Maginot, André (1877- 1932)

1.   Le témoin

André Maginot est né à Paris le 17 février 1877. Fils d’Auguste, notaire parisien issu d’une vieille lignée de paysans meusiens. La famille passe régulièrement les congés scolaires en Lorraine, à Revigny (Meuse).  Après des études secondaires au lycée Condorcet (Paris) où il passe son baccalauréat, il fait de brillantes études supérieurs à l’École des Sciences Politiques et l’École de Droit. Docteur en Droit.

Il effectue un service militaire d’un an au 94e d’infanterie à Bar-le-Duc ayant obtenu une dispense de fils aîné de veuve. Admis au Conseil d’État, il devient rapidement chef-adjoint du Gouverneur Général de l’Algérie Célestin Jonnart. En 1905, André Maginot épouse Marie Dargent issue d’une vielle famille bourgeoise de Revigny. Après avoir mis au monde deux enfants, celle-ci meurt en couches le 12 décembre 1909. (Maginot perd son fils âgé de 20 ans, atteint par la grippe).

Conseiller général de Revigny, puis député de la Meuse en 1910. Inscrit à la Gauche démocratique, il fut élu secrétaire de la Chambre en 1912 et le resta jusqu’en 1913. Avec l’arrivée de Poincaré à la présidence de la République, Maginot s’engage très activement dans la défense de l’adoption de la Loi de trois ans. Il devient sous-secrétaire d’État à la Guerre (9 décembre 1913- 9 juin 1914).

Dès le 1er août 1914, il quitte Paris en compagnie du député Frédéric Chevillon, lorrain comme lui, et rejoint son régiment, le 44e Territorial, à Verdun. À cause du manque d’effectifs, et bien qu’appartenant à la Territoriale, dès le 11 août, Chevillon et Maginot montent en ligne.

Le 28 août, après avoir mené ensemble une patrouille téméraire, les deux députés sont nommés caporaux. Le 2 septembre, il écrit : « Hier j’ai fait du bon travail, je me suis avancé avec ma patrouille à 4 kilomètres d’Etain. Dans le village de Gincray, je suis tombé sur huit hussards de la mort, cinq ont été tués. J’en ai tué deux, dont le chef, auquel j’ai pris son sabre. » (Cf. Pierre Belperron, André Maginot, Paris, Plon, 1940, p. 30). Il est nommé sergent et cité à l’ordre de la division.

Grièvement blessé au cours d’une patrouille le 9 novembre. Après un long séjour à l’hôpital, il retourne à la Chambre. Le 11 janvier 1917, il est élu président de la Commission de l’armée. Le 19 mars, il entre comme ministre des Colonies dans le Cabinet Ribot et commence alors une brillante carrière ministérielle.

2. Le témoignage

Les Carnets de patrouille d’André Maginot ont été préparés par sa sœur, Mme R. Joseph-Maginot ; dans l’avant-propos, celle-ci présente « ce simple récit » comme des « notes jetées à la hâte, en ses brefs instants de liberté, sur de simples feuilles de papier à lettres ou de cahiers d’écolier » que l’auteur « n’a pas eu le temps de […] revoir. La mort est venue le surprendre avant qu’il les ait mises au point. Il y tenait beaucoup. Je les livre telles que je les ai trouvées sans y changer un mot »… Pour autant, contrairement à ce que peut laisser penser le titre donné à la publication de ce témoignage publié à Paris, chez Grasset en 1940 (181 pages), ces « carnets » s’apparentent davantage à des souvenirs recomposés par le député. En témoigne immédiatement cette phrase qui conclut l’évocation de l’ambiance du départ le 1er août : « Noble et courageux peuple de France, toujours prêt aux plus sublimes sacrifices, comme j’ai senti battre ton âme sur ce quai de gare et que de fois, par la suite, le souvenir que j’en ai gardé m’a aidé à traverser les rudes moments ! » (p. 12, mais seconde page du récit). Voir aussi p. 23, au chapitre II, « Verdun. 2 août 1914 » ; après avoir passé la nuit chez lui à Revigny, Maginot prend le train pour Verdun ; il écrit alors : « Je revois, en cours de route, tous ces jolis villages qui s’étagent de la vallée de l’Ornain à celle de l’Aire et sur lesquels, avant un mois, les hordes allemandes plus féroces cent fois que les bandes de Gustave-Adolphe…. » ; ces deux remarques, qui sont suivies par une multitude d’autres réparties tout au long du récit, suffisent à démontrer que ces « carnets » ont été composés après l’automne 1914. D’ailleurs, le dernier chapitre relate la « dernière patrouille » au cours de laquelle le député a été grièvement blessé, le 9 novembre 1914. Peut-on dater plus précisément la rédaction de ce récit ? Le ton et l’expression vigoureusement agressives peuvent indiquer une composition effectuée durant les années de guerre. Dans le chapitre VIII, Maginot fait une allusion au « brave et regretté Driant » (p. 135) ; nous savons que Driant est tombé au Bois des Caures (Verdun) le 22 février 1916… En tout état de cause, Jean Norton Cru aurait noté le faible nombre de dates précisées dans ce récit présenté comme des « carnets » : 1er, 2, 22, 26 août, 1er septembre, 12 octobre 1914,  « premiers jours de novembre » (p. 145), 9 novembre 1914 (p. 155).

1940. La date de publication est intéressante. Le livre paraît en effet en pleine « drôle de guerre » durant laquelle la foi en la capacité de la ligne Maginot à empêcher toute invasion est encore largement partagée. Durant cette même période, une brève biographie (hagiographie) d’André Maginot est publiée par Pierre Belperron, André Maginot, Paris, Librairie Plon, 92 pages. La quatrième de couverture reproduit un cliché du monument « André Maginot » dressé à Souville (inauguré le 18 août 1935). Quelques semaines avant le déferlement des Panzerdivisionen, la biographie s’achève sur ces mots : « L’homme, que fut Maginot, méritait d’être mieux connu et aimé de ceux que « sa » ligne abrite et protège et de tous ceux, de par le monde, qu’elle sauvera de la dictature hitlérienne, en arrêtant les armées allemandes »…

On notera encore que la biographie de Belperron et les « carnets » recèlent certains éléments communs qui apparaissent sous la forme de notes brèves, probablement extraites du véritable carnet de route tenu par Maginot durant ses aventures de patrouilleur (dans les Carnets de patrouille, sa sœur insère un certain nombre de ces notes) ; par exemple : « Le 23, il est tout « retourné », car il a trouvé trois patrouilleurs du 164e « le crâne défoncé à coups de talons, les oreilles coupées et le ventre ouvert à coups de baïonnette ». (p. 134 dans les « carnets » ; p. 32 dans la biographie). Cependant la biographie comporte davantage de citations de ce type. « Le 7 [novembre], l’attaque continue. Il entre le premier dans Mogeville. « J’ai sauté sur la sentinelle allemande qui m’a manqué à bout portant et je l’ai tué d’un coup de baïonnette ». » (p. 33). Dans les Carnets, cet épisode est quelque peu transposé ; il n’est plus question d’une sentinelle mais d’un officier… : « J’ai la chance de pouvoir, au sens littéral du mot, « parer la balle » et en guise de réponse, je plante froidement ma baïonnette dans le cou de l’Oberleutnant » (p. 152).

La confrontation de ces quelques notes « prises sur le vif » avec le récit intitulé « Carnets de patrouille », permet de percevoir la facture littéraire de ces derniers. Quelques mois, voire quelques années après les faits relatés, Maginot a construit – pour partie à partir de ses notes – un récit d’aventures (cette remarque indique clairement que tel était son projet : « c’est ainsi que surpassant les romans d’imagination de maints conteurs, surpassant les aventures de cape et d’épée de Dumas, quatre simples patrouilleurs réussirent à s’emparer d’un village occupé par l’ennemi », p. 154), plus cohérent, plus linéaire, mêlant anecdotes personnelles et considérations d’ordre plus général. Lui-même et quelques-uns de ses compagnons hauts en couleurs sont savamment mis en scène. Pour autant, cette reconstruction plus ou moins tardive ne s’accompagne pas d’une euphémisation de la violence de guerre : ainsi Maginot ne craint pas de se dépeindre en train de tuer (p. 114, 115, 152, 160); mieux, il s’en glorifie. Chez Maginot, on ne trouve pas de trace d’autocensure suscitée par un sentiment de culpabilité rétrospectif.

3.   L’analyse

1er août 1914 : le départ à la Gare de l’Est : le calme recueilli des quais contraste avec la frénésie bruyante des abords de la gare.

2 août 1914 : Verdun ; arrive en gare un train venant de Paris empli de réservistes chantant « la Marseillaise. Les portières des wagons, les embrasures des fourgons sont ornées de guirlandes de feuillages retenues par des rubans tricolores… » (p. 26)

Garde civique : à Verdun, un coiffeur intrigue Maginot par son accoutrement : « lui aussi a un képi ou plutôt une casquette que je ne puis mieux comparer qu’à celle d’un chef de fanfare, agrémentée de deux galons d’argent, insigne évident d’une hiérarchie que j’ignore. […] bon prince, [il] m’apprend […] qu’il est depuis la veille chef de la garde civique. En cette qualité, il parcourt la ville avec trois ou quatre citoyens qui constituent la dite garde, assurant l’exécution des ordres de la municipalité, veillant à ce qu’il ne reste personne de ceux dont le départ a été décidé, faisant fermer les boutiques et les cafés indûment ouverts, rappelant les civils et parfois même les militaires au respect de l’autorité et des règlements » (p. 29).

Le régiment de Maginot doit organiser la défense d’un petit plateau afin d’interdire à l’ennemi la route de Douaumont. La vision des villages envahis incendiés met en rage les soldats témoins : « Si jamais on les tient, les bandits, avec quelle joie on leur fera payer tout cela ! » (p. 45). Notons que la plupart des compagnons de Maginot sont originaires de territoires envahis et ravagés.

Maginot évoque le spectacle démoralisant de l’exode des populations civiles (22 août 1914) bientôt suivies, quelques heures plus tard, par les soldats en retraite (p. 47). Rien que très banal.

Mais le témoignage de Maginot vaut surtout pour son évocation d’un type de guerre peu décrit : la guerre de patrouilles : une guerre d’embuscades. Au début de la guerre, les reconnaissances étaient effectuées par des patrouilles, insuffisantes en nombre, et constituées par des détachements de volontaires sans cesse renouvelés. Dans son secteur (devant Verdun), le bouillant caporal Maginot suggère au général Moutey de constituer des corps de patrouille réguliers ; et le général autorise Maginot à constituer une « patrouille régulière » avec des volontaires pour la plupart « connaissant admirablement le pays, aimant par-dessus tout la chasse, tous un peu braconniers par tempérament, casse-cou et risque-tout »… (p. 55)

Les patrouilleurs de Maginot s’installent au village de Bezanceaux, à la pointe des avant-postes du secteur de Verdun.

26 août : mission à Maucourt et Mogeville. Les Allemands n’occupent pas ces villages. Maginot, deux autres députés, Chevillon et Abrami, et quelques hommes réussissent à rapporter de précieux renseignements. Ils sont félicités et promus caporaux.

1er septembre : à 3 heures du matin, départ en patrouille de reconnaissance depuis Fleury jusqu’à Gincrey ; les Allemands ne sont pas dans le village abandonné ; seul un couple de vieillards demeure caché dans une cave, dans l’attente du retour de l’armée française. Quelque peu dépité de n’avoir pas débusqué d’Allemands, Maginot persuade alors son capitaine de le laisser dans le village avec dix hommes pour tendre une embuscade aux cavaliers allemands qui ont pris l’habitude, le soir venu, d’abreuver leurs chevaux dans ce village (p. 108-115) ; « j’ai la chance de toucher mon Boche qui, atteint en pleine course, fait panache sur mon coup de fusil et s’abat pour ne plus se relever. – C’est toujours un de moins, conclut Muller en guise d’oraison funèbre. [Muller est un Alsacien, qui après avoir déserté de l’armée allemande s’est engagé dans la Légion. Il voue une haine féroce aux Allemands…] J’approuve sa réflexion de la tête [poursuit Maginot]. Bien que je ne sois pas d’un naturel sanguinaire, je trouve, en effet, que le rude Alsacien a raison. Moins il en restera de cette race de proie qui nous poursuit de sa haine implacable et déchaîne en ce moment sur l’Europe tat de calamités, mieux cela vaudra pour nous et pour l’humanité. La fameuse parole de Kipling me revient à l’esprit : « Le monde se divise en deux : les Humains et les Allemands ». (p. 115-116)

Maginot et ses camarades parviennent à se retirer du village et à rejoindre les lignes françaises. Son fait d’armes lui vaut une nouvelle citation à l’ordre de la division.

Le 7 octobre 1914, nouvelle citation à l’ordre de la division : « Le général commandant le 1er secteur, cite à l’ordre du secteur le sergent Maginot, du 44e régiment territorial. Au cours d’une reconnaissance effectuée dans la journée du 6 octobre, ce sous-officier commandant une patrouille d’éclaireurs, a vigoureusement entraîné ses hommes pour entrer dans le bois de Maucourt et a ainsi grandement contribué à chasser l’ennemi. »

Voilà quelques passages qui émoustilleront les « anthropologues » en herbe, découvreurs des liens pouvant exister entre la pratique de la chasse et la guerre : « De façon à permettre à mes hommes de recharger leurs armes le plus rapidement possible, je leur ai fait remplir de cartouches leurs képis posés à terre à côté d’eux. C’est un procédé que j’ai maintes fois, pour ma part, employé en battue et dont je me suis toujours bien trouvé… » (p. 110) ; un peu plus loin : « C’est presque un départ pour une partie de chasse que celui de notre patrouille. La nuit finit à peine. […] Mes compagnons sont bien dispos après un bon sommeil. Ils sont presque joyeux à l’idée que nous allons chercher du « boche » et que le véritable but de notre expédition est de ramener des prisonniers. N’est-ce pas après tout une véritable chasse ? » (p. 130) ;

La patrouille est fructueuse et un jeune soldat allemand est fait prisonnier ; au passage, il est à noter que l’un des hommes de la patrouille qui au moment du départ de la patrouille semblait particulièrement déterminé à ne pas faire de prisonnier et s’était doté d’un « long couteau », se montre en définitive ému par la jeunesse du prisonnier. Il lui offre même à boire pour le « remonter »… Ainsi, les déclarations volontiers assassines de cet homme (« dont la femme et le petit sont restés à Briey […] sous la férule de l’ennemi ») ont-elles été finalement contredites par des gestes d’humanité. Le « chasseur » a reconnu l’homme en sa prise… C’est pas simple l’anthropologie ! Le mieux est de ne pas oublier que les patrouilles en avant des lignes fortifiées, les coups de main, les embuscades, ne sont pas le quotidien de la majorité des poilus, loin de là. Ce type de guerre, que l’on pourrait assimiler à la « petite guerre », se distingue très fortement de la guerre de tranchées où les soldats subissent quasiment impuissants les fouilles meurtrières des artilleries.

12 octobre : affaire d’Ornes. Chaude alerte ; Maginot et ses hommes échappent de peu, grâce à la nuit, à un encerclement par un nombre supérieur d’ennemis.

Début Novembre : prise du village de Mogeville occupé par les Allemands.

Le dernier chapitre relate la dernière patrouille : le 9 novembre. Cette fois, l’affaire tourne mal. La patrouille est décimée ; Maginot est lui-même grièvement blessé et doit ramper sur 25 mètres, sous une pluie de balles pour rejoindre le gros de ses maigres forces ; il décrit un long calvaire durant lequel ses hommes se sacrifient (plusieurs sont tués) pour le ramener à l’abri (on peut confronter ce récit au témoignage du sergent Léonard rapporté par Belperron dans la biographie de Maginot, p. 34-36). Notons que dans sa relation de l’épisode, Maginot établit une comparaison entre les deux « races » : « les cris de douleur des soldats boches […] n’ont rien d’humain. Ce sont des hurlements de bêtes fauves, des plaintes tragiques, des appels effroyables qui, malgré toute l’horreur de ma propre situation, m’arrachent cette pensée qui maintenant domine mes souffrances : « Vraiment, comme ces gens-là portent mal la balle ». Et j’ai près de moi le contraste complet des deux races : hormis le malheureux Georges nous n’avons, de notre côté, que des blessés, mais eux ne disent rien. Résignés, silencieux, c’est à peine s’ils se plaignent, sauf le pauvre chapelet qui, le ventre entr’ouvert, commence à râler. Derrière moi je l’entends et faisant de mon mieux, je tâche de l’exhorter : « Fais comme moi… Bouffe-toi les poings… » » (p. 166)…

Frédéric Rousseau, mai 2008.

Share

Dantoine, Pierre (1884-1955)

1. Le témoin

pic_dantoine.jpg

Pierre Dantoine est né à Carcassonne le 22 février 1884. La disparition précoce de son père, huissier, oblige le garçon, tout juste âgé de quinze ans, à interrompre ses études pour subvenir aux besoins de sa famille. Il est alors employé à la gare de Carcassonne où il travaille parfois de nuit. Lorsque la guerre éclate en 1914, il est mobilisé et combat au 272e RI. Il consacre alors ses moments libres à la réalisation de dessins et d’esquisses. Après la guerre, il trouve un emploi à la préfecture de l’Aude où il finit sa carrière en 1944 comme chef de bureau. Jusqu’à sa mort à l’âge de 71 ans, il ne va cesser de dessiner. Sa notoriété régionale se double de la reconnaissance officielle de son talent : en 1926, il reçoit les palmes académiques, puis est décoré en 1938 de la croix de chevalier de la Légion d’honneur.

2. Le témoignage

Si de nombreux soldats se sont mis à écrire au moment de la guerre, le témoignage de Dantoine s’inscrit pleinement dans ses pratiques d’avant-guerre : observateur, il croque ainsi, déjà avant 1914, scènes de rue, personnages pittoresques et figures originales de la vie politique locale et internationale. Nombre de dessins sont déjà accompagnés de légendes en languedocien ou dans les deux langues. Dans la guerre, il multiplie les dessins de soldats ou de civils. La correspondance est aussi l’occasion d’envoyer des nouvelles sous une forme qu’il affectionne particulièrement : le dessin humoristique. Cette anecdote, rapportée par Le courrier montre que son activité n’est pas née après-guerre : « Au moment de la mobilisation, en 1914, il demande à sa famille qu’on lui envoie du gros tabac de troupe, car c’est un grand fumeur de pipe. Mais ne recevant rien, il envoie une carte sur laquelle il gribouille un dormeur en train de rêver à du gros tabac de troupe, avec comme légende : ‘ le rêve passe’ » (cité par Audrey Fernandez, voir bibliogr., p. 5 n. 8)

C’est principalement sous la forme de dessins humoristiques que Dantoine nous offre un témoignage de la Grande Guerre : 43 dessins sont publiés dans un recueil simplement intitulé La guerre (Fédération Audoise des Œuvres Laïques, coll. « La mémoire de 14-18 en Languedoc », n°11, 1987. Recueil déjà publié en 1932 et 1970). A quelle date ont-ils été réalisés ? Une note de J.-F. Jeanjean, extraite du recueil de 1932, laisse entendre qu’il s’agit là de dessins réalisés après la guerre : « Ancien combattant, Dantoine n’a pas eu à faire appel à son imagination toujours si vive. Cette fois, il s’est souvenu ! Son album est un document. Le caricaturiste s’est fait historien ! » Certains bon mots, pourtant, apparaissent dans des dessins réalisés pendant la guerre. Notons pour les lecteurs que les légendes en languedocien sont traduites sur le côté de chaque page, rendant ainsi la lecture accessible à tous.

A ce recueil déjà riche, on doit ajouter la compilation d’œuvres de Dantoine réalisée à l’occasion d’une maîtrise par Audrey Fernandez : à partir de 1921, Dantoine collabore à La Dépêche du Midi où il publie en 1ère ou 2ème page. Ce détail n’est pas anodin : dans un journal peu illustré, cela confère à ses images une force particulière. Par ailleurs, d’avril 1932 à avril 1940, il publie à la une du Journal des Anciens Combattants de l’Aude ; il apporte sa contribution à La Démocratie de l’Aude, un organe de la fédération radicale socialiste, dont il partageait les positions. Enfin, quelques ouvrages, revues, hebdomadaires bénéficient de ses talents. En tout, c’est près de 2000 dessins qui ont été référencés.

3. Analyse

Le témoignage que Dantoine livre sur la guerre s’inscrit pleinement, par la forme, dans les dessins qu’il réalisait avant 1914. Ainsi, comme avant-guerre, ses productions se caractérisent par une forte dimension régionale, une attention aux personnages ou aux situations pittoresques et un humour basé en grande partie sur les contrastes.

– Une forte dimension régionale : L’artiste est fermement attaché à sa région. Ses légendes en occitan sonnent comme une affirmation identitaire. Les « bons mots de la légende sont ainsi en occitan. De plus, certains dessins révèlent la communauté de rieurs que Dantoine vise en priorité, la communauté rurale. Ainsi, dans un dessin intitulé « le mildiou », deux soldats assis dans une tranchée, un masque à gaz fixé sur la tête, se font la remarque : « Aco, tèl règlario LE MILDIOU, e, Jousep ! » [« Ça, ça règlerait le mildiou, eh, Joseph ! » dans « alerte aux gaz« ]. Le mildiou désigne une série de maladies touchant les plantes, bien connues des agriculteurs.

– Des personnages et des situations pittoresques : de même qu’il caricaturait les personnages pittoresques de sa ville et de sa région avant-guerre, il s’attaque aux figures emblématiques de la vie dans les tranchées comme les cuisiniers, colporteurs de bruits et rumeurs en tout genre [« le tuyau »] Les situations pittoresques se trouvent également mises en scène, à l’image de ce soldat, aux prises avec un des « ânes des tranchées » [dessin du même nom].

– Dantoine, attentif aux contrastes et aux quiproquos : beaucoup de dessins se déroulent dans le contexte de la gare, point de rencontre entre le front et l’arrière, que le soldat emprunte pour rejoindre sa famille en permission ou, une fois celle-ci terminée, pour quitter les siens et retrouver ses frères d’armes [« le cafard »]. C’est également un lieu de rencontre entre les civils et les combattants [Vos quarts… bouillon ! Bouillon ! »] ou un lieu de confrontation entre ces derniers et les embusqués [« en attendant le train des permissionnaires »]. Attentif aux contrastes, Dantoine en a donc fait un lieu récurrent dans son œuvre.

Il aime jouer, en effet, avec les malentendus qui naissent du contact entre deux mondes, entre deux langues : entre l’occitan savoureux des soldats du midi et le français des officiers [« le filon »]. Le vocabulaire militaire peut aussi être mal compris par les combattants, « civils sous l’uniforme » [« système D »] et par les civils eux-mêmes [« la morale de la guerre »].

L’humour de Dantoine réside dans ces contrastes. Mais il bénéficie aussi de la simplicité de ses coups de crayons qui suffisent à faire reconnaître un lieu ou un personnage. Le regard du spectateur glisse ainsi sur la forme pour le concentrer sur le fond : la guerre. Comment la dépeint-il ?

Il dessine des instants comiques aux accents réalistes. Ces tranches de vie campent une guerre à hauteur d’hommes. Ainsi : « le combattant a des vues courtes… mais parce que ses vues sont étroites, elles sont précises ; parce qu’elles sont bornées, elles sont nettes. Il ne voit pas grand chose mais il voit bien ce qu’il voit », écrivait un capitaine pendant la guerre (Kimpflin Georges, Le premier souffle, Paris, Perrin, 1920, pp. 12-14). Dantoine a vu, et ce qu’il donne à voir de la guerre s’en ressent : il présente toujours l’espace des tranchées comme un univers limité et clos qui correspond au champ de vision des soldats.

– Un décor qui en dit long : les tranchées sont tantôt inondées [« le mouillage »], tantôt bouleversées et encombrées comme après un bombardement. Un certain nombre d’objets sont dispersés et leur récurrence en fait des symboles de la guerre. Ils prennent valeur de métonymie : la partie est prise pour le tout. Ainsi, troncs calcinés, armes brisées, fils de fer, rats, cadavres, suggèrent, au fil des pages, par leur répétition, la violence qui s’abat sur les paysages et les hommes [voir par exemple « nouveau secteur »]. Les soldats semblent évoluer dans cette atmosphère, comme résignés à vivre dans ces conditions difficiles. Dans cet univers de mort, Dantoine éclaire avec tendresse leur humanité.

– Sous l’humour, des hommes … Les soldats sont croqués avec tendresse, et leurs souffrances transparaissent sous l’humour : la boue, par exemple, dont tant de combattants ont souffert durant leurs années de guerre, est ici vue au miroir de l’enfance [« attendrissement »] ; de même évoque-t-il, sous couvert de l’humour, l’angoisse avant l’attaque [« l’heure H »], les secteurs agités [« corvée de soupe »] et les bombardements meurtriers. Les échappatoires à la guerre, fréquemment rencontrées dans les témoignages, sont également évoquées [« unis comme au front »].

– Des soldats civils sous l’uniforme : Les soldats restent, dans les dessins de Dantoine comme dans nombre de témoignages, des civils sous l’uniforme. Ainsi, les hommes restent marqués par leurs origines géographiques (rappelons qu’ils s’expriment en languedocien) et sociales (nombre sont issus du monde rural) [voir « Kamarad ! »]

– Des cibles privilégiées : « stratèges de l’intérieur », embusqués : le regard sur l’arrière est sans complaisance. Dantoine y trouve ses cibles privilégiées : il dénonce le bourrage de crâne [« le communiqué »], épingle le ridicule des stratèges de l’intérieur et égratigne à de nombreuses reprises les embusqués [« en attendant le train des permissionnaires »].

Signalons avant de conclure que si l’activité d’écriture s’arrête pour de nombreux soldats avec la démobilisation, Dantoine poursuit son travail auprès de divers journaux, revues, etc. Ses dessins offrent donc, là encore, un regard éclairant sur la politique française et internationale et sur la société d’après-guerre. Ainsi apparaissent sous son crayon trois figures récurrentes – les nouveaux riches, les militaires et les femmes – qui témoignent tous de la mutation de la société française dans l’entre-deux-guerres.

L’œuvre de Dantoine est, à l’image des anciens combattants, fortement marquée par ses années de guerre. Ce témoignage nous offre un très riche regard, celui qu’un observateur fin, très attaché à sa région, porte sur la société et les évènements marquants de son temps. En ce sens, il se rapproche sensiblement des témoignages de combattants (lettres, carnets et souvenirs notamment) qui sont autant de regards subjectifs sur la guerre. Une source extrêmement riche, donc, tant par la forme que par le fond.

4. Autres informations

– FERNANDEZ Audrey, Dantoine, un caricaturiste audois (1884-1955), mémoire de maîtrise (dir. R. Cazals), Université Toulouse le Mirail, 2003, 2 tomes. [A noter que le second tome rassemble un grand nombre d’œuvres de l’artiste.]

– Le colloque de Carcassonne Traces de 14-18, Les Audois, 1996 présente un certain nombre d’illustrations du dessinateur en couverture et dans un cahier couleur.

– Le site du Crid 14-18 présente une page de dessins de Dantoine.

Cédric Marty, 12/2007

Complément : le livre collectif dirigé par Caroline Poulain, Manger et boire entre 1914 et 1918, Bibliothèque municipale Dijon & Snoeck, 2015, reprend quatre dessins de Dantoine dans l’article « Les saveurs du village, la réception des produits du « pays » par les hommes des tranchées ». La revue Infoc, de l’Institut d’Etudes Occitanes de Toulouse, donne une chronique « Barthas illustré par Dantoine » dans ses numéros 346 à 352 (année 2016).

Share