Rolland, Caroline (1869-1942)

Sœur cadette de Maria Rolland (voir ce nom), tante de Fris Cabos (voir ce nom), veuve Pagès. Née à Bassoues (Gers) le 1er avril 1869. Le fonds Fris Cabos contient 4 lettres adressées par Caroline à son neveu pendant son service militaire de 1913-1914 et 24 lettres entre 1916 et 1919. Veuve, sans enfant, elle considère son neveu un peu comme son fils et lui envoie des colis de nourriture et quelques billets de cinq francs.
Le 18 février 1917, Caroline écrit : « Ayant lu dans les journaux les communiqués qui se déroulent en Champagne, ils sont peu faits pour me rassurer. Cependant il faut espérer que le bon Dieu qui t’a protégé en maintes occasions te gardera jusqu’à la fin de cette dure épreuve. » Elle ajoute que les ouvriers se font toujours plus rares pour les travaux des champs.
Le 12 octobre : « Si seulement cette malheureuse guerre prenait fin, le reste on s’arrangerait toujours d’une façon ou autre. » Et le 16 octobre, Caroline exprime son cafard, comme sa sœur à la fin d’une permission. « À ton exemple je vais prendre courage et accepter la volonté du bon Dieu puisque lui seul est le maître de notre destinée, et je le prierai encore davantage qu’il te protège dans cette catastrophe qu’est la guerre, afin que nous ayons un fils pour deux mères. » Le beau temps devrait permettre de faire les semailles. Les vendanges ont donné de beaux raisins, mais en faible quantité, 14 à 15 comportes.
11 août 1918 : « Depuis quatre ans il a bien fallu faire preuve de courage pour résister aux horreurs de cette maudite guerre. » La récolte de blé est bonne, le pain est rationné, « mais on a eu un supplément pour dépiquer, on donne du pain sans tickets. » Elle envoie « un petit billet pour boire une bouteille à ma santé ».
Le 17 octobre, Caroline est heureuse de savoir que Fris est « éloigné du front ». C’est un changement favorable « en comparaison de la vie des tranchées ». « Tout de même c’est malheureux que la nourriture ne soit pas suffisante ; car s’il faut payer de sa bourse, je comprends que tes petites économies y seront vite passées car là comme chez nous il y a les marchands qui font fortune aux dépens de la guerre. » Elle envoie un mandat de dix francs.
22 juin 1919 : « Je crois que le temps va te paraitre long comme tu me dis, surtout à Paris si l’on ne peut circuler librement. Mais si les grèves sont finies, au moins pour le moment, tu seras plus tranquille. Il me tarde d’apprendre que ce traité de paix soit signé pour revenir parmi nous, il faut croire que l’heureux jour arrivera sans tarder. »
Rémy Cazals, août 2020

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.