GABARD, Ernest (1879 – 1957)

L’acte de témoigner explicitement peut se matérialiser sous différentes formes. Ernest Gabard, âgé de 35 ans lors de l’entrée en guerre, ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts à Paris, versé au 270e R.I., est l’un de ces artistes qui ont utilisé leur talent au service de leur mémoire de guerre. Il choisit ainsi de fixer son expérience du conflit à travers la production d’aquarelles, prolongeant après-guerre son activité artistique par les sculptures ornant une quinzaine de monuments aux morts érigés dans le Sud-ouest de la France dans les années 20, dont beaucoup seront de facture pacifiste.

            Les 42 aquarelles publiées avec soin dans le cadre des missions éducatives du CDDP des Pyrénées-Atlantiques ont été réalisées sur des feuilles de petit format, reliées entre elles par un anneau, facilement transportable dans la musette. Le régiment de l’auteur oscille alors entre les différents secteurs du front de l’Argonne, entre La Harazée et la rive gauche de Verdun. La confrontation avec le Journal des Marches et Opérations de son unité montre que le témoignage reste fidèle à l’expérience de l’auteur. 

Chaque aquarelle porte, comme un album photographique construit, date et légende permettant de localiser scènes et paysages. La production conservée et publiée couvre la période de novembre 1915 à avril 1916.

Les aquarelles d’Ernest Gabard se rapprochent des productions et du trait de Mathurin Méheut, notamment lorsqu’il s’agit de dessiner les hommes du front (voir en particulier pp. 11 et 57 dans MÉHEUT Maturin, 1914-1918, des ennemis si proche, présenté par Elisabeth et Patrick Jude, Rennes, Éditions Ouest-France, 2001). Dans le cas de la production d’Ernest Gabard, le spectateur se trouve face à une succession de sujets propres à l’expérience de fantassin vécue par l’auteur, à l’image de cette aquarelle datée du 23 mars 1916, réalisée à Villers-les-moines et portant la légende : « La loge à cochon… que j’habite ! » L’auteur croque ainsi des scènes du quotidien : « Nubécourt, Noël 1915 à la veille de « prendre les tranchées » le lieutenant réunit les offs et s/offs du bataillon. Réunion des plus gaies et des plus cordiales. Le s/lt Allain chante « Chargez ! » On retrouve les thèmes classiques de la littérature de témoignage : la vacuité du temps long de l’attente, les jeux, les tranchées, les abris, le matériel et les armements auxquels doivent faire face les combattants, l’arrivée des premiers casques et des masques à gaz… Ernest Gabard choisit un cadrage ressemblant à la photographie sépia usant d’une riche variation de teintes. Ses œuvres décrivent un univers guerrier et masculin, comme une sorte de « huis-clos » dont les civils sont absents, empreints d’une certaine douceur qui rompt avec la réalité de la violence de la guerre de siège. Cet univers est marqué par l’adaptation continue de ses occupants, à l’image de la transformation de l’autel d’une église en pleine air qui « devient salon de coiffure et bureau où chacun va faire sa correspondance ». Le « regard » de l’artiste offre alors à l’historien une porte d’entrée supplémentaire pour appréhender la guerre de tranchée, propice à la production d’un tel témoignage.

             Il reste à souligner la qualité de l’édition qui propose lexique et appareil critique utile et complet, et surtout la mise à disposition d’un site Internet qui permet d’avoir accès aux aquarelles : http://sites.crdp-aquitaine.fr/gabard/

Carnet de guerre. Aquarelles. Novembre 1915-avril1916, Pau, CDDP des Pyrénées-Atlantiques, 1995.

            Alexandre Lafon

Aucun commentaire

Vous pouvez être le premier à faire un commentaire !

Ecrivez un commentaire

  • Recommandation : Veuillez rester courtois ; merci de ne pas inclure de liens vers d'autres sites. Les commentaires sont modérés et n'apparaissent pas immédiatement.