Collin, Bernard (1881-1915)

Le témoin
Joseph Alfred Bernard est né le 19 mars 1881 à Selongey (Côte d’Or) dans une famille de la bourgeoisie catholique cultivée. Il fait des études de biologie à l’université de Montpellier et devient spécialiste des micro-organismes aquatiques à la station zoologique de Cette (Sète) au bord de l’étang de Thau. Il a appris l’allemand, ce qui lui sera utile pendant la guerre. Le 5 novembre 1909, il épouse Magali Cuisinier (voir notice à ce nom), petite-fille du géographe anarchiste Élisée Reclus. Leur fille Jeannie nait en 1911. Sergent au 21e RI de Langres, il arrive sur le front le 7 novembre 1914, secteur de Béthune. Son régiment combat notamment à Notre-Dame-de-Lorette. Le sergent Collin est tué près de Souchez, en Artois, le 27 septembre 1915 (voir la fiche de « mort pour la France » sur le site « Mémoire des hommes »).

Le témoignage
Sa petite-fille, Marion Geddes a conservé 619 lettres ou cartes postales échangées entre le couple, ou adressées par le soldat à sa très jeune fille. Ces dernières sont souvent illustrées de dessins de plantes, de petits animaux, du sac et des outils du combattant. Quelques vues des ruines d’Arras. Bernard a pratiqué le codage. Déposés aux Archives municipales de Sète dans le cadre de la Grande Collecte, ces documents sont la base d’une exposition à la médiathèque François Mitterrand de Sète du 2 au 16 septembre 2017. Une édition d’extraits est envisagée à cette occasion, ce qui est très souhaitable.

Contenu
Les extraits qui sont venus à ma connaissance témoignent d’une réflexion non conformiste très intéressante. La « guerre imbécile » est pour lui une rupture brutale avec ses activités de recherches. Il demande : à quand le retour dans la Patrie « physique, intellectuelle et morale » qui serait un laboratoire où il pourrait vivre avec sa femme et sa fille. Dans les tranchées, il continue à observer rotifères et orchidées. Il lit Anatole France, Tolstoï, Goethe, Romain Rolland, la revue La Paix par le Droit (voir les notices Jules Puech et Marie-Louise Puech-Milhau). Les lettres de sa femme lui sont un soutien indispensable. Une fois de plus, cette correspondance révèle l’amour conjugal au milieu de la violence de la guerre : le 13 mars 1915, un camarade est tué près de lui et il reçoit sur sa capote les débris de sa cervelle.
Bernard Collin est désolé de voir des gosses mobilisés, envoyés à l’abattoir « qu’on appelle champ d’honneur dans l’argot officiel ». Des deux côtés, les charges à la baïonnette sont stupides, « si brillantes dans les journaux, si infécondes en résultats, sauf pour celui qu’on charge ».
Très concrètement, il montre l’attente de la « bonne blessure » qui est le vœu le plus cher de ses soldats (9 décembre 1914), et de lui-même (28 mai 1915). Il montre la joie qui s’installe dans le groupe qui vient d’être relevé. Il évoque avec indignation les parades qui transforment les hommes en pantins.
A Noël, il entend les cantiques allemands. Peu après, un soldat lui apporte un lot de lettres qu’il a prises sur un cadavre allemand dans le no man’s land ; l’une signale un départ de soldats pour le front « et c’était tellement triste que tout le monde pleurait ». En février, une conversation avec les Allemands est interrompue par l’arrivée d’officiers supérieurs « qui voient toujours d’un mauvais œil ces rapprochements funestes pour le « moral des troupes » ; l’illusion de l’ennemi tomberait trop facilement si l’on pouvait s’apercevoir que l’on a en face de soi des hommes et non pas seulement des créneaux garnis de fusils à faire feu ; des hommes souffrant les mêmes choses de part et d’autre, victimes des mêmes machinations sociales et dont on entretient et cultive l’animosité réciproque, comme une fleur de serre chaude utile au luxe d’un petit nombre. » En avril 1915, il a « le plaisir de contempler plus de visages heureux et rayonnants » qu’il n’en avait vus depuis août précédent. Il s’agit de prisonniers allemands : « Certains déliraient et dansaient de joie, ils ne demandaient qu’à filer à toute bride dans le boyau conduisant vers l’arrière, peu soucieux de courir, une fois sauvés, de nouveaux risques de mort. » Un Badois, grièvement blessé par un éclat d’obus, est pris en charge par les soldats français qui lui donnent du vin, du café, tandis que le sergent lui parle pour lui remonter le moral.
Plusieurs pages évoquent la haine en mai 1915. « Où est-elle ? » demande-t-il. Elle n’est pas chez les soldats français, vraisemblablement pas chez ceux d’en face. « Mais où donc est la haine nationaliste contre l’étranger, telle que la prêchent Barrès et autres ? Je ne la vois pas sur le front ailleurs que dans les journaux qui, d’ailleurs, sont plutôt lus ici le sourire aux lèvres et traités par le troupier sceptique de simples « bourreurs de crâne » rédigés par des embusqués qui chantent bien haut, pour n’être pas venus y voir. » Sur le front, on en veut aux Allemands de n’être pas restés chez eux, ce qui oblige à les chasser, et il faut les chasser, mais c’est « mauvaise humeur bien plus que haine ». Comme l’a expliqué Jean Norton Cru, la haine est un produit de l’arrière, « une drogue grisante pour civils ».
Les soldats vont à la mort et sèment la mort « au seul profit d’une minorité qui ne risque généralement rien ». C’est à cause « de combinaisons louches émanées de hautes sphères capitalistes » que la guerre a été déclarée. Les soldats vont mourir « pour laisser une humanité un peu plus bête et méchante qu’elle ne l’était avant. C’est tout ! » Il y a « de quoi se sentir dégoûté d’être homme » : Bernard Collin retrouve ici des accents jaurésiens. De même lorsqu’il estime qu’à côté des marchands de canons, les exploités aussi sont responsables « parce qu’ils se laissent faire ».
Quelques jours avant sa mort, il écrit : « Si la France d’après la guerre est trop inhospitalière et chauvine, peu propice à la vie libre, ce que j’ai de fortes raisons de craindre, nous irons planter notre tente à Genève, à Naples ou Florence, au Brésil ou à Java, n’importe où le vent nous portera. »
Rémy Cazals, avril 2017

Le témoignage vient d’être publié : Une famille dans la Grande Guerre, Correspondance de Bernard et Magali Collin, août 1914-septembre 1915, avec les dessins de Bernard pour sa fille, présentée par Marion Geddes, 2017, 376 p., chez l’auteur Marion Geddes, 12 avenue de Limoux, 11300 La Digne d’Amont, marion.geddes@wanadoo.fr

 

Share

Tirefort, Jean (1895-1915)

Fils d’un voyageur de commerce devenu petit entrepreneur, Jean Tirefort est né à Toulouse le 11 janvier 1895. Dans cette famille de moyenne bourgeoisie, on prend des vacances à la montagne ou à la mer, et on étudie au lycée. Titulaire du baccalauréat, Jean commence à travailler avec son père et fréquente une jeune coiffeuse, mais il est appelé au 50e RI à Périgueux en décembre 1914. Ses lettres décrivent un rata infect, un rude entraînement à la marche, une épidémie de rougeole qui fait trois morts. Il est promu caporal, « un sale grade » parce qu’on y est très embêté, puis sergent en juin 1915. Il arrive sur le front du côté de Souchez en Artois en juillet, au 21e RI. Là, il découvre et décrit tranchées et cagnas, « les différents sons des calibres », la protection contre les gaz, la soif, la fabrication des bagues, des gradés froussards. Il est heureux de recevoir des colis du pays, de rencontrer un Toulousain. Au repos, « on se sent renaître littéralement » car on peut se laver et devenir « aussi frais que le plus haut de nos embusqués ». Le thème des embusqués rejoint celui de l’incrédulité de l’arrière devant les souffrances des poilus ; les permissionnaires sont « unanimes à dire : « Que les gens sont loin de la guerre ! » » Ayant lu dans La Dépêche du 15 juillet le récit d’une manifestation patriotique aux Variétés et au Grand Café de la Comédie à Toulouse, il réplique : « Au sujet de cette guerre, si tu connais quelqu’un qui a des accès de vaillance, des humeurs de combat, qu’il vienne donc faire un tour par ici et il verra où pourra s’arrêter son enthousiasme de guerre vue de bien loin, et à ce propos, tous ces vieux revanchards, tous ces embusqués qui vont écouter la Marseillaise ou le chant du Départ aux Variétés, tête nue, qu’ils viennent seulement à l’arrière de nos lignes et nous les verrons un peu. »
Il estime nécessaire l’offensive du 25 septembre 1915 afin qu’il n’y ait pas de campagne d’hiver, et au début il la croit victorieuse. Mais, le 1er octobre, l’atmosphère de la lettre a changé : « Mon pauvre Papa, j’ai vécu des minutes horribles. […] Tous mes copains, sous-offs, caporaux ou soldats sont ou blessés ou morts. […] Je me demande encore comment j’ai pu en réchapper. […] Excuse mon style, je suis encore un peu hébété des spectacles que je viens de voir. » La dernière lettre de Jean est du 3 octobre. La boîte de chaussures réceptacle du corpus contient plusieurs lettres adressées à Jean par sa mère et retournées faute d’avoir pu atteindre le destinataire. Jean Tirefort a été tué à Souchez le 6 octobre 1915 ; son corps n’a pas été retrouvé ; il n’a jamais vu sa fille Raymonde, née le 20 mai.
Rémy Cazals
*Roger Gau, Jean, classe 1915 ou Lettres volées à l’oubli, Toulouse, Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1998, 159 p.

Share

Weber, Jean Julien (1888-1981)

1. Le témoin

weberportrait.JPG

Jean Julien Weber est né le 13 février 1888 à Lutterbach (Alsace) dans une famille d’origine alsacienne mais ayant opté pour la nationalité française. Albert Weber, son père, ancien combattant, gueule cassée de 1870, est militaire de carrière. La profession de sa mère, Marie Hürler est inconnue. Jean Julien reçoit « une éducation secondaire française et catholique » (page 15) non dénuée d’un patriotisme à la Déroulède. Destiné à l’ecclesia, il entre au séminaire en octobre 1905 mais doit effectuer son service militaire au 35e R.I. le 7 octobre 1909. Entré au peloton des officiers de réserve le 1er octobre 1910 comme caporal, il quitte le 21e R.I. le 1er octobre 1911 avec le grade de sous-lieutenant pour achever ses études. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1912. Rappelé le 2 août 1914, Jean-Julien Weber entre en guerre comme lieutenant de réserve de la 4e compagnie du 21e RI de Langres (il sera nommé lieutenant à titre temporaire le 3 novembre 1914), il débute la guerre dans les Vosges puis en Alsace – il légèrement blessé à la jambe au combat de Muckenbach – pour la bataille des frontières. Il participe ensuite à la défense sur la Marne avant l’enlisement d’Artois, à Notre Dame de Lorette où il subit sa deuxième blessure, au visage. Absent presque une année du front (de mai 1915 à avril 1916), il est de retour en Champagne et nommé capitaine. Puis viennent la Somme et la seconde bataille de la Marne, prélude à l’effondrement allemand et l’armistice, vécu dans les Ardennes. Survivant, l’officier-prêtre retourne enfin dans son Alsace libérée. Entre-deux-guerres, il est nommé directeur du séminaire Saint-Sulpice d’Issy puis réendosse l’uniforme en septembre 1939 et démobilisé sans combat le 23 juillet 1940. Il reprend ses fonctions religieuses pour être nommé évêque de Strasbourg le 29 août 1945. Il jouera un rôle fondamental dans l’Eglise alsacienne d’après-guerre, parallèlement à une carrière active dans la réserve dans laquelle il restera excellemment bien noté par ses supérieurs. Après avoir beaucoup écrit sur l’armée et la religion, il décède le 13 février 1981 à Strasbourg et est inhumé à Ribeauvillé (Haut-Rhin).

2. Le témoignage

weber.JPG

Weber, Jean-Julien, Sur les pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées. Strasbourg, la Nuée Bleue, 2001 319 pages.

Jean-Noël Grandhomme nous affranchit sur la démarche d’écriture : « Mgr Weber est resté toute sa vie marqué par son expérience de la Grande Guerre » (page 23). Ses cinq cahiers ont été écrits entre 1916 et 1919 sur la base de carnets tenus au jour le jour (disparus à la rédaction du présent ouvrage) complétant son récit sur la base de documents contemporains tels l’Illustration. Ils composent selon le présentateur non des « mémoires de guerre à proprement parler, mais bien plutôt d’un carnet de route à peine rédigé, (…) pas un miroir de l’âme de l’abbé Weber, mais le journal quotidien d’un officier consciencieux, en même temps que prêtre toujours » (page 24). Si l’officier-prêtre n’avait destiné ses carnets « qu’à un public familial », il avait fait part peu avant sa mort « de son désir de les faire publier un jour, « mais remaniés » (page 24). Jean-Noël Grandhomme se charge de cette édition et en précise sa méthode, ayant conservé l’architecture de l’ouvrage par chapitres chronologiques, décidés par l’auteur lui-même (la bataille des frontières, la bataille de la Marne, la Course à la mer et les combats de 1915, la Champagne après la grande offensive, la bataille de la Somme, l’année terrible, reprise de la guerre de mouvement, la seconde bataille de la Marne, et la poursuite finale et les dernières convulsions). Jean-Noël Grandhomme les a resitués dans leur contexte et a ajouté des annexes analytique (« chrétien dans la guerre ») et documentaire, un glossaire des lieux sacrés cités, d’opportunes notices biographiques, les sources, le bibliographie et les notes, le tout formant un modèle de présentation de biographie militaire.

3. Analyse

Jean-Noël Grandhomme et les éditions de la Nuée Bleue ont livré une nouvelle fois (depuis les carnets de guerre de Dominique Richert) un témoignage exceptionnel de cet officier alsacien engagé dans l’armée française. Précis, complets et formidablement enrichis, ces souvenirs fourmillent d’anecdotes et brossent un tableau d’un intérêt unique. Ainsi en est-il de sa vision des mutineries, rehaussée par sa participation au conseil de guerre. La présentation effectuée est un – voire le – modèle du genre. Précis, enrichis, non contingentés à l’homme lui-même mais à ses origines et à son environnement historique, ces carnets de guerre représentent l’archétype de ce que devrait être la présentation d’un carnet de guerre. Outre l’intérêt du témoignage de Weber, on s’imprègne des lieux, des hommes et des évènements dans cette richesse multiforme. L’écriture est irréprochable, de lecture claire et synthétique et de présentation idéale, le livre est agrémenté d’un cahier photographique central de 8 pages représentant le témoin au fil des âges.

Ainsi, l’ouvrage fourmille d’éléments utiles, d’impression et de tableaux (tel ces réservistes rappelés, « enthousiastes et ivres » (page 36), (autres vues d’alcool pages 29, 114 et 119) qui concerne également l’Allemand (page 95, 125), de pillage (pages 29, 46 et 65, 121, 178, également allemand pages 178 et 180), d’automutilation (page 54) ou le 1er alcool donné aux troupes le 15 août 1914 au col du Hantz (Vosges) (page 45), sur l’exemple (…par le sang, de l’attaque suicide voulue par un général (page 86), le tout alimentant de manière référentielle l’ethnographie du poilu. Weber nous montre la boue (page 112), les fraternisations (pages 113, 114 et 137, voir également la note 35 page 302 sur les fraternisations de Noël citées par Eugène Pic dans Norton-Cru), l’horreur des morts piétinés dans la boue des tranchées, du pillage et de la mutilation de cadavre allemand (page 121), les espions (page 122), la folie (française tel ce caporal rendu fou par les bombardements page 128 ou allemande tels ceux, rendus fous par un bombardement et assassinés par les Français qui les avaient fait prisonniers (ont-ils été tués du fait de leur folie ?) page 183), les mutineries, notamment du 370e R.I. (de la page 168 à 172) et son rôle dans un conseil de guerre (voir aussi le jugement et la condamnation pages 173 à 176). Il décrit le comportement charitable du soldat français envers les prisonniers et blessés allemands (page 195). Le témoin nous donne également une explication du silence du permissionnaire (« Une permission n’a pas d’histoire », non-dit récurrent chez le soldat, page 184), son sentiment sur la décoration : « Les récompenses gagnent à être immédiates » dit-il page 194. Sans oublier la foultitude de renseignements de technique militaire, d‘armement et de liaisons interarmes. Ainsi par exemple il évoque la compagnie franche La Vosgienne (voir par ailleurs la notice consacrée à cet ouvrage par Jean-François Jagielski) (pages 200 et 203) ou les sections spéciales de discipline (page 220). Enfin pour lui l’Armistice est « subit, étonnant, incroyable » (page 237). Dès lors, entrant au Luxembourg – ce qui est peu rencontré par ailleurs dans les témoignages – il nous renseigne sur le traitement des pays envahis (page 238).

Sur la base des réflexions de Weber, Jean-Noël Grandhomme nous renseigne également très opportunément sur l’aumônerie et le statut militaire des prêtres de 1870 à 1914 (sur la théorie voir note 7 page 315 et sur la pratique, page 241) et la loi de 1889 portant sur le service armé des prêtres (page 253), le choix du prêtre sous l’uniforme : aumônier, auxiliaire de santé ou combattant (page 254), le concept théologique de la « guerre juste » (page 248), le néopaganisme du culte de l’armée après 1870 (page 253), la « rumeur infâme » qui voulait que les prêtres avaient déclenché le conflit après entente avec les Allemands, puis, embusqués, pratiquaient des conversions forcées et laissaient mourir les incroyants (page 255). Grandhomme rappelle (page 256) que 4 500 à 5 000 prêtres sont morts pendant la Grande Guerre (voir note 31 page 318) soit 14 % des prêtres mobilisés. Enfin Weber fait le bilan de cette guerre, résumant les peurs du soldat (page 265) et pourquoi les soldats ont tenu (page 266).

4. Autres informations

Sur sa biographie et sa bibliographie sommaires, outre la page 291, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Julien_Weber

Yann Prouillet, août 2008

Share