Parution: Le Chemin des Dames

L’ouvrage de référence sur la bataille du Chemin des Dames (1917) paraît en édition de poche, revue et mise à jour.

Nicolas Offenstadt (dir.), Le Chemin des Dames, Paris, Perrin, « Tempus », 2012, 12€.

« C’est l’enfer[ …]. II faut y être passé pour comprendre » écrit le simple soldat Clerfeuille en évoquant le Chemin des Dames après le début de la fameuse offensive du 16 avril 1917, Le conflit dure depuis plus de deux ans et demi et le plan grandiose du général Nivelle ne vise rien moins qu’à terminer la guerre en perçant le front à cet endroit. Malgré certaines réticences civiles et militaires, qui ne peuvent être rendues publiques, Nivelle est alors porteur des espoirs de toute la nation, à l’avant comme à l’arrière. Près d’un million d’hommes sont rassemblés pour cette immense opération qui se transforme, dès les premières heures, en un épouvantable calvaire pour les soldats, confrontés à des positions allemandes en contre-haut, bien organisées dans un dédale de galeries et de cavernes insuffisamment détruites par l’artillerie : plus de cent mille hommes sont hors de combat en quinze jours… Les assauts dans la boue et la neige, face à des pentes imprenables, transforment l’espoir en boucherie. L’échec de l’offensive ouvre rapidement la voie à de nombreux débats et discussions et rend la mémoire de l’événement particulièrement trouble. D’emblée honteuse, la bataille est difficilement baptisée ; elle est bataille de l’Aisne, bataille du Chemin des Dames, ou encore offensive Nivelle, en fonction de ce que l’on veut souligner… On nie d’abord l’échec évident du projet ; on écarte ou minimise l’événement dans l’écriture de la guerre. Son importance est pourtant considérable par les choix militaires qu’elle entraîne (la fin des grandes offensives), les mutineries qu’elle provoque (et qui sont ici revisitées), et, au-delà, par son rôle dans la construction du mythe Pétain (le « sauveur » qui redresse les erreurs de Nivelle). Pour saisir toute la portée de l’événement, une équipe d’historiens, entre l’archive et le terrain, a mené une enquête de grande ampleur abordant toutes les facettes du « Chemin des Dames », de 14-18 à nos jours : histoires, combats, traces, mémoires… Il fallait aussi entendre ces autres voix qui ont toujours fait la vigueur du récit de la Grande Guerre : celle du combattant au cœur des offensives (Paul Clerfeuille) ou celle du Chemin des Dames d’aujourd’hui (Noël Genteur), celle de l’image (Arlette Farge) ou celle du romancier (Didier Daeninckx livre ici une nouvelle inédite).

Parution : 14-18, vivre et mourir dans les tranchées

La vie quotidienne des combattants, racontée et analysée à travers leurs témoignages, au format « poche ».

Rémy Cazals et André Loez, 14-18 Vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2012, 9,5 €.

Alors que tous les combattants français de 1914-1918 ont disparu, ce livre s’attache à faire revivre et comprendre leur expérience. Rémy Cazals et André Loez s’intéressent aux hommes des tranchées, aux fantassins, ils explorent tous les aspects de leur terrible quotidien. Une telle plongée dans l’univers du conflit est rendue possible par les nombreux témoignages que ces hommes ont laissés, carnets, souvenirs et lettres, et qui sortent depuis quelques années des tiroirs où ils dormaient. Ce livre veut donner la parole à ces hommes directement : ils ne sont pas vus et racontés ici par leurs chefs, par des observateurs prudemment restés à l’arrière, ou par ceux qui étaient sur le front avec l’intention de produire une œuvre littéraire. Ces hommes ordinaires disent avec précision, parce qu’ils l’ont vécue, l’horrible réalité de la vie matérielle, dans la boue, sous les obus ou face aux balles des mitrailleuses, leurs réactions à la violence commandée et subie, l’expression de leurs sentiments, de leurs espoirs, de leur désespoir. Ce qu’ils pensent de la guerre et de la paix, de leurs chefs et des gens à l’arrière. Comment ils se comportent vis-à-vis de leurs ennemis. Les valeurs qui apparaissent dans leurs récits sont celles de la vie civile en temps de paix, confrontée aux exigences d’une guerre inhumaine.

Compte-rendu de la conférence de Merano : “Italia, Austria e Russia nella Grande Guerra. La memoria tirolese” (en italien)

“Italia, Austria e Russia nella Grande Guerra. La memoria tirolese”

Merano, 21-22 giugno 2012.

Recensione di Irene Guerrini

Il 21 e 22 giugno si è tenuto nella città termale sud tirolese di Merano questo convegno internazionale, promosso e organizzato (molto bene) dal “Centro Russo Borodina” di Merano e dal “Centro della gloria nazionale” di Mosca, con la partecipazione di studiosi dell’Accademia delle Scienze russa e dell’Associazione degli storici russi della prima Guerra Mondiale, dell’Università di Innsbruck, dell’associazione “Croce nera” per le onoranze ai caduti dell’esercito austro-ungarico, di studiosi italiani.

Il convegno si è posto l’obbiettivo di avviare un’analisi comparata sul conflitto mondiale, ponendo a confronto alcune esperienze di ricerca e il livello di elaborazione storiografica in tre Paesi che furono tra i principali protagonisti della Grande Guerra: Italia, Austria e Russia, appunto. In particolare è stato interessante il confronto con la scuola russa, che solo negli ultimi venti anni è ritornata ad analizzare la Prima guerra mondiale in modo autonomo, separandola dallo studio della Rivoluzione di Ottobre. Anche in questa occasione si sono potute apprezzare, nelle analisi condotte dagli studiosi russi, le diverse impostazioni e sensibilità relative a questo snodo storico fondamentale per la storia di quel Paese. Di particolare interesse le analisi sulla storiografia sovietica e russa relativa al conflitto di Vjacheslav Shatsillo e Evgeny Sergeev.

Uno degli argomenti cardine della conferenza è stato quello relativo ai prigionieri di guerra russi concentrati dagli austro-ungarici in Tirolo, su cui Evgeny Sergeev condusse uno studio pionieristico già nel 1993, che ebbe come corrispettivo italiano l’indagine sui prigionieri austro-ungarici di lingua italiana catturati dall’esercito zarista realizzata, negli stessi anni, da Marina Rossi, anch’essa presente a questa Conferenza.

In particolare, si è analizzato l’uso che di questi prigionieri fu fatto dalla Duplice Monarchia per costruire fortificazioni e linee ferroviarie nella provincia di Bolzano, in particolare la ferrovia della Val Gardena. L’articolazione organizzativa della Conferenza, che prevedeva appunto lo svolgimento di una sessione a S. Cristina di Val Gardena, ha consentito di coinvolgere anche studiosi locali, appartenenti alla comunità ladina che abita da sempre quella valle. In tal modo è stata analizzata la sedimentazione, nella memoria della comunità, dell’esperienza di convivenza tra le popolazioni locali ed i prigionieri di guerra. In sostanza è emersa la comune esperienza di lavoro obbligato, dato che anche gli abitanti rimasti nella valle (donne, anziani e giovanissimi) furono costretti a contribuire alla costruzione di strade, ferrovia e funivie. Da questa esperienza sembra essere nata una memoria solidale, nella quale i prigionieri russi vengono ricordati più come vittime che come nemici.

Gli organizzatori della Conferenza hanno il duplice obbiettivo di ampliare lo studio dell’impatto della guerra negli ambiti sociali, e in particolare sulle condizioni di vita degli strati più deboli (prigionieri, malati, comunità locali) e di dimostrare l’interdipendenza di tutte le regioni a diverso titolo coinvolte nel conflitto, per cui le cui conseguenze di un singolo evento influirono sulla vita quotidiana e sulla storia di comunità anche molto distanti e diverse tra loro. A tal fine si propongono di dare continuità all’iniziativa di quest’anno proponendo anche per il futuro, e in particolare per il 2014, l’organizzazione di iniziative internazionali di studio.

Questo progetto è di grande significato anche per il fatto di svolgersi, con l’appoggio dei poteri locali, in una provincia che in un ancor recente passato fu sede di dure contrapposizioni tra la comunità di lingue italiana e quella di lingua tedesca e che oggi ha invece l’ambizione di presentarsi, in un contesto europeo attraversato da tensioni e contrasti, come un luogo di riflessione e di elaborazione comune sulla storia del continente.

Parutions : colloque de Béziers / Mélanges Jules Maurin

Les Actes du colloque de Béziers (septembre-octobre 2010) viennent de paraître sous la direction de Hubert Heyriès, Histoire militaire, études de défense et politiques de sécurité, des années 1960 à nos jours, Paris, Economica et Institut de Stratégie et des Conflits, 2012, 497 pages, index, avec la participation de CRISES, Université Paul Valéry Montpellier 3. L’ouvrage est divisé en cinq parties : “L’histoire militaire en centres de recherche” ; “L’histoire militaire hors de France” ; “L’histoire militaire en arme” ; “L’histoire militaire sous d’autres cieux” ; “L’histoire militaire en marche”. Dans la première partie, on pourra lire la communication de Rémy Cazals sur “Le CRID 14-18”, faisant évidemment état de la situation du CRID à la date du colloque. Dans la quatrième partie, un texte de Julien Mary et Frédéric Rousseau, “Les musées militaires : objets d’histoire et de mémoires”. La conclusion générale est de Jules Maurin. Rappelons que, lors de ce colloque, a été remis à Jules Maurin le livre d’hommage intitulé Combats, préparé par Jean-François Muracciole et Frédéric Rousseau (Paris, Michel Houdiard éditeur, 2010, 492 pages) qui contient, entre autres, deux textes fondamentaux : “Pour en finir avec ‘le moral’ des combattants” par André Loez, et “Penser la Grande Guerre avec ou sans Jules Maurin, Retour sur Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919)”. Parmi les autres contributions touchant à la guerre de 14-18 dans ce livre d’hommage, notons celles de Rémy Cazals, Jean-Jacques Becker, Odon Abbal, Gérard Cholvy, Jean-Claude Hélas, Elie Pélaquier, François Cochet, Yves Pourcher, Rémy Pech, Giorgio Rochat, Antoine Prost.