convalescence terminée, on lui remet le commandement de 1 200 hommes au camp de Souges en Gironde, du 6 novembre 1917 au 11 février 1918. Il passe ensuite par Thiviers, du 18 février au 29 mars et Mailly du 1er au 15 avril avant d’être chargé, à partir du 18 avril de l’accueil de bateaux rapatriant des prisonniers français à Cherbourg. C’est à ce poste qu’il met fin à sa correspondance, le 11 novembre 1918.

3. Résumé et analyse

Dénuées de la qualité descriptive et littéraire de témoins plus illustres de la Grande Guerre, les lettres de Raymond Garnung sont courtes, sommaires et très personnelles. Destinées pour beaucoup à une adolescente, sa sœur âgée de 15 ans, leur contenu est déformé par le miroir édulcorant et anecdotique d’une guerre rassurante, presque fraîche et joyeuse dans laquelle l’épistolier se pose plus souvent en témoin qu’en acteur. Ces lettres sont le reflet de la correspondance habituelle, quasi-protocolaire entre le soldat et sa famille.

C’est donc dans le parcours de leur auteur qu’il faut y rechercher l’intérêt du témoignage. En effet, Raymond Garnung, bien qu’il s’engage à l’été 1915 (mais dans l’artillerie), ne monte au front pour une unité active que près d’un an plus tard. Il vit avant cette date une longue période de caserne et d’instruction d’artilleries dont il nous brosse un tableau d’intérêt, montrant à l’historien la vie quotidienne méconnue car délaissée de la littérature de guerre de la vie militaire du temps de paix en temps de guerre. Mesquineries et monotonie de la caserne alternent avec une liberté et un confort singuliers alors que les conditions de vie au front sont dramatiques. Il nous fait part pendant cette période de quelques événements remarquables tels que deux accidents, un à l’infirmerie dû à un obus illégalement détenu par un soldat et par mégarde mis à feu, un autre au champ de tir provoquant la mort de deux personnes (page 51). Il évoque aussi le tournage d’une scène d’artillerie au polygone censée reproduire la bataille du fort de Douaumont de février 1916 et destinée à être diffusée dans les cinémas français (sous le nom de « La Flambée ») (page 61).

Avant qu’il ne soit envoyé au front, il est intéressant de remarquer qu’il met en place avec sa famille un système de code pour se préserver de la censure (page 67).

On l’envoie en Champagne. Il parle de sa guerre, de sa chasse au boche et des petits tracas de la vie du front. Il fait, page 12, notamment la description d’un lit de fortune dans une « cagna » . Page 76, on apprend l’existence de « géophones » : « des appareils placés dans les tranchées et qui permettent d’entendre toutes les conversations des boches en première ligne ». Il insiste aussi sur l’utilité de sa montre car « tout se fait en se basant sur l’heure officielle » page 88. Enfin, il évoque le rôle des mulets dans le ravitaillement (page 92). Là-dessus, il rapporte quelques anecdotes telle la possibilité d’allumer sa pipe grâce aux obus ou encore un mauvais accueil des habitants du village de Saint-U… (en fait Saint-Utin) dans la Marne qui « préféraient avoir les boches » (page 114). Plus que de simples descriptions, il nous fait également part de ses ressentis. Page 78, on trouve une vue critique de la cérémonie de la « revue », une « comédie », écrit-il. Plus loin, il décrit la boue comme « [faisant] honneur à ceux qui la portent » en comparaison à ceux qui n’ont pas le courage de combattre ; il insiste sur son statut d’engagé volontaire (page 86). Il imagine également ce que deviendra le soldat redevenu civil après-guerre. D’après lui, il se sera endurci et profitera de son nouveau statut pour prétendre à des postes avantageux au sein de la société (page 112). Enfin, il observe que les soldats perdent la notion de saison au front du fait des forêts détruites et de la disparition du feuillage (page 98). Il se pose de plus en observateur de ses camarades de tranchées. Il se permet ainsi un commentaire sur les hommes du Nord « pas si froids qu’on veut bien le dire […] très gentils dans l’intimité », ou sur les Anglais (page 88) : il les dit toujours sereins, même devant la mort. A propos des rapports des soldats entre eux, il prétend qu’un esprit de famille règne du simple poilu jusqu’au colonel et que les fantassins admirent leurs camarades artilleurs (page 118). Quant à l’exercice de son poste d’officier, il relate le cas exceptionnel d’une ordonnance pour deux officiers en décembre 1916 dû à un manque d’hommes.

Le 14 avril 1917 « près de Craonne », il annonce être « légèrement blessé […] de petits éclats d’obus à la cuisse droite ». Pourtant il ne reviendra jamais au front, nouvel exemple de la distorsion de la souffrance du soldat devant sa famille. Dès lors, il nous raconte sa vie de grand blessé entre soins et rétablissement. Il assiste à un traitement par drain (page 139), se plaint de la nourriture qu’il dit pire qu’au front et nous apprend être soigné d’après les recommandations du célèbre docteur Carrel à l’origine de la solution « Dakin » (page 139). Guéri, il est affecté à un « emploi sédentaire » au camp de Souges avant celui de Mailly puis à Cherbourg où la guerre se termine sans lui au front. Pendant cette période, il a en charge plusieurs unités dont la classe 18 et une autre formée d’Annamites qu’il décrit toutes deux comme étant « fort mal dressée[s] ». Il est également témoins lorsqu’il se trouve à Cherbourg du rapatriement de prisonniers français en très mauvais état de santé.

L’ouvrage produit donc une sorte de triptyque de visages de guerre différents, montrant tout à tour sur des périodes sensiblement égales la caserne, le front et l’hôpital suivi de la convalescence dans un emploi réservé.

Opportunément présentées, ces lettres de guerres forment un ouvrage dense et d’intérêt. Les lieux ont été restitués quand cela fut possible même si plusieurs hypothèses eurent pu être confirmées par une recherche idoine. Ainsi, de nombreux renseignements peuvent être puisés de ces portraits singuliers d’une courte guerre d’un artilleur. L’ouvrage est très largement iconographié des photos de guerre du héros.

Yann Prouillet – Marie Bouchereau. Septembre 2010.

Share