Ciumbrudean, Dumitru (1890-1985)

Le témoin

Dumitru Ciumbrudean est né à Alba Iulia en Transylvanie, Empire austro-hongrois, dans une famille de paysans roumains pauvres. Il apprit le métier de barbier et travailla comme tel dans plusieurs villes de Transylvanie. Entre 1908 et 1911, il vécut à Budapest, puis il fut incorporé au 50e régiment d’infanterie à Alba Iulia, où il se spécialisa dans les transmissions téléphoniques et dans le domaine sanitaire et obtint le grade de caporal. Au moment où il devait être libéré de l’armée, a commencé la Première Guerre mondiale et il a été forcé de rester et de participer aux batailles de l’armée austro-hongroise sur les fronts de Galicie, puis de l’Isonzo. Il fut blessé et il perdit trois doigts de sa main droite.

Attiré par les idées socialistes, il devint membre du Parti socialiste de Transylvanie en 1907 alors qu’il faisait partie de l’Empire austro-hongrois. À ce titre, il était noté comme un participant actif dans la lutte pour le rattachement de la Transylvanie à la Roumanie, un phénomène désigné dans l’historiographie roumaine comme la Grande Union. Après la guerre, il travailla comme barbier à Alba Iulia, Bucarest et Cluj entre 1921 et 1944 En 1921, il participa à la formation du Parti communiste de Roumanie, et fut arrêté pour cela.

Toujours suivi par les services secrets roumains, il se marie et a deux enfants: un garçon Tiberiu, une fille qu’il appelle Lenina, et c’est un scandale. La presse nationale écrivit à ce sujet qu’il faudrait « forcer le père misérable à changer d’urgence le nom de l’enfant ». En 1944-1947, il a été impliqué dans la création d’organisations communistes et syndicales de travailleurs à Alba Iulia. En 1948, il a dirigé l’activité culturelle du comté d’Alba Iulia. Entre 1949 et 1956, il a été directeur du Musée d’histoire de cette même ville, puis il a pris sa retraite. Il est décédé le 15 avril 1985. (Les informations sur la biographie de Dumitru Ciumbrudean sont synthétisées de Marius Rotar, « Communistes albaiuliens jusqu’au 23 août 1944. Le cas d’une ville de province », dans la revue Terra Sebus, n° 10/2018).

Le témoignage: Caporal Dumitru Ciumbrudean, 1914-1918, Journal de Guerre, Maison d’édition politique, Bucarest, 1969, 376 pages.

En général, l’historiographie roumaine exploitait et citait peu les écrits des soldats qui ont combattu dans l’armée austro-hongroise, parce que l’intérêt était centré sur les journaux intimes des soldats qui avaient combattu dans l’armée roumaine et avaient contribué à la naissance de la Grande Roumanie. Dans les témoignages des anciens combattants de l’armée austro-hongroise, seuls les événements de la fin de la guerre et leur implication dans la lutte pour l’union de la Transylvanie avec la Roumanie étaient d’intérêt. Le Centenaire de la Première Guerre mondiale a connu un peu le même silence et c’est le mérite de l’Université Babes-Bolyai et de l’Institut d’Histoire « George Baritiu » à Cluj qui ont réédité ou mis dans le circuit scientifique les témoignages de Roumains ou de Hongrois dans l’armée austro-hongroise.

L’œuvre de Dumitru Ciumbrudean est une exception dans le sens indiqué ci-dessus, et c’est parce que l’auteur avait été un membre important du mouvement socialiste et communiste. Le livre a été publié un an après que la Roumanie communiste avait célébré le 50e anniversaire de la Grande Union de 1918, à la Maison d’édition politique, la maison d’édition du Parti communiste roumain. Mais Dumitru Ciumbrudean avait également publié des extraits de son journal sous la forme d’une série de 250 épisodes dans le journal « Nouvelle Roumanie » à Cluj en 1936-1937. Un destin étrange a fait que dans les deux moments de la publication de 1937 et de 1969 ses fragments de journal n’ont pas été entièrement rendus, et la préface de l’œuvre est intensément politisée, soulignant pour les lecteurs les aspects qu’il fallait comprendre: les soldats regardaient avec admiration le monde russe et sa révolution ; le socialisme et le communisme étaient contre la guerre impérialiste et capitaliste. D’une part, le journal « Nouvelle Roumanie » avait censuré les références des soldats à la révolution russe et à Lénine, puis la censure communiste avait fonctionné avec la même mesure, coupant certains passages qui n’étaient pas d’accord sur le mouvement socialiste et ses dirigeants. Son journal est actuellement dans les archives du Musée National de l’Unité d’Alba Iulia. Sa notoriété en tant que communiste le met très probablement dans une zone d’ombre après la chute du communisme et son journal n’a jamais été réédité à l’occasion du Centenaire de la Grande Guerre comme cela a été fait pour d’autres œuvres d’anciens combattants.

Analyse du livre

Le journal du caporal Ciumbrudean Dumitru contient ses notes pendant 1619 jours, du 28 juin 1914 au 1er décembre 1918. Dans son avant-propos, Ciumbrudean avertit le lecteur que « mes notes sont souvent des vérités cruelles, comme l’étaient les gens dans les vagues de secousse morale et physique, perdant parfois leur sang-froid du jugement humain. Pas de tendance ou un grain de passion que je n’ai marqué dans mon carnet. Je le pensais pour moi, sans penser qu’il verrait la lumière de l’imprimé. Mon but est que mes sentiments soient connus des autres, en particulier ceux qui n’ont pas prêté attention au cauchemar mondial; pour connaître les affaires de la guerre, à ceux qui n’avaient aucune idée de la façon dont les jours amers se sont écoulés entre la vie et la mort de millions d’êtres envoyés à l’abattoir » (p.34).

Au-delà de ce qu’il déclare au départ, le journal de Ciumbrudean regorge de ses convictions socialistes et nationalistes. Ses souvenirs sont écrits avec une coloration pacifiste selon la déclaration du mouvement socialiste européen qui avait à cette époque appelé à la « Guerre à la Guerre ». Ensuite, l’autre note est celle du nationalisme roumain qui milite pour l’union de tous les Roumains sous l’égide de la Roumanie. Comme tous les Roumains de Transylvanie contraints de se battre pour une cause qui n’est pas la leur, Ciumbrudean ne participe pas avec enthousiasme à la guerre et veut la paix, mais aussi la désintégration de l’empire. « Nous n’avons pas de droits, pas de pays à combattre. Vous, mon enfant, vous ne devez pas mourir pour la stupidité des dirigeants de l’empire. » Il enseigne une leçon sur la façon de se comporter sur le front, une leçon qu’il donne en décrivant l’attitude de tous les soldats enrôlés presque par la force dans l’« armée sans âme » comme il appelle l’armée de l’empire austro-hongrois.

Le journal commence par la description de l’atmosphère de Budapest le 28 juin 1914, après l’annonce de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand. Ciumbrudean est témoin des manifestations guerrières des citadins qui descendent dans la rue et crient : « À bas la Serbie ! Mort à la Serbie ! » Suivent des chansons guerrières et nationales hongroises. Il est forcé de retourner à Alba Iulia et le 2 août est mobilisé au 50e Régiment, compagnie 12. Le 15 août, le régiment part pour le front. Sur la paroi du wagon, il est écrit: pour six chevaux ou 40 personnes… Destination du front galicien. Sur le chemin tous les soldats murmurent: Galicie, Galicie, brûler votre feu!

Le 27 août 1914, le caporal connaît le baptême du feu : « Ah je ne vois plus. Un brouillard de peur joue dans mes yeux, mais mon arme fonctionne. Je me tords pour tirer plus vite. Nettoie ceux qui veulent me tuer. Je tire, je tire, je tire… Nous tirons car nous devons tirer … Pour l’idéal et l’humanité, plus de guerre, ne tirez plus », note Ciumbrudean. Le 16 janvier 1915, un professeur hongrois, un Roumain et un volontaire polonais parlent de littérature sur les grands poètes, et un soldat illettré demande : « Mais ces gens, célèbres comme vous le dites, n’ont rien écrit sur la paix ? À cette question, tout le monde se regarde et se ferme. »

Le 27 septembre 1915, après plus d’un an de guerre, en permission, il quitte sa maison. Dans la rue, écrit-il, tout le monde regarde mes décorations et m’interroge à leur sujet : « Je souris et je leur dis que je ne suis pas un héros et que les héros meurent. » Il retourne au front et se bat à nouveau en Galicie.

Encore une fois son journal enregistre l’absurdité de la guerre. Le 23 janvier 1916, il note une discussion dans le même esprit contestataire : « Je crache sur ton art ! », dit encore un soldat qui assiste à une discussion sur Léonard de Vinci, Le Titien, Van Dyck, etc., « Si vous ne pouviez pas arrêter la guerre pour sauver l’art. Il fallait apprendre aux gens à ne pas faire la guerre ! » leur dit le même soldat en colère.

En juin 1916, son régiment est transféré sur le front italien. De là, il apprend que la Roumanie a déclaré la guerre aux Puissances Centrales, les soldats de nationalité roumaine sont un peu confus. Qu’est-ce qu’ils font ici ? Les dirigeants leur donnent des rations plus importantes et des cigarettes pour renforcer leur attachement à l’armée impériale, mais le mal est déjà fait: le combat n’est plus le leur.

En 1917, le caporal Ciumbrudean décrit les violents combats menés sur le front italien, mais aussi la situation de plus en plus difficile des Roumains en Transylvanie, familles affamées et persécutées. Les soldats parlent de plus en plus des bolcheviks et de Lénine, et sur leurs lèvres l’adage est: « laisser combattre les rois entre eux ».

Dans la ville où il y a trois ans les gens criaient : « Nous voulons la guerre ! Vive la guerre ! Mort à la Serbie ! », il chuchote: Nous voulons la paix! On n’a plus besoin de guerre ! écrit avec ironie Ciumbrudean le 5 janvier 1918 dans son journal lors de son passage à travers Budapest après un congé militaire. En juillet, il a subi une blessure à la main et a été hospitalisé à Belgrade où il séjourna jusqu’au 18 septembre, date à laquelle il fut transféré en Hongrie, puis a été déclaré inapte à la guerre. L’armistice le trouve à Alba Iulia, où il est de nouveau impliqué dans le mouvement socialiste et participe le 1er décembre 1918 à l’Assemblée Nationale des Roumains qui ont voté pour unir la Transylvanie à la Roumanie.

Le journal de Dumitru Ciumbrudean, c’est le journal d’un socialiste, il a évidemment une portée politique, mais c’est aussi le journal d’un pacifiste, d’un homme qui condamne la guerre. Il conclut le récit de son expérience personnelle de participation à la Grande Guerre: «J’ai connu des nations et des coutumes. J’ai appris à connaître l’âme humaine. J’ai vu des milliers de morts et de blessés. Tout cela m’a terriblement secoué, car maintenant je ne peux plus regarder un animal mort sans me faire mal. J’ai été blessé plusieurs fois et de la main droite je suis devenu invalide de guerre. Combien j’ai traversé! Pourquoi avons-nous été incités? Qui a semé la haine dans les âmes de la foule? Pourquoi avons-nous été aveuglément poussés à tuer? Sur la ruine du vieux monde, j’ai rêvé d’un autre monde après tant de souffrances et de misères. Nous qui avons vécu la guerre ne devrions pas être accusés de la haïr. Au nom de la paix, je condamne la guerre et je veux rendre hommage à travers mes notes à tous ceux qui se sont révoltés contre elle. »

Dorin Stanescu, mai 2021

Share

Bessière, Frédéric (1880-1951)

Élie Frédéric Bessière est né le 8 octobre 1880 à Mazamet, de Pierre Bessière (entrepreneur en maçonnerie à Hautpoul) et de Noémie Sire (elle tenait une auberge dans la gorge des usines sous le village perché d’Hautpoul : repas pour les ouvriers, débit de boissons, il parait que pour tenir tête à certains clients avinés elle utilisait un fouet pour se faire respecter). Il avait un frère, Émile qui a pris la suite du père (maçonnerie).
Il semble qu’il ait fait des études jusqu’au niveau 6e-5e et ait obtenu le certificat d’études (aux dires de son fils, Pierre). Par la suite il a été un temps maçon puis a changé en devenant compagnon du tour de France en tant que charron. Il a été formé à Sérignan dans le Bas-Languedoc, son chef d’œuvre a été la réalisation d’une paire de sabots en bois de citronnier.
Il s’est installé en ville à Mazamet en 1903 et a épousé en octobre 1913 Julie Bonnet (1887-1994) qui était bonne dans une famille de Mazamet, fille d’un tisserand et d’une ménagère originaire du hameau des Raynauds, commune de Saint-Amans-Soult.
Julie avait mis une condition au mariage : elle ne reprendrait pas le bistrot dans la gorge de l’Arnette. Ils se sont alors construit une maison au lieu-dit « la Maylarié », commune d’Aussillon, limitrophe de Mazamet.
De leur union sont nés deux enfants : Juliette en 1914, et Pierre en 1920.
Frédéric a été charron-entrepreneur toute sa vie. Il est décédé le 10 septembre 1951 d’une crise cardiaque, à Aussillon.

Service militaire : classe 1900, bureau de recrutement Carcassonne, n° registre matricule 1305. Incorporé au 15e RI à compter du 14/11/1901 jusqu’au 16/09/1902 ; mobilisé le 01/08/1914, passé au régiment mixte colonial de la 1ère division du Maroc le 24/09/1914, puis au 6e bataillon colonial le 07/11/1914. Porté disparu le 18/12/1914 à Mametz, Somme (le courrier officiel annonçant sa disparition à son épouse est en date du 09/04/1915). Prisonnier (voir ci-dessous). Rapatrié le 15 janvier 1919, démobilisé le 27 février 1919.

Prisonnier de guerre : au camp de Mersebourg (près de Leipzig), 4e compagnie n° matricule 5738 A. Les cahiers ont été rédigés dans le camp de Wetzlar-sur-Lahn (près de Coblence). Il a participé aux travaux des champs où un compagnon de détention (surnommé « le feignant de Tanus », originaire de Vaour, Tarn) lui aurait appris à « saboter » l’effort de guerre allemand en détruisant les récoltes. Au cours de sa captivité il a réalisé de petits objets d’artisanat : ma famille possède encore un petit sac en macramé, un petit coffret sculpté et de petits cadres pour exposer des photos (le tout en merisier, le bois provenant de planches allemandes…).
Renseignements fournis par son arrière-petit-fils Baptiste Bessière.

Les deux cahiers contenant ses souvenirs de guerre sont allemands, aux couvertures illustrées de drapeaux, de cartes de la Saxe et de l’Allemagne, d’un résumé chronologique d’histoire, des tables de multiplication. Titre : « Mémoires. Impressions et souvenirs tragiques de ma campagne. Traduit [pour : transcrit] au camp de Wetzlar, près Coblence ».
Départ de Toulon en présence d’une foule enthousiaste, le 25 septembre 1914. Voyage dans de froids wagons à bestiaux. Au nord d’Epernay. Découverte des maisons détruites, chevaux morts, petites croix de bois et tas de terre fraichement remuée. Marches. Arrivée dans des tranchées profondes de 50 cm. Attaque arrêtée par les mitrailleuses : il ne reste qu’à se coucher et à creuser un trou à la cuillère. Les cris des blessés : quelle horreur chez des peuples que l’on disait en marche vers le progrès. Une deuxième attaque met hors de combat 784 hommes sur 1200.
Vers le domaine des Marquises, trouvé un blessé du 162e qui était dans un trou depuis trois jours (« un homme de 32 à 35 ans, à peu près de mon âge »). Le soir, Bessière et des camarades vont le chercher et le conduisent au poste de secours où ils sont menacés de punition par le major (attitude indigne).
1er et 2 octobre sous le feu. Corvées d’alimentation impossibles. Les soldats sont brûlés par la fièvre, presque fous ; les sapins sont hachés ; un obus sur une tranchée occupée par des Algériens tue 18 hommes, pulvérisés, têtes, bras, jambes… Le 4 octobre, patrouille vers une tranchée allemande abandonnée à des cadavres qui empestent ; découverts, les Français sont pris sous le feu et ont des tués.
« Je me demande quand cette impitoyable guerre finira. »
Mort du capitaine Reynaud, aimé de ses soldats, bon père de famille.
Repos dans l’Oise à Orvilliers : jours merveilleux.
9 décembre, tranchées pleines d’eau à Lassigny. Attaques à la baïonnette. Défilé devant le général de Castelnau. Repos : rencontre de camarades de Mazamet.
Attaque de Mametz (16 décembre). Dans le terrain détrempé, les obus font des trous énormes mais cela supprime les éclats. L’attaque réussit, puis échoue par manque de renforts. Il faut la tenter de nouveau. Bessière et son camarade Jougla ont ordre de sortir les derniers et de tirer sur ceux qui reviendraient en arrière. Jougla est tué, puis l’adjudant, puis le capitaine. Coincés dans un boyau par le tir des mitrailleuses, Bessière et quelques camarades sont capturés (impossible de se défendre à la baïonnette dans un boyau). Les Allemands sont d’une politesse extrême, nous appelant « Camarades français » (voir la notice Tailhades Fernand). « Vous êtes des braves commandés par des ânes », leur dit l’officier, en français (Bessière est surpris de voir tant d’officiers allemands parlant le français).
Le lendemain matin : « Camarades français levez-vous, une Française veut vous donner du café et du lait. »
Le texte de Frédéric Bessière s’arrête là, sur cette phrase.
La famille a l’intention de confier ces documents aux Archives du Tarn pour numérisation.
Rémy Cazals, novembre 2016

Share