Diwo, Antoine (1893-1915)

1. Le témoin
Antoine Diwo naît en 1893 au foyer d’Antoine Diwo père, originaire de Schwerdorff (village de Lorraine annexée, frontalier avec la Sarre) et d’Anne Adelving, originaire de Kaltweiler, annexe du village de Montenach, à une vingtaine de kilomètres. Jusqu’en 1901, Antoine passe la première partie de son enfance à Fremersdorf (Sarre), où sa famille loue et exploite une ferme avant de s’établir à Kaltweiler. Là, la petite exploitation agricole que ses parents reprennent lui est promise, en tant qu’unique fils du foyer. Pour cette raison, il complète ses connaissances pratiques en suivant des cours à l’école agricole de Thionville à partir de 1908. Il est mobilisé dès le début du mois d’août 1914, mais d’abord invité à rejoindre une caserne de Düsseldorf afin de recevoir l’instruction qu’il n’a pas encore reçue. Le 22 octobre, après moins de trois mois de formation militaire, il quitte la caserne en direction de front français, où il intègre l’Infanterie-Regiment 30. Quelques jours plus tard, il arrive en forêt d’Argonne et y connaît son baptême du feu face aux positions françaises. Il y demeure plusieurs mois et participe aux combats de Vauquois avant d’être tué par un éclat d’obus dans la poitrine le 25 avril 1915, alors qu’il est occupé à des travaux d’abattage d’arbres en retrait des premières lignes.
2. Témoignage :
Alphonse Gambs, Montenach. Souvenirs de la Grande Guerre (1914-1918), Imprimerie L’Huillier, Florange, 2014, 32p.
Alphonse Gambs, historien local, est à l’origine de la publication de ce fascicule divisé en deux parties. La première est consacrée à la publication de la correspondance de guerre d’Antoine Diwo, traduite en français, tandis que la seconde revient plus largement sur le destin de la commune de Montenach et de ses hommes mobilisés au cours de la guerre. Le corpus de lettres et de cartes d’Antoine Diwo ne représente sans doute pas l’ensemble de sa correspondance de guerre, mais c’est vraisemblablement tout ce qui en subsiste. Les lettres présentées ont par ailleurs été élaguées des passages jugés peu « intéressants » par A. Gambs (les formules de politesse et passages récurrents notamment).
3. Analyse :
Ce recueil de lettres nous donne à voir le parcours d’un Lorrain « de souche », originaire d’une région qui redevient frontalière au terme de la guerre, mais qui ne l’est pas au moment où Antoine Diwo vit. Aussi, son espace vécu s’étale sur une aire comprenant indistinctement une partie de la Lorraine annexée et de la Sarre voisine.
Certes, des précautions sont nécessaires pour aborder une correspondance de guerre, ici entretenue avec sa famille, tant sont inhérentes des formes de censure et d’autocensure, de valorisation de certains faits et de minoration de certains autres. Comme il est d’usage, Diwo se montre rassurant sur son moral et sa santé. Toutefois, il ne cherche pas à cacher à ses proches la réalité de combats (« ce que l’on a vécu et vu à Vauquois, c’est presque pas possible de le décrire », 22 mars 1915), relatant dans les grandes lignes les batailles auxquelles il participe et les assauts dans les tranchées adverses (Sturmangriff), indiquant à plusieurs reprises avoir échappé de peu à la mort (« dans la seconde tranchée, j’ai failli sauter en l’air », 18 décembre 1914).
Par ailleurs, pour ce qui concerne la délicate question de l’identité nationale, l’évidence semble ici primer sur le tiraillement habituellement mis en avant pour les Alsaciens-Lorrains : Antoine Diwo se sent allemand, ne remet pas en cause sa place dans l’armée impériale, et combat sans état d’âme contre les Français qui lui font face. Le 9 novembre 1914, il écrit par exemple : « Hier, les Franzmänner voulaient de nouveau faire une percée ; nous les avons renvoyés à la maison avec la tête en sang. » Il paraît même ravi de partir de la caserne pour en découdre, mais comme beaucoup avec l’idée d’une guerre courte. Il manifeste ainsi périodiquement ses espoirs de paix à partir de novembre 1914. Il ne note aucune stigmatisation liée à son origine lorraine, mais sait que le front russe est moins dangereux et que nombre de ses camarades y sont envoyés (par suspicion) ; il n’en dit cependant pas davantage (p.13). Enfin, la lettre de la compagnie annonçant son décès à la famille témoigne de sa bonne intégration dans l’armée allemande : « il avait gagné l’estime de ses supérieurs et l’amitié de tous ses camarades ». Parmi ces derniers, ceux qui lui sont les plus chers sont les hommes de sa contrée, avec qui il pose pour des photographies de groupe et dont les noms viennent ponctuer ses lettres, qu’il se réjouisse d’une rencontre fortuite ou s’attriste d’un décès.
Raphaël Georges, février 2015

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.