Delteil, Roger (1891-1915)

Son père fut pasteur au Vigan (où Roger Delteil est né le 28 juillet 1891), puis à Millau et à Rodez. Lui-même était licencié en droit lorsqu’il partit vers le front avec le 122e RI. Son témoignage est constitué par 150 lettres envoyées à ses parents entre février 1915 (baptême du feu en Champagne le 15 février) et sa grave blessure le 28 septembre, même secteur. Le sergent Delteil mourut à l’ambulance le 30 septembre à Vitry-le-François.
Le livre : Roger Delteil, In tenebris lux, 14-18, la foi à l’épreuve du feu, Paris, éditions Ampelos, 2014, 308 p. Dans sa préface, le pasteur Gérard Delteil, neveu de Roger, souligne que la brutalité de la guerre n’avait pas altéré sa capacité d’émerveillement devant la beauté de la nature et le travail des champs ; qu’on ne trouve dans ses lettres aucune rhétorique nationaliste ou guerrière, aucune ferveur patriotique, aucun discours de croisade et de haine, aucune instrumentalisation de Dieu au profit de la cause de la France.
Vrai combattant des tranchées, Roger Delteil évoque les thèmes récurrents : les rats et les poux ; la boue et les corvées ; les exercices épuisants et le poids du sac qui esquinte le dos ; les attaques sans que les chefs se soucient des pertes ; le no man’s land couvert de toutes sortes de débris et de cadavres ; l’ivresse si fréquente au cantonnement et les chansons si peu convenables. Il sait reconnaître au son les calibres des canons (p. 247) ; il assiste à deux exécutions (p. 164 et 243) ; il dit que parfois on se parle avec l’ennemi (p. 139) ; il constate que les artilleurs font la guerre dans de bien meilleures conditions que les fantassins (p. 126). Méridional, il estime que les Méridionaux sont plus aimables que les habitants du Nord (p. 220) et il remarque que le général de Castelnau s’adresse en patois aux soldats de l’Aveyron (p. 268).
La contestation de la guerre et des décideurs n’est pas la dimension principale de ce témoignage, mais elle existe. Pour Roger Delteil, les horreurs de la guerre sont « indignes d’une civilisation soi-disant chrétienne de nom » (p. 90). Il souhaite que son jeune frère ne vienne pas les connaître (p. 112). Par contre, que « les glorificateurs de la guerre comme école de courage » viennent passer ne serait-ce qu’une heure sous le bombardement : « ils en rabattront de leurs belles théories » (p. 64, 86).
Dans cette correspondance qu’il juge indispensable pour le réconforter (p. 85), la dimension religieuse protestante est essentielle. Roger prie et demande à ses parents de prier ; il lit la Bible, les Psaumes, des sermons et des brochures. Il reproduit, entre guillemets, des quantités de textes sacrés. Mais ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’il écrit naturellement la langue des Psaumes, une langue qu’il a intériorisée (sans guillemets dans son texte) : « Dieu me cachera dans sa loge au mauvais temps » (p. 62) ; « Il tarde, mais Il aura le dernier mot ; Il emmènera captives toutes les forces des ténèbres » (p. 77) ; « Qu’Il me garde et me bénisse et fasse concourir ces épreuves à Sa gloire » (p. 128), etc. Dieu intervient directement : « je suis en complète sécurité, protégé par la cuirasse invisible de mon divin protecteur » (p. 255).
Il annonce clairement son intention de devenir à son tour pasteur après la guerre, de mener campagne contre l’alcoolisme, de participer à un mouvement pacifiste international. Mais il ne dit pas un mot du mouvement qui existe déjà et qui a une forte origine protestante, celui de la revue La Paix par le Droit. Il semble bien qu’il ne le connaisse pas. Il va sans déplaisir écouter l’aumônier catholique, l’abbé Birot (voir notice à ce nom). Ses soldats sont très majoritairement des catholiques et le sergent Delteil livre une remarque intéressante (p. 137) : « J’ai réussi à leur faire aimer le protestantisme, ils ne savent pas bien ce que c’est, ils m’interrogent souvent, mais enfin comprennent que les protestants ne sont pas forcément des démons. »
Une fois de plus, on constate que les témoignages de guerre sont révélateurs des aspects de la société française d’avant 1914.
Rémy Cazals, février 2015

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.