Wannenmacher, Sylvain (1896-1986)

Cette nouvelle notice remplace l’ancienne qui était incomplète et entachée d’une erreur sur le lieu de naissance.

Né à Digoin (Saône-et-Loire) le 7 février 1896. Études musicales à Paris. Après la guerre, il devient professeur de violoncelle à Saint-Étienne. Marié, sans enfant. Mort à Firminy à 90 ans. Il a mis au propre ses notes de guerre d’avril 1915 à avril 1919 (semble-t-il en les lissant) en 1968 pour le cinquantenaire de l’armistice, illustrées de quelques photos. La source est la propriété de Mme Antoinette Mazeau. La première moitié du manuscrit a été publiée dans Lettres comtoises, n° 10, septembre 2005, p. 121-158, présentation de Marie-Thérèse Dupuis ; la deuxième partie reste inédite.

Mobilisé en avril 1915 au 109e RI de Chaumont. Dans le Pas-de-Calais en décembre. Il fait partie d’un contingent qui vient renforcer le 170e RI à Verdun en mai 1916. Il décrit l’arrivée parmi les hommes de son escouade : « Je suis très impressionné par la gravité de leurs regards et de leur comportement. » Au
lieu de monter en ligne, le régiment quitte le secteur en camions, ce que les poilus arrosent au pinard. En juin, comme musicien, il est affecté à la CHR. Il
est brancardier devant le fort de la Pompelle. En juillet, dans la Somme, il admire l’équipement et l’organisation des Anglais. Il nous livre les descriptions classiques des bombardements, des corvées, de l’arrivée difficile du ravitaillement, du plaisir quand enfin on peut se laver et changer de linge…
Après la prise d’une tranchée, « les prisonniers filent au pas de course vers l’arrière ». Le travail du brancardier : « Nous continuons toute la nuit à transporter nos blessés, ensuite les blessés allemands, puis les morts. » En septembre, devant le talus de la route de Bouchavesnes, toute une vague de camarades de la classe 16 a été fauchée par les mitrailleuses, marquant le terrain de ses capotes bleues. Fin septembre, lors d’une permission, en passant à Paris, il rage devant l’indifférence des civils « qui prennent paisiblement leur apéritif », devant les « embusqués fringants, bien astiqués ». Quelques jours en famille, mais il faut sans cesse répondre à l’instituteur qui demande dans quelles circonstances est mort son fils : « Il a sans doute été tué devant la route de Bouchavesnes, et dans la nuit où nous relevions nos blessés, je suis sans doute passé près de cette capote bleue, étendue parmi tant d’autres. »

Avant l’offensive du 16 avril 1917, stationnant près d’un terrain d’aviation, il peut recevoir le baptême de l’air. L’offensive Nivelle est bien perçue comme un échec, une boucherie inutile. Il assiste à la fuite d’une division de l’Est, dite d’élite, à la mutinerie d’un régiment, à la décision de chasseurs de partir de leur propre initiative « en permission ». Commandés pour s’opposer au passage de mutins, les hommes de son régiment refusent. Sylvain décrit encore les creutes humides dans lesquelles tout moisit, un secteur calme dans les Vosges, l’attaque allemande de 1918 sur le Chemin des Dames, les Américains au Bois Belleau. Il est blessé en juillet 1918 et évacué vers Albi (Tarn).

RC, 2013

Share

Corbeau, Paul (1892-1973)

1. Le témoin

Né le 27 juillet 1892 à Mayenne (département de même nom), de parents commerçants. Il doit interrompre ses études d’ingénieur en électricité à la mort de sa mère. Au service militaire en 1913, il ne sera démobilisé qu’en 1919. Ouvrier électricien à Paris après la guerre. Marié en 1932. Décédé en 1973.

2. Le témoignage

Journal de guerre tenu sur des carnets, réécrit en 1960, publié par ses enfants :

Paul Corbeau, J’étais sapeur au 8e Génie, Trélazé, Editions Jean-Yves Lignel, 2007, 232 p.

Le livre est préfacé par sa fille et édité par son petit-fils. Les carnets originaux n’ont malheureusement pas été conservés. La préface évoque de possibles coupures, de Paul lui-même, pour ne pas retenir les mauvais souvenirs. Je n’en suis pas persuadé. Les évocations d’appétits sexuels (p. 82), de ces « plaisirs frelatés mais nécessaires dont nous étions privés depuis longtemps » (p. 92), des filles de la rue X (p. 157, 162), laissent penser que l’auteur ne s’est pas censuré. Il est clair que des réflexions du Paul Corbeau de 1960 ont été ajoutées : elles sont immédiatement repérables. Il semble que ses carnets originaux n’aient pas été tenus avec une totale régularité. De nombreuses remarques et descriptions sont d’une grande précision, mais on trouve aussi des confusions chronologiques (par exemple arrivée de Foch et Clemenceau en mai 1917). Le passage (p. 69-70) sur les refus d’obéissance et sur les fusillés en 1915 ne doit pas être pris comme une information sur les faits eux-mêmes, présentés là dans une certaine confusion, mais sur le « bouche à oreille », comme le dit l’auteur (ici, la note de l’éditeur comporte une faute d’orthographe, Vingué au lieu de Vingré, et réunit curieusement les deux historiens spécialistes de la question sous le nom d’Offenbach ; à corriger dans une prochaine édition). De nombreuses photos dans le texte illustrent le livre de Paul Corbeau, dont les dernières pages donnent aussi à lire un autre travail d’écriture d’amateur sous le titre « Grand-mère Romain, Souvenirs d’enfance ».

3. Analyse

C’est l’anxiété au 31 juillet 1914 qui provoque le recours à l’écriture du carnet de guerre. Paul est devenu caporal en décembre 1914 et sergent en octobre 1915. Téléphoniste dans le Génie, il a été un travailleur et non directement un combattant. Il évoque ce travail de réparation de lignes coupées, de vérification, de permanence au téléphone. Promu sergent, Paul a la charge du transport de matériel en camion. Auparavant (été 1915) il avait préparé « les liaisons pour une bataille qu’on sentait proche » (l’offensive de septembre en Champagne). Un texte intéressant sur la construction d’un nouveau réseau de tranchées au point ultime atteint par l’offensive. Il a conscience qu’il y a plus malheureux que lui-même : il décrit plusieurs charniers après des attaques d’infanterie. Et encore : « Les fantassins nous regardaient curieusement, nous étions trop propres pour ne pas être remarqués » (p. 122). Il évoque des stages rassemblant quelques hommes des tranchées pour leur « inculquer des notions sur la téléphonie de campagne » : « Ils étaient tellement heureux d’avoir abandonné pour huit jours leurs tranchées que leur séjour était une détente, presque une partie de plaisir. »

Paul Corbeau est un des rares cas de soldats racontant avec quantité de détails leur permission au « pays » (« Mayenne, mon pays », p. 93). Il évoque les femmes faisant la chasse aux embusqués, s’occupant d’œuvres en faveur des réfugiés ou en faveur des poilus (en s’étonnant de n’avoir jamais bénéficié des résultats). Il ajoute (p. 99) : « J’ai l’impression, à tort ou à raison, qu’à part ceux qui avaient des proches au front, ceux de l’arrière ne nous comprenaient pas. Il leur semblait naturel que nous laissions notre peau dans ce conflit. » Bien d’autres soldats l’ont noté mais peu ont donné une aussi longue description de leur séjour en famille (ici, le récit de la première permission tient plus de dix pages, avec mention de la rencontre de Paul Lintier, ami d’enfance, auteur de deux livres importants de témoignage sur la Grande Guerre : Le tube 1233 (1917) et Ma pièce (1918), analysés par Jean Norton Cru. L’ouvrage de Paul Corbeau reproduit une photo de jeunesse de Lintier, et il évoque le choc qu’a provoqué sa mort.

A proximité du front, les soldats rencontrent les populations civiles : villageois contraints à abandonner leur maison (p. 30), mercantis exploitant les troupes (p. 71), habitants de la Somme hostiles parce qu’ils préféraient la présence des Anglais (p. 128). Sur les questions d’information, Paul Corbeau relève le bourrage de crâne de la presse française à propos de la soi-disant faiblesse de l’artillerie allemande (p. 46).

Le texte couvre la totalité du temps de guerre ; il évoque l’Alsace, l’Aisne (Ambleny, p. 37), la Champagne (Suippes, p. 72), l’Argonne, la Somme… Paul Corbeau signale l’espionnite en début de guerre (p. 24) ; les fléchettes lancées des avions (p. 30) ; les gendarmes menaçant des fuyards de leur revolver (p. 42) ; la lecture d’un roman feuilleton du capitaine Danrit (p. 62) ; une croix de guerre tirée à la courte paille (p. 82) ; l’arrivée des Américains qui, à l’épreuve du feu, disent : « No bonne la guerre » (p. 160) et les tanks (p. 168) ; l’annonce de l’armistice du 11 novembre 1918 reçue comme « un coup de poing dans le visage » (p. 171). Il a connu les troubles de 1917. Il raconte un retour de permission en mai, les discussions entre soldats qui « en avaient marre de se faire casser la gueule », l’évocation des camarades blessés ou tués lors de l’offensive Nivelle. Les soldats chantent l’Internationale ; ils arrêtent le train, détellent un wagon, rudoient des sous-officiers qui prêchent le calme. Puis ils arrivent dans une petite gare gardée par des Sénégalais, ils sont parqués dans des baraques sous la menace de mitrailleuses. On demande aux sous-officiers présents de désigner les meneurs, mais ils ne reconnaissent personne, ne voulant pas faire les policiers (p. 153-155).

Rémy Cazals, 02/2008

Share

Clavel, Marcel (1894-1976)

1. Le témoin

Marcel Clavel vient d’une famille assez aisée et très instruite et cultivée. Son père est percepteur à Toulouse. En juillet 1914, Marcel est admis à l’Ecole Normale Supérieure. Il est mobilisé le 5 septembre et rejoint le 15e RI à Albi. Puis il part près de Pézenas pour suivre une formation d’officier réservée aux élèves des grandes écoles. Le 5 décembre, il est promu sous-lieutenant et affecté au 164e régiment d’infanterie. Sorti premier du peloton d’instruction, il part pour le front le 10 janvier 1915, à Ypres, pour une période de deux ans et demi, dans une unité de première ligne, le 81e RI de Montpellier. Le 8 juin 1915, il est nommé lieutenant. Le 10 octobre 1915, il est promu au grade de capitaine.

Il a reçu trois citations, la première pour les attaques de mars 1915 à Beauséjour, la seconde pour l’offensive de septembre 1915 dans les secteurs de Souain et de Tahure, et la dernière pour les attaques de Thiaumont en août 1916, où il a été blessé à l’épaule gauche. En 1917, il part, en tant qu’officier détaché du 81e RI, s’occuper de l’instruction de divisions américaines. Le 25 février 1919, il est démobilisé.

Il part à Oxford pour préparer un diplôme sur l’armée anglaise vue par Kipling. En 1920, il retourne à l’Ecole Normale pour passer l’agrégation d’anglais, qu’il obtient brillamment, et il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire pour faits de guerre. Il débute sa carrière à l’université de Michigan aux États-Unis en tant qu’agrégé d’anglais détaché. Pendant quatre ans il rédige sa thèse sur Fenimore Cooper. En 1925, il revient en France, il est d’abord nommé au Grand Lycée de Marseille, puis il devient professeur de langue et de littérature anglaise à la faculté des Lettres de l’université d’Aix-Marseille. Il est proposé pour le grade d’officier comme chef de bataillon d’infanterie attaché à la mission de Liaison auprès de l’Armée britannique en 1940. Plus tard, il quitte l’armée comme lieutenant-colonel de réserve.

2. Le témoignage

– Lettres et cartes originales : Archives départementales de la Haute-Garonne, sous-série 1J 181 (710 pièces).

– Deux versions dactylographiées de la correspondance, intitulées Ultime témoignage sur la première guerre mondiale par un conscrit de la classe 14, normalien de la promo 14 à l’Ecole normale supérieure, agrémentées de documents divers : Archives départementales de la Haute-Garonne, sous-série 1J 182 ; Bibliothèque municipale de Toulouse (598 p.).

– RIONDET Aurore, « Ultime témoignage sur la Première Guerre mondiale par un conscrit de la classe 14 » : La correspondance de Marcel Clavel (1914-1917), mémoire de Master 1 sous la direction de Rémy Cazals, Toulouse II Le Mirail, 2006, 276 p (144 p. de lettres retranscrites).

3. Analyse

(Référence aux pages du mémoire d’Aurore Riondet)

Expérience combattante :

– découverte de nouvelles régions et des populations locales : p. 199-200,

– sur l’ingéniosité des Belges et leurs coutumes, voir la lettre du 21 janvier 1915, p. 75.

– descriptions précises des secteurs occupés : p. 200,

– pour une description d’une tranchée et des informations sur son organisation, voir la lettre du 23 janvier 1915, p. 76

– vie quotidienne dans les tranchées (conditions de vie, temps de détente et repos) : p. 201-203,

– sur le travail incessant dans les tranchées, voir la lettre du 30 octobre 1916, p. 179.

– rôle du chef (moral combattant, privilèges, courage et protection) : p.204-207.

Sentiments d’un jeune combattant :

– relations familiales (lien affectif, demandes d’informations, sentiment national) : p. 209-211,

– sur son enthousiasme à partir sur le front, voir la lettre du 7 septembre 1914, p.49.

– perceptions de la violence (perte de camarades, force morale, soutien spirituel) : p.212-215,

– sur la douleur de la perte d’un camarade proche, voir la lettre du 17 août 1916, p.172.

– perception des « autres » (rapports avec le Commandement, avec l’ennemi, avec les civils), p.216-219,

– sur l’attribution des récompenses militaires, voir la lettre du 17 août 1916, p. 173.

4. Autres informations

– Registre matricule : Archives départementales de la Haute-Garonne, série 5416W6.

Historique du 81e Régiment d’Infanterie (campagne 1914-1917), par le caporal Gabriel Boissy, 1918, aux Impressions Mistral Cavaillon, numérisé par Lucie Alle, consultable sur www.1914-18.org, rubrique Historiques-Régiment d’infanterie.

– Documents relatifs à la vie de Marcel Clavel (articles, brochures…) : Archives départementales de la Haute-Garonne, sous-série 1J 183.

Aurore Riondet, 12/2007

Share