Michelin, Pierre (1876-1952)

1. Le témoin

Né le 19 novembre 1876 à Commenailles (Jura) d’un père exploitant forestier, Pierre Michelin est issu d’un milieu modeste. Son certificat d’études obtenu et après avoir parfait son éducation auprès d’un prêtre précepteur, il s’engage à 19 ans au 27ème régiment d’infanterie (Dijon) dans lequel il passe caporal puis sergent avant d’entrer à Saint-Maixent en 1899. Sorti 3ème/307 de sa promotion (Transvaal) il rejoint le 2ème régiment de tirailleurs algériens d’Oran. Son autodidactisme arabe lui servira dès la déclaration de guerre quand il chiffre en arabe le message de mobilisation (page 10). Il reste quatre ans en Afrique où il combat aux côtés de Lyautey. Il atteint le grade capitaine en 1912 et est fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1913. De retour en métropole, il sert dans les Alpes et c’est à ce grade que la guerre le trouve à la tête de la 7ème compagnie du 157ème R. I. de Gap-Barcelonnette. Nommé commandant à titre temporaire à l’issue des combats de la Chipotte dans les Vosges, il l‘est à titre définitif après la Somme en 1916 mais il quitte alors son régiment pour commander le 43ème B.C.P. (Langres). En 1918, il commande le 31ème B.C.P. (Sélestat) puis c’est à nouveau l’Afrique en 1923 où, au Maroc, il retrouve Lyautey et participe aux combats du Rif avec le 13ème R.T.A. Rentré en France en 1926, il commande le 46ème R. I. (Fontainebleau) puis quatre ans plus tard il revient à Saint-Maixent comme général (brigadier) commandant l’école. En 1935, promu divisionnaire, il commande la 23ème division d’infanterie à Limoges et en 1936, ayant reçu sa quatrième étoile, il est placé à la tête de la 5ème région militaire à Orléans. Admis  à la retraite en 1938, il est rappelé au service à la mobilisation de 1939 et prend le commandement de la 5ème région territoriale (Orléans). Il s’éteint à Limoges en 1952 à l’âge de 76 ans et repose au cimetière de Commenailles.

2. Le témoignage

Michelin, Pierre, (Cdt), 1914-1918, Présents ! Union Latine d’Edition, 1932, 204 pages, (réed. Lavauzelle, 1937, 178 pages).

Michelin, Pierre, (Cdt), Carnets de campagne. 1914-1918. Paris, Payot, 1935, 176 pages, collection mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale.

Bien qu’il l’ait annoncé en frontispice de cet ouvrage, témoignant a minima de son parcours dans la Grande Guerre (page 10), Michelin fournit un témoignage étique, aveugle de son propre rôle militaire et des actions menées malgré quelques fronts particulièrement difficiles tenus. En effet, ses unités sont tragiquement absentes, presque moins citées que ses propres permissions. Quand il se mue historiographe, il multiplie les lieux communs dans un journal discontinu, à la chronologie hachée, comportant de nombreux passages de silence, parfois de plusieurs mois dont certains sont certes dus à des évacuations pour blessures (du 31 décembre 1914 au 3 avril 1915 (page 43). De même pour l’année 1915, entre les dates du 7 octobre 1914 et 16 février 1916, qui est à deviner dans les quelques cinq pages reproduites. Ainsi, peu de personnes sont citées et l’auteur se borne à l’itinéraire dont l’adjonction de cartes vient encore appuyer l’absence de descriptions d’opérations.

Seul le récit, haletant des combats de la Chipotte et quelques rares belles lignes sur l’avance belge peuvent rehausser ce carnet manqué qui peut alimenter le sentiment de Norton Cru qui seul voit en le soldat, jusqu’au grade de capitaine, le vrai témoin combattant. Pour le reste, il est blessé – comment ? où ? – devant Verdun et l’autre seule blessure est une chute de cheval devant Reims.

Donc l’Historien n’apprend presque rien dans un ouvrage qui mélange souvenirs et notes issues d’un carnet de route, parfois délaissé pour des raisons stratégiques. En effet, il déclare (page 160) : « J’ouvre un carnet de fortune, l’interdiction étant formelle de garder sur soi tout document en période d’attaque ». L’auteur disserte sur le monde politique et militaire global en guerre, dialogue avec lui-même, fait de la littérature ou de la doctrine militaire dans un style parfois télégraphique (voir page 21 sur « l’ascendant moral ») qui polluent la relation attendue de son parcours de guerre.

2. Résumé et analyse

1900 : Alors qu’il est sous-lieutenant, le (futur) général Michelin ouvre un carnet d’impressions. A la veille de la « Grande revanche », il le rouvre « en limitant [s]es observations aux évènements officiels, au journal de [ses] déplacement, à quelques impressions ». Ainsi, du 2 août 1914 au 11 novembre 1918, on suit l’officier dans ses périples et ses impressions de guerre. Après une courte garde à la frontière, où il assiste à un exode bigarré et au minage des routes (p. 11), il arrive en Alsace le 18 août, décrivant le sentiment et les attitudes alsaciens (pages 18 et 20). Il y voit aussi des avions (Taube) allemands mitrailler des colonnes d’exode le 25 août 1914 ! (page 22). Il tient Aspach avant d’être débarqué à Saint-Dié à la veille de la bataille de la Meurthe. Il est en grand’garde dans la vallée de la Fave et se replie sur Raon-l’Etape où il va participer aux âpres combats de la Chipotte. Il y avoue ses premiers morts et blessés. La bataille gagnée, le reflux allemand l’amène dans la vallée de la Plaine, sur ce front qui va devenir le lieu emblématique de la guerre des mines : la Chapelotte. Le 157ème ne le verra pas, parti au début de la cristallisation dans la Meuse à l’est d’Apremont. Là, son carnet de guerre se fait lacunaire et l’on devine une année 1915 passée entièrement dans ce secteur. Il décrit toutefois une distorsion d’échelle du front dans la guerre de tranchée ou l’environnement immédiat apparaît plus grand qu’en réalité (page 68) et confirme l’axiome de Norton Cru : « C’est qu’en ligne, l’observation par le créneau, le regard furtif jeté au ras du parapet, ne laissent saisir à la fois qu’un détail« . Il évoque également les fraternisations, réprimées ou non. Ainsi, page 74, des Allemands « qui voulaient causer » sont abattus alors qu’ailleurs surviennent des accommodements dans les bombardements : « Par un accord tacite, des deux côtés de la barricade on ménage les gens et les demeures ». Il revient sur ce point page 104 à propose de trêves tacites et de coups de main.

On retrouve l’officier à Verdun le 17 février 1916. Il avait délaissé son carnet mais, à la veille de la grande bataille, nous fait à nouveau part de la fébrilité de l’activité de son bataillon de terrassiers. En juin, il vient au repos dans une vallée de Celles qu’il connaît déjà et, le 11, il est « nommé d’office au commandement du 43ème bataillon de chasseurs ». Il quitte alors son régiment et arrive en Alsace, dans sa nouvelle unité : « Excellente moyenne d’officiers ; troupe solide (…) hommes faits, calmes, appliqués et prêts ». C’est avec ces hommes qu’il arrive fin août 1916 sur la Somme. Très certainement victime de fortes pertes, le 43ème est au repos complet en Normandie et revient à Belfort pour la campagne d’hiver. En avril 1917, le bataillon participe à l’affaire du Chemin des Dames jusqu’en octobre. Il y évoque très sommairement les mutineries (pages 88 : « 11 juin – L’impatience, l’inquiétude des hommes ont fait éclat : quelques meneurs isolés, des malheureux détournés de leur devoir, ont manifesté. D’où des traductions assez nombreuses devant le Conseil de guerre ; quelques exécutions » et 92, sur l’assagissement des troupes). On sent à ce moment que la guerre dure : le 20 août 1917, il ne voit la solution qu’en 1919 (page 95), sentiment qui sera le même en octobre 1918 ! (page 164). Il avait déjà déclaré à ce sujet le 17 février 1916 : « La guerre accapare, sa longueur réédite indéfiniment les mêmes situations » (page 44).

Il revient à Verdun, où l’on continue de mourir après la mort de masse, puis dans le secteur de Lunéville où il prend contact avec les premiers officiers américains (qu’il décrit pages 115 et 116), tout de « curiosité cordiale ». Il décrit avec émotion les premières croix de guerre qui leur sont remises (page 117). Il reste une longue période en Lorraine puis, devant l’offensive allemande de 1918, est appelé en secteur devant Beauvais. Il commande quelques jours le 152ème R. I. en l’absence du colonel. C’est ensuite Nanteuil-sur-Marne ; la Fère-en-Tardenois et la poursuite, inexorable, en Belgique qu’il délivre en profondeur. Un moment de retour sur soi lui décrire l’attaque comme « un trouble particulier, comme une vague griserie qui appréhende et qu’il n’est pas possible de surmonter dans l’instant ». Il évoque les drames dans la libération et le minage (à retardement des tranchées page 166 et même des paillasses  ! page 168), mais aussi la cocasserie de femmes belges balayant la rue sous les obus ! (page 169). Il reste également lucide sur la propagande en croisant, le 29 septembre 1918, en Belgique, un convoi de prisonniers allemands qu’il décrit : « La masse est en très bonne forme physique ; les privations sur le front sont bien l’une de ces affirmations sujettes à caution ». L’Armistice le trouve à Audenarde, en Flandre orientale, sur les rives de l’Escaut. Il est déçu de n’avoir pas porté le fléau de la guerre en terre allemande et « garde pour l’envahisseur les sentiments que cinquante et un mois et onze jours de guerre ancraient au plus profond de [s]on être » (page 176).

Quelques renseignements utiles à des études spécifiques sur l’hygiénisme peuvent encore être collectés ; page 125, liste des mesures contre l’Ypérite, page 130, son bataillon immobilisé par les oreillons, page 140, la grippe espagnole est nommée grippe des Flandres (décrite aussi page 172). Ou encore sur le ravitaillement par avion : « On les ravitaille par avion ; et la pluie de boules de pain, de boîtes de conserve (…) qui éclatent au sol mais dont les débris sont bons, déclenchent une gaîté folle… » (page 162).

4. Autres informations

Lieux cités (date – page) :

1914 : Barcelonnette (25 juillet – 1er août – 10), Alpes, Gleizolles, Larche, Chatelard (2-17 août – 11-15), Alsace Morvillars, Dannemarie, Grosne, Walheim, Illfurt, Bréchaumont, Belfort (18-21 août – 16-20), Vosges, Saint-Dié, Remémont, Coinches, Saint-Benoît, Brû, la Chipotte, (22 août – 12 septembre – 21-32), Raon-l’Etape, vallée de Celles, Rambervillers (12-22 septembre – 33-34), Pagny, Raulecourt, Rupt-de-Mad (26 septembre – 7 octobre – 34-38), Bouconville, Hautes-Charrières, Géréchamp, Vargévaux, Xivray, Flirey, bois d’Ailly (7 octobre – 15 décembre – 39-43).

1915 : Apremont-Loupmont (3 avril – 43).

1916 : Liouville, Rambucourt, Commercy, Pont-sur-Meuse (17 février – 16 mars – 44-52), Behonne, Pretz (Argonne), Ippécourt, Dombasle-en-Argonne, bois de Fouchères, ferme de Verrières, bois de Malancourt, forêt de Hesse, ouvrage 12, réduit d’Avocourt (16 mars – 18 avril – 52-56), Vosges, Laveline, Neuné, Saint-Michel-sur-Meurthe, la Trouche, Pierre-Percée, la Chapelotte (27 avril – 13 juin – 56-58), Alsace, Belfort, Montreux, Dannemarie, bois du Schonholtz, Hangenbach (14 juin – 12 août – 59-62), Vosges, camp d’Arches (13-24 août – 62-63), la Somme, Maurepas, le Forest, Rancourt, la Ferme Rouge (30 août – 10 octobre – 63-70), Normandie, Belfort (11 octobre 1916 – 6 janvier 1917 – 70-76).

1917 : Alsace, Schonholtz, camp de Villersexel (7 janvier – 3 avril – 77-81), Chemin des Dames, Villers-Cotterets, Pierrefonds, Saint-Etienne, Silly-la-Poterie, Neuilly-Saint-Front, Grisolles, Fismes, Baslieu-les-Fismes (4 avril – 9 mai – 82-86), Hurtebise, Craonne, plateau de Vauclerc, Glennes, Maizy, Saint-Brice, Cavaliers de Courcy, (10 mai – 30 octobre – 86-100), Hautvilliers, Rémicourt, fort de Vaux, ravin du Loup, bois des Caurières, marais d’Hassoule, Bezonvaux, Maratz (31 octobre – 28 décembre – 101-110).

1918 : Saffais, forêt de Parroy, Croismare, Laneuveville, Vigneulles (près de Rosières-aux-Salines), Ferrières (29 décembre 1917 – 20 mai – 111-130), la Place (15 km nord de Beauvais), Cuy-Saint-Fiacre, Formerie, Aumale, Montmarquet, Neuilly-Saint-Front, Brény, Rocourt, Nanteuil-sur-Marne, la Bordette, Crotigny, Brumetz, Priez, la Grange-aux-Bois, bois des Préaux, ferme de la Folie, Villers-sur-Fère, Saint-Quentin, la Ferté-Milon, Bazoches, Pont-d’Arcy, Loupeigne, Beuvardes, Thiollet, ferme de la Cense, Citry-sur-Marne (21 mai – 21 septembre – 131-156), Belgique, Amiens, Calais, la Chaussée, Saint-Georges, Gravelines, Killem, Ostyleteren, Langemarck, Hooglède, Wildeman Cabaret, de Wincke, Ouckene, Pandeers, Katelberg, Kalberg, Beveren, Waereghem, Meerlaren, Winkeloek, Audenarde (22 septembre – 11 novembre – 156-176).

Sources biographiques complémentaires

Source http://commenailles.pagesperso-orange.fr/gen_michelin.htm

Yann Prouillet, 4 janvier 2011

Share

Ligonnès, Bernard de (1865-1936)

1.   Le témoin

Bernard de Ligonnès est né à Mende (Lozère) le 15 novembre 1865. Son père, Édouard, né à Aurillac en 1838, descend d’une famille noble du Vivarais venue s’établir en Gévaudan, les Dupont de Ligonnès. Famille de militaire ; un cousin évêque de Rodez. Édouard entre dans l’administration comme percepteur 2ème classe après une carrière militaire de laquelle il sort à l’âge de 25 ans. Il décède le 1er juin 1889 à Tergnier (Aisne).

Le 9 juin 1885, à 20 ans, Bernard de Ligonnès souscrit un engagement au 87e régiment d’infanterie. Commence alors une longue carrière militaire. Élève officier à Saint-Maixent le 23 avril 1890. 1er avril 1891 : sous-lieutenant au 78e R.I. Son jeune frère, Pierre, choisit également la carrière des armes et par la voie de Saint-Cyr, il devient officier de cavalerie (il décède prématurément suite à une mauvaise chute de cheval en 1906).

Alors qu’il est en garnison en Avignon, Bernard de Ligonnès, catholique et quelque peu réactionnaire, connaît quelques démêlés avec les francs-maçons locaux, en pleine affaire Dreyfus. Ce n’est que le 24 décembre 1904 qu’il est nommé capitaine au 75e R.I. stationné à Romans (Isère). Profondément traditionnel et conservateur, Bernard de Ligonnès éprouve de plus en plus de mal à supporter le « républicanisme » qui gagne le corps des officiers. Le 26 mai 1912, prétextant devoir s’occuper de ses deux propriétés, il demande un congé de trois ans sans solde. Il est libre le 17 juin.

Fin juillet 1914, il est rappelé ; il a 49 ans. Le 2 août, il rejoint le 275e R.I. en cours de formation à Romans. Du 9 au 19 août, entraînement des réservistes. À partir du 22 août, front de Lorraine. Le 20 décembre 1915, de Ligonnès passe au 157e où durant quatre mois, il parfait l’instruction d’un bataillon composé de jeunes gens de la classe 16 ; le 12 mai 1916, il rejoint le 227e R.I. dans lequel il devient chef de bataillon le 4 avril. Du 25 mai au 28 novembre, secteur des Vosges. Cette unité est transformée en unité alpine et part pour l’Orient ; combats autour de Monastir.

Après trois ans de guerre, le commandant est épuisé ; il a alors 52 ans, et, le 14 octobre 1917, général Sarrail le remet à la disposition du ministère de la guerre. Pour Bernard de Ligonnès la guerre est terminée ; il referme ses carnets sur la date du 13 août 1917.

Fin 1919, de Ligonnès devient conseiller municipal de Chanac (élu maire en 1925) et conseiller d’arrondissement. Le préfet le qualifie « d’homme fort distingué, mais réactionnaire militant » (cité par Y. Pourcher, p. 60.). Le 25 janvier 1936, meurt le commandant marquis de Ligonnès.

2. Le témoignage

Le témoignage a été mis au jour et présenté par Yves Pourcher  et publié sous le titre : Un commandant bleu horizon. Souvenirs de guerre de Bernard de Ligonnès, 1914-1917, Paris, Les Editions de Paris, 1998 ; il se compose de trois carnets pour trois années de guerre. Bernard de Ligonnès a composé ces carnets après la guerre à partir des notes prises durant la guerre. Comme l’indique Yves Pourcher, ces souvenirs sont le produit d’une réécriture, « l’écriture est mise en scène ». Ils sont découpés en trois parties : Mes souvenirs du 8 août 1914-février 1915 et de février 1915 au 1er janvier 1917 ; Campagne d’Orient du 1er janvier au 13 novembre 1917.

On peut noter la belle et riche présentation d’Yves Pourcher qui écrit : « Jour après jour, Bernard de Ligonnès reconstitue sa guerre. Dans son beau texte, il décrit les lieux et les événements, mais il ne dit rien sur les mutilations volontaires, rien sur les pieds gelés, sur l’horreur des blessures et sur la souffrance des hommes, comme il ne dira rien d’ailleurs, en 1917, sur les mutineries… » (p. 36)

Photographies de la collection personnelle du commandant.

3.   L’analyse

Ces cahiers qui sont des souvenirs reconstitués sont ceux d’un officier d’active et d’un chef ; ils ont la précision d’un rapport d’officier et permettent de suivre les pérégrinations de l’auteur ; rares sont les notations s’écartant de la relation de la mission et de son exécution ; peu d’état d’âme ; peu de descriptions, sauf peut-être, pendant la campagne d’Orient ; fort peu de commentaires ; assurément, ces cahiers témoignent d’un autre point de vue que les carnets d’un Barthas ou du texte d’un Barbusse ; dans ce document, on ne trouve ni déclamations patriotiques, ni dénonciations ; mais de la réserve, de la retenue ; un patriotisme, et une foi aussi qui s’expriment avec simplicité, non dans les mots mais dans la recension des actes et des engagements. Au total, ces cahiers ne nous renseignent pas seulement – un peu – sur la condition d’un officier en campagne. Ils témoignent de la mentalité singulière d’un officier d’active…

1er cahier : Lorraine

22 août 1914 : mise en défense d’une position de repli devant le château de Sandroviller (au loin Dombasle et Rosières-aux-Salines brûlent…).

26 août, bataille de la Mortagne. Attaque en direction du village de Xermaménil.

29 août, traversée de Nancy. Enthousiasme de la population civile (p. 74) ;

8 septembre, bataille du Grand Couronné.

26 septembre, attaque du village de Lahayville ;

Expression du sentiment religieux : 9 septembre 1914 : fait bénir l’ensemble de sa compagnie par un aumônier du 20e corps (p. 76) ; 24 décembre 1914, organisation d’une messe de Noël (p. 86)

Le chef à la manœuvre : en chef avisé, il organise un repli en bon ordre, en plein jour (29 septembre 1914, p. 80) ; 14 décembre, attaque en avant de Flirey. Echec. 18-22 décembre 1914, tranchées dans un charnier (p. 84). La vie dans les tranchées (p. 87-88)

Privilèges de l’officier : les serviteurs (sa « maison ») : le cuisinier, l’ordonnance, et Morette chargé de son cheval  (p. 88)

2e cahier : 1915-1916

Février 1915, de nouveau à Flirey ; description de l’église en ruine et saccagée (p. 91) : « la grande croix du cimetière dont le Christ, coupé en deux, à hauteur de la taille, par un obus, pend lamentablement, accroché encore à la croix par le seul bras qui lui reste… » (p. 91-92)

Relations avec l’ennemi : échanges de mots et de cigarettes, de vin, de tranchée à tranchée (p. 92 et p. 94)

« Un sergent parlant allemand cherche à persuader le Boche qu’il sera très bien chez nous, il ne peut le convaincre. Ce n’est pas l’envie qui lui en manque, mais c’est la peur d’être vu par un de ses supérieurs et la certitude qu’il a qu’il sera fusillé. On le leur dit » (p. 94)

Un prisonnier allemand qui demande grâce, expédié à l’arrière avec un camarade blessé à la jambe (p. 94)

Mars : Toujours le service de tranchée à Flirey en alternance avec le cantonnement à Noviant.

Avril 1915 : bataille de Flirey ; 29 avril-17 juillet 1915 : occupation de tranchées au nord de Seicheprey (bois de Remières) ; annonce aux Allemands, à l’aide d’une planche, de l’entrée en guerre de l’Italie (p. 96-97) ; 17 juillet-19 septembre : congé de repos et de convalescence.

Champagne : Octobre 1915 : secteur de Souain ; des territoriaux, les « pépères » nettoient le champ de bataille (p. 99) ; 10-14 octobre : 2ème bataille de Champagne ; « 400 mètres sud de la Ferme Navarin » ;

Messe dans les ruines de Souain, (p. 101)

30 octobre, relève ; départ pour Toul et Sanzey

Privilèges de l’officier :

24 novembre-4 décembre 1915 : sa femme peut le rejoindre dans un hôtel de Nancy (p. 102).

8 décembre 1915-10 avril 1916 : séjour de 4 mois à Maxey, entre Domrémy et Vaucouleurs (fait défiler son bataillon devant la statue et la maison de Jeanne d’Arc) au cours duquel il parfait l’instruction d’un bataillon du 157e R.I. ; sa femme peut le rejoindre durant cette période (p. 103).

Vosges : 25 mai-28 novembre 1916. Positions à la cote 607, près de Lesseux, rive gauche de la Fave (p. 104-108) ; Une femme de Wissembach, décorée de la Croix de guerre pour son attitude au début de la guerre (p. 107-108)

3e cahier : campagne d’Orient

1er janvier 1917-13 novembre 1917. Voyage en train : Modane, Turin, Gênes, Pise, Rome, jusqu’à Tarente ; et Salonique en bateau ; la croisière (p. 112-113) ; Salonique (p. 114-117): camp de Zeïtenlick (Cf. dans ce dictionnaire la notice de Constantin-Weyer)

24 janvier 1917 : départ pour Koritza (Albanie) ; traversée de la Macédoine, à pieds en compagnie de mulets ; quelques remarques sur la population locale et notamment sur les femmes musulmanes (p. 120) ; nombreuses ruines des guerres balkaniques.

14 février : attaque des hauteurs de Loumlas, du tékké (monastère) de Melkan occupé par les Autrichiens (p. 123); retrait autrichien ; 16 mars 1917 : attaque du « Petit Couronné », secteur de Leskovec, tenu par des forces austro-bulgares ; maintien sur la position conquise jusqu’au 25 mars ; nouvel engagement le 1er avril (p. 133) ; l’extrait suivant permet de se rendre compte de la nature de la description des combats menés : « Ce que je craignais s’est produit. Vers cinq heures, les turcs attaquent très vigoureusement ma compagnie déjà très éprouvée à l’attaque du Couronné. Je la fais renforcer par ma compagnie de réserve. Malgré cela, elle cède un peu de terrain et se replie. Je me porte de ce côté pour examiner la situation et je constate que les turcs occupent quelques éléments de mes tranchées. Après des dispositions prises, je fais contre-attaquer et vers quatorze heures, les Turcs étaient délogés et renvoyés chez eux ou restés sur le terrain ! Leurs pertes furent fortes et surtout dans leur repli… De mon côté, j’ai eu un officier tué, deux blessés et cinquante hommes hors de combat. Le butin laissé par les turcs sur le terrain était nombreux ».

Information par des déserteurs turcs : « C’est cette attaque à laquelle ils ne désiraient pas prendre part qu’ils donnent comme motif de leur désertion. Nous restons alertés pendant une semaine et prêts à recevoir cette attaque. Ces déserteurs se plaignent des mauvais traitements dont ils sont l’objet de la part des cadres boches qui les encadrent. Le moral ne paraît pas bon en face parmi les Turco-Austro-Bulgares et l’entente entre eux non plus… » (p. 134)

Hommages aux morts, avant d’être relevés par des Russes (2-3 août) : messe pour les morts des combats de mars-avril du bataillon ; scellement d’une plaque de cuivre commémorative ; érection d’une croix au cimetière du régiment (p. 135)

Comité de soldats chez les Russes : note 46 (p. 136) : « La relève devait, paraît-il se faire la veille, mais, sur l’avis du comité des soldats, qui existe dans les régiments russes depuis la Révolution, cette relève a été retardée d’un jour. »

Frédéric Rousseau, juillet 2008.

Share

Ligonnès, Bernard de (1865-1936)

1. Le témoin

Originaire de Lozère, Bernard de Ligonnès est né en 1865. A vingt ans, il embrasse la carrière militaire (comme son frère), et s’engage au 87e RI, où il est nommé caporal, puis sergent. En 1890, il entre comme élève officier à l’école de St Maixent. En 1904, il devient capitaine au 75e RI, basé à Romans. On vante son sérieux et son professionalisme. Ses supérieurs lui reprochent cependant de manquer d’ardeur et de passion militaire.

Ligonnès est un catholique réactionnaire peu porté sur la République. Avant-guerre, deux incidents témoignent d’une certaine intransigeance sur ses principes : en 1899, à Avignon, il indique publiquement qu’il ne veut plus que les livres de la bibliothèque des officiers soient achetés chez un libraire franc-maçon. Et en 1911, il se heurte à un officier qui reçoit Armée et démocratie. Mais il est désavoué par sa hiérarchie. En 1912, il demande alors un congé de trois ans sans solde, pour, officiellement, s’occuper de ses affaires, en fait parce qu’il ne veut plus servir une armée qui lui apparaît de plus en plus comme « républicaine et anticléricale ». La guerre le tire de sa retraite : il est rappelé en août 1914. Mobilisé à Romans, Ligonnès participe à ses premiers combats en Lorraine. En décembre 1915, le capitaine de Ligonnès passe au 157e RI. Il n’y reste que quelques mois, avant de rejoindre, en mai 1916, comme chef de bataillon, le 227e RI, qui va bientôt se transformer en unité alpine et partir se battre sur le front d’Orient.

Fin 1917, Bernard de Ligonnès, épuisé, est remis à disposition du ministère de la Guerre par le général Sarrail. La guerre, qui l’aura vu combattre en Lorraine, puis dans les Vosges et en Champagne, avant de terminer sa campagne en Orient, est finie pour lui. Après sa permission de convalescence, il est nommé adjoint du commandant du centre de réentraînement de Nolay, près de Beaune. En mai 1919, atteint par la limite d’âge, il est mis en congé illimité. Il a 54 ans, et partage désormais son temps entre son château de Ressouches et une carrière politique. Il est ainsi élu, sur une liste de la droite catholique, adjoint au maire de Chanac, puis conseiller d’arrondissement, avant de devenir maire de sa commune en 1925. Il particicpe également à la création et à l’animation de la Ligue des hommes catholiques dans le département de la Lozère.

Bernard de Ligonnès meurt en 1936, à l’âge de 70 ans.

 

2. Le témoignage

Publié en 1998 aux Editions de Paris, sous le titre : Un commandant bleu horizon. Souvenirs de guerre de Bernard de Ligonnès. 1914-1917, ce court témoignage (le livre ne contient que 143 pages) est précédé d’une longue présentation rédigée par l’historien et ethnologue Yves Pourcher. Il reprend les trois petits carnets rédigés semble-t-il juste après la guerre par Bernard de Ligonnès, conservés depuis dans une armoire du château familial. Les deux premiers sont intitulés « Mes souvenirs » et couvrent, pour le premier, la période 8 août 1914 – février 1915, pour le second, la période février 1915 – 1er janvier 1917. Avec pour titre « Campagne d’Orient », le troisième carnet couvre lui les mois de janvier à novembre 1917. Il n’y a pas de mention précise des raisons qui ont poussé Ligonnès à rédiger ses souvenirs. Le texte lui-même est une composition, réalisée à partir des notes qu’il a prises durant la guerre.

3. Analyse

Est-ce dû à sa formation? A sa position d’officier? À son caractère? Le témoignage de Bernard de Ligonnès présente, à première vue, un aspect aride. S’il est très précis sur les lieux fréquentés et les dates des différentes actions menées, il n’offre que peu de développements sur la manière dont l’auteur vit sa guerre. Sa perception de l’adversaire, ses rapports avec ses hommes, ses relations avec sa hiérarchie, les liens avec sa femme… tout ceci est présent dans son texte, mais de manière assez fugace, et il faut donc, pour le lecteur, saisir au vol les quelques commentaires plus personnels que Ligonnès s’autorise.

Le premier carnet, qui couvre les six premiers mois de la guerre, est cependant d’une lecture très profitable, pour qui s’intéresse par exemple à la transformation de la nature de la guerre au début du conflit, avec l’installation dans la guerre de tranchées. Le récit des premières attaques en Lorraine témoigne ainsi de deux éléments. D’abord, du professionnalisme de Ligonnès, officier très consciencieux qui cherche à mener jusqu’au bout les attaques qu’on lui demande d’effectuer. Mais sa volonté se heurte à la puissance du feu des armes modernes : «  Pris sous les feux de fusils et de mitrailleuses, le débouché du bois devant lequel se trouve un long glacis, battu et enfilé, ne peut se faire. Nous nous reportons un peu en arrière » (8.09.14, p.75). Ou encore : « Le déploiement se fait. Les bonds se font, mais sont souvent arrêtés par un feu nourri d’artillerie. Les balles et les obus font rage autour de nous. Mes blessés sont nombreux. La progression est lente et difficile. La nuit arrête notre mouvement, nous restons sur nos positions. J’ai 32 hommes ou gradés hors de combat » (28.09.14, p.78-79).  Dès la fin du mois de septembre, c’est l’installation dans les tranchées : « Chacun s’ingénie à se créer un abri et une chambre de repos dans un trou creusé sous le parapet. Pendant la nuit, tout le monde veille. On travaille ferme de la pelle et de la pioche. On pose des réseaux de fil de fer. L’échange de balles et d’obus se fait continuellement! ». « Pendant cette période, c’est l’alternance pendant quatre jours avec le 35e colonial pour l’occupation des mêmes tranchées. C’est énervant cette vie monotone dans ce large et profond fossé. Toujours le même horizon » (p.81). Le rythme d’écriture du carnet témoigne d’ailleurs de cette installation dans le temps monotone et répétitif de la tranchée : de quotidienne, l’écriture devient bimensuelle, voire mensuelle. Ainsi, pour février 1915, Ligonnès note : «  ce mois s’est écoulé de la même façon que le premier ».

Le deuxième carnet (1915-1916) traduit cette installation progressive dans le temps long de la guerre de tranchées. Quand le catholique Ligonnès décrit l’église du village de Flirey, détruite par les Allemands, il reconnaît : « On est tellement habitué à ces ruines et à ces actes de vandalisme que l’on passe indifférent au milieu de tout cela » (février 1915, p.91). Dans la tranchée, les hommes s’ennuient, tuent le temps en discutant, en jouant aux cartes, célèbrent le moment attendu entre tous, celui de l’arrivée du courrier. Ligonnès évoque aussi deux cas de fraternisations dans son secteur. Par exemple, ces échanges amicaux entre deux tranchées : «  On y fait la conversation, on échange vin et tabac, puis des coups de fusil lorsque le vin est bu et le tabac fumé » « Un sergent français parlant allemand cherche à persuader le Boche qu’il sera très bien chez nous : « Ce n’est pas l’envie qui lui en manque, mais c’est la peur d’être vu par un de ses supérieurs et la certitude qu’il a qu’il sera fusillé » (fin février 1915, p.93-94). Il est intéressant de noter que pour Ligonnès et ses hommes, l’installation dans un secteur « calme », comme leur premières tranchées lorraines, est vécue comme une manière acceptable de faire la guerre. Ainsi, entre avril et juillet 1915, ils occupent des tranchées au nord de Seicheprey : « Ce secteur moins agité que celui de Flirey nous semble être un paradis ». En effet : « Les Boches semblent animés d’un grand esprit pacifique, ce qui ne supprime pas cependant l’échange quotidien de balles et d’obus » (p.96). Et lorsqu’en septembre 1915, le régiment doit quitter la Lorraine pour la Champagne, Ligonnès évoque une forte déception. Ainsi, l’officier Ligonnès, catholique et réactionnaire, témoigne à sa façon de ses pratiques du « vivre et laisser-vivre » analysées, entre autres, par les historiens Tony Ashworth ou Rémy Cazals. On peut donc être un professionnel consciencieux et préférer faire « sa » guerre dans un secteur calme, où le risque de mort n’est pas omniprésent, et où des formes nouvelles de règles, tacites, s’installent de part et d’autre des lignes de tranchées.

Le troisième et dernier carnet est peut-être, paradoxalement, le moins riche. De son expédition en Orient, Ligonnès tire essentiellement un récit de voyage. Sans se délier d’une certaine forme d’exotisme, il note en détails tout ce qu’il rencontre d’inédit, les vêtements, les maisons, la nourriture, les pratiques religieuses… Les quelques actions de guerre de montagnes auxquelles il prend part dans le secteur de Leskovec, sur les bords du lac Prespa, sont vite évoquées. La fin de sa campagne, qui l’amène à Monastir, n’est d’ailleurs pas abordée, comme s’il avait fini sa guerre depuis un moment déjà… dès son arrivée en Orient?

Présenté de manière très complète par Yves Pourcher, le témoignage de Bernard de Ligonnès peut donc au final apparaître d’une lecture bien plus riche pour les parties qui concernent le front ouest, que le récit de sa participation à la campagne d’Orient.

Benoist Couliou. Septembre 2008

 

 

 

 

 

Share