Pasquié (ou Pasquier), Louis (1886-1932)

Né à Rignac, près de Gramat (Lot), le 11 mars 1886, d’un père forgeron, dans une région marquée par une grande hostilité entre groupes politiques et religieux. Ses années à l’école catholique le font devenir anticlérical, et il sera connu comme « Pasquié le mécréant ». Ses deux années de service militaire au 10e Dragons de Montauban le font devenir antimilitariste. L’intervention de l’armée dans les grèves le rapproche du socialisme. Marié à Paris en 1912, il s’y installe comme serrurier et électricien. Après la guerre, il revient dans le Lot, à Alvignac comme artisan en travaux hydrauliques. Très dynamique, il monte une auberge sur la route touristique de Rocamadour et de Padirac. Il meurt à 46 ans en 1932.

Ses deux carnets de guerre sont dédiés à sa femme et veulent être les substituts d’une conversation. Ils ont été retrouvés par son petit-fils Michel Georges dans le cadre d’une recherche généalogique, retranscrits, et un exemplaire du texte a été déposé en 2021 aux Archives départementales du Lot. La présentation par M. Georges occupe 37 pages sur les 76 de l’ensemble.

Le récit se divise en deux parties distinctes. Louis Pasquié est d’abord mobilisé au 220e RI où ses talents de cuisinier et sa débrouillardise sont très appréciés des officiers. Il décrit leurs exigences, les pillages, le gaspillage généralisé. Un moment attaché au service téléphonique, il est frappé par la stupidité des demandes que les chefs font passer par cette voie. Il s’en prend aussi aux aumôniers. Il signale les ravages causés sur l’infanterie par des « tirs amis » (par le canon de 75), le bourrage de crâne des journaux, l’artisanat des tranchées, les permissionnaires remontant en pleurant. Autant de situations déjà bien connues. Mais, plus original, il est un des rares témoins à évoquer clairement l’homosexualité.

Le 16 août 1915, son savoir-faire professionnel reconnu, il est envoyé comme affecté spécial aux établissements Dulac à Lyon, usine métallurgique. Il y retrouve un même niveau de gaspillage, l’arrogance des petits chefs, sous la menace permanente du retour au front en cas de contestation. Il décrit le travail des enfants, les mauvaises conditions de la vie ouvrière (logement, cherté, restrictions alimentaires), le syndicalisme et les grèves. Lui-même reconnait que ses notes ne peuvent être que superficielles. Un passage concerne les fêtes de la victoire à Lyon ; un autre les ravages de la grippe espagnole.

Rémy Cazals, février 2021

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*